Fandom français de Kingdom Hearts


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Sam 21 Juil - 10:00

26. Rassurée

Ils avaient insisté, pourtant Kairi refusait formellement.

« Je ne comprends pas ! s’exclama finalement Sora. Ça fait des années que tu souhaites nous accompagner, et maintenant que tu le peux, tu refuses ?

-Ce n’est pas si simple », soupira-t-elle.

La jeune fille avait déjà pris sa décision. Ça la rendait un peu triste, mais étrangement apaisée. Elle savait ce qu’elle avait à faire, au moins. Rester à sa place. Encore. Oh, bien sûr, Naminé lui avait montré qu’elle pouvait être utile… mais pas sur un champ de bataille, non.
Ils s’étaient mis d’accord pour explorer le Pays des Merveilles, notamment pour voir si la situation s’améliorait mais également pour y chercher des traces de Vanitas. Ils aviseraient ensuite. Sora et Riku faisaient partie du voyage, ainsi que Naminé qui tenait à les accompagner. En toute logique, Kairi aurait dû venir aussi. Sauf qu’elle ne le voulait pas. Elle savait qu’elle serait encore un poids et commençait peu à peu à se faire une raison.

Sora ne comprenait pas. Les autres non plus d’ailleurs, mais lui insistait alors que la jeune fille s’entêtait, sous les regards las de Riku et Naminé. Ces deux-là avaient abandonnés l’idée de la convaincre depuis dix bonne minutes.

« Mais pourquoi ? répéta le châtain. Tu as une Keyblade, désormais, et tu t’es entraînée ! »

Oui, bien entendu, mais cela ne suffisait pas… Elle s’était fait battre trois fois par Vanitas, elle ne tenait pas à recommencer. Ce dernier avait eu raison en affirmant qu’elle ne ressemblait en rien à Aqua…

« Laisse tomber, Sora, décréta-t-elle avec un sourire forcé. Je ne ferais que vous ralentir. »

Cette fois-ci, ce fut Riku qui intervint.

« C’est ta décision, Kairi, et tu aurais tout à fait le droit de rester ici si tu en avais envie, mais… tu es sûre que c’est ce que tu souhaites ? »

Et voilà. Oh, elle savait qu’il ne disait pas cela pour la perturber, mais cette question la fit douter. Elle ne s’était pas vraiment demandée…

« Ce… Ce n’est pas en rapport avec ce que je souhaite ou non… marmonna-t-elle en baissant le regard. Ce qui importe, c’est que Vanitas ne puisse plus nuire, et je ne serais pas celle qui l’arrêtera.

-Je peux te parler en privé ? questionna l’argenté de son habituel ton calme. Si ça ne te fais pas revenir sur ta décision, je te jure qu’on ne t’embêtera plus avec ça. »

Que répondre à cela, au juste ? Cette histoire les retardait, ils perdaient du temps… Elle hocha la tête péniblement et Riku fit signe au deux autres de les laisser seuls.

« C’est à cause de Vanitas, c’est ça ? » annonça-t-il de but en blanc.

Parfois, Kairi détestait vraiment sa façon de tout deviner, de lire en elle comme dans un livre. Il faisait la même chose avec Sora, parfois. C’était agaçant, mais aussi terriblement rassurant qu’une personne vous connaisse aussi bien. Un peu comme le grand frère qu’elle n’avait jamais eu.

« Depuis que j’ai commencé à voyager, avoua-t-elle, j’enchaîne les défaites, peu importe à quel point j’essaye d’être à la hauteur. Je me suis pourtant entraînée dur avec Aerith et Léon… A croire que mon cas est désespéré.

-C’est faux. »

Elle releva la tête vers ami. Comment pouvait-il en être si sûr ?

« Naminé m’a dit que tu avais battu Seifer à la Cité du Crépuscule, sourit-il. C’est déjà pas mal, je trouve. »

Sauf que Seifer n’était pas un guerrier… En le battant, elle avait crû être finalement douée pour quelque chose, mais il ne s’agissait que d’illusions. Sans cela, elle aurait renoncé plus tôt et la situation n’aurait pas empirée à ce point…

« Ce n’est pas grand-chose, contra-t-elle en haussant les épaules.

-Tu sais que même Roxas n’y est pas parvenu au début ? Il a fallu qu’il s’y prenne à deux fois pour le vaincre. »

Cette révélation lui fit hausser un sourcil, mais sans plus.

« Je pense que tu vises trop haut, Kairi, la rassura l’argenté. Tu as tout juste appris à te battre, c’est naturel de perdre face à des guerriers expérimentés. Même Sora et moi ne sommes pas sûrs de réussir à tenir tête à Vanitas tous les deux. »

Elle n’y avait jamais pensé ainsi… Etait-ce vrai où ne cherchait-il qu’à la rassurer ? Viser trop haut, hein ? Peut-être, oui. Sans doute même. Mais à quel point, au juste ?

« Sans compter que tu as cherché à tout faire toute seule, ajouta-t-il.

-Ce sont mes bêtises, j’estimais qu’il fallait que je répare ça moi-même… »

Pour toute réponse, Riku soupira et secoua la tête.

« Je pensais cela aussi, lorsque je suis sorti des ténèbres, avoua-t-il en baissant la voix. Je ne me suis toujours pas pardonné d’avoir causé la destruction de l’île, tu sais ? C’était idiot de ma part, et complètement impulsif. Toi, tu n’as pas à te faire de soucis pour ça, car tu as tenté d’arrêter Vanitas, et pas de faire quelque chose de mal. Mais… c’était stupide de ne pas demander d’aide. C’est à cela que servent les amis, non ? »

A cette dernière phrase, la jeune fille ne put retenir un petit rire.

« J’ai l’impression d’entendre Sora.

-Normal, c’est lui qui m’a enseigné ça. »

Kairi reprit vite son sérieux, réfléchissant aux paroles de son ami.

« Et tu crois que… hésita-t-elle, que je devrais vous accompagner ?

-Je pense que trois Keyblades valent mieux que deux, approuva Riku. Autant mettre toutes les chances de notre côté.

-Et si je fini par être un poids que vous devez sauver ? insista-t-elle.

-C’est une possibilité, admit l’argenté sans se démonter. Il se peut aussi que ce soit moi ou Sora qui nous retrouverons en mauvaise posture et que ce soit toi qui nous sauves. Comme je te l’ai dit, c’est à cela que servent les amis. Et puis, si ça peut te rassurer, Naminé aussi vient avec nous alors qu’elle n’est pas du tout une combattante. »

Cet argument acheva de décider Kairi, mais pas pour les raisons qu’énumérait son ami. Naminé… Si elle se faisait blesser et que Kairi ne se trouvait pas là pour la protéger, elle s’en voudrait énormément.

Et ce truc qui revenait la démanger… Non, il ne fallait pas qu’elle pense à cela pour le moment…

-_-^-_-

Au Pays des Merveilles, la végétation était toujours aussi noire. Ceci dit, elle paraissait beaucoup moins inquiétante sous la lumière radieuse du soleil, venu éclairer à nouveau ce monde auparavant bien triste. Il y avait comme un léger mieux dans l’atmosphère, aussi. Tout se remettrait en place rapidement.

« Eh ben, commenta Sora, c’était bien l’œuvre d’Alice, au final. Qui aurait cru qu’une Princesse de Cœur pouvait faire ça ? Le plus effrayant, c’est qu’elle ne s’en rendait même pas compte ! »

Kairi vit du coin de l’œil Riku lui lancer un regard suspicieux.

« Quelque chose ne va pas ? lui demanda-t-elle.

-Non… rien…

-Il se demande si tu pourrais faire de même si on te contrariait, Princesse », siffla une voix derrière son épaule.

Elle se retourna aussitôt, Keyblade en main, mais il ne s’agissait que de Cheshire. Elle en soupira de soulagement.

« Jamais je ne voudrais faire ça à quelque monde que ce soit, rétorqua-t-elle.

-Alice non plus. Elle souhaitait juste rentrer chez elle, jamais elle n’aurait mené un monde à sa perte. Pourtant, regarde cet endroit. »
C’était vrai, oui, mais Alice n’était qu’une petite fille. Kairi s’estimait capable de se maîtriser. Puis, les autres Princesses n’avaient jamais eu ce genre de problèmes.

« Cheshire, intervint Naminé en coupant ainsi court à la discussion. Nous cherchons Vanitas. Sais-tu où il est parti ?

-Pourquoi chercher les ennuis ? répliqua le chat sans se départir de son éternel sourire dérangeant.

-S’il te plaît ! s’impatienta Sora.

-Puisque vous insistez… Il est parti là où tout a commencé. Contrairement à vous, il a déjà compris qui est le coupable. Si j’étais vous, je ferais en sorte qu’il ne mette pas la main dessus.

-Pourquoi nous demander de nous tenir à l’écart puis nous prévenir de l’arrêter avant qu’il ne trouve qui a fait ça ? demanda Naminé en fronçant les sourcils. Tes paroles n’ont aucun sens…

Pour toute réponse, son sourire s’élargit et il disparut, laissant le silence retomber un moment.

« Là où tout a commencé ? répéta Kairi, perplexe. Cela peut désigner plusieurs lieux.

-Ça dépend de ce que Cheshire entend par « tout », approuva Riku.

-Vous pensez qu’il parle de la fissure des entrechemins ? proposa Sora. Dans ce cas, on n’est pas plus avancé… Ou bien il parle de l’histoire d’Aqua, Terra et Ven. Dans ce cas, il s’agirait de la Contrée du Départ.

-Impossible. Personne n’y vit plus désormais, contra Naminé. Pareil pour la Nécropole des Keyblades.

-Là où notre histoire à nous commence ? réfléchit la rousse. L’île du Destin ?

-Je ne vois pas qui sur l’île serait capable de faire ça !

-Ça vaut le coup de vérifier, non ? insista-t-elle. Surtout s’il lâche des Nescients… »

A cette menace, ils n’eurent pas besoin de se concerter pour connaître leur prochaine destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Dim 22 Juil - 15:54

27. Troublée

Il n’y avait de la place que pour trois dans la cabine du vaisseau, aussi pour éviter que quelqu’un ne se retrouve seul, Kairi avait suivi sa Simili dans la salle des machines. Elle aurait voulu dire quelque chose, mais il y avait encore et toujours ce fichu truc qui la gênait. Elle n’avait aucune envie de mettre un nom sur ce sentiment, tout simplement par peur de découvrir ce dont il s’agissait. C’était familier, en tout cas. Un peu trop même. Hors de question de laisser cette chose prendre de l’ampleur. Elle avait déjà assez souffert avec Sora…

Sauf que plus elle s’interdisait d’y penser, plus cette idée l’obsédait. Ainsi, plus elle s’interdisait de regarder Naminé, plus son regard s’attardait sur elle... Sans doute que la blonde devait l’avoir remarqué. Elle ne fit aucun commentaire, cependant. Tant mieux. Kairi ne saurait pas lui expliquer quelque chose qu’elle-même ne comprenait pas tout à fait.

« A quoi tu penses ? »

La jeune fille dévisagea la Simili sans comprendre où elle voulait en venir. Aurait-elle deviné ? Elle la connaissait mieux que personne, après tout…

« Je te retournes la question ! s’exclama-t-elle un tout petit peu trop fort en rougissant légèrement.

-A toi », répondit simplement Naminé.

A ces mots, les papillons s’agitèrent à nouveau dans son estomac et son cœur –ou demi-cœur ou peu importait- se mit à battre plus furieusement que jamais.

« C… Comment ça ? »

La Simili releva ses yeux bleus vers elle et le temps se figea. Techniquement, Kairi et Naminé possédait les même prunelles océan, mais la rousse trouvait celles de l’autre plus profondes, plus vivantes. Elle ne ressentait rien en se regardant dans le miroir, mais lorsqu’elle voyait Naminé…

« Je veux dire, poursuivit cette dernière, vous vous êtes réconciliés, avec Sora et Riku ?

-Oh… fit Kairi, une pointe de déception dans la voix. Oui, on s’est expliqués. Leurs raisons me paraissent un peu floues et à mon avis il s’agissait surtout d’un acte d’égoïsme de leur part, mais ils regrettent et je pense que c’est tout ce qui compte, dans le fond… Ils me manquaient.

-Tant mieux, se réjouit la blonde avec un sourire. Par contre, eux, ont l’air un peu en froid en ce moment…

-Sora m’a dit qu’ils s’étaient disputés par ma faute, avoua Kairi. Ils devraient se réconcilier sous peu, en toute logique. »

Naminé secoua doucement la tête d’un air triste.

« Je les aient entendus se disputer hier. Je n’ai pas tout compris, mais visiblement ce n’était pas à ton sujet. »

La nouvelle choqua la jeune fille. Ils s’entendaient si bien, au début ! Une vague de tristesse mêlée à de l’agacement la prit. Quels idiots, ces deux-là…

« C’est à se demander si les sentiments amoureux peuvent vraiment durer longtemps, soupira Naminé.

-J’espère que non. »

C’était sorti tout seul, avec un peu d’amertume dans la voix. Kairi se traita d’imbécile en voyant les yeux de Naminé s’écarquiller.
« Je… balbutia-t-elle. Je pensais que tu ne ressentais plus rien pour Sora…

-Oh non, la rassura-t-elle. Je ne pensais pas à cette histoire-là.

-Alors… qui ?

-Personne ! »

La Simili pencha la tête de côté, une expression sérieuse sur le visage. Peut-être un peu blessée, aussi.

« Il y a quelqu’un, pas vrai ?

-Non… » mentit Kairi.

Sa voix tremblait, la trahissant inexorablement. De plus, la blonde la connaissait assez bien pour savoir lorsqu’elle lui dissimulait quelque chose.

« Tu peux me le dire, tu sais, insista Naminé avec un accent de tristesse dans la voix.

-Franchement, non ça n’en vaut pas la peine… »

Que dire, au juste ? Mentir ? Elle n’y arriverait pas. Alors, avouer la vérité qu’elle ne parvenait pas à accepter ? Gagner du temps, elle ne voyait que ça…

Son cœur s’agitait furieusement dans sa poitrine.

« Je suis ta Simili, j’ai le droit de savoir… »

Kairi se mordit la lèvre inférieure. Bien sûr. Si elle refusait de lui raconter, son amie se sentirait trahie… et la jeune fille comprenait bien cela. Elle lui disait tout, autrefois. Seulement, à présent, cela la concernait directement, alors…

« Je… Juste… Ce n’est pas contre toi, Naminé… marmonna-t-elle.

-Alors, dis-moi ! A moins que… Oh. »

La blonde se stoppa un moment, porta la main devant sa bouche et reprit, plus bas :

« Tu as deviné…

-Quoi donc ? s’étonna la rousse.

-Qu… Ah ! Laisse tomber… »

La Simili se retourna, rouge de honte, les larmes aux yeux. Kairi n’osait comprendre ce que cette réaction signifiait.

« Naminé, regarde-moi…

-Non.

-Je t’en prie, implora-t-elle en lui saisissant le poignet pour l’obliger à se retourner. Moi aussi, j’ai besoin de savoir… »

Naminé la regarda, puis baissa les yeux vers la main qui tenait son poignet. Kairi s’aperçut alors qu’elles tremblaient toutes les deux légèrement sous le coup de l’émotion. Ça lui faisait peur, un peu. Elle était prête à affronter n’importe qui, n’importe quoi, à se jeter tête baissée dans une bataille, mais ce qui allait suivre, si elle avait vu juste, elle n’y était pas préparée… Elle n’avait pas eu le temps de s’y faire !

Sa Simili revint vers ses yeux. Kairi se dit un moment qu’elle devrait rompre le contact visuel, mais n’en eut ni l’envie, ni le temps.
Parce que Naminé l’embrassa. Cela dura peut-être une seconde ou un siècle, électrisa ses muscles, la fit frissonner. Le contact s’en alla trop vite et trop lentement, laissant une empreinte agréable et frustrante sur ses lèvres.

Kairi n’ouvrit pas de suite les yeux, ne se rendit pas compte qu’elle les avait fermés. Ce truc, cette chose, elle ne pouvait plus le nier, c’était de l’amour. Naminé l’avait embrassé. Naminé était sa Simili et sa meilleure amie. Naminé l’aimait ?

Elle… aimait… Naminé ?

Le constat tomba comme une pierre dans son estomac.

Elle rouvrit les yeux, lentement, pour voir l’autre l’observer avec appréhension.

Que dire ? Que faire ? L’embrasser à nouveau ? Cela scellerait en quelques sortes ses sentiments, et elle n’était pas sûre…

De ce qu’elle ressentait, ça, si. Seulement… est-ce qu’elle le voulait ? Tout s’embrouillait dans son esprit et son cœur peinait à suivre. Ça faisait beaucoup trop d’un seul coup.

« Pardon… murmura alors Naminé, la tirant de ses pensées. Je voulais juste essayer. Tu peux me détester, si tu veux…

-Non ! s’empressa-t-elle de protester. Non, je ne te détesterais pas pour ça… »

Même dans le cas où elle ne partagerait pas ses sentiments, elle sentait qu’elle n’aurait pas pu éprouver de l’aversion pour elle. Pas pour des émotions complètement incontrôlables.

« Ça ne se reproduira plus, je te le promets, poursuivit la blonde. Je garderais ça pour moi jusqu’à ce que cela disparaisse. En attendant… En tout cas, je serais toujours là pour toi. Si tu veux, je peux aussi m’éloigner un moment…

-Arrête, la stoppa Kairi. Arrête ça. Laisse-moi réfléchir un instant, s’il te plaît. »

Elle soupira, se passa la main dans les cheveux. Quelque chose la retenait, l’empêchait de dire tout haut ce qu’elle éprouvait. D’un autre côté, elle ne voulait pas laisser passer sa chance, comme auparavant.

Que fallait-il qu’elle dise, au juste ? Comment réagir ? Comment lui faire savoir qu’elle… partageait ses sentiments ? C’était presque trop beau, et effrayant à la fois. La tête lui tourna légèrement.

« Je… » commença-t-elle, pas sûre de ce qu’elle voulait dire.

Oh, et puis, autant commencer par le début.

« Ça fait quelques jours, poursuivit-elle, que j’ai l’impression de ressentir un tr… quelque chose pour toi. Je n’étais pas sûre… Enfin, je veux dire… Je ne pensais pas ça possible. »

Elle s’interrompit, légèrement gênée par ses révélations, pour observer la réaction de l’autre fille. Celle-ci l’écoutait attentivement, les sourcils froncés en une expression perplexe, comme si elle non plus ne parvenait pas à y croire. Kairi reprit la parole :

« Maintenant… Je suis sûre de ce que je ressens. A peu près… Seulement, je ne sais pas, ça va beaucoup trop vite et… Oh, je n’en sais vraiment rien, Naminé ! »

Et encore son cœur qui menaçait d’exploser…

Elle sentit une main se poser sur la sienne, doucement. La Simili l’obligea à la regarder.

« Tu ne te sens pas prête ? » déduisit-elle.

La jeune fille hocha doucement la tête.

« On peut attendre, tu sais ? lui dit Naminé. Rien ne presse, on verra comme les choses évoluent. »

Kairi réfléchit à ses paroles. Oui, elles pouvaient prendre leur temps. Comme ça, elle pourrait s’y faire, encaisser l’idée, et remettre ses pensées en place.

« D’accord ! » sourit-elle.

Sa Simili lui renvoya son air ravi.

De suite, la porte du cockpit s’ouvrit, laissant apparaître Riku.

« On va atterrir, prévint-il. Préparez-vous, c’est là que les choses sérieuses commencent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Lun 23 Juil - 9:02

28. Fautive

Pour plus de discrétion, ils avaient atterri sur l’île annexe. Néanmoins, il fallait que quelqu’un se charge de vérifier si Vanitas ne se trouvait pas en ville.

« J’y vais, se dévoua Riku.

- Tout seul ? s’étonna Kairi. C’est risqué…

-Je viens avec toi », annonça aussitôt Sora.

L’argenté et lui échangèrent un regard étrange, que Kairi ne sut interpréter. En tout cas, une certaine tension régnait entre eux deux. Naminé devait avoir raison, à propos de leur récente dispute…

« Ça ira, déclara le plus âgé. Je ne pense pas qu’il soit du genre à se montrer en public, de toute façon. S’il est réellement ici, il doit se terrer quelque part sur l’île annexe.

-Et s’il a envoyé des Nescients ?

-Je viendrais vous chercher. »

Il partit sans attendre de réponse. Le châtain le regarda s’éloigner. Kairi et Naminé échangèrent un regard. Décidément, ça allait vraiment mal, entre eux…

« On le rejoindra quand nous aurons fini de fouiller ici», fit la rousse à Sora qui affichait un air légèrement inquiet.

Ce dernier hocha la tête et ils se mirent en marche. Cela ne prendrait certainement pas longtemps, vu la taille de l’îlot. En le parcourant, Kairi ne ressentit pas de nostalgie, ni aucune autre étrange impression qu’elle s’était attendu à éprouver à la vue de ce monde qu’elle avait quitté un peu plus de deux mois auparavant. En revanche, elle se sentait relativement à l’aise, en sécurité.

Qu’elle le veuille ou non, ce lieu serait toujours son foyer, son monde… pas natal, non, mais presque, et son refuge. Il n’y avait qu’ici qu’elle pourrait éprouver une telle sensation de familiarité. Elle ne voudrait pas y rester coincée le reste de sa vie, mais elle ne supporterait pas de ne jamais y retourner. Elle espérait sincèrement que les voies entre les mondes resteraient ouvertes à la fin de cette aventure, pour qu’elle puisse rendre visite à ses amis et ses parents de temps à autres.

Elle jeta un coup d’œil à Naminé, se remémorant la scène s’étant déroulée un peu plus tôt à bord du Vaisseau Gummi. Elle ne savait pas où ces sentiments les mèneraient toutes les deux, mais elle serait curieuse d’essayer… de quoi, exactement ? D’être à ses côtés, toujours et jusqu’à la fin ? De l’aider, de la réconforter, d’être toujours là pour elle ? Ça, même sans l’aimer d’amour, elle l’aurait fait. Elle se rendit compte que la seule chose qui les séparait d’un véritable couple était le contact physique, au final…

L’interrompant dans ses réflexions, un bruit de pas léger sur leur droite se fit entendre. Ce qu’ils redoutaient tant arriva. En quelques secondes, une dizaine d’énormes Nescients gris et rouges équivalent aux armures chez les Sans-Cœurs les envahirent, bouchant complètement la vue. Kairi invoqua sa Keyblade, parvenant ainsi à parer à temps la roulade d’une des imposantes créatures. Néanmoins, le choc de l’impact la fit reculer de quelques pas.

Elle n’avait pas le temps de voir comment s’en sortaient Sora et Naminé, la vision obstruée par les monstres roulants. Elle donna un coup de Keyblade au hasard qui rebondit contre la peau élastique de la chose. Les attaques physiques ne devaient pas leur faire grand-chose, pensa-t-elle en se reculant pour éviter un Nescient. Elle tenta tant bien que mal de lancer un sort de feu mais ne sut jamais s’il atteignit son but, prise par la cacophonie sonore et visuelle des créatures. La tête lui tournait et elle s’étonna de ne pas encore avoir été piétinée.

La jeune fille sursauta lorsque la première explosion retentit, suivie de deux ou trois autres qui abattirent quelques Nescients à côté d’elle, lui dégageant un peu la vue et proposant une échappatoire. Elle ne voyait que ça comme solution. Se dégager de cette embuscade et attaquer de l’extérieur. En espérant que ses amis fassent de même.

Elle s’engouffra dans la brèche aussi vite qu’elle le put, plongeant pour éviter de justesse un Nescient qui manqua de l’écraser, et s’éloigna de quelques pas.

Néanmoins, elle ne se retourna jamais pour leur faire face à nouveau. Parce qu’elle le vit. L’instigateur de tous leurs problèmes, de dos, sur l’îlot de l’arbre à Paopu.

Elle songea un moment à Sora et Naminé. Elle n’aurait jamais le temps de les tirer d’affaire. Il ne fallait pas que Vanitas s’enfuit à nouveau !
Elle traversa donc le ponton aussi vite qu’elle le put. Le garçon ne bougea pas, ne se tourna même pas vers elle jusqu’à ce qu’elle arrive à sa hauteur et prenne la parole.

« C’est fini, déclara-t-elle. Cette fois-ci, on va t’arrêter. »

A cet instant, il éclata de rire et le sang de la jeune fille se glaça dans ses veines. Il se retourna, souriant d’un air hautain de celui qui a déjà remporté la bataille.

« Vraiment ? Pourtant, je ne vois pas tes amis. Mes Nescients ont sans doute dû les éliminer. »

Elle avait beau savoir qu’il ne cherchait qu’à la déstabiliser, l’angoisse se répandit en elle comme un venin. Elle tenta néanmoins de ne rien laisser paraître et se mit en garde, au cas où il l’attaquerait par surprise.

« Ils sont plus forts que tu ne le crois, rétorqua Kairi. Tous ensembles, on t’éliminera ! »

Le sourire de Vanitas se réduit légèrement.

« Cela ferait de vous des meurtriers. Ce n’est pas contraire à vos principes d’habitants de la Lumière ? »

Il pensait réellement la faire culpabiliser ? Dans quel but ? Ou bien ne faisait-il que gagner du temps ?

« Ce n’est pas pareil, répliqua Kairi, sûre d’elle. On ne fait que t’empêcher de nuire. »

Le garçon soupira de façon théâtrale.

« J’ai l’impression de me répéter à chaque que l’on en discute, mais quel mal ai-je encore commis ? En ce qui concerne Ventus, Terra et Aqua, j’estime avoir assez payé après douze ans coincé dans les ténèbres.

-Tu recommenceras !

-Seulement si on m’y force, déclara le brun d’un ton froid. Vous me chassez, je me défends. N’importe qui ferait de même. Et puis… »

Il reprit son air narquois, laissa sa phrase en suspens quelques secondes, reprit :

« … C’est grâce à toi que je suis là aujourd’hui. »

Cette affirmation souffla littéralement Kairi. C’était absurde ! Où voulait-il en venir ?

Elle faillit baisser sa garde mais se reprit, ne pouvant néanmoins s’empêcher d’arborer une mine surprise. Non, il mentait, bien sûr…

« Comment ça ?

-Oh, ne me dis pas que tu ne t’en es pas rendu compte, princesse ! » lâcha l’autre en insistant sur le dernier mot, un accent d’amusement dans la voix.

Kairi recula de quelques pas, déstabilisée. Profitant de cet accès de faiblesse, Vanitas s’avança vers elle.

« Selon toi, Alice est-elle une meurtrière ? Une tortionnaire, à la rigueur ? Ce monde aurait fini par ressembler au Pays des Merveilles si tu y étais restée prisonnière… »

L’image de l’île dévastée, les arbres pourrissants, la mer sale et noire, le sable gris, s’imposa à son esprit, se superposa à la réalité. Elle en eut le souffle coupé.

« Non…

-Heureusement que ta Simili est parvenue à te faire sortir d’ici. Je ne pense pas qu’elle souciait de ton bien-être, en vérité.

-Tais-toi, réussi-t-elle à articuler. Tu ne la connais pas…

-Elle pressentait ce qui allait arriver à cette affreuse petite île. Autrement, ne crois-tu pas qu’elle t’aurait aidé plus tôt ? »

Il avança. Elle recula.

« C’est toi qui m’a libéré, également.

-Je… balbutia Kairi. Ce n’est pas… Je ne voulais pas…

-Pour une raison égoïste, en plus. Tu t’ennuyais, non ? Tu n’as jamais trouvé ça bizarre ? Juste au moment où tu désespères de vivre un jour la grande aventure que tu espérais tant, une porte de Lumière m’amènes pile devant toi ! Un peu gros, comme coïncidence…

-Tais-toi ! »

Elle ne voulait pas, n’avait jamais voulu cela ! Et pourtant… Elle, devant la fontaine du Palais, se décourageant, s’ennuyant à mourir en côtoyant ces autres Princesses, espérant juste qu’il se passe quelque chose -n’importe quoi.

N’importe qui.

« C’est de ta faute si je suis libre, Kairi. Tu es le vrai monstre de l'histoire.

-Non !

-Cela ne sert à rien de hurler… Parlons des entrechemins également. Ta faute aussi. Tu voulais tellement partir d’ici, quitter ta petite vie minable…

-Ce n’est pas… »

Ses genoux heurtèrent le sable doux, un peu trop froid pour la saison. Perdue, elle était perdue. Tout tournait et se retournait dans sa tête. Elle et son égoïsme. Elle, la seule fautive de l’histoire. Mais non… elle ne voulait pas…

Pourtant, la réalité la rattrapa. Son inconscient lui montra les moments précis où elle avait utilisé son pouvoir sans s’en rendre compte. La première fois, étant enfant, lorsqu’elle activa le portail de Lumière qui la mena sur l’île du Destin. Première action égoïste menée par ses propres sentiments. Elle avait fui l’attaque de Sans-Cœurs. Seule. Laissant tous ses proches derrière elle…

Une autre fois, des années plus tard, après leur seconde aventure. Sora et Riku devaient revenir. Une porte ouverte dans l’obscurité…

« Tu le sais, Kairi, résonna la voix de Vanitas. Tout est ta faute.

-N… Non ! »

Elle avait hurlé à s’en briser les tympans, s’en étourdit légèrement, se prit la tête entre les mains alors que d’autres moments de sa vie défilaient sous le voile de ses paupières. Une brise froide accompagna le prochain souvenir.

Elle dormait. Elle rêvait, plus précisément. Avec Naminé. En dessinant ces autres mondes qu’elle n’avait jamais eu l’occasion, le temps, le courage de voir. Jalousie, frustration, envie. Déclic. Toutes les Serrures déverrouillées d’un coup, sans un bruit, sans que personne ne s’en rende compte. L’image de son visage endormi se superposa avec une autre image. Une petite fille blonde, en pleurs, dans le noir. Alice…

Elle rouvrit les yeux pour mieux observer le sable de l’île de son enfance virer au gris. Comme ça, presque d’un coup. Non. Non ! Elle ne voulait pas ! Et ce vent glacé, noir, qu’elle pouvait presque voir, dont elle sentait le goût amer sur son palais…

A nouveau, la scène du Palais des Rêves. Tout y était. La fontaine. La pâle clarté des étoiles. L’ennui. La frustration. Troisième déclic. Seconde porte de Lumière ouverte en plein cœur des Ténèbres…

La réalité lui paraissait un cauchemar. L’île sombrait peu à peu. Vite, bien trop vite.

Le cœur de Kairi battait à toute allure, sa respiration se fit saccadée. Toujours à genoux sur le sol, elle sentait le monde sombrer, attiré inexorablement vers le fond par cette volonté qu’elle ne contrôlait pas ! Elle crut revivre le jour où les Sans-Cœur avait débarqués, mais en pire. Cette fois-ci, elle seule provoquait cela. Pas Riku. Pas Ansem.

« Kairi ! Kairi ! »

La voix de Naminé, lointaine, comme en écho, comme dans son esprit, comme avant, lorsqu’elles étaient encore fusionnées…

Kairi revoyait les dégâts causés à l’échelle des mondes. Les barrières invisibles qui se brisent, probablement irréparables. Les étoiles qui se rapprochent, lentement, bien trop rapidement, qui entreront en collision, pas maintenant mais dans pas si longtemps. Les étoiles qui fusionneront.

Sauf celle-ci, cette île, qui allait bientôt s’éteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Mar 24 Juil - 15:06

29. Vaillante

Fini. C’était fini. La fin du monde, littéralement. Par sa faute, à elle. La terre tremblait sous ses genoux et elle ne pouvait pas l’arrêter. Elle ne contrôlait rien.

Au fond, c’était peut-être mieux comme ça. Elle coulerait avec cette étoile. C’en serait fini, elle ne pourrait plus faire de mal autour d’elle. Les ténèbres profitaient de sa faiblesse pour s’immiscer dans ce monde, se faire une place, et tous les entraîner avec elles.

« Kairi ! Arrête, ça suffit ! »

Une main qui se pose sur son épaule, douce mais ferme. Une voix qu’elle connaît bien. Ça tient en six lettres, trois syllabes. Elle aussi, elle va disparaître. Plonger avec ce monde.

« Tu peux empêcher ça ! Kairi ! Ecoute-moi, regarde-moi ! Je t’en prie…

-Ça ne sert à rien, ce monde est perdu.

-Tais-toi, Vanitas ! »

Kairi prit conscience de la chose. La fille, celle qu’elle aimait, allait s’éteindre aussi. Elle aurait voulu s’excuser, mais ne parvint pas à parler, la tête compressée dans un étau, chauffée à blanc. Pardon, Naminé, pardon…

Elle se sentait perdre pied. Trembler, frissonner peut-être.

Deux mains agrippèrent ses poignets, voulant la forcer à s’ouvrir au monde, à cesser de se recroqueviller sur elle-même. Non, non ! Si elle faisait cela, la fin approcherait plus vite !

« Kairi, s’il te plaît, regarde-moi ! Tu peux empêcher ça. Tu sais que tu ne veux pas ce qui est en train d’arriver ! »

Non…

« Ce sont tes pouvoirs ! Il faut que tu apprennes à les contrôler. »

Trop tard. Elle ne pouvait plus. Elle ne comprenait plus rien. Tout ce qui l’empêchait de s’évanouir, c’était cette voix, qui tentait de paraître ferme mais qui tremblait d’inquiétude.

« Tu ne veux pas que ce monde sombre dans l’obscurité, Kairi ! Pense à tes amis. Ils ne peuvent pas disparaître. Pas sans que tu aies essayé de les sauver ! »

Encore une pression sur ses poignets.

« Ce serait insulter tout ce qu’ils sont que de les condamner ainsi ! poursuivait la voix. Je t’en prie, Kairi… »

Ses amis… Riku, Sora… et l’autre, la plus importante. Na…

« Tu vas y arriver, Kairi. »

Elle se laissa faire, dégagea ses mains de son visage, et rencontra les yeux bleus de Naminé. L’air lui parut moins cruel et glacial. Elle se rendit compte qu’elle sanglotait au point de presque s’étouffer.

« Respire, lui dit sa Simili. Calme-toi. Rend sa forme d’origine à ce monde. »

Kairi ferma les yeux, se concentra sur la voix de l’autre fille. Elle imagina l’île comme elle la voyait dans son enfance. Un immense terrain de jeu, magnifique, un ciel bleu, une mer d’azur…

Elle regarda à nouveau une fois que les pleurs eurent cessés. Le vent avait cessé de souffler, mais les nuages noirs s’amoncelaient toujours au-dessus d’eux.

« Je n’y arrive pas…

-Bien sûr que si ! Tu ne sens pas ? Les ténèbres s’évaporent… »

Elle sonda l’atmosphère. C’était vrai. Elle inspira à fond encore une fois, tenta de calmer complètement. Elle pouvait le faire. Pour eux. Pour elle.

Peu à peu, au bout de ce qui lui parut une éternité, le ciel reprit son teint clair, l’odeur iodée de la mer reprit ses droits, chassant celle de l’obscurité. Il ne s’écoula pourtant que quelques secondes.

Elle sourit à Naminé, laissant peut-être également échapper un petit rire.

« C’est fini », soupira-t-elle, soulagé.

Pourtant… Une infime once de ténèbres la fit se retourner. Dos à elle, Vanitas venait d’invoquer un couloir obscur et allait s’y engager. Un élan de colère s’empara de la jeune fille. Pas encore !

A sa grande surprise, le passage se referma d’un coup sec, comme refermé par la simple pensée de la jeune fille. Au bout de deux ou trois secondes, le garçon se tourna vers elle, l’air furieux. Kairi se releva tant bien que mal, encore légèrement sonnée, et réinvoqua son arme. Vanitas en fit de même et chargea sans dire un mot. Ce n’était plus le moment de converser.

Le bouclier transparent fut invoqué par réflexe, les protégeant, elle et Naminé, juste à temps. La Keyblade s’écrasa contre la protection avec un cliquetis métallique.

Kairi recula, enchaîna avec un sort brasier que l’autre esquiva avant d’attaquer également. Ce petit jeu dura un moment, où Kairi tentait de surveiller Naminé le plus possible tout en ne baissant pas sa garde. Le brun pourrait décider de s’en prendre à sa Simili, qui n’aurait alors aucun moyen de se défendre. Sans compter l’étroitesse de l’îlot sur lequel ils se trouvaient…

Un sort de foudre faillit faire flancher Vanitas, mais il ne venait pas de Kairi. Celle-ci se tourna vers le ponton pour voir Sora et Riku accourir vers eux. Elle se mordit la lèvre. Ils ne pourraient pas combattre correctement sur un terrain aussi étriqué ! Il faudrait parvenir à attirer leur ennemi sur la plage, mais comment ?

Le brun se figea un moment en voyant les deux garçons arriver, légèrement surpris. En l’observant, elle vit que son regard était plus concentré sur Sora.

Riku profita de son apparente distraction pour l’attaquer de côté. L’autre l’arrêta d’une parade sans même le regarder, fixant toujours le châtain. Peu après, un étrange sourire se forma sur ses lèvres.

« Ventus, lâcha-t-il comme une constatation. Alors, c’est là que tu te cachais ! »

Il ne lui laissa pas le temps de répondre, l’attaquant de front, ignorant totalement Riku et Kairi. Sora leva sa Keyblade à temps. Vanitas donna un autre coup, faisant reculer de plus en plus le châtain. Kairi amorça un pas pour venir à la rescousse de son ami. Aussitôt, une aura noire recouvrit leur ennemi et des dizaines de Nescients de toutes sortes se précipitèrent vers eux tandis que Vanitas continuait de s’acharner sur Sora.

Les deux autres n’avaient pas d’autre choix que de se débarrasser des créatures. Kairi se posta près de Naminé pour l’aider en cas de besoin et élimina deux des monstres d’un seul coup. Ils étaient nombreux, cependant, recouvrant presque toute la surface de l’îlot. La Simili trouva refuge sur l’arbre à Paopu, à peu près en sécurité.

Riku, de son côté, s’en sortait bien également, mais cela ne suffirait pas. Il se rapprocha de Kairi et de Naminé.

« Il y en a trop ! s’exclama la jeune fille.

-Sora… »

La rousse prit le risque de tourner la tête quelques secondes vers le combat qui faisait rage sur la plage. Malheureusement, le châtain n’en menait pas large. Il parvenait à peine à riposter aux assauts de Vanitas, plus rapide que jamais.

Kairi se mordit la lèvre. Sa décision fut prise en un instant.

« Veille sur Naminé ! » ordonna-t-elle à Riku avant de sauter dans l’eau.

Celui-ci n’eut pas le temps de protester. Lorsqu’elle sortit la tête à l’air libre, elle se précipita vers la plage, Keyblade en main. A son tour d’aider son ami.

Sora parvint à reculer suffisamment pour se reprendre et pouvoir attaquer son assaillant. Celui-ci, surpris, se prit le coup de plein fouet, reculant de quelques pas avec une grimace de douleur. Etrangement, la situation le fit rire.

« Tu es de la même trempe que lui…

-J’espère bien ! » rétorqua Sora.

Se reprenant, l’autre lui envoya une salve de ténèbres. Le châtain eut à peine le temps de mettre sa Keyblade devant lui en protection. L’impact le fit tout de même tomber à terre. La Keyblade de Vanitas frappa et il esquiva en roulant au sol. L’autre réitéra son geste sans lui laisser le temps de se relever.

Il fut coupé dans son élan par une énergie qui le fit tomber à terre, sonné. Il leva la tête pour se retrouver nez à nez avec une Clé. Kairi venait de le piéger à son tour. La jeune fille était encore surprise de l’attaque qu’elle venait de lancer au brun. Il s’agissait d’une salve de Lumière blanche, similaire à celle ténébreuse de son ennemi. Etait-ce sa condition de Princesse de Cœur qui lui permettait cela ?
Toujours était-il qu’elle était parvenue à bloquer Vanitas ! Elle n’en ressentit ni fierté, ni sentiment de vengeance, comme elle s’y était attendue. Juste du soulagement. Il ne ferait plus de mal. Ce serait bientôt fini.

Le garçon la dévisagea d’abord avec tout le mépris du monde, puis soupira, se relevant sur les coudes.

« D’accord, Kairi. Vas-y. »

Il n’y avait plus aucune trace de moquerie ni de sarcasme chez lui. Juste ce regard amer et mortellement sérieux qui désarçonna légèrement la jeune fille. Elle s’attendait à tout sauf à cette réaction.

« Tue-moi, poursuivit-il en voyant qu’elle hésitait. C’est ce que tu voulais, non ?

-Je ne te comprends pas, dit-elle doucement, perplexe.

-Rien ne m’attend, ici. J’en ai assez d’errer sans but. Dépêche-toi, qu’on en finisse. »

Il paraissait mortellement sérieux. L’espace d’un instant, Kairi éprouva un élan de pitié envers lui. Il n’avait pas sa place en cet univers. Comme les Simili auparavant, il n’aurait jamais dû exister.

Elle inspira avant de lever sa Keyblade pour lui porter le coup fatal.

Elle fut stoppée par une autre Clé.

« Kairi, attend ! »

Elle leva les yeux vers le garçon.


« S… Sora ? »

Le châtain eut un sourire amical.

« Pas vraiment, non. »

Aussitôt, son visage se transforma. Ses cheveux prirent une teinte blonde qui lui était familière. Roxas ? Non…

« Ventus… » souffla Vanitas qui affichait désormais une mine surprise, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte.

L’autre garçon se pencha vers lui, bloquant toujours l’arme de Kairi avec la sienne. Derrière, elle entendit les pas de Riku et Naminé fouler le sable. Visiblement, le brun avait rappelé ses Nescients.

« Tu n’es pas obligé de disparaître », souffla doucement le blond.

L’autre le toisa avec mépris.

« Et quel autre choix j’aurais ? Tu peux me le dire ?

-Tu pourrais juste… Essayer de prouver que tu es capable d’autre chose que de semer le chaos, répondit Ventus.

-Je n’en reviens pas, ricana amèrement Vanitas. C’est toi qui me dis ça ! »

Son original soupira, honteux.

« Je sais… fit-il. C’est en partie ma faute si tu es devenu comme ça et je m’en excuse. J’aurais dû te comprendre au lieu de…

-Arrête ça, Ven, le coupa-t-il amèrement. Mon cœur est composé uniquement de ténèbres. Je n’avais pas d’autre chemin de toute façon. »

Kairi et les autres n’avaient d’autre choix que d’assister à la conversation, perplexes. La jeune fille ne savait qu’en penser.

« Je n’en suis pas si sûr, déclara Ventus. Laisse-moi te prouver que tu as tort, je t’en prie. Tu pourrais te faire une place dans cet univers si tu le voulais. »

Tout en parlant, il tendit une main vers lui. Vanitas la fixa comme si elle allait l’attaquer.

Kairi pouvait lire l’hésitation sur son visage. Il était complètement perdu et cela changeait grandement de son air narquois et assuré. Lentement, toujours méfiante, elle abaissa sa Keyblade, qu’elle avait maintenu depuis le début, et vint rejoindre ses amis pour laisser de l’espace aux deux garçons.

Doucement, comme s’il avait peur de se blesser, le brun avançait son bras et fini par saisir la main tendue de son original. Il se releva tandis que Ventus se tourna vers les trois autres avec un sourire.

« Je vais lui parler un moment. Je rendrais son corps à votre ami tout de suite après, promis. »

Riku hocha la tête. Ventus et Vanitas partirent plus loin sur la plage. Kairi les regarda s’éloigner sans savoir qu’en penser.

Ainsi donc, Ventus pardonnait ses actes à sa moitié ténébreuse ? Mais… la rédemption était-elle seulement possible pour Vanitas ? Elle ne savait pas, n’était pas sûre. Ce n’était pas à elle de décider, de toute manière.

Elle se tourna vers sa Simili. Celle-ci saignait légèrement à la joue. La rousse s’avança vers elle, posa une main sur la coupure.

« Tu es blessée…

-Ce n’est rien, affirma Naminé. Juste une égratignure. »

En lui souriant, Kairi fit appel à un sort de soin qui referma la plaie. Elle plongea ensuite le regard dans ses yeux. Durant cette bataille, elle avait vraiment eu peur pour elle. Elle aurait pu être sérieusement blessée, ou pire…

Elle venait de prendre sa décision et, sans réfléchir plus, elle l’embrassa. Pas longtemps, juste assez pour lui faire sentir que, finalement, elle ne voulait pas attendre. Lorsqu’elles se séparèrent, Naminé lui sourit. Kairi sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. Elle mentirait en disant qu’elle n’avait plus peur de ses sentiments, mais elle ne supporterait pas de perdre du temps à cause d’une angoisse idiote. On ne vit qu’une fois.

Riku, lui, haussa les sourcils, légèrement surpris. Finalement, il eut un mince sourire mais ne dit rien.

L’attente dura plusieurs minutes.

« Je ne comprends pas comment Ventus peut faire confiance à Vanitas, finit par sortir Riku en regardant l’horizon.

-Il détient la moitié de ce qu’il est, répondit doucement Naminé. J’imagine que c’est normal qu’il ne veuille pas le voir disparaître.

-Mais s’il se trompait ? insista l’argenté.

-Je ne pense pas. Vanitas n’avait pas l’air de nous attaquer par plaisir. Il est vrai qu’on l’a un peu poussé à se défendre…

-Sauf pour Sora, fit-il remarquer.

-C’est vrai, acquiesça la blonde. Il a dû reconnaître Ventus en lui et ça l’a mis en colère. Quand même, on devrait lui accorder une chance de se racheter…

-Ça peut être dangereux.

-Je ne dis pas le contraire. »

Kairi n’intervint pas dans la discussion, ne sachant pour quel avis se positionner.

Au bout d’un moment, Sora revint. Seul. Il arriva à leur hauteur avant de leur annoncer :

« Vanitas s’est enfui, mais je ne penses pas qu’il fera de bêtise. Ventus lui a dit d’aller au Jardin Radieux s’il changeait d’avis. »

Il se tourna vers Kairi, légèrement inquiet.

« Tu penses que Léon et les autres accepteront de… lui laisser une chance ? »

Aerith serait certainement compréhensive, mais pour Léon… rien n’était moins sûr. Elle imaginait qu’il serait méfiant, peut-être pas tout à fait hostile à l’idée néanmoins. Elle hocha la tête. Sora sourit, visiblement rassuré. Apparemment, il partageait le point de vue de Ventus.

« Qu’est-ce que vous comptez faire ? questionna alors Riku en fixant Naminé et Kairi. »

C’était vrai, tiens. A présent, l’aventure était terminée. De plus, ils avaient résolu le mystère des entrechemins. Finalement, ce n’était sans doute pas une mauvaise chose qu’ils soient ouverts. Sauf que… la rousse se souvint dans un flash de cette vision qu’elle avait eu. La fusion des mondes. Elle décida de ne pas en parler aux autres pour le moment. Elle verrait cela avec Léon ou Aerith…

« On va retourner au Jardin Radieux, déclara Kairi. J’imagine que vous allez rester sur l’île…

-Pas avant d’avoir dit au revoir à tout le monde ! annonça Sora.

-Les voies entre les mondes restent ouvertes, de toute façon, fit-elle. Vous pourrez revenir nous voir. »

Les garçons hochèrent la tête en souriant. Kairi se sentait… heureuse. Elle chercha la main de Naminé, presque instinctivement. Contact chaud contre sa peau.

Elle eut l’impression d’enfin avoir trouvé sa place. Auprès d’elle.

____________
Eh oui, c'était le tout dernier chapitre! Rassurez-vous, un épilogue arrive demain! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Mar 24 Juil - 23:21

Epilogue. Heureuse

Kairi fut bien contente de descendre du Vaisseau Gummi. Tout d’abord, la solitude avait été pesante durant le trajet. Relativement long, le trajet, d’ailleurs. Le soleil se couchait déjà. Elle n’avait qu’une hâte, se dégourdir les jambes.

Elle venait de raccompagner Alice dans son monde d’origine. D’après ce qu’elle en avait vu, de loin, ses parents et sa sœur ont été ravis de la revoir. Elle espérait juste que sa réhabilitation se passerait bien.

Elle eut à peine fait quelques pas qu’elle vit Naminé accourir vers elle.

« Kairi ! »

La rousse serra sa petite amie dans ses bras, la tête au creux de son épaule.

« Tu m’as manquée.

-Toi aussi. »

Elle se détacha juste assez d’elle pour pouvoir replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

« Il faut que j’ailles dire aux autres qu’Alice est bien rentrée », soupira Kairi.

La blonde acquiesça et elles se mirent en chemin main dans la main jusqu’à la maison de Merlin.

Il s’était écoulé trois semaines depuis leur aventure et la bataille finale sur l’île du Destin.

Les deux jeunes filles y étaient retournées quelques jours plus tôt pour saluer Sora et Riku. Les deux garçons semblaient relativement heureux, mais visiblement leur couple battait de l’aile. Kairi ne comprenait toujours pas pourquoi. Ce ne pouvait pas être à cause d’elle, si ? Bien sûr que non, cette histoire-là était réglée ! Enfin, il s’agissait de leur problème et elle ne devait pas s’en mêler. Cela les regardait, après tout. Elle espérait juste que tout se passerait bien pour eux.

Elles arrivèrent au repaire du Comité de Restauration au moment où Léon en sortait. Lorsqu’il les vit, il eut un mince sourire.

« Déjà rentrée, Kairi ? »

Elle grimaça légèrement. Déjà… il fallait le dire vite ! Le monde d’Alice se trouvait plutôt loin du Jardin Radieux.

« Oui… soupira-t-elle. Visiblement, ça se passera bien pour elle. »

Il hocha la tête.

« Parfait. Il faudra tout de même surveiller ça de temps à autres. »

Il baissa les yeux et ce fut à ce moment que la jeune fille aperçut la lettre qu’il tenait à la main.

« Au fait, Yen Sid a envoyé un message, fit le guerrier à la Gunblade. Il est parvenu à élaborer une théorie concernant les pouvoirs des Princesses. »

Durant les semaines précédentes, Kairi, Alice et Naminé avaient fait plusieurs allers-retours à la tour du vieux mage. Elles avaient racontés leur aventures, avaient élaborés des théories et longuement discutés de leurs potentiels pouvoirs. Après tout, les capacités des Princesses de Cœurs étaient encore quasiment inconnues auparavant. Il était grand temps d’étudier cela de plus près, non ?

En revanche, elle n’avait parlé à personne, pas même à Naminé de sa « vision ». Lorsqu’elle avait appris l’existence de ses pouvoirs, failli détruire l’île du Destin et qu’elle avait vu toutes les conséquences que ses pouvoirs avaient eus, elle avait également entraperçu quelque chose… une sorte de fusion des mondes, qui se regroupaient comme un aimant. Elle ne savait pas ce que cela signifiait, au juste. Etait-ce l’avenir ? Ou juste un tour de son subconscient ?

« Il dit qu’outre le fait de pouvoir invoquer la serrure des Ténèbres lorsque les sept Princesses sont réunies, vous influencez visiblement sur la nature même des mondes et de l’univers. En toute logique, c’est un pouvoir très dangereux et instable, mais vu qu’il est destiné à des jeunes filles au cœur pur, il ne devrait logiquement pas provoquer de catastrophes… Sauf si vous êtes poussées à bout ou en état de choc. »

Il tendit la lettre à Kairi qui s’empressa de la lire, l’inclinant pour que Naminé puisse en profiter aussi.

Léon avait en gros résumé l’essentiel. Selon Yen Sid, les Princesses pouvaient modifier directement l’essence des mondes. Cela s’appliquait également aux entrechemins, mais il fallait un pouvoir plus puissant que celui d’une seule Princesse. Le mage partait du principe que les désirs combinés d’évasion de Kairi et d’Alice avaient pu ouvrir les voies entre les mondes. Elles pouvaient également ouvrir des passages lumineux, opposé des couloirs obscurs, mais leur fonctionnement restait encore flou. Jusque-là, la seule à y parvenir était Kairi, et cela ne s’était passé que dans le monde des ténèbres, où elle n’avait jamais mis les pieds. Dans le cas où la Princesse s’initiait au combat, elle pourrait éventuellement lancer des salves de Lumière pure.

Le gros problème était que tout cela se faisait pour le moment de manière inconsciente, mais peut-être qu’avec un peu d’entraînement elles pourraient contrôler leurs pouvoirs, d’après le mage.

Une fois sa lecture faite, elle hocha la tête. Cela lui paraissait tenir la route. Et puis, ça la soulagerait de savoir maîtriser cette chose qui l’avait presque poussée à détruire son île, trois semaines auparavant. Quand elle y repensait, elle n’en revenait pas de s’être emportée comme ça. Vanitas avait vraiment poussé ses nerfs à bout…

En parlant de lui, il n’avait pas donné signe de vie depuis la dernière fois. Il avait parlé quelques instants avec Ventus avant de disparaître dans la nature. Au moins ne causait-il plus de tort à qui que ce soit. Kairi ne savait pas s’ils le reverraient un jour. Ventus leur avait fait promettre de garder une place pour le brun au Jardin Radieux au cas où il souhaiterait finalement réparer ses erreurs.

Elle remercia Léon d’un hochement de tête, puis se tourna vers Naminé.

« Je vais me coucher.

-Déjà ? s’étonna sa petite amie.

-Je suis épuisée, soupira la rousse. Une journée entière en Gummi ! J’ai le dos en compote. »

La blonde eut un rire amusé.

« Je t’accompagnes. Je dois aller chercher un livre dans ma chambre. Aerith voudrait le récupérer.

-Celui que tu lui as emprunté hier ? questionna Kairi. Tu l’as déjà fini ? »

Naminé hocha la tête. Elle s’était découvert une passion pour la lecture, en plus du dessin. Lorsqu’elle n’était pas aux côtés de Kairi ou n’aidait pas le Comité, elle ne faisait que ça de ses journées.

Kairi, elle, s’entraînait aux côtés de Léon et, plus récemment, Yuffie. Elle maîtrisait suffisamment la magie pour se passer de la formation d’Aerith, mais il lui arrivait de l’affronter quelques fois pour ne pas perdre la main.

Aussi, parfois, Cid lui expliquait le fonctionnement du système de défense de la ville. Kairi se surprenait à être fascinée par ces lignes de données qui, en apparence, ne voulaient pas dire grand-chose mais en réalité pouvait matérialiser des choses bien utiles. Il faudrait qu’elle lui demande de lui apprendre plus en détail, un jour, tiens.

Les jeunes filles arrivèrent à l’ancien château d’Ansem, devenu le dortoir du Comité et autres personnes sans toits. Ils avaient prévus de bâtirent de nouvelles maisons un peu plus tard pour pouvoir loger tout le monde. Dans quelques mois, sûrement, le temps d’établir les plans.

Naminé vivait dans la chambre juste à côté de celle de Kairi, ce qui se révélait plutôt pratique pour le couple. Elles entrèrent tout d’abord dans celle de la blonde. Techniquement, Kairi aurait pu lui dire au revoir sur le pas de la porte, mais elle aimait beaucoup regarder les nouveaux dessins que Naminé dessinait tous les jours. Ses murs en étaient déjà pleins et Kairi en avait accrochés quelques-uns dans sa chambre également.

« Tu en as rajouté de nouveaux ! » s’exclama-t-elle en regardant les œuvres collées… sur le sommier du lit. Il n’y avait plus de place sur les murs.

L’autre jeune fille –plus question de la qualifier de Simili ! - lui sourit en guise de réponse, puis s’assit sur son lit pour sortit un petit livre de poche de sous son oreiller. Kairi s’installa à ses côtés.

« Je peux ? » fit-elle en tendant la main vers le livre.

La blonde haussa un sourcil étonné.

« Ça t’intéresse ?

-Je ne sais pas… Je n’ai jamais rien essayé de lire d’autre que les livres de l’école. »

Naminé lui sourit et la laissa prendre le livre, dont elle lut brièvement le résumé. Un conte.

« Ça a l’air pas mal.

-Tu pourras demander à Aerith de te le prêter. »

Kairi hocha la tête et posa le livre sur la table de chevet.

« Je vais y aller. Bonne nuit. »

Elle pencha pour l’embrasser, au départ chastement, comme tous les soirs. Néanmoins, le baiser prit une autre tournure lorsque Naminé glissa une main derrière sa nuque pour l’attirer plus près. Surprise, elle entrouvrit légèrement les lèvres et sa petite amie en profita pour faire de même. Leurs langues se trouvèrent, se taquinèrent légèrement.

Sans réfléchir, Kairi posa une main sur la taille de l’autre et le fit basculer toutes les deux sur le lit sans rompre le baiser. La blonde desserra sa nuque pour descendre ses doigts le long de son échine la faisant frissonner. Elle lui mordilla doucement la lèvre inférieure avant de mettre fin au contact de leurs lèvres. La rousse posa son front contre celui de la blonde. Elle avait chaud.

« Tu es sûre de vouloir faire ça ? » souffla Naminé.

Elles savaient ce qui se passerait si elles continuaient. Soyons honnête, Kairi y avait déjà songé plusieurs fois et l’idée ne lui déplaisait pas. Sauf qu’entre le fantasme et la réalité, il y avait une marge… Elle plongea son regard dans celui de Naminé.

« Non…

-Alors on arrête, déclara doucement l’autre en posant une main sur son bras.

-Et toi ? questionna Kairi.

-C’est quand tu veux, lui sourit-elle. Mais si tu n’es pas certaine, il vaut mieux qu’on ne fasse pas quelque chose que tu pourrais regretter. »

La rousse lui sourit d’un air désolé, l’embrassa brièvement sur les lèvres avant de se rasseoir correctement. Elle s’en voulait un peu. A chaque fois, c’était elle qui faisait attendre Naminé, jamais l’inverse. Toujours elle qui devait être rassurée… Elle savait néanmoins que sa petite amie possédait également un côté fragile, peut-être même davantage qu’elle. Sauf qu’elle le cachait bien et prenait sur elle. Kairi avait plus tendance à exprimer ses ressentis que l’autre fille, plus discrète.

Naminé se leva et reprit son livre.

Aussitôt la porte s’ouvrit. Kairi sursauta en voyant Aerith passer la tête par l’entrebâillement de la porte. Si elle était arrivée trente secondes plus tôt… Voilà le plus grand défaut d’Aerith : elle ouvrait toujours sans frapper, quelles que soient les circonstances.

« Euh… les filles, vous pourriez venir à la maison de Merlin ? »

Ce fut à cet instant que la jeune fille remarqua son air nerveux.

« Il s’est passé quelque chose ?

-Nous avons un, euh… visiteur inattendu, lui apprit la jeune femme. Rien de grave, ne vous en faîtes pas. »

Kairi et Naminé échangèrent un regard tendu et la suivirent à travers les rues du Jardin Radieux. Voilà tout l’inconvénient d’avoir établi leur quartier général si loin du château : les allers-retours interminables entre les deux lieux. Surtout, elle plaignait Léon qui naviguait souvent de l’ordinateur de Cid à celui d’Ansem pour donner les dernières mises à jour à Tron.

Elles entrèrent dans la maison de l’enchanteur et Kairi reconnut le son de la voix avant d’apercevoir son propriétaire.

Là, discutant avec Léon, se trouvait Vanitas. A son entrée, ce dernier leva ses yeux ambrés vers Kairi et ses lèvres s’étirèrent en un sourire sarcastique.

« Salut, fillette. »

Kairi n’eut pas de mal à deviner pourquoi elle se trouvait ici. Ventus avait peut-être raison, finalement ? Après tout, elle-même avait eu le droit de prouver sa valeur, pourquoi pas Vanitas ?

Sans pouvoir s’en empêcher, elle sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 

[fanfiction] Si les étoiles fusionnent [yuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» A La Conquête Des Étoiles
» Paper Mario 3 : La Quête des Héros
» Les étoiles
» Un horizon peuplé d'étoiles scintillantes.
» Le quartier des étoiles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fandom français de Kingdom Hearts :: Fanmade :: Fanfiction :: Les fictions-