Fandom français de Kingdom Hearts


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 27 Juil - 11:31

26- Disparaître

Il faisait sombre.

Vanitas ne pensait pas que le cœur de Ventus manquerait autant d'éclairage, vu la Lumière qu'il renfermait. Il ne s'y était retrouvé qu'une fois, lors de leur affrontement sur le palier de l'éveil, qui devait être brisé à présent. Il ne savait pas précisément où il se trouvait, mais il avançait, espérant trouver Ventus, et ensuite... Il ne savait pas trop. Il aurait à disparaître, sûrement. Est-ce que ce serait définitif, ou bien serait-il conscient, enfermé dans l'esprit de sa moitié lumineuse ? Il préférait la première solution, largement. Ne plus rien ressentir... Ce serait l'idéal.

Parce qu'en ce moment, trop d'émotions, trop de sentiments dérangeants se bousculaient en lui. L'inquiétude, surtout. L'appréhension, aussi bien pour lui... que pour les autres, étrangement. Ces crétins ne sauraient même pas résister à Xehanort, au train où ça allait ! Et il ne serait pas là pour les aider... Mais c'était son choix, après tout. Et Ventus serait là, lui. Ah, si on lui avait dit qu'un jour il éprouverait du souci pour autrui... Encore maintenant, ça le faisait bien rire, tiens !

De toute façon, il se sentait fatigué de tout ceci.

« Ne dis pas ça. »

Ventus.

Le Porteur des Ténèbres se figea lorsque son double apparut devant lui, l'air soucieux. Vanitas eut un sourire sarcastique.

« Techniquement, je n'ai rien dit.

-Non, mais je sais ce que tu penses.

-Et comment ça se fait que moi, je n'entende pas tes pensées ? »

Le blond haussa les épaules, puis soupira.

« Va savoir... Peut-être parce que j'ai passé tellement de temps reclut dans mon esprit...

-Ou dans le mien » fit remarquer Vanitas.

Il faisait allusion aux moments où il entendait la voix de Ventus dans sa tête. Pourquoi, d'ailleurs, ne s'était-il manifesté que si tard ? Il dut écouter ses pensées puisqu'il répondit :

« C'est depuis que Sora est parti dans le monde des rêves, je ne sais pas si tu as remarqué. J'ai eu plus de liberté, alors, et j'ai pu te surveiller tout en gardant un œil sur lui. Mais il s'est passé quelque chose, récemment... »

Il baissa les yeux au sol, l'air accablé. Vanitas haussa un sourcil.

« Juste par curiosité, qu'est-ce qui lui est arrivé ? »

Rien de bon, sans aucun doute, mais ça il s'en doutait déjà.

« Xehanort lui a fait quelque chose, répondit évasiment Ventus.

-Mais encore ? »

Le blond secoua la tête.

« C'est difficile à expliquer, mais je crois que c'est ce qui est arrivé à Terra aussi.

-Hum... »

Il y eut un moment de silence. Que dire ? Vanitas réalisa qu'il s'agissait sans doute de ses derniers instants, et il ne parvenait juste pas à formuler une phrase intelligente, qui conclurait tout ça de manière décente.

« Bon, au moins, tu pourras leur apprendre ce que tu sais » finit-il par déclarer.

A son grand étonnement, l'autre secoua la tête.

« Tu leur diras toi-même.

-Arrête, tu sais très bien pourquoi je suis ici ! protesta Vanitas. Et ce n'est même pas la peine de m'en empêcher, je... »

Il s'interrompit brusquement lorsque l'autre prit ses mains dans les siennes et que son regard bleu capta le sien.

« Qu'est-ce que tu fais, au juste ? »

Ventus soupira.

« Tais-toi un peu. Ecoute... Je sais que la vie au Jardin Radieux te plaît, malgré tous les défauts et les altercations. Ne te mens pas à toi-même. Il t'a fallu du temps, mais tu t'adaptes plutôt bien. Tu as des amis, et... peut-être plus que ça. »

Il ne pouvait même pas nier... Le brun ne put s'empêcher de détourner le regard, se maudissant, lui et son impulsivité.

« Tu as vu ce qu'il s'est passé tout à l'heure ? »

Sa moitié lumineuse lui répondit par un sourire qui voulait tout dire.

« Oh, tais-toi...

-Je n'ai rien dit, s'amusa le blond. Mais plus sérieusement... Tu n'as pas envie de mourir, pas vrai ? »

Il marquait un point, là. En fait, il n'avait jamais vraiment eu envie de disparaître, même dans les pires moments de découragement. Même lorsqu'il se trouvait seul, brisé, au plus bas, qu'il ne savait pas pourquoi il continuait... Même dix ans plus tôt, durant ce jour fatidique, lorsque la X-Blade lui avait échappé des mains, il avait ressenti cette angoisse sourde, cette panique suffocante et... D'où lui venait ce désir de vivre, au juste ?

« Je ne reviendrais pas sur ma décision, décréta-t-il néanmoins.

-Depuis quand penses-tu autant aux autres ? tenta de plaisanter Ven.

-Tu n'es pas un autre, tu es moi, répliqua Vanitas.

-Ca ne veux pas dire que tu dois faire ça.

-Il n'y a pas d'autres moyens de te sauver, pourtant. J'ai raison ? »

Le blond hocha la tête, mal à l'aise. Une légère tristesse transparaissait dans ses yeux bleus.

« Le seul autre moyen que je me réveille, ce serait que Sora disparaisse. Nos cœurs sont liés, après tout.

-Alors, répondit le brun, prend ça comme des excuses pour tout le tort que je t'ai causé.

-Il est trop tard pour ça, contra sa moitié lumineuse. C'est fait, et ce n'est pas entièrement ta faute. »

Et alors ? Que ce soit entièrement de sa faute ou pas, le mal devait être réparé, non ? Vanitas ne comprenait pas la réticence de l'autre. Foutus Êtres de Lumière et leurs principes... Il ne saisirait vraiment jamais.

« Oh, tu apprendras, fit Ventus en écho à ses pensées.

-Puisque je te dis que non ! Ven, il faut que tu te réveilles, tu le sais ! Arrête de faire comme s'il y avait un autre moyen que tout ça se termine, c'est dans la logique des choses que ça se passe ainsi !

-Non, il y a une autre fin possible... »

Cette dernière phrase n'avait été qu'un murmure.

« Mais tu viens de dire... »

Il se sentait de plus en plus perdu, là. Et pourtant l'autre paraissait paisible. Un peu triste, un peu résigné, mais tranquille.

« J'ai dit que, si je voulais me réveiller, soit toi, soit Sora devait disparaître. On ne peut pas vivre tous les trois, tu comprends ? En revanche, il y a une troisième alternative... Et ça aiderait beaucoup de personnes. »

Vanitas n'était pas idiot, il comprenait bien ce que l'autre sous-entendait. Mais pourquoi ? Son cerveau ne parvenait pas à assimiler ça. Il eut un ricanement sans joie, trop confus pour ne serait-ce que réfléchir à cette possibilité.

« Mais bien sûr... T'as toujours été comme ça, hein ? Prêt à te sacrifier pour n'importe qui. Comme Sora, tiens, vous êtes vraiment pareils ! Mais Ventus, tu es vraiment idiot. Tu crois que ça aidera Terra et Aqua, si tu meurs ? Tu parles ! Tu ne sauveras personne en fuyant comme un lâche ! C'est à moi de m'en aller ! Je suis pas réel, putain ! J'ai jamais eu d'existence propre ! »

Ce n'était pas tout à fait vrai. Il commençait justement à avoir une vie non-basée sur la vengeance et l'envie de meurtre, mais...

« Je sais bien ce que Terra et Aqua en penseront, quand ils reviendront... soupira tristement Ventus. Cependant, Sora est en danger et je pense que cela pourrait l'aider. Et puis... Il y a d'autres personnes connectées à lui que ça pourrait libérer. Sans compter que ce n'est pas à toi de disparaître pour moi. »

Il s'arrêta un moment.

Vanitas n'aimait pas la tournure que leur conversation prenait. Ca ne devait pas se passer comme ça ! Il ne voulait pas que ça arrive ! C'était insensé, enfin ! L'autre allait bientôt revoir ses amis, au train où les choses aller, et il préférait se sacrifier ? Ridicule, vraiment... Il était impossible !

« Tu ne vas pas faire ça, décréta-t-il froidement.

-Ce n'est pas à toi de décider, objecta doucement le blond.

-A toi non plus !

-Ma vie s'est stoppée il y a dix ans de cela, Van'... Elle ne reprendra pas son cours. Pas comme avant. J'aimerais tellement revenir à... A ce que j'étais autrefois. Je donnerais n'importe quoi pour me retrouver avec eux encore une fois, m'entraîner avec eux, regarder les étoiles filantes... »

Il s'interrompit à nouveau, tenta un sourire qui fut déformé par une grimace alors qu'une larme coulait sur sa joue.

« Ce ne sera plus jamais comme ça... Je ne suis plus le même et eux non plus, et puis... Je suis fatigué. Tu peux comprendre ça, non ? J'en ai assez. En plus, si je me réveillais, je te volerais ta vie, et je n'ai pas envie de me rendre coupable de ça. Alors quitte à ne jamais retrouver ce que je fus... Je préférais faire une bonne action, juste une dernière. Histoire de me dire que je n'ai pas complètement échoué. »

Remord. Pour la première fois de son existence, Vanitas éprouvait du remord. C'était lui, en premier lieu, qui avait volé la vie de son double, et pas l'inverse. Alors pourquoi cela devait-il se passer comme ça ?

Et l'autre, qui paraissait si paisible...

« Tu n'es pas effrayé ? ne put-il s'empêcher de demander.

-Si, répondit Ventus. Je suis mort de peur, mais... C'est normal, je suppose. »

Il eut un nouveau sourire. Franc, celui-ci. Et si Vanitas ne savait pas, s'il ne ressentait pas ce que l'autre ressentait, s'il ne savait pas ce qui allait advenir, il aurait presque trouver que l'autre semblait... heureux.

« Mais je le suis, en quelques sortes, fit le blond. Enfin... Je suis triste aussi. C'est étrange, comme sensation.

-Tu n'es pas obligé de faire ça.

-Je sais. Mais ne t'inquiètes pas, je ne vais pas disparaître complètement... J'espère. »

Il paraissait un peu désespéré à ce moment. Vanitas aurait aimé lui dire de ne pas faire ça, mais avant que sa voix ne se débloque, l'autre commençait déjà à se désagréger en un millier d'éclats lumineux.

« Attend ! »

Il fit pour lui saisir le poignet, ne rencontra que du vide. Les dernières étincelles s'évaporèrent au-dessus de lui et il ne put que les fixer, impuissant.

-_-_-

Il faisait sombre.

Sora ne savait pas où il se trouvait, juste que l'obscurité l'entourait. Parfois, il voyait des choses, il parcourait des lieux... Tous plus noirs les uns que les autres. Pourtant, il était certain que sans cette atmosphère de désolation, ces paysages lui paraîtraient familiers... Peut-être. Quelle importance ?

Tout était flou. Flou et hostile et il avait peur. Parfois, il voyait des visages qui lui paraissaient familiers, sur lesquels il ne parvenait pas à mettre de noms. Il ne pouvait pas bouger, même pas crier, et ce devait être ça qui l'effrayait le plus. Il ne sentait plus rien.

Vide. Une pièce blanche derrière ses paupières. Des sièges, et des manteaux noirs. Il ne savait plus qui il était.

Peu importe. Il ferait mieux de dormir, et...

Sora !

Une voix familière filtra à travers son cœur tel une brise fraîche, qui le fit frémir. Qui... ?

Il ne faut pas que tu laisses aller, Sora. Ecoute moi, c'est important. Il faut que tu te battes.

Qui ? Il avait son nom et son visage là, juste au bord de sa conscience vacillante, trop loin pour qu'il puisse les saisir. Seule sa voix l'atteignait.

Ne t'endors pas, poursuivit l'inconnu. Ne pourchasse pas les rêves et n'aie pas peur des Ténèbres.

Une personne importante, connectée à lui. Pourtant, il ne parvenait pas à se souvenir... Frustrant.

Il faut juste que tu te rappelle de qui tu es, Sora. Tu n'es pas l'un d'entre eux.

L'un d'entre eux ? Qui donc ? Un flash lui revint. Les manteaux noirs. Plusieurs paires d'yeux jaunes. Et lui, qui ne voulait pas... Son cœur s'affola.

Calme-toi...Si tu panique, cela lui sera plus facile de s'emparer de toi.

Pourquoi ? De qui parlait-il ? Xeha...

Je dois m'en aller. Je suis désolé.

Attend ! Non !


Il se souvenait ! Ventus !

Trop tard. Il eut l'impression qu'un pic de glace lui transperçait le cœur. Il voulut hurler, se débattre, mais son corps refusa de se plier à ses volontés. La douleur était horrible, pire que tout ce qu'il aurait pu imaginer, comme la sensation qu'on lui arrachait des morceaux de lui-même.

Cela ne dura pas longtemps, juste l'espace d'un instant, mais cela lui parut durer une éternité. A la fin, il ne lui resta que l'impression désagréable qu'il lui manquait quelque chose. Trois « quelques choses » à vrai dire. Ventus, Roxas, et... et... cette fille.

Paradoxalement, ses visions se firent moins sombres, moins angoissantes, et il se souvint des avertissements de Ventus. Il ne fallait pas qu'il cède à Xehanort...

Ce dernier, ou du moins ce qu'il restait de sa conscience originelle, qui vivait à travers ses réceptacles, ressentit une légère perturbation. Sora... Ce gosse n'allait pas se laisser maîtriser si facilement, hein ? Tss... Son cœur finirait bien par céder. Et alors, lui aussi, deviendrait l'un de ses treize hôtes. Il lui en manquerait encore un, à cause de ce petit accident de parcours qu'il avait traversé – il avait compté sur une victime qui avait finalement décidé de jouer aux abonnés absents, alors qu'il l'avait préservé spécialement pour ce moment – mais cela ne faisait rien. Il avait trouvé un remplaçant, qui viendrait sans doute très bientôt à lui.

-_-_-

Il faisait sombre, mais l'aube dessinait déjà une fine ligne à l'horizon.

Riku ne savait pas quoi faire. Il attendait devant la maison de Merlin depuis... Combien de temps, au fait ? Sans doute longtemps. Il ne savait pas s'il devait entrer ou non, ni ce qui s'y passait exactement... Quoiqu'il en avait une petite idée. Alors pourquoi n'empêchait-il pas cela ? Qu'est-ce qui le retenait ? Il ne voulait pas que Vanitas meure, peu importe que cela puisse réveiller Ventus ou non.

Et il avait encore le goût de ses lèvres sur les siennes.

A cette pensée, il eut l'impression que son estomac se retournait. Pas de répulsion, non, au contraire... Et il ne savait pas quoi en penser.

Il ne savait pas grand-chose, au final, à part que le brun mettait bien trop de temps à revenir. Une vague d'inquiétude vint s'ajouter au raz-de-marée qui le submergeait déjà. Vanitas ou Ventus... L'un d'entre devrait déjà être ressorti de là, non ?

Il passa une main nerveuse dans ses cheveux, soupira... Non, tant pis, il n'en pouvait vraiment plus d'attendre ! Sa décision prise, il se tourna vers la porte et en poussa la poignée, ayant peur de ce qu'il trouverait à l'intérieur. Mais il n'avait pas envisagé l'image qu'il trouva en entrant.

Vanitas était toujours là, endormi au pied d'un lit vide, hormis qu'une Keyblade couleur noire et bronze y reposait. En s'approchant, Riku vit qu'il s'agissait de celle de Ventus, et que le brun serrait entre ses doigts une Eclaireuse vert feuille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 3 Aoû - 16:36

27- Débattre

Tous les membres du Conseil avaient été réunis au petit matin après la découverte de la disparition de Ventus. Yen Sid et le Roi Mickey venaient d'être informés et ce dernier arriverait d'un moment à l'autre.

Vanitas se faisait silencieux alors que presque tous les regards se posaient plus ou moins discrètement vers lui. Il avait déjà tout raconté à Léon lorsque celui-ci avait débarqué et il ne tenait pas vraiment à recommencer. Il se sentait étrangement vide, et pourtant... Pourtant il percevait toujours Ventus, quelque part, tout au fond de son cœur. Enfin... Ce qu'il restait de Ventus, en tout cas. Il ne paraissait pas conscient. Il devait juste s'agir d'un résidu de son cœur qui s'était gravé en lui, voilà tout.

Il referma ses doigts sur l'Eclaireuse au fond de sa poche. Il trouvait tout ceci bizarre. Ce type qui était sensé être la moitié de lui-même... il l'avait détesté, avait tenté de le détruire, de le briser de toutes les manières possibles et pourtant... Pourtant celui-ci l'avait aidé du mieux qu'il pouvait à se faire à sa nouvelle vie et... Tout ça pour ça. Il ne voyait aucune logique là-dedans. Et il se sentait étrangement triste.

Bien entendu, on ne pouvait pas le laisser en paix, non. Ce serait trop simple.

« Et qui vous dit qu'il ne l'a pas fait exprès pour tuer son double ? s'exclama Cid d'un air furieux. On n'sait pas à quoi s'attendre avec lui ! Je vous l'ai dit qu'on peut pas lui faire confiance !

-C'est vrai que... commença Yuffie d'un air hésitant. Il a déjà tenté de faire ça il y a dix ans. »

Vanitas aurait bien aimé lui rétorquer qu'elle n'était pas bien placée pour parler, n'ayant pas été là à cette époque, mais qu'est-ce que ça aurait changé, hein ? Ils jugeaient tous sans connaître, dans le coin. Puis s'ils voulaient réellement qu'il parte, il le ferait. A quoi bon rester dans ce monde trop lumineux pour lui, de toute façon ? Ah, il n'avait pas vraiment avancé depuis le début, en fait. Toujours au même point, à se lamenter sur son sort au lieu d'agir... Ca ne lui ressemblait pas, pourtant. D'un autre côté, depuis tout ceci, des événements étaient venus s'ajouter à l'équation... Il risqua un regard vers Riku, mais détourna rapidement le regard avant que le concerné n'ait pu s'en rendre compte. Il repensa à la scène qui s'était déroulé quelques heures plus tôt, mais ne s'y attarda pas. Il ne s'agissait pas de son souci principal pour le moment.

« Sans compter que les Ténèbres ont toujours tentés de détruire la Lumière...

-N'importe quoi, rétorqua Néo. Je vous signale que j'emploie les Ténèbres aussi, merci.

-Ca veut dire que tu le penses innocent ? »

Le clone haussa les épaules, détaché.

« Je dis juste qu'on a aucune preuve, et que le fait qu'il soit issu des Ténèbres ne prouve rien. »

Un court silence s'ensuivit. Honnêtement, Vanitas s'en fichait, de ce qu'ils décideraient. Qu'ils le jugent coupables ou non, cela ne changeait rien. Il devait l'être, de toute façon. Et ça ne datait pas d'hier...

« Je crois à ce qu'il nous a dit. »

L'attention de tout le monde se porta sur Léon, qui arborait son éternel air impassible.

« Je lui fais confiance aussi » acquiesça Naminé.

Instinctivement, le Porteur des Ténèbres se tourna vers Riku. Leurs regards se croisèrent un court instant, trop peu pour qu'il puisse deviner ce à quoi il pensait. L'argenté finit par hausser les épaules.

« J'étais là. Je ne pense pas qu'il m'ait menti. »

Son expression ne démontrait rien, indéchiffrable. Une légère frustration s'empara de Vanitas. Il aimerait savoir ce que l'autre pensait de tout ça... Mais il ne savait déjà pas ce que lui même en pensait, ni pourquoi il l'avait fait. Encore une chose à ajouter à la liste des événements et sentiments qui ne faisaient que l'embrouiller davantage.

Léon soupira et se pinça l'arête du nez, l'air soucieux – enfin, aussi soucieux que puisse paraître Léon.

« Bon, voilà ce qu'on va faire. On va soumettre la question au vote. Vanitas, si trop de voix sont contre toi, je suis désolé, mais on sera obligé de... te bannir du Jardin Radieux. »

Le Porteur des Ténèbres haussa les épaules, tentant de conserver une mine impassible.

« Ca me va.

-On ne devrait pas attendre le Roi, d'abord ? questionna doucement Aerith.

-Mickey n'est pas notre Roi, répondit le guerrier à la Gunblade, un peu sèchement. Il n'a pas à décider de ce qui est bon pour notre ville. »

Bien dit. Peut-être avait-il enfin retenu la leçon. S'ils attendaient toujours après Yen Sid et Mickey, ils pouvaient bien pourrir sur place.

-_-_-

Ienzo réglait quelques vis sur la prothèse métallique posée sur le tableau de bord – reconverti en table d'expérience temporairement, faute de place – lorsqu'il s'aperçut que les protestations venant de la salle des machines venaient de cesser. Sans lever les yeux de son ouvrage, il déclara d'une voix molle :

« Even, pourrais-tu aller voir si notre invitée n'a pas trouvé un moyen de s'enfuir ? »

Dans un si petit vaisseau, ils n'avaient trouvé que la salle des machines pour y enfermer la Princesse de Coeur. Depuis qu'ils avaient décollés, elle n'avait fait que geindre, protester, et tambouriner à la porte pour qu'on la laisse sortir. Parfois, Ienzo ne comprenait pas les êtres humains. N'importe qui trouverait évident, après une analyse de la situation, qu'ils ne comptaient pas la laisser s'en aller comme ça... Et que s'agiter n'arrangerait pas les choses.

Son collègue de travail lui lança un regard acerbe.

« Et pourquoi serait-ce à moi d'y aller ? renifla-t-il d'un air méprisant.

-Hm, je suis occupé.

-Et moi je n'aime pas beaucoup la façon dont tu agis depuis que nous sommes revenus, numéro VI. »

L'appellation eut au moins pour effet de lui faire relever la tête.

« Qu'est-ce qui te prends ? Nous ne sommes plus au temps de l'Organisation. Et nous ne sommes pas nos Simili.

-Ce n'est pas pour ça que tu ne dois pas le respect à tes aînés ! s'exclama Even, accusateur. De toute façon, tu n'a toujours été qu'un sale gamin arrogant, malgré tout ce qu'Ansem a fait pour toi. »

Pour toute réponse, Ienzo le menaça du regard. Ansem le Sage faisait parti du passé. Il l'avait recueilli après le décès tragique de ses parents, et avait tout de suite sut voir le potentiel intellectuel d'Ienzo. Cependant, l'enfant qu'avait été celui-ci alors avait perdu toute confiance en son premier mentor après qu'il leur ait ordonné de stopper les expériences sur les cœurs.

Ienzo n'avait pas compris, ne comprenait d'ailleurs toujours pas. Ansem ne jurait que par la soif du savoir, autrefois. Pourquoi ce revirement ? Parce que cela heurtait des innocents ? Pff, des cobayes, voilà tout ! Il s'agissait d'un sacrifice nécessaire. Xehanort avait su comprendre cela, lui.

Sauf que Xehanort les avaient tous manipulés, au final. Et il avait perdu de vue son véritable but, la science, pour plonger dans les Ténèbres les plus profondes. Dix ans de perdus... C'était beaucoup. La moitié de la vie d'Ienzo. C'était trop tôt, pour perdre son cœur... Au final, il avait été trahi par ses deux mentors. Alors il avait décrété que plus personne ne lui imposerait de limite, et certainement pas Even. Il irait plus loin qu'eux, ne se laisserait pas distraire, et comprendrait enfin l'essence du cœur. Un projet ambitieux.

Il sortit de ses réflexions pour se rendre compte qu'Even ne lui avait pas obéit.

« Dilan ? Peux-tu... ?

-J'y vais » acquiesça celui-ci en se levant.

Even le regarda passer, un air méprisant sur le visage.

« Tu comptes obéir au moindre caprice de ce jeunôt ?

-C'est mon problème, pas le tien » déclara simplement Dilan en disparaissant à l'arrière du cockpit.

Ienzo le regarda partir, puis reprit son ouvrage, pas dérangé le moins du monde par cette interruption.

-_-_-

Cela faisait vingt bonnes minutes qu'il poireautait devant la maison pendant que les autres décidaient de son sort. Et pourquoi ne partirait-il pas maintenant sans leur accord, hein ? Quelque chose l'en empêchait. Sans doute l'espoir – infime – qu'ils ne le rejetteraient pas une énième fois. Après tout, certains d'entre eux – qu'il pouvait se permettre d'appeler ses amis, selon les critères, non ? il ne savait pas - avaient parlé en sa faveur, mais... après avoir entendu les arguments des autres, ne changeraient-ils pas d'avis ? Vanitas lui-même trouverait ça plus pertinent et plus logique qu'ils ne le croient pas.

« Je peux m'asseoir ? » fit une voix grave au-dessus de lui dont il ne reconnut pas le timbre.

Vanitas haussa les sourcils en voyant qui venait de lui adressait la parole. Il s'agissait d'Aeleus, le cinquième apprenti d'Ansem, qui n'avait pas suivi les autres dans leur fugue.

« Tiens donc, tu n'es pas avec les autres en train d'essayer de décider si je suis une ordure ou non ? » questionna ironiquement Vanitas.

L'expression d'Aeleus ne changea pas. Il se laissa tomber à côté de lui sur les marches et mit une bonne minute avant de finalement déclarer :

« Ca ne m'intéresse pas.

-Pourquoi ça ?

-Pas d'avis sur la question. »

Vu comme ça, ça paraissait logique. Hm, cet homme ne semblait pas très bavard. Encore moins que Léon. Il se croyait sûrement intimidant, avec sa mâchoire carrée et sa carrure de Darkside...

« Je vois... soupira Vanitas. Bon, au moins tu ne penses pas que je suis un monstre. »

Pour le coup, l'autre se tourna vers lui et le fixa de ses yeux bleu glacé. Malgré tout son self-control, le brun ne put s'empêcher de se sentir mal à l'aise sous ce regard. Et puis, il lâcha :

« Qui peut vraiment dire ce qu'est un monstre ? »

Le Porteur se mit à réfléchir à la question quelques instants.

« Une aberration, non ? tenta-t-il. Quelque chose qui ne devrait pas exister ? Ah, et les créatures contre lesquelles on se bat, aussi.

-Pour ta première définition, j'appelle cela une curiosité scientifique. »

Scientifique, hein ? Comme un sujet d'expérience ? Il n'était pas certain de beaucoup aimer cette façon de voir les choses.

« Quant à la deuxième, poursuivit Aeleus, à partir de quand devient-on un monstre, de quelle limite ? Et ne sommes-nous pas des monstres pour ceux que nous considérons comme tel ? »

Vanitas ne trouva rien à répondre à cela. Le sujet méritait réflexion. Quoique, ça ne l'intriguait pas plus que cela, en fait. Ces considérations le dépassaient un peu.

« Je ne te pensais pas aussi bavard, sortit-il pour éviter de devoir répondre.

-Seulement quand le sujet m'intéresse, se contenta de répondre Aeleus.

-Pourquoi est-ce que tu n'es pas parti avec les autres apprentis ? »

Il crut un moment que le scientifique n'allait rien ajouter, se contentant de laisser son interrogation en suspens, tant le silence dura.

« Je me sens chez moi ici. Et leur ambitions ne me correspondent pas.

-Leurs ambitions, hein ?

-La connaissance, expliqua Aeleus. Ils oublient qu'il existe des choses que l'on ne peut saisir. Je n'ai compris cela qu'après ma renaissance en tant qu'humain complet.

-Hum. »

Il devait avouer que Ienzo était beaucoup trop curieux, bien qu'il ne puisse pas juger pour les deux autres. Et il parlait trop, aussi. Le contraire d'Aeleus, en gros.

« Mais tu as passé beaucoup de temps avec eux, non ? ne put s'empêcher de demander Vanitas. Vous n'étiez pas amis ? Je pense que ça crée des liens de bosser au même endroit. Enfin, je ne suis pas un expert.

-Ils ont bien changé.

-Ce n'est pas ce que je te demande... » grimaça le brun.

Mais le scientifique se contenta de hausser les épaules. Vraiment étrange, ce type...

Après ce qui semblait être une éternité, la porte s'ouvrit enfin sur Léon. Il observa Vanitas un instant sans que celui-ci parvienne à deviner ce à quoi il songeait. Puis :

« Entre.

-Si c'est pour me dire que je dois me barrer d'ici, laisse tomber. Tu peux me l'annoncer maintenant, je ne vais pas tomber dans les pommes, fit-il sur un ton sarcastique.

-Ne dis pas de bêtises, soupira le guerrier à la Gunblade. Tu ne vas nulle part. Allez, entre. »

Légèrement étonné, le brun se leva et alla rejoindre le Comité dans la maison de Merlin. Malgré lui, il ne put s'empêcher de se sentir soulagé de ne pas devoir partir. Où serait-il allé, d'abord, hein ? Et pour y faire quoi ? Autant retourner errer dans les Ténèbres, s'il ne pouvait plus rester ici.

« Eh bien, il y a de l'ambiance ici » commenta-t-il en sentant l'atmosphère tendue qui régnait dans la pièce.

Personne ne lui répondit. Mais il pouvait comprendre. Oh, il comprenait parfaitement bien, même, et il avait sans doute plus de mal à se remettre qu'eux. Ils venaient de perdre Ventus. Et ça, même pour ceux qui ne le connaissaient pas, cela restait un choc inattendu.  Et une perte stratégique contre Xehanort, aussi. Un guerrier en moins. Surtout après avoir eu le mince espoir qu'il puisse se réveiller. Eh bien, pas de chance, il avait choisi de se sacrifier pour – comment disait Aeleus, déjà ? - une curiosité scientifique.

La porte s'ouvrit à nouveau, laissant place à une petite souris à l'air lessivé et aux yeux rougis. Mickey avança parmi eux, tenta de reprendre contenance, et se tourna vers Vanitas.

« Tu as son Eclaireuse ? »

Le brun lui montra le porte-bonheur en forme d'étoile. Le Roi hocha tristement la tête.

« Bien. Je... commença-t-il d'une voix qui tremblait légèrement. Il ne nous en manque plus qu'une. Nous pourrons libérer Aqua... Avec un peu de chance. »

Ils ne pouvaient plus se permettre de trop espérer, après ce qui venait de se passer.

« Sauf qu'on a aucune idée d'où se trouve le corps de Terra, protesta Riku.

-Non, mais son Eclaireuse... J'ai une petite idée de l'endroit où elle peut se trouver. Seulement, ce monde a été scellé par Yen Sid après ce qu'il s'y est déroulé. Il va falloir ouvrir un Portail spécial. Merlin, nous aurons besoin de votre magie.

-Aucun problème, acquiesça le sorcier.

-Il va nous falloir des guerriers expérimentés également, au cas où...

-Euh, excusez-moi Majesté... se fit entendre Aerith. Mais pourquoi Terra aurait laissé son Eclaireuse dans un lieu si dangereux ? »

Vanitas se doutait que la souris parlait de la Nécropole des Keyblades. Il ne voyait que ça. Mais en effet, pourquoi l'objet qu'ils cherchaient se trouverait dans ce monde ? Terra ne l'aurait pas perdu, il y tenait trop pour ça.

« Tout simplement parce que son armure se trouve là-bas. Lorsque Xehanort a pris possession du corps de Terra, ce qui restait de sa conscience s'est réfugié dans cette armure, expliqua Mickey. Je ne pense pas qu'il aurait laissé Xehanort s'emparer d'un objet aussi important à ses yeux. Du moins, je l'espère.

-Ca fait beaucoup d'espérances et peu de certitudes, commenta Vanitas.

-C'est que... Je commence à croire que nous avons définitivement perdu l'ancienne génération de Porteurs » soupira tristement le Roi.

Et lui, il comptait pour du beurre ? Enfin, il voyait ce qu'il voulait dire.

« Je vais y aller, déclara Riku. Je n'en ai qu'un souvenir flou, mais... C'est grâce à Terra que je peux manier la Keyblade. Je crois que c'est un peu mon devoir de m'y rendre, non ? »

Mickey hocha la tête en lui souriant. Un toussotement se fit entendre dans le coin de Néo, qui n'avait pas décroché un mot depuis tout ce temps.

« J'en ai un peu marre de rester ici à tourner en rond, expliqua-t-il avec un petit sourire. Et puis... Je n'ai pas encore eut l'occasion de faire mes preuves.

-Très bien, faisons comme ça, alors. »

Vanitas capta le regard méfiant que Riku envoya à son clone, ce qui lui arracha un sourire amusé. Encore sa peur maladive des Ténèbres, ou juste des mauvais souvenirs ?

La porte s'ouvrit à la volée. Celle qui fit une entrée si fracassante n'était autre que Jasmine, qui menaça de s'étaler sur le sol. Elle se tenait la tête entre les mains et semblait en grande souffrance. Naminé se précipita pour la soutenir.

La Princesse de Coeur, ainsi que son père et son fiancé, avait emménagé au Jardin Radieux après la destruction d'Agrabah lors de la fusion des mondes. Ils ne savaient pas encore trop quoi faire, maintenant que tout ce qu'ils avaient toujours connu venait d'être détruit sans préavis.

« Qu'est-ce qui ne va pas ? »

Jasmine mit un certain moment à desserrer les dents pour annoncer, d'une voix sifflante :

« C'est... Ca recommence... Il va y avoir une autre fusion. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Ven 9 Aoû - 14:42

28. Aider

La Cité du Crépuscule semblait tout à fait paisible, et pas du tout en proie à une collision imminente avec un autre monde. Enfin, en toute logique, elle ne devait croiser le Domaine Enchanté que d'ici quelques heures.

Mais cela mis à part, la ville dégageait une sorte de... Vanitas ne saurait trop qualifier l'atmosphère qui y régnait. En tout cas, il y sentait un parfait équilibre entre Lumière et Ténèbres. Pas vraiment comme un environnement neutre, qui ne possédait aucune de ces deux essences. Plutôt comme une cohabitation. C'était assez agréable, surtout après avoir subi la Lumière agressive du Jardin Radieux.

Une fois descendu du vaisseau Gummi, il attendit que Léon lui donne des directives.

Puisqu'ils avaient plus de temps pour agir cette fois-ci, et qu'ils savaient ce qui les attendaient, le Comité avait décidé d'évacuer le plus de personnes possibles en vaisseau jusqu'à la Ville de Traverse – ce monde servait en général de refuge à ceux qui avaient perdu le leur – avant la fusion. Quelques sauveteurs avaient été envoyés du côté du Domaine Enchanté, mais puisqu'il y avait davantage d'habitants à la Cité du Crépuscule, Léon avait décidé qu'ils se concentreraient principalement là.

C'était nouveau pour Vanitas, d'aider. Enfin, il supposait qu'il aurait difficilement pu jouer les égoïstes et refuser de partir avec les autres. De toute façon, il n'avait rien de mieux à faire... Même s'il devait bien admettre qu'il se fichait du sort de tous ces gens. Sa nature ne lui permettait pas de s'en soucier. D'accord, il ressentait beaucoup plus de sentiments altruistes depuis un certain temps... mais le peu de compassion qu'il éprouvait allait envers les personnes qu'il estimait les plus proches de lui.

En parlant de proches, il se souvint que Riku était parti avec Néo et Merlin pour la Nécropole. Il aurait préféré les accompagner, tiens, mais cela aurait fait trop de monde pour une mission aussi simple – enfin, simple... on ne savait pas vraiment ce qui allait les y attendre – et il fallait mobiliser le plus d'effectif possible pour sauver les habitants. Et non, il ne s'inquiétait pas.

« Vous allez vous déplacer par équipes de deux, au cas où un incident arriverait, expliqua Aerith à la ronde. Tâchez de revenir le plus vite possible, avec le plus d'habitants possibles. Chaque vaisseau devrait pouvoir faire au moins deux voyages. Lorsque les séismes se feront ressentir, revenez immédiatement, inutile de prendre trop de risques. Yuffie, tu seras avec moi. Naminé avec Léon. Vanitas avec Cid.

-Pardon ? » siffla le brun, pas bien sûr d'avoir entendu correctement.

Aerith lui envoya un sourire tellement aimable que ça en faisait presque peur.

« C'est moi qui ai fait les groupes. Des protestations ?

-Ben oui, justement... commença Vanitas.

-Oh, fais pas d'histoires, gamin... soupira Cid à côté de lui. On y va, c'est tout. »

Le Porteur le dévisagea, méfiant. Ce n'était un secret pour personne que Cid ne le portait pas spécialement dans son cœur. Pourquoi ne protestait-il pas plus que ça ?

« Mouais, bon... maugréa-t-il. Où est-ce qu'on doit aller ?

-Suivez le circuit du tramway, expliqua Aerith. Sonnez aux portes s'il le faut, et tentez de convaincre les gens. »

Vanitas haussa les épaules, persuadé que les habitants ne les écouteraient pas, de toute manière. Qui croirait une chose aussi folle que la fin du monde, dans pas moins de quelques heures ? Sans compter que la plupart des civils ne savaient pas que d'autres mondes différents du leur existaient... Ce ne serait pas gagné.

Néamoins, il se mit en route, Cid sur ses talons. Au bout d'un moment, il lui lança un regard méfiant. Le mécanicien le lui rendit.

« Pourquoi tu m'fixes comme ça ?

-Parce que j'ai du mal à comprendre, fit Vanitas. Ca ne te dérange pas de faire équipe avec moi ? Je pensais que tu me détestais.

-Ah, ça... »

Cid se passa une main derrière la nuque, regardant au loin, l'air mi-gêné, mi-agacé.

« C'est juste... poursuivit-il. Voir Léon et les autres te défendre comme ça... Ca fait réfléchir, tu vois ? Puis y'a que les cons qui changent pas d'avis, non ? »

Le brun fut légèrement surpris, mais ne le laissa pas paraître. Un mince sourire un peu moqueur se dessina sur ses lèvres.

« Hum, donc tu ne penses plus que j'ai volontairement assassiné Ventus ? »

Ca lui faisait bizarre de parler de ce moment.

« Ca, j'en sais rien, mais si c'était pas le cas... Ce serait pas vraiment sympa envers lui de te bannir alors qu'il voulait justement que tu vives à sa place, pas vrai ?

-... En effet.

-Enfin... poursuivit le mécanicien d'un ton plus sérieux. Si jamais tu fais un pas de travers, sache que je t'ai toujours à l'oeil. »

Le Porteur ne répondit pas. Cette façon de penser lui semblait raisonnable.

-_-_-

Le portail se dressait au beau milieu de la salle de la pierre Angulaire. Ils avaient choisi un endroit plutôt discret, histoire de ne pas inquiéter les habitants du Château Disney inutilement. En toute logique, ils ne devraient pas avoir à se battre, mais on ne savait jamais...

« Prêt ? » demanda Riku.

Néo hocha la tête. Il s'agissait d'une mission simple. Trouver l'armure de Terra, récupérer l'Eclaireuse, repartir. Mais vu le passé du monde où ils se rendaient, mieux valait se montrer prudents. Il pourrait y avoir des Sans-Coeurs, ou bien... Xehanort pourrait s'y cacher.

« Allons-y. »

Ce fut Néo qui entra en premier dans le portail. Il s'agissait peut-être d'une réaction puérile, mais il ne voulait pas encore devoir marcher dans les pas de son original. Depuis son retour à la vie normale, il faisait ce qu'il pouvait pour se démarquer de lui. Après tout, il méritait de mener sa propre vie, non ? Et qui sait, peut-être parviendrait-il à surpasser Riku, au final ? Encore faudrait-il pour cela qu'on l'envoie plus souvent en mission. Il ne possédait pas vraiment de moyens de progresser par lui-même.

Riku, de son côté, ne savait toujours pas quoi penser de son clone. Ils n'avaient jamais vraiment eu de véritables conversations, depuis le Manoir Oblivion, et il devait avouer qu'il ne savait pas trop quoi lui dire... Il trouvait vraiment ça perturbant, de se retrouver en face de lui après tout ça !

La Nécropole des Keyblades dégageait une atmosphère malsaine. Pas vraiment sombre ni lumineuse, juste... corrompue. Ils pouvaient presque sentir l'odeur métallique du sang, mais mirent tous deux cela sur le compte de leur imagination. Il s'agissait juste d'un désert de poussière à l'air sombre et dont ils ne voyaient pas la fin.

« Bon... On se sépare pour inspecter les lieux ? proposa Néo.

-Vaut mieux pas, si tu veux mon avis... Cet endroit ne m'a pas l'air très accueillant. »

Néo ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel.

« Evidemment. Je te signale qu'il y a une Guerre des Keyblades, ici. Sans compter ce qui est arrivé à Terra, Ventus et Aqua. C'est normal que ce monde en garde quelques séquelles, mais il n'y a plus rien de dangereux dans le coin.

-J'espère que tu as raison, soupira Riku. Mais on reste groupés.

-Si tu veux diminuer notre efficacité par deux, pas de souci... »

A ces mots, Riku grimaça. Cette manière de penser lui rappelait étrangement Vanitas. Il aurait dit plus ou moins la même chose. Quoique non, en fait, il se serait sans doute moqué de lui et l'aurait accusé d'avoir la trouille.

Ces hypothèses faillirent le faire sourire. Et puis il se demanda pourquoi il pensait à lui... Avant de se rappeler le soir de la disparition de Ventus... et ce qui avait précédé. Pourquoi ce baiser, au juste ? Il ne savait pas quoi en penser, ni ce qu'il devrait dire ou faire si jamais Vanitas lui en reparlait.

Enfin, cela ne signifiait probablement rien. Il tenta de chasser ce moment de ses pensées.

« Bon, on devrait se dépêcher, déclara-t-il en avançant.

-Et pourquoi c'est toi qui donne les ordres ?

-Arrête un peu, je ne donne pas d'ordres, soupira-t-il.

-Tu viens de le faire, rétorqua Néo.

-T'es lourd. J'suis désolé, ça te va ?

-Mouais... »

Riku leva les yeux au ciel. Eh bien, s'il devait surveiller son langage pour ne pas heurter les sentiments de l'autre, il n'était pas sorti...

-_-_-

« On a encore quelques heures avant le début de la fusion, expliqua Ienzo tandis que Dilan garait le vaisseau Gummi. Essayons de trouver un endroit tranquille. »

La Princesse de Coeur à leurs côtés se balançait nerveusement d'un pied sur l'autre. Oh, ils l'avaient déjà prévenu que tenter de s'enfuir ne la mènerait strictement à rien. Seule contre trois, elle ne pourrait pas tenter grand-chose, même si Dilan les avait informés que Belle était du genre... rebelle. Pour le moment, elle paraissait plus inquiète qu'autre chose. Ses grands yeux bruns fixaient Ienzo avec un mélange de courage et d'incertitude.

« Que comptez-vous faire de moi, au juste ?

-Oh, rien de bien grave, répondit Even. Quelques petites expérimentations vis-à-vis du phénomène qui affecte les mondes.

-Mais je n'ai rien à voir avec ça ! s'exclama la Princesse.

-Toi, non. Mais tout ceci a été déclenchée par une jeune fille qui a la même essence que toi. Par conséquent, il ne serait pas étonnant que tu puisses avoir un impact sur tout ceci. »

De plus, Ienzo serait curieux de voir la réaction des Nescient face à elle. Il avait bien senti que leur nature avait été altérée. Ils appartenaient à la Lumière, à présent. Le scientifique ne s'expliquait pas un tel changement. Vanitas devait bien s'en désoler. Enfin, celui-là était le cadet de leurs soucis pour le moment. Quoique, s'ils pouvaient remettre la main dessus... Eh bien, Ienzo opterait sans doute pour des expérimentations plus radicales, cette fois. La dissection, par exemple... Quoique, ce serait un peu idiot de perdre le seul spécimen de cœur purement ténébreux qu'ils avaient sous la main. Avec les Princesses de Coeur au moins, le problème ne se posait pas, puisqu'il en existait sept. Alors, qu'ils en abîment une ou deux pour la science...

Enfin, il ne pouvait pas faire grand-chose avant qu'il n'ait retrouvé son bras gauche, ou du moins la prothèse mécanique qu'il fabriquait durant son temps libre.

« On devrait se mettre en route » décréta-t-il.

Ils sortirent donc du vaisseau, Dilan étant chargé de faire en sorte que la Princesse ne leur file pas entre les doigts. Ce serait difficile de trouver un endroit désert dans cette ville. Quoique, en fouillant dans la mémoire de Zexion, son original se souvint d'un coin de forêt où presque personne ne se rendait et en informa les autres.

-_-_-

« Comment est-ce qu'ils veulent qu'on convainque les gens de nous suivre ? soupira Vanitas. De toute façon on n'a croisé personne...

-On doit essayer, répondit Cid.

-C'est toi qui parle, alors. »

Le mécanicien eut un rire.

« Vaut mieux, ouais ! C'est pas qu'tu n'inspire pas la confiance, mais, hm...

-Mais ?

-Tu vois c'que je veux dire. C'est bizarre d'ailleurs, vu que t'as plus ou moins la même trogne que Sora. »

Bizarre, en effet. Tant mieux, d'un côté. Il n'aimerait pas trop dégager la même aura que ce type, un peu trop niais à son goût. Tiens, d'ailleurs, il aurait été bien utile, dans cette mission... Trop bête qu'il soit entre les mains de Xehanort en ce moment-même.

Il en était là de ses réflexions lorsqu'il aperçu des silhouettes familières au loin, qui passaient par trou creusé dans une façade. Il s'agissait des scientifiques, accompagnés d'une jeune femme qu'il ne connaissait pas. Il alerta Cid et pointa la direction qu'ils avaient pris du menton.

« On d'vrait aller voir, fit son coéquipier.

-Je pense aussi... »

-_-_-

Le premier tremblement de terre se fit sentir. Pas suffisant pour faire tomber quelqu'un, néanmoins. Ienzo ne put empêcher un sourire de franchir ses lèvres.

« Il arrive beaucoup plus tôt que pour la fusion précédente.

-Tu penses que le phénomène s'accélère ? questionna Even en notant l'heure sur un calepin.

-Hum... C'est fort possible, mais tout de même curieux. »

Mais beaucoup de choses à propos de cette fusion restaient un mystère. A commencer par l'apparition des Nescients et leur changement de nature... Enfin, il y avait juste une chose de logique là-dedans. Puisque la fusion des mondes avait été causée par la Lumière, cela paraissait évident que les créatures aidant au processus aient une telle nature. Des choses pareilles n'existaient pas, auparavant.

A côté, Belle cachait tant bien que mal sa terreur mais ne cherchait pas à s'enfuir. Bien, elle n'était pas idiote finalement. Il ne restait plus qu'à attendre.

« Ienzo.

-Qu'est-ce qu'il y a, Dilan ?

-Je crois qu'on a de la visite... dit-il en pointant du doigt l'entrée de la forêt.

-On aurait dû se douter que les néophytes du Jardin Radieux seraient là » cracha Even.

Il s'agissait de ce paysan de Cid, accompagné de... Oh, voilà, il pourrait se venger de ce cher Vanitas.

Ce que les apprentis avaient gardé secret et qu'ils avaient découvert peu de temps auparavant, c'était qu'ils pouvaient encore utiliser certains pouvoirs de leurs Simili. Enfin... Dans le cas d'Ienzo, il peinait encore à manier les illusions de Zexion, mais peut-être parviendrait-il à réussir un petit quelque chose pour forcer l'Être des Ténèbres à les suivre. Au pire des cas, Even et Dilan s'en sortaient mieux avec leurs armes, même si leur adversaire s'avérait plutôt redoutable, à en juger par son expérience.

« C'est pas étonnant qu'on vous trouve ici ! pesta Cid.

-Et alors ? Rétorqua Even de son habituel ton snob. Quel est le problème dans le fait de souhaiter réaliser quelques petites expériences ?

-Oh bien sûr... fit Vanitas en riant. C'est ce que disaient Ansem et Xehanort aussi, pour information. Au fait, Ienzo, ton séjour à la Jungle Profonde t'as pas mal abîmé à ce que je vois. Un arbre t'est tombé dessus ?

-Alors quoi, on devrait stopper le progrès scientifique et retourner à un âge primaire et obscurantiste ? » rétorqua le blond sans laisser son cadet répondre à la provocation.

Les yeux de Cid naviguèrent jusque Belle.

« Nope, mais on n'vous laissera certainement pas kidnapper des demoiselles. »

La Princesse voulut se diriger vers eux, mais Dilan lui bloqua la route en invoquant une de ses lances juste devant elle.

De son côté, Vanitas se demandait quand il lui faudrait attaquer. Il n'eut pas besoin de passer à l'offensive puisqu'une nouvelle secousse se produisit. La terre gronda sous leurs pieds et quelques arbres minces se brisèrent ou se déracinèrent. Puis tout redevint calme.

« C'était une bonne idée, Ienzo, de se rendre dans la forêt pour des expérimentations sur des séismes » ironisa Even en se relevant et en époussetant sa blouse plus très blanche.

Son cadet ne répondit pas, se contentant d'un regard méprisant à son égard. Puis son attention fut captée par quelque chose derrière Vanitas et Cid, et il ne put retenir un sourire satisfait.

Le Porteur se retourna, Keyblade en main, pour faire face à un Nescient. Il grogna. Toujours la même aura lumineuse et puante... Cela lui donnerait presque envie de vomir. Il élimina la créature d'un mouvement colérique.

D'autres monstres étaient apparus pendant ce temps, et même les scientifiques durent sortir leurs armes – un immense bouclier pour Even et six lances pour Dilan – à l'exception d'Ienzo qui se faisait protéger par les deux autres. Seulement, les Nescients ne semblaient pas les attaquer à moins qu'on ne les provoquent. Ils faisaient le même manège que Vanitas avait observé dans la Jungle Profonde et détruisaient leur environnement morceau par morceau.

« Mais qu'est-ce qu'ils foutent ? s'exclama hargneusement Cid en tentant de les empêcher de faire trop de dégâts.

-Ca se voit, non ? rétorqua Ienzo de loin. Ils détruisent le monde, ils mettent son cœur à nu ! »

La véritable question était « pourquoi ». Le scientifique eut une idée en observant une brèche plutôt importante à son niveau. Il ne pouvait pas aller voir ce qui se cachait dans le cœur de ce monde, bien sûr, mais... S'il y avait un type de personne qui pouvait en ressortir indemne, alors il l'avait sous la main. Il saisit le poignet de Belle qui poussa un cri et se débattit comme un beau diable lorsqu'Ienzo tenta de l'approcher du gouffre.

Cid s'en rendit compte et tenta de voler à sa rescousse, mais Even et Dilan lui barrèrent la route. Vanitas vint en renfort, attaquant dans le dos de Dilan qui lança ses lances vers lui. Il les esquiva de justesse et roula au sol, relevant la tête juste à temps pour assister au combat entre Belle et Ienzo au bord de cette étrange brèche creusée dans la matière même du monde. Le scientifique n'étant pas particulièrement athlétique, il peinait un peu contre Belle qui gesticulait comme une furie.

« Sale peste ! » cracha-t-il en la retenant difficilement par le bras.

Il étouffa une exclamation de douleur lorsque le coude de la jeune fille s'enfonça dans ses côtes et, de surprise, desserra légèrement sa poigne. Belle en profita pour le repousser violemment... sans tenir compte de la proximité du gouffre. Les pieds du scientifique roulèrent sur l'extrémité du vide et puis il disparu dans la brèche causée par les Nescients, sans avoir eu le temps de crier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 17 Aoû - 16:31

29. Haïr

Ils marchaient depuis déjà plusieurs longues minutes dans le désert lorsque Riku aperçut la silhouette immobile au loin.

« Néo...

-J'ai vu. »

Ils ne distinguèrent pas précisément ce dont il s'agissait à cause de l'éloignement et du vent qui soufflait des volutes de sable, les forçant à plisser les paupières. Néanmoins, ils sortirent leurs armes d'un même mouvement avant de poursuivre leur route.

Ils s'aperçurent au bout de quelques mètres que la silhouette s'avérait être une armure aux tons ocre et bronze, agenouillée à même le sable, les deux mains posée solennellement sur une Keyblade plantée verticalement dans le sol. Cette dernière évoqua à Riku un vague souvenir, qui ne fit néanmoins que rester à la périphérie de son esprit et l'agacer, sans qu'il ne se rappelle vraiment où il avait bien pu l'apercevoir. Mais d'après ce qu'on lui avait dit, Terra lui aurait transmis le pouvoir de manier une Keyblade lorsqu'il était enfant... Il devait s'agir de cela. A sa taille se trouvait accroché un porte-bonheur en forme d'étoile, d'une couleur oscillant entre le marron et l'orangé.

Ils s'arrêtèrent à quelques mètres de l'armure.

« Bon, qu'est-ce qu'on attend ? commença Néo. Finalement, c'était facile.

-Fais attention, j'ai un mauvais pressentiment...

-Oh, arrête un peu ! ricana son clone. Elle est vide, cette armure. Je vois pas quel mal elle pourrait nous f- »

Il ravala la fin de sa phrase lorsque la chose se releva lentement, avant de saisir sa Keyblade et de se mettre en position de combat. Un vent sinistre se mit à souffler sur la Nécropole, comme en écho à l'éveil de l'armure.

Celle-ci les attaqua avant qu'ils n'aient le temps de se poser de questions et ils se prirent tous deux une taille horizontale de plein fouet. Elle s'approcha d'abord de Riku, qui se redressa aussitôt le choc encaissé et para le coup de son adversaire, qui le fit tout de même reculer d'un bon mètre sous la violence de l'impact. Néo en profita pour lancer un brasier qui  projeta l'armure sur le côté, sans néanmoins lui faire perdre l'équilibre – d'ailleurs, comment une chose vide pouvait-elle avoir un équilibre ? - puis se téléporta derrière elle, pour lui asséner un coup horizontal de son épée. Manque de chance, elle le pressentit arriver et l'enchaîna à l'aide d'un combo qui l'envoya bouler un peu plus loin, avant de reporter son attention sur Riku et se jeta sur lui, Keyblade en avant.

L'armure avait plus l'air de glisser que de marcher et se déplaçait avec une rapidité déconcertante. L'argenté ne put qu'esquiver un coup à l'aide d'une roulade, en encaissant un second à l'épaule. Mais comment allaient-ils battre cette chose ? L'argenté se redressa et recula vers l'endroit où se tenait son coéquipier, tout en tentant un pauvre sort de foudre. Celui-ci atteignit sa cible et le sonna – heureusement – quelques instants.

Néo en profita pour se relever, essuyant du revers la main un mince filet de sang qui coulait de sa bouche. Le coup l'avait plutôt bien amoché, mais il semblait encore en état de se battre.

« C'est impossible de vaincre ce truc...

-Il doit bien y avoir un moyen de s'en débarrasser ! protesta Néo. Mais... Elle est vide, non ?

-Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de vivant à l'intérieur. »

En tout cas, rien de matériel. Cependant, la priorité n'était pas de savoir ce dont il s'agissait.

« Il faut qu'on l'attaque en même temps, fit Riku. Tu penses pouvoir te téléporter ? »

Le clone hocha la tête et se tint prêt. Lorsque l'armure glissa à nouveau vers eux, Néo réapparut derrière et lui envoya une salve d'énergie ténébreuse pendant que l'autre assénait quelques coups d'estoc à leur ennemi. Il ne sut pas si cela le blessait, puisqu'il ne semblait pas faire d'autre dégât que d'abîmer le métal du torse de son adversaire.

Néanmoins l'armure s'en remit bien vite, reculant pour invoquer une boule d'énergie qui atteignit Riku de plein fouet. Celui-ci sentit son dos heurter un rocher et son épaule frotter le sol, le faisant lâcher son arme, mais il ne se rendit compte de la douleur de l'impact qu'en reprenant ses esprits... et en voyant la chose arriver vers lui à toute vitesse, Keyblade en main. Le jeune homme crut sa dernière heure arriver et, par réflexe, tendit son bras valide devant lui pour se protéger, paume en avant...

Il ne ressentit pas le moindre impact. Au début, il crut que Néo venait de le sauver lorsqu'il vit l'armure reculer en titubant, son casque opaque fendu horizontalement, à l'emplacement des yeux. Puis il remarqua les relents sombre de Ténèbres sur sa propre main et la fixa quelques instants sans comprendre. Son clone accourrait vers lui aussi vite qu'il le pouvait.

L'armure ne s'écroula pas dans le sable. Elle parvint par un étrange miracle à se redresser sur ses pieds, avant de planter sa Keyblade juste devant le nez de Riku, toujours au sol, puis de revenir dans sa position initiale, à genoux. Elle ne bougea plus.

« Tu crois qu'elle va se remettre à... ? questionna Néo d'un air méfiant.

-Je ne sais pas... » souffla Riku en se relevant tant bien que mal.

L'autre lui lança un regard interrogatif.

« Quoi ?

-Je pensais pas que tu allais t'en tirer... déclara-t-il.

-Je suis plus résistant que ce que tu crois, tenta de plaisanter Riku.

-Je ne te sous-estime pas, mais... Cette attaque que tu a lancé au dernier moment... De loin, j'ai crû que...

-Que quoi ?

-Laisse tomber. »

Oh, il savait très bien ce que Néo sous-entendait. Il avait envoyé un rayon d'énergie ténébreuse, sans même y penser. D'abord les Couloirs Obscurs, et maintenant ça... Cela ne signifiait qu'une chose : les Ténèbres dans son cœur se renforçaient bel et bien. Pourquoi ?  

Il se remémora les paroles de Xehanort, dans le monde onirique, et une vague d'inquiétude le saisit, qu'il tenta de réprimer.

« Bon, tu te bouges ou non ? lui lança Néo.

-Hein ? »

L'autre lui désigna du doigt la taille de l'armure, à laquelle pendait l'Eclaireuse de Terra.

« J'imagine que c'est à toi de la rapporter, vu que tu es son successeur, en quelques sortes. Et dépêche-toi, j'aimerais mieux partir avant que cette chose ne se lève à nouveau. »

-_-_-

Ienzo avait juste conscience de baigner dans un océan de douleur. Chaque pore de son être au supplice le brûlait. Le pire, c'était ses yeux. Il s'efforçait de garder les paupières closes, mais même ainsi la Lumière l'aveuglait. Elle se trouvait partout autour de lui, intense, pure et destructrice. Aussi dangereuse que les Ténèbres pures.

Il avait l'impression que ses connaissances fuyaient son esprit embrumé, s'envolaient pour se dissoudre dans cette clarté sans égal. Oh, faîtes que cela s'arrête !

Son vœu fut exaucé après une durée interminable, où il crut oublier jusqu'à son propre nom. A ce moment-là il entendit une voix qui l'appelait. La Voix n'utilisait pas de mots, et le son qui parvenait à ses oreilles lui évoquait une ligne parfaitement lisse, indescriptible. Pourtant, il comprenait.

La Voix lui expliqua qu'il se trouvait dans le cœur du monde, que celui-ci souffrait. Elle lui en expliqua la raison, l'explication de la fusion. Alors tout fut limpide dans l'esprit d'Ienzo, les pièces du puzzle se mirent en place doucement. La Lumière appelait la Lumière...

Le monde lui dit aussi qu'il ne devrait pas se trouver là, qu'il aurait dû se dissoudre en son sein, mais que le Kingdom Hearts avait un projet d'une grande envergure pour lui, bien qu'il ne soit pas celui qu'il attendait.

Ienzo ferma les yeux. Il n'avait plus mal. Bientôt, le cœur du monde l'éjecterait, le ramènerait à la surface. Mais avant...

-_-_-

Vanitas esquiva une lance et en para une autre, l'empêchant de se ficher tout droit dans son épaule. Six armes flottantes, ça n'était pas juste ! Heureusement que Dilan semblait plutôt maladroit dans leur maniement pour le moment. Du coup, le Porteur s'en sortait assez bien pour parer les attaques – mais ne parvenait pas à approcher son adversaire pour autant.

Du côté des deux autres, le combat paraissait tourner en rond. Even parait de son bouclier tandis que Cid s'acharnait à trouver une faille dans la défense de son ennemi. Belle, quant à elle, s'était mise à l'abri loin de la zone de combat. Les Nescients poursuivaient leur destruction du monde. Il fallait qu'ils trouvent un moyen de battre en retraite rapidement, sinon... Mais les scientifiques ne les laisseraient pas partir comme ça.

Vanitas eut une exclamation rageuse en repoussant à nouveau les armes de Dilan. Et puis zut, tant pis s'il se blessait, il devait en finir au plus vite. Keyblade en avant, il se précipita vers son ennemi, ignorant les lances sur ses côtés, ne se concentrant que sur celles qui lui barraient la route dans le but de lui porter un coup mortel. Au prix de quelques blessures, il parvint à toucher l'autre combattant et à le mettre à terre.

Il s'apprêtait à lui porter le coup fatal lorsqu'un nouveau tremblement secoua la terre. Le brun tangua sur ses jambes, en espérant que ce ne soit pas le monde qui s'écroulait définitivement. Mais heureusement, il ne s'agissait pas de ça.

La brèche derrière eux, celle où était tombé Ienzo quelques instants auparavant, s'agrandit légèrement. Les combats cessèrent, tous les yeux se tournant vers l'endroit.

Lentement, une forme émergea du gouffre, flottant jusqu'à la surface. Vanitas recula de surprise en reconnaissant... Ienzo, qui semblait parfaitement indemne, un sourire victorieux que le brun n'avait jamais vu se dessinant sur ses lèvres. Il affichait un air calme qui, avouons-le, était tout sauf rassurant.

Even s'étrangla de stupeur.

« Mais... Mais tu étais... » suffoqua-t-il.

Son cadet se tourna vers lui, l'air infiniment supérieur, encore plus qu'auparavant.

« Tombé ? Oui. Je suis allé dans le cœur de ce monde, et j'ai vu des choses... Tout s'éclaire, à présent ! »

Et puis il se tourna vers Vanitas, avant de plisser le nez.

« Je peux sentir à quel point tes Ténèbres sont nombreuses, maintenant, l'informa-t-il. Ce n'est pas agréable.

-J'en ai autant à dire sur ta nouvelle odeur » répliqua amèrement le brun.

En effet, en se concentrant, il put distinguer un changement d'aura chez le scientifique... Un peu comme chez les Nescients. Il fronça les sourcils. Que pouvait-il s'être passé, pendant ces quelques minutes, qui aient pu le transformer à ce point ? Cela faisait presque froid dans le dos...

Ce sourire suffisant ne ressemblait pas à Ienzo. Il était d'un naturel orgueilleux, mais pas de cette manière...

« On peut savoir ce qui t'es arrivé pour que tu aies encore plus une tête à claque qu'auparavant ou bien c'est secret défense ? le provoqua Vanitas.

-C'est cela, fait le malin, lui répondit Ienzo. Sache que tes petites créatures ont aidé à faire de moi ce que je suis devenu.

-Ce que tu es devenu ? Un détraqué ?

-Oh, mais autant que toi, mon cher... A ce propos, maintenant c'est moi qui les contrôle... »

En guise de démonstration, il porta son regard vers un Inondeur qui, aussitôt, se tourna vers Vanitas pour l'attaquer. Le brun le détruisit aisément, furieux. Il ne put retenir un sourire cruel lorsque qu'il vit Ienzo grimacer de douleur alors que le monstre se désagrégeait. Eh oui, le contrôle des Nescient ne venait qu'au prix du mal que l'on ressentait lorsque ceux-ci mourraient.

« Et je peux savoir qui t'a autorisé à me les voler ? » questionna-t-il froidement.

Le scientifique eut un court rire froid.

« Oh, mais la Lumière du Kingdom Hearts, bien sûr... »

Voyons que son interlocuteur le fixait sans comprendre, il s'expliqua.

« Vois-tu, si tu as de brèves notions de sciences, tu comprendra le principe d'un corps étranger. Les mondes réagissent de la même façon qu'un organisme vivant. Pour faire simple, la fusion des mondes, déclenchée par cette charmante Kairi, oblige ceux-ci à se rapprocher... Mais leur nature est différente, il ne peuvent pas tolérer la présence d'autres mondes si près d'eux. Cela créerait un paradoxe. Alors ils se défendent comme ils peuvent... Exactement comme un corps humain réagirait à un virus. »

Il ne voyait pas où il voulait en venir. Cette discussion l'agaçait plus qu'autre chose !

« Quel rapport avec mes Nescients ?

-Les cœurs des mondes ne peuvent pas s'attaquer directement, expliqua Ienzo. Les Nescients jouent le rôle d'anticorps. Les mondes les envoient pour se détruire l'un l'autre, pour effacer la menace... Sauf qu'il n'y a pas de gagnant, tu vois ? Ils finissent par disparaître tous les deux. »

Il marqua une pause, affichant un sourire triomphant. Vanitas commençait à saisir la situation.

« En clair, la fusion des mondes signifie leur fin.

-Précisément. Tu es plus malin qu'il n'y paraît. Et si tu te demandes encore pourquoi ce sont tes créatures qui ont été choisies... Réfléchis un peu. Les Sans-Coeurs sont le fruit des Ténèbres, hors c'est la Lumière d'une Princesse de Coeur qui a déclenché tout ceci. Les Simili ? Neutres. Quant aux Avale-Rêves, ils appartiennent à une autre dimension. Il ne restait qu'un seul type de créature... Facilement détournable puisque le seul à pouvoir les invoquer était un pauvre garçon brisé, une moitié qui ne retrouverait jamais sa part lumineuse... C'était facile, de te les retirer et de les modifier, tellement plus simple que de créer d'autres monstres, ce qui aurait prit un temps fou. »

Alors, c'était pour ça ? Cela n'avait rien à voir avec lui, au final, c'était juste... Du vol, ni plus ni moins. Voilà, il se sentait comme si on lui avait volé une part de lui-même au profit de... Du chaos. De la Lumière. D'une cause qui ne le concernait pas.

« Tu ne sais pas quoi dire, hein ? » jubilait l'autre.

Il aurait voulu lui faire ravaler son putain de sourire. Non. Non, il ne savait pas quoi lui répondre, mais la haine qu'il éprouvait envers Ienzo augmentait à chaque seconde. Il le mettrait en pièce. Peut-être pas maintenant, mais un jour il le retrouverait et il le tuerait.

Dilan prit la parole.

« Ienzo... Qu'es-tu devenu, exactement ?

-Le messager de la Lumière, répondit celui-ci d'un ton qui se voulait humble. Celle-ci a été trahie par ses gardiennes, les Princesses de Coeur, qui se sont montrées trop égoïstes pour la protéger ! »

Il lança un regard méprisant à Belle.

Ce ne fut que lorsqu'un Nescient engloutit un rocher et la terre en dessous que Cid se réveilla. Ils devaient partir d'ici au plus vite ! Du moins, s'ils le pouvaient encore. Il attrapa Belle par la main, appela Vanitas qui se retourna vers lui, tiré de ses pensées meurtrières.

« Faut qu'on file ! »

Il avait raison. Les brèches dans le sol devenaient de plus en plus larges et les Nescients de plus en plus nombreux. Ils devaient faire vite. Le brun les rejoignit sans un regard envers les scientifiques, se fichant éperdument de ce qu'ils feraient. Qu'ils crèvent tous. Sauf Ienzo. Ienzo, il se le réservait. Mais pour l'heure il devait surtout sauver sa peau.

Ils parvinrent à sortir de la forêt et rejoignirent la place principale, devant sans cesse esquiver des gouffres de Lumière. Le monde s'effritait littéralement sous leurs pieds. Le seul vaisseau Gummi à ne pas avoir quitté la Cité du Crépuscule était le leur, et ils s'y engouffrèrent le plus vite possible. Cid se mit aux commandes et démarra sans même laisser le temps à ses passagers de boucler leur ceinture.

Une fois hors d'affaire, ils respirèrent enfin. Le pilote du vaisseau se tourna alors vers Belle.

« Tout va bien ? »

La Princesse hocha la tête.

« J'ai crû que j'allais mourir... Mais je vais bien.

-Et toi, gamin ? »

Vanitas secoua la tête sans répondre. Evidemment qu'il n'allait pas bien. Décidément, tout ça était de la faute de Kairi... Si elle n'avait pas déclenché cette fichu fusion...Il soupira. Peu importait. D'une manière ou d'une autre, il récupérerait ses créatures.

Et s'il pouvait empêcher les mondes de se désintégrer au passage, ce ne serait pas du luxe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 24 Aoû - 14:13

30. Réfléchir

L'ambiance au quartier général du Comité était... perplexe.

Tout le monde s'accordait à dire que la métamorphose d'Ienzo ne présageait rien de bon, et cela même s'il prétendait que c'était le Kingdom Hearts qui lui avait attribué de nouveaux pouvoirs... Il ne s'en servirait certainement que pour son propre intérêt, quels qu'ils soient.

Ils avaient décidé de mettre les Princesses de Coeur à l'abri, juste au cas où. Jasmine, Belle et Aurore – dont le monde venait d'être détruit en même temps que la Cité du Crépuscule – se trouvaient déjà au Jardin Radieux, et ils allaient expliquer la situations aux autres le plus tôt possible. Oh, elles ne seraient sans doute pas ravies de se retrouver à nouveau confrontées à tout ceci, pour la plupart.

Mais ils n'avançaient pas. Ils ne savaient toujours pas comme stopper les fusions – ou plutôt la destruction – des mondes. De plus, Sora, Kairi et Lea se trouvaient toujours quelque part dans la Dimension des Rêves, piégés par Xehanort... ou pire, morts – cependant, personne n'évoquait cette dernière hypothèse à voix haute.

En revanche, ils pouvaient au moins faire une chose, une seule, pour le moment.

Vanitas regarda les trois Eclaireuses posées sur la table et soupira. Aqua ne serait pas ravie de revenir pour découvrir que Ventus était...

« L'une des Princesses pourrait ouvrir un passage vers les Ténèbres, puisque Kairi n'est pas là pour le faire, suggéra Aerith. A présent, il faut qu'on décide de qui on enverra...

-Puisque Kairi ne peut pas y aller en personne, se manifesta Naminé, je prends sa place. Je ne sais pas me battre, mais j'ai l'impression que je devrais m'y rendre tout de même. »

Le Roi Mickey, qui était resté là pour réfléchir avec eux, hocha la tête.

« Bien sûr ! Tu es la plus à même de transporter cette Eclaireuse jusqu'à ce qu'on la rende à sa propriétaire. »

Il lui tendit la petite étoile bleue en lui souriant, puis se tourna vers Riku.

« Tu devrais t'y rendre également. Tu ne t'en souviens sans doute pas, mais tu as déjà parlé à Aqua lorsque tu étais plus petit. »

Il hocha la tête, acceptant l'Eclaireuse de Terra que Mickey lui tendit. Puis, la souris jeta un regard incertain à Vanitas. Celui-ci ricana.

« N'y pensez même pas. Je ne pense pas qu'Aqua sera très ravie de me voir après tout ce que je lui ai fait subir. Et quand elle saura ce qui est arrivé à Ventus... »

Elle voudrait sûrement le tuer, lorsque ce serait le cas. Elle ne croirait pas à son histoire.

« Mais en dehors de Sora, protesta Mickey, tu es la personne la plus proche de Ven.

-Je m'en fiche, et elle aussi. Elle ne me pardonnera jamais ce qui s'est passé.

-Elle n'est pas si rancunière...

-Non, je crois que tu as du mal à comprendre, lui répliqua Vanitas d'un ton acerbe. Ces trois-là, les sentiments qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre... Comment réagirais-tu si quelqu'un tuait ton meilleur ami ? Tu lui pardonnerais ?

-Sauf que tu n'a pas tué Ventus.

-En effet, mais comment lui expliquer ça, hm ? J'ai essayé de les tuer à maintes reprises, j'ai aidé Xehanort, et je n'en éprouvais aucun remord... Elle ne me voit que comme un meurtrier sans pitié et je doute qu'elle change d'avis. Surtout après tout ça. »

Ce ne serait pas logique.

« Je suis d'accord avec le Roi, déclara Léon.

-Pardon ? » s'étonna Vanitas.

Le guerrier à la Gunblade le fixa, impassible.

« Elle pense que tu es un monstre ? A toi de lui prouver le contraire. Et ne me dis pas que tu n'en a pas envie, parce que ça n'a rien à voir avec ce que tu souhaites ou pas. Si nous retrouvons Aqua, elle sera sans doute amenée à vivre ici. Vous devrez cohabiter, que ça vous plaise ou non. Bien sûr, si elle tentait de te faire le moindre mal, elle serait sanctionnée. »

Le brun eut un mince sourire.

« Même si c'est justifié ? Parce que, franchement, elle a toutes les raisons du monde de m'en vouloir.

-Peu importe. Tu restes un habitant de cette ville et aucun écart ne sera toléré, pas même envers un Maître de la Keyblade. Bien sûr, ça vaut aussi pour toi, évite de la provoquer...

-Comme si j'en avais envie. »

Il préférait se tenir aussi loin de la jeune femme possible, lorsqu'elle reviendrait.

« Tu dois y aller. Histoire qu'elle voit que tu ne lui veut plus aucun mal. »

Vanitas prit un moment pour y réfléchir. Ca ne le tentait pas du tout. Néanmoins, il devait admettre que Léon marquait un point. Seulement...

« Ok, mais je veux pas être là quand vous lui annonceraient pour Ventus. »

C'était déjà assez pénible comme ça, si en plus il devait essuyer une nouvelle vague de reproches...

« J'irais aussi décréta Néo.

-Pourquoi ?

-J'ai envie d'y aller, répondit simplement celui-ci. Je n'aime pas beaucoup rester coincé ici et je veux voir ce que je vaux dans de vrais combats. Bon, en fait, vu que je peux faire fuir les Sans-Coeurs, on n'aura même pas à se battre, mais...

-On sera trop pour une mission aussi simple, protesta Mickey. Par contre, si tu tiens vraiment à aider, tu peux aller chercher les Princesses de Coeur et les ramener à bon port. Tu sais piloter un vaisseau, non ?

-Ca ne m'intéresse pas, protesta Néo en croisant les bras.

-Tu auras d'autres occasions de faire tes preuves, soupira Léon. De plus, là, tu sors d'un combat éprouvant. Laisse les autres faire, pour cette fois. »

Cela sembla le calmer. Il en fut décidé ainsi et la réunion se termina.

Vanitas se détacha du mur, fatigué à l'avance de la journée qui l'attendait le lendemain. En sortant, son regard croisa brièvement celui de Riku et une sorte de courant électrique remonta le long de sa nuque. Et merde, c'était quoi ça encore ? Est-ce que ça avait un rapport avec... Ce qui s'était passé la dernière fois qu'ils avaient été seuls ? Depuis ce soir-là, les événements s'étaient enchaînés et ils n'avaient pas eu le temps d'en reparler. Tant mieux, d'un côté... Mais de l'autre, le brun trouvait cela hautement frustrant.

Enfin, l'autre allait sans doute lui demander des explications, non ? Eh bien visiblement pas, puisqu'il alla parler à Naminé sans même se tourner vers lui, ce qui agaça encore davantage Vanitas. Mais pourquoi réagissait-il comme ça, hein ?

Sans compter qu'il ne saurait pas quoi lui répondre, si l'argenté lui demandait pourquoi il l'avait embrassé. Oui d'ailleurs, pourquoi, hein ? Sur le moment, ça lui était venu comme ça, sur un coup de tête. Sûrement parce qu'il pensait qu'il allait mourir, et donc qu'il n'aurait pas de comptes à rendre... Mais non, même pas. Et du coup, il avait envie de s'enterrer dans un trou, là. Tiens, bonne idée, d'ailleurs.

Non mais sérieusement, à quoi pensait-il, là ? Il n'allait pas fuir à cause d'un truc aussi futile ? Sauf que le truc futile lui faisait peur, un peu...

Enervé contre le monde entier et contre lui-même, il décida d'essayer de se changer les idées et passa à l'atelier des mogs. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus eu l'occasion de s'y rendre. Seulement, la synthèse d'objets nécessitait une concentration qu'il ne parvint pas à trouver, son esprit dérivant beaucoup trop vers le même sujet... Il finit par sortir et arpenter les rues au hasard.

Et d'ailleurs... Qu'est-ce qui l'avait poussé à faire ça ? La réponse, il s'en doutait un peu depuis un moment maintenant. Même avant ce soir-là, en fait. Mais c'était complètement ridicule ! Pourquoi Riku en particulier ? Il ne savait même pas à quel moment il avait commencé à éprouver des... sentiments pour lui.

Bon, d'accord, en y repensant, Vanitas devait admettre qu'il avait toujours été plus ou moins intéressé par l'argenté et son rejet maladif des Ténèbres. Sauf que c'était pour pouvoir se moquer de lui, à la base ! Et puis... Puis, ils avaient passés un peu plus de temps ensemble et, peu à peu, ça avait commencé à agacer le brun que l'autre ait aussi peur de l'obscurité. Parce que cela signifiait qu'il se méfiait de lui également, et...

Il serra les poings. Il ne se reconnaissait plus ! Se mettre dans des états pareils pour si peu ! Il soupira bruyamment avant de rejoindre sa chambre, au château. Il préférait éviter de croiser quelqu'un, en particulier lui, jusqu'à la fin de la journée.

Une fois arrivé dans la pièce vide et déprimante, il s'allongea sur son lit. Rien à faire, son esprit traître ne le laissait pas penser à autre chose... Alors, c'était qu'il devait vraiment être amoureux, hein ? Et dire qu'il ne pensait pas ça possible, quelques temps auparavant...

Il ferma les yeux et eut un sourire amer. De toute façon, ça n'avait aucune espèce d'importance, puisque ce ne serait jamais réciproque. Soyons sérieux cinq minutes, Riku avait une telle haine des Ténèbres... Quoique, il lui avait dit l'apprécier, non ? Oui, mais en tant qu'ami, sans doute. Et puis même, non.

Sans s'en rendre compte, il finit par sombrer dans le sommeil. Il ne dormait que très peu, ces derniers temps, et sa fatigue ne tarda pas à le rattraper.

-_-_-

Even observait Ienzo qui travaillait encore sur sa prothèse mécanique.

Le cadet du groupe avait ouvert un passage lumineux pour les tirer d'affaire avant la destruction de la Cité du Crépuscule, puisqu'ils n'auraient pas eu suffisamment de temps pour atteindre le vaisseau Gummi. A partir de là, ils s'étaient établis sur un petit monde paisible et sans intérêt qui ne serait pas touché de si tôt par la destruction de l'univers. Ienzo prétendait avoir été choisi par le Kingdom Hearts en personne pour une cause qu'il ne semblait pas enclin à dévoiler. Visiblement, il ne s'agissait pas de sauver les mondes.

Even trouvait cela ridicule et peinait à le croire. Le Kingdom Hearts, choisir un Elu ? Qui plus est, il ne s'agissait que d'un néophyte tombé par accident dans un gouffre ! Même pas un Porteur de la Keyblade, ou une Princesse de Coeur, ce qui aurait déjà été plus crédible. Non, un gringalet arrogant qui ne savait même pas se battre ! Oh, il l'exécrait encore plus depuis leur retour de la Cité du Crépuscule ! Décidément, la Lumière qu'il détenait à présent ne lui réussissait pas.

Le plus frustrant dans tout cela restait l'étrange dévouement de Dilan pour son cadet. Il possédait bien plus de jugeote dix ans plus tôt !

Avec un reniflement de frustration, Even se leva pour observer le travail de l'autre. Il tenait à fabriquer la chose seul, bien qu'il soit considérablement ralenti dans son avancement par l'absence de son bras gauche.

« Ta prothèse a l'air finie... fit-il remarquer prudemment.

-Elle a besoin d'une ou deux petites améliorations, fit Ienzo sans relever les yeux de son ouvrage.

-De quel genre ?

-Ca ne te regarde pas.

-Visiblement, ton petit tour je ne sais trop où ne t'as pas rendu plus aimable... » grinça Even.

Pour le coup, l'autre leva un regard noir vers lui.

« Tu ne comprendra jamais ce qui m'est arrivé là-bas. »

Il disait ça comme si son collègue ratait quelque chose d'extraordinaire, que seul lui pouvait atteindre. Cela eut le don d'énerver profondément le blond.

Il soutint le regard de ce garçon qu'il avait connu depuis son enfance, sur qui il avait veillé pendant des années, qui avait grandi un peu trop vite... Alors c'était comme ça qu'il le remerciait pour tout ce qu'il avait fait pour lui, hein ? Remarque, cela ne devrait pas l'étonner. Ansem avait été comme un père pour Ienzo, et pourtant... ce dernier avait enjoint Xehanort à poursuivre les recherches sur les cœurs dans le dos de leur maître, sans aucune once de regret.

A présent, Even s'en rendait compte, il existait quelque chose de pourri chez cet enfant.

« Aeleus avait raison, lui asséna-t-il d'un ton acerbe. On n'aurait jamais dû te suivre, tout ceci est insensé !

-Songerais-tu à me trahir, Even ? susurra l'autre d'un ton dangereux. Sache que je ne me laisserais pas faire si facilement. Mes Nescients te retrouveront et te mettront en pièce. »

Cela eut pour effet de calmer le plus âgé. En apparence, du moins. Ce serait stupide et suicidaire que de le provoquer. Avant, Ienzo n'aurait pas eu une réaction si violente, mais à présent... Il ravala sa fierté et partit ruminer dans un coin. Oh, il ne se laisserait pas faire ! Ceci dit, mieux valait agir prudemment... Il frapperait au moment où l'autre s'y attendrait le moins.

-_-_-

Non, Riku ne voulait vraiment pas faire ça. Mais comment expliquer à Aerith qu'il ne tenait pas à aller demander quoi que ce soit à Vanitas, hein ? La guérisseuse venait de lui dire d'aller chercher le brun, histoire de vérifier qu'il n'avait pas été blessé ou affecté d'une manière ou d'une autre par ce qu'il s'était passé à la Cité du Crépuscule.

L'argenté soupira. Pas qu'il n'ait pas envie de le voir, non... Mais pas seul à seul, pas pour l'instant. Enfin, il faudrait bien y passer, de toute façon, pas vrai ?

Il le chercha un moment dans la ville, sans résultat. Peut-être se trouvait-il dans sa chambre ? Il alla vérifier et frappa à la porte. Pas de réponse, mais il décida quand même de vérifier – ça ne l'étonnerait pas que le brun soit en train de bouder, tiens. Il entra donc et trouva effectivement celui qu'il cherchait, endormi à poings fermés.

La pièce paraissait étrangement vide et impersonnelle, comme si personne n'y vivait. Le seul effet personnel qu'il remarqua fut l'Eclaireuse verte sur la table de chevet, ainsi que la Keyblade de Ventus qui traînait dans un coin. Néanmoins, ce ne fut pas la décoration qui retint son attention.

Ca faisait bizarre, de voir Vanitas aussi... vulnérable. La ressemblance avec Sora le frappa, d'un coup. Forcément, lorsque le brun affichait un air un peu plus paisible, cela se voyait davantage. Il devait vraiment être épuisé, pour s'endormir comme ça en pleine journée. D'un autre côté, ce n'était pas étonnant, avec tout ça.

Riku se demandait ce que ça pouvait bien faire, lorsqu'une partie de soi-même disparaissait. Il ne pourrait sans doute jamais comprendre ce que Vanitas ressentait depuis la perte de Ventus, mais il ne pouvait s'empêcher de se dire que c'était mieux que l'inverse – mieux pour qui, au juste ?

Il se rendit compte qu'il observait l'autre depuis un peu trop longtemps et s'en alla, refermant la porte sans bruit. Il dirait à Aerith de ne pas s'inquiéter et laissa le brun profiter de ce repos bien mérité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 31 Aoû - 13:05

31. Délivrer

La barrière se trouvait toujours là, ainsi que les marques en forme d'étoile pour y apposer les Eclaireuses du trio. Une lueur d'espoir brillait dans les yeux du Roi Mickey alors qu'il contemplait ladite barrière.

« Après tant d'années, nous sommes enfin parvenus à la retrouver...

-Rien n'est encore joué » lui rappela Vanitas.

Il ne se rendait pas bien compte, puisqu'il avait perdu la notion du temps pendant cette décennie bloqué dans les Ténèbres, mais effectivement, dix ans, ça faisait long... Enfin, à son avis, Aqua n'avait pas non plus réalisé l'intervalle de temps entre sa chute dans les Ténèbres et maintenant.

Naminé s'avança en première vers le mur transparent afin de placer l'Eclaireuse bleue dans l'un des creux. Riku et Vanitas firent de même avec celles de Terra et Ventus, puis reculèrent. Comme prévu, la barrière lumineuse disparut et les porte-bonheurs tombèrent à terre sans un bruit.

« On devrait y aller avant que des Sans-Coeurs n'arrivent » proposa Naminé.

Ils se mirent en route, Mickey les guidant à travers les Ténèbres.

Mais si ce n'était pas Aqua qui se trouvait derrière celle-ci ? S'il s'agissait d'un piège tendu par Xehanort ? Ils tomberaient en plein dedans. Néanmoins, ils ne pouvaient faire que ça pour le moment... Puis même, il fallait bien qu'ils l'affrontent à un moment donné. A quatre contre un ce ne serait pas si difficile.

« Vous êtes bien silencieux, tous... fit doucement remarquer Naminé au bout de quelques minutes de trajet.

-On est pas là pour faire la fête, en même temps, lui rétorqua Vanitas.

-Elle a raison, observa Riku. On ne va pas un enterrement, non plus. Au contraire... »

Le brun ne se donna même pas la peine de répondre. S'ils voulaient appeler les Sans-Coeurs en faisant exploser des feux d'artifices, soit, ce n'était pas son problème. En fait si, puisqu'il se trouvait avec eux, mais tant pis. Lui ne se trouvait pas d'humeur.

Naminé se retourna pour observer les deux garçons, puis :

« Vous vous êtes disputés, tous les deux ? »

Vanitas se raidit à la question.

« Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

-Oh, une impression...

-Eh bien garde tes impressions pour toi, merci » persifla-t-il.

La jeune fille soupira mais n'insista pas. Tant mieux, d'ailleurs. De quoi se mêlait-elle, au juste ? Et non, ils ne s'étaient pas disputés, mais... Tiens oui, Vanitas se demandait ce qui le retenait de parler normalement à l'autre comme avant. En tout cas, il n'en avait pas envie. Enfin si, mais... non. Curieux, comme sensation.

Ils avancèrent encore un peu avant d'apercevoir au loin ce qui ressemblait à des immeubles, assombris par l'obscurité.

« Qu'est-ce que c'est ? questionna Naminé.

-On devrait aller voir » proposa Mickey.

Les immeubles constituaient en vérité une ville. Bien qu'elle apparaisse désormais morne, noire et abandonnée, Vanitas crut reconnaître la Cité du Crépuscule.

« Alors c'est là que vont les mondes lorsqu'ils sont détruits... » constata Riku.

C'était assez ironique, quand on y pensait. Anéantis par la Lumière, ils sombrent dans les Ténèbres... Comme si ces dernières s'apparentaient à une déchetterie. Bah voyons. Autre preuve que la Lumière se pensait supérieure.

« Alors... commença prudemment Naminé. S'ils se trouvent ici, ce serait possible de les sauver... ?

-C'est possible, affirma Mickey. Après tout, c'est déjà arrivé... Pas dans ces conditions, certes, mais cela ne fait pas si longtemps que Sora a vaincu Ansem le Sans-Coeur, et que les mondes détruits par les Sans-Coeurs sont remontés à la surface. »

Encore une fois, Vanitas se dit qu'il devrait rattraper son retard dans la petite histoire de l'univers. Il pourrait demander à Léon de lui raconter ce qu'il avait raté, tiens. Ce serait plus pratique pour comprendre certaines discussions qu'il entendait. Il préférait éviter de devoir demander des détails chaque fois que les autres discutaient d'un événement qui avait eu lieu par le passé.

Etrangement, à présent qu'il s'était fait à l'idée de rester auprès d'eux, il ne les détestait plus tant que ça. Bon, ça dépendait des gens. Il évitait de se trouver dans la même pièce que Yuffie, par exemple, pour ne pas avoir à l'entendre piailler comme une môme de dix ans. Quant aux autres, ceux à qui il ne parlait pas tellement, il s'en fichait cordialement. Enfin, ils avaient des choses plus importantes à s'occuper, pour le moment.

« Mais pourquoi ont-ils atterri ici en particulier ? demanda judicieusement Naminé. Derrière la barrière, je veux dire.

-Peut-être un hasard, suggéra Vanitas. Puis, pour le moment, nous n'avons vu qu'un seul monde. Si ça se trouve, les autres sont totalement ailleurs.

-Oui, pas faux... »

Elle semblait tout de même perplexe. En l'observant, le brun se rendit compte qu'elle lui rappelait Ventus. Sans doute les cheveux blonds et les yeux bleus. Quoique, il n'y avait pas que ça... Quelque chose dans son caractère, il ne saurait pas l'expliquer. Mais elle venait autant de Sora que de Kairi. Peut-être que le cœur de Ven avait également influencé sa création d'une quelconque manière... Ce serait étrange, mais pas impossible.

Le trajet se poursuivit en silence. Puis les Sans-Coeurs débarquèrent. Les trois combattants sortirent leur Keyblade d'un même mouvement, Riku se rapprochant de Naminé pour la protéger. Avant d'attaquer, Vanitas analysa la situation. Les créatures se faisaient nombreuses, et difficiles à distinguer dans l'obscurité, hormis leurs yeux brillants. En principe, se serait facile de s'en débarrasser... Sauf si le combat s'éternisait et que les ombres réapparaissaient sans cesse, comme la dernière fois.

Et c'est ce qui se passa. Les attaques directes ne servaient à rien, tant les choses étaient nombreuses, aussi Mickey et Riku finirent par opter pour des sorts de masse, histoire de faire davantage de dégâts. Vanitas, lui, se trouvait plutôt en mauvaise posture. Il ne pouvait pas utiliser son pouvoir des Ténèbres - peu efficace contre des créatures qui, justement, appartenaient aux Ténèbres - ni invoquer ses Nescients et devait donc se contenter des attaques physiques. Il faisait tout de même des dégâts, mais trop peu face à la horde de monstres qui ne cessait de s'agrandir. Aussi, il se retrouva bientôt encerclé par les Sans-Coeurs, encore davantage que les trois autres.

Au bout d'un certain temps, il s'autorisa une courte pause pour se ressaisir. Quelle galère... Il repartit à la charge après avoir évité la griffe d'une ombre particulièrement rapide. Il ne tiendrait pas très longtemps ainsi, si le nombre de créatures continuait de s'accroître !

Riku vit bien que le brun peinait à se débarrasser des Sans-Coeurs, mais ne pouvait pas s'éloigner de Naminé. S'il la laissait seule, elle risquait de se faire blesser. Et Mickey se trouvait trop loin pour se rendre compte de quoi que ce soit. Tant pis, l'autre allait devoir se débrouiller seul, au moins jusqu'à ce que la masse de monstre ne diminue. Il ne put s'empêcher de garder tout de même un œil sur lui en lançant ses sorts. Oh, il savait bien que Vanitas se débrouillait très bien en combat et qu'il s'en sortirait sûrement, mais il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter. Bêtement, sans doute.

Enfin, c'est ce qu'il pensait jusqu'à ce qu'il ne voit deux crypto-ombre l'attaquer dans le dos, le touchant de plein fouet, et que le brun ne s'écroule à genoux. L'argenté sut qu'il devait faire quelque chose avant qu'un des monstres ne lui porte le coup fatal. Laissant Naminé derrière – pas le temps de la prévenir - il se précipita vers l'autre et détruisit les Sans-Coeurs qui l'entouraient d'un sort de foudre. Vanitas se releva, le fixant d'un air mi-surpris, mi-exaspéré.

« Tu peux encore te battre ? lui demanda Riku.

-Mais oui ! » lui répondit-il d'un ton agacé et détruisant une ombre d'un coup de Keyblade.

Du sang coulait le long de son dos, mais il semblait pouvoir encore marcher et attaquer, en effet.

Ils entendirent soudain un cri derrière eux. L'argenté se retourna pour voir Naminé tomber à terre, le flanc ensanglanté. Il retourna immédiatement supprimer les Sans-Coeurs qui l'entouraient, paniqué. Sa blessure semblait bien plus grave que celle de Vanitas, mais il n'avait pas le temps de se tourner vers elle pour vérifier les dégâts, trop occupé à repousser les créatures.

Après un temps qui lui parut interminable, le nombre de leurs ennemis diminuèrent et, finalement, le dernier fut vaincu. Riku s'agenouilla immédiatement vers Naminé et la souleva légèrement. Elle était encore consciente, mais tremblait violemment. Et tout ce sang qu'elle avait perdu... L'argenté tenta un sort de soin, mais ses sorts magiques étaient épuisés pour le moment. Il se tourna vers Mickey, l'interrogeant du regard, mais visiblement celui-ci ne pouvait plus en lancer non plus.

« On doit retourner au Jardin Radieux. Sinon...

-Nous tous ? demanda Vanitas. Ce serait stupide. L'un d'entre nous devrait emmener Naminé pendant que les deux autres cherchent Aqua, non ?

-C'est risqué, protesta Mickey. Si d'autres Sans-Coeurs arrivent...

-Ce serait idiot d'arrêter juste pour ça » insista-t-il.

Oh, pas qu'il ait spécialement envie de revoir Aqua, non, mais plus vite cette mission serait bouclée, mieux ce serait. Et il leur faudrait tout refaire, s'ils abandonnaient maintenant.

Riku leva des yeux accusateurs vers lui.

« Arrête un peu ! lui lança-t-il. Si tu ne t'étais pas éloigné autant ce ne serait pas arrivé !

-Moi ? ricana Vanitas. C'est toi qui la protégeait, je te signale.

-Oui, et je me suis éloigné pour te sauver la vie, au cas où tu n'aurais pas remarqué.

-Je ne t'ai pas appelé à l'aide, que je saches ! »

Cette discussion énervait profondément le brun. Déjà qu'il ne digérait pas bien le fait d'avoir dû être sauvé... Il n'aimait pas du tout se sentir faible comme ça. De plus, la blessure dans son dos le faisait pas mal souffrir, même s'il n'en laissait rien paraître. Et bien entendu, ça, Riku s'en fichait. Il ne s'inquiétait que pour Naminé, évidemment.

Eh merde. Jalousie. Ce sentiment là, il le connaissait bien, même si cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas ressenti, et jamais de cette façon. Autrefois, il éprouvait de la jalousie envers la vie que menait Ventus, mais là c'était différent encore. Il détestait ça.

Il tourna les talons et commença à s'éloigner, ne supportant plus de se trouver là et souhaitant être seul.

« Où est-ce que tu vas ? lui demanda Riku.

-Pas tes affaires. Rentrez sans moi.

-Mais comment tu vas faire pour revenir ?

-Je m'en fous, ok ? »

Vanitas crut entendre un soupir alors qu'il s'éloignait, ainsi que Mickey disant quelque chose comme « on reviendra le chercher plus tard ». Bah voyons, si ça leur faisait plaisir, hein... Il erra quelques minutes dans la ville abandonnée, le temps que sa colère redescende. Mine de rien, sa blessure le faisait quand même pas mal souffrir... Un jour, il faudrait qu'il apprenne ce foutu sort de soin, tiens.

Il observa les lieux. Il s'agissait bien de la Cité du Crépuscule, mais seulement en apparence. Ils se trouvaient au plus profond des Ténèbres. Chez lui. C'était ce qui s'apparentait le plus d'un foyer, pour lui. Et cette constatation avait un côté déprimant. Sa place était là, mais il y serait toujours seul...

Il finit par relativiser. Bon, sa réaction avait été stupide, il devait se l'avouer. Mais c'était de la faute de Riku, aussi, qui l'avait blâmé bêtement pour la blessure de Naminé. Comme s'il s'agissait de sa faute ! Tss... Enfin, bref.

Et puis, ça le percuta. Il venait de dire aux autres de partir sans lui. Et ils devaient déjà se trouver au Jardin Radieux, depuis le temps. Zut. Il ne voulait pas se retrouver coincé ici encore une fois ! Et s'il se retrouvait face à Aqua, hein ? Tout seul, il aurait du mal à la convaincre qu'il se trouvait désormais dans son camp.

Il retourna sur ses pas en soupirant, espérant que les autres ne l'avaient pas abandonné tout en sachant bien ce serait le cas.

Et pourtant, lorsqu'il retourna là-bas, ils se trouvaient encore au même endroit. Et pas tous seuls. Il ralentit le pas en voyant une silhouette bleue accroupie près de Naminé, visiblement en train de la soigner. Hum, donc ils n'avaient pas eut besoin de chercher, au final... Une bonne chose de faite, tiens. Avant qu'ils ne le remarquent, le brun capta un morceau de conversation.

« Alors, Sora et Kairi ont été piégés par Xehanort ? » questionnait Aqua d'une voix tendue.

Mickey hocha la tête.

« Et Lea aussi, précisa-t-il. Ils sont sans doute encore quelques part dans le monde des rêves, mais... Yen Sid pense qu'il est trop dangereux d'y envoyer d'autre guerriers pour le moment.

-Je vois, fit la jeune femme d'un air grave. Il va pourtant bien falloir faire quelque chose.

-Il tente de les localiser, mais ce n'est pas facile. »

Aqua affichait un air grave, comprenant la gravité de la situation et réfléchissant sûrement à comment y remédier. Elle ne paraissait même pas soulagée qu'on l'ait retrouvée. Et encore, elle ne savait pas le pire, pour l'instant...

« Hum, quelles retrouvailles chaleureuses... » ironisa Vanitas, révélant sa présence au passage.

La réaction d'Aqua ne se fit pas attendre. Elle se redressa d'un bond, invoquant une Keyblade qui, pourtant, n'était pas la sienne, mais que le brun ne reconnaissait pas. Naminé se leva également, visiblement remise de ses blessures, et posa doucement une main sur le bras de la guerrière.

« Attend, intervint-elle calmement. Ca va te paraître difficile à croire, mais il est avec nous.

-Vous auriez pu lui préciser ce détail avant que je revienne » soupira le concerné.

La jeune femme interrogea du regard Mickey, puis Riku, avant de voir que Naminé ne plaisantait pas. Elle semblait ahurie, pour le coup.

« M-Mais... balbutia-t-elle. Non, vous ne comprenez pas... On ne peut pas lui faire confiance.

-Beaucoup de choses ont changé, ces derniers temps, lui apprit Mickey. Mais je te jure que Vanitas est de notre côté. C'est normal que tu aies du mal à accepter ça, mais ne t'en fais pas. »

Elle sembla réfléchir rapidement, tiraillée entre sa raison et ce dont on l'informait. Ca agaça le brun, qui savait très bien qu'Aqua ne pourrait jamais lui pardonner tout ça.

« Bah, laisse tomber, lui dit-il. On est pas obligés de devenir les meilleurs amis du monde. Juste, évite de m'attaquer dans mon sommeil et je ferais pareil.

-Je ne fais pas ce genre de coups en traître » répondit-elle d'un ton acerbe.

Ca se voyait qu'elle se retenait de lui sortir un « contrairement à toi ». Vanitas haussa les épaules, décidant de laisser couler.

« On se remet en route ? J'en ai marre de cet endroit. »

Le groupe recommença donc à marcher, pour revenir au portail de Lumière créé par Jasmine pour eux – hormis Kairi, elle était celle qui s'en sortait le mieux avec ses dons de Princesse de Coeur pour le moment, bien que Belle se montre également très intéressée par ces pouvoirs – avant que Riku ne jette un coup d'oeil à Aqua, qui tenait toujours fermement son arme en main.

« Range ta Keyblade, il n'y a aucun danger ici » lui dit doucement l'argenté.

La guerrière jeta un dernier regard méfiant à Vanitas, mais fit disparaître la clé en soupirant. Quelques minutes plus tard, elle discutait avec Naminé et Mickey d'un air enthousiaste, rattrapant le temps perdu et tout ce qu'elle avait raté – excepté une chose, celle concernant Ventus, mais ils ne l'en informeraient sûrement qu'à leur retour au Jardin Radieux.

Vanitas restait un peu à l'écart, ne partageant pas la joie de ces retrouvailles. Il sentait que ce serait déjà galère, de devoir cohabiter avec Aqua. Et puis, il n'y pouvait rien, il ne l'aimait pas. Il s'agissait d'une vieille rancune idiote qui n'avait plus de raison d'être, il le savait, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. De toute façon, ce devait être partagé. Enfin, tant qu'elle ne l'ennuyait pas trop, il pourrait sans doute tolérer sa présence.

« Hm, Vanitas ? »

Le concerné leva les yeux vers Riku, qui venait de s'approcher de lui, le fixant de ses iris turquoise, trop claires par rapport à l'endroit où ils se trouvaient.

« Quoi ?

-Euh, je voulais juste... Enfin, je suis désolé pour tout à l'heure, fit l'argenté. Je ne pensais pas que c'était de ta faute, mais j'étais inquiet pour Naminé et...

-Ouais, ça va, coupa le brun d'un ton sec. Evidemment que c'était pas ma faute.

-Ca veut dire que tu acceptes mes excuses ?

-Mouais, on va dire ça. »

Il ne se sentait pas d'humeur à en parler. Puis, il ne lui en voulait pas vraiment. Quoique. Enfin, tant pis.

« Quelque chose ne va pas ? demanda Riku en voyant que l'autre semblait contrarié.

-Oh, à part que tu te soucie plus de Naminé que de moi ? Rien. »

Oh non. Il ne l'avait pas dit à voix haute, tout de même ? Visiblement si... Mais fort heureusement, l'autre ne releva pas plus que ça la pseudo-crise de jalousie du brun. Surtout que, techniquement, il n'avait pas le droit d'éprouver ça...

« Non, mais c'est juste qu'elle se trouvait dans un plus mauvais état que toi et que... Oh. Ta blessure. Ca va, au fait ? Pardon, j'ai pas pensé...

-Arrête de t'excuser, ça devient chiant. Et oui, c'est supportable. »

En fait, ça lui faisait encore mal, mais peu importe. Il demanderait à Aerith de le soigner une fois rentrés. Il doutait qu'Aqua veuille bien s'en charger, de toute manière.

-_-_-

Dans la maison de Merlin, un cri déchirant retenti, puis quelques sanglots entrecoupés se firent entendre. Vanitas, à l'extérieur, grimaça. A travers la porte, il entendait des bribes de conversation. Aqua demandait des explications, des détails sur la disparition de Ventus, tandis que Mickey et les autres lui racontaient ce qu'ils pouvaient. Ils tentaient aussi de l'apaiser, mais cela ne servait à rien – en même temps, aucune parole ne pourrait la réconforter, à ce stade.

Le brun décida de s'éclipser avant que la jeune femme n'ait l'idée d'aller le trouver. Trop tard. La porte s'ouvrit à la volée, et il para un coup de Keyblade au dernier moment. Il fit face à Aqua, dont le visage n'exprimait que de la rage à l'état pur – déroutant, pour quelqu'un d'ordinaire si calme – mis à part pour les traces de larmes encore présentes sur ses joues.

Elle était rapide et frappait aveuglément, avec une force insoupçonnée, si bien que Vanitas eut du mal à parer ses assauts. Il tenta une ou deux ripostes lorsque l'autre lui donnait assez de répit pour cela, mais ne toucha pas sa cible. La jeune femme finit par réussir à le faire tomber à terre, sur le dos, son arme volant quelques mètres plus loin.

Le brun eut juste le temps de se redresser sur ses coudes avant de voir la Keyblade d'Aqua – celle de son maître Eraqus, en fait – s'abattre vers lui, et... Une autre clé stoppa sa course.

« Ca suffit » déclara calmement Riku en fixant son aînée.

Celle-ci s'écarta et baissa son arme, mais n'en démordit pas.

« Il a tué mon meilleur ami ! »

Vanitas en profita pour se relever.

« Non, je n'ai rien fait, rétorqua-t-il d'un ton sérieux. Il s'est sacrifié. Je te jure que c'est ce qui s'est passé. Ecoute, tu n'es pas obligée de me croire, mais tu penses vraiment que j'aurais fait disparaître la meilleure part de moi-même intentionnellement ? »

Elle ne répondit rien, le regardant d'un air abasourdi quelques instants, avant de fondre en larme à nouveau. Aerith et Naminé l'entraînèrent à l'intérieur le temps qu'elle se calme. Vanitas les regarda faire, impassible.

« C'était moins une » commenta Riku.

Le brun lui offrit un regard noir en guise de remerciement.

« Je n'avais pas besoin de ton aide » déclara-t-il d'un ton sec.

L'argenté haussa un sourcil.

« Oh bien sûr, tu maîtrisais parfaitement la situation... »

Cela faisait déjà deux fois en une journée qu'il le sauvait in extremis.

« La prochaine fois, fais comme si c'était le cas, rétorqua Vanitas.

-Pourquoi ? Elle allait te tuer, enfin !

-Pas tes affaires.

-Pourtant, toi, tu m'a déjà sauvé la vie, dans les monde des rêves... »

Le brun se figea à l'entente de ce souvenir.

« C'est pas pareil.

-Ah oui ? rétorqua Riku. Et en quoi ? »

Putain, qu'est-ce qu'il pouvait être chiant, quand il s'y mettait ! Vanitas se demanda si c'était contradictoire d'avoir à la fois envie de l'embrasser et de lui foutre des baffes.

« Tu fais chier » répondit-il très brillamment.

Sur ce, il s'éloigna, pressé d'en finir avec cette journée pourrie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 7 Sep - 10:14

32- Pleurer

Aqua ne dormit pas, cette nuit-là. On lui avait assigné une chambre, elle s'y était enfermé, et elle ne savait pas combien de temps s'était écoulé depuis lors. Il lui semblait qu'il commençait à faire jour. Peut-être. Elle contemplait les trois Eclaireuses réunies en cercle à ses pieds. Celles qu'elle avait fabriqué des années plus tôt pour elle et ses amis. Pour leur porter bonheur. Dommage, ça n'avait pas fonctionné.

Ses larmes s'étaient taries depuis quelques temps déjà. Elle se sentait à sec, comme si elle ne pouvait plus pleurer. Plus jamais. Il lui semblait que quelque chose venait de se briser en elle, sans doute définitivement.

Toutes ses années, elle n'avait survécu que pour les retrouver. Les deux personnes qui comptaient le plus à ses yeux. Mais Terra se trouvait loin, hors d'atteinte, et Ven... Ven. Pourquoi lui ? Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui, au juste, tous ces malheurs ?

Aqua l'avait toujours considéré comme son propre petit frère, et l'avait toujours protégé comme tel. Peut-être un peu trop, d'ailleurs, parfois. Mais au final, cela n'avait servi à rien. Il était parti, sans même qu'elle ait pu lui dire adieu, sans qu'elle ait pu le revoir une dernière fois. Et elle trouvait cela tellement, tellement injuste ! Il méritait bien plus de vivre que Vanitas...

Mais elle ne pouvait rien y faire. Elle se sentait faible, inutile et brisée. Malgré tous ses efforts pour sauver ses amis, rien n'avait fonctionné comme il le fallait. Et à présent, il ne restait plus qu'elle. Un fantôme dans une époque qui n'était pas tout à fait la sienne. Les mondes continuaient d'évoluer sans elle, et elle ne comptait pas dans ces changements...

Elle voudrait tellement pouvoir repartir à zéro, avant que tout ne dérape, avant Xehanort... Elle trouverait un moyen de changer le cours des choses. Si à l'époque elle avait su ce qu'elle savait maintenant, elle aurait pu... Tant pis. Tant pis pour tout.

Et Terra ? On lui avait raconté ce qu'il était advenu de lui, en tant que réceptacle de Xehanort, ainsi que l'Organisation XIII, Xemnas et Ansem le Sans-Coeur... On lui répétait que le cœur de Terra devait avoir été détruit par les Ténèbres de Xehanort depuis longtemps. Mais...

Une once de quelque chose persistait en Aqua malgré tout. Pas de l'espoir, non. Ca, elle ne savait pas si elle pourrait en retrouver un jour. Seulement, la possibilité que Terra puisse encore exister, quelque part, sous une forme quelconque... De la détermination, voilà. Elle commençait à retrouver ce qui s'apparentait à de la détermination.

Parce que, si elle pouvait faire quelque chose pour lui, pour sauver au moins l'une des personnes qui comptait pour elle, elle ne voulait pas manquer cette chance. Elle ne supporterait pas de les perdre tous les deux définitivement.

La jeune femme se releva lentement, une dureté nouvelle brillant dans ses iris bleus. Voilà. Elle allait faire ça, chercher à ramener Terra. Si elle n'y arrivait pas, autant qu'elle aille se laisser mourir dans les Ténèbres, pour ce que ça changeait. Mais elle pouvait encore réussir ça.

-_-_-

Aqua venait de demander une réunion auprès du Comité de restauration du Jardin Radieux. Mickey se trouvait là aussi, ainsi que Naminé, Néo, Vanitas et Aeleus. Il fallait qu'elle leur raconte ce qui s'était passé dans le monde des Ténèbres. Peut-être qu'ils parviendraient à trouver une explication, comme ça. Une fois que tout le monde fut présent, elle commença de but en blanc.

« Vous savez tous que je me suis protégé à l'aide d'une barrière lorsque je me trouvais dans les Ténèbres. En fait, cela ne fait pas si longtemps que je l'ai créée. Je ne me souviens plus quand exactement... »

Le temps était une notion floue, là-bas. Qui savait si cela faisait un an ou un mois ? Sans doute pas au-delà de ce délai, en tout cas.

« Eh bien, poursuivit-elle, je l'ai fait parce que quelqu'un est venu me trouver. Il... Je pense qu'il s'agissait de Xehanort, mais il semblait différent. Je ne sais pas s'il s'est trouvé un nouveau réceptacle, ou s'il s'agit d'une version de lui différente de celle à laquelle j'ai eu affaire dans le passé, mais...

-On l'a rencontré aussi, intervint alors Riku. Il nous a entraîné dans le monde des Rêves, Vanitas et moi, quand nous sommes allé chercher... Enfin, bref. Et il a dit quelque chose à propos de... »

Il hésita légèrement, avant de poursuivre :

« Il a dit qu'il avait fait quelque chose à Sora. Une « amélioration » si je me souviens bien. Mais c'est bizarre, il avait presque l'air de vouloir qu'on le retrouve.

-Alors il s'agit bien d'un piège, acquiesça Léon. Mais que cherche-t-il à faire ? »

Aqua réfléchit pendant un moment. Ca collait avec ce qu'elle avait entendu...

« Il m'a dit une chose semblable, déclara-t-elle. Il prétendait que si je le suivais sans discuter, mes tourments s'arrêteraient, qu'il lui manquait encore deux personnes pour... Il n'a pas précisé pourquoi, mais il m'a demandé d'ouvrir mon cœur aux Ténèbres. Evidemment, j'ai refusé et il m'a attaqué, avec l'aide des Sans-Coeurs. J'ai pu m'enfuir et créer cette barrière, en laissant mon Eclaireuse derrière moi dans l'espoir que quelqu'un d'autre que lui me retrouve. »

Et voilà. Un lourd silence emplit la salle. Personne ne devait savoir ce que cela signifiait. Même en tentant de reconstituer les pièces du puzzle...

« Deux personnes... répéta Cid d'un air perplexe. Il en a déjà trois, alors pourquoi est-ce qu'il voudrait qu'on tombe dans son piège, hein ?

-Il a parlé de Ténèbres, lui rappela Naminé. Kairi ne doit pas correspondre à ce qu'il cherche, quoi que ce soit.

-Mais il lui reste Sora et Lea, protesta Néo.

-Et si Lea ne convenait pas non plus ? Peut-être un rapport avec le fait qu'il ait déjà perdu son coeur, je ne sais pas...

-Non, c'est stupide, protesta Vanitas. Sora aussi a été dans le même cas.

-Il n'y a qu'un seul moyen de savoir, décréta Aqua. Il faut qu'on aille vérifier.

-Mais Yen Sid l'a interdit ! protesta Mickey. Et nous ne savons pas où ils sont...

-Si Xehanort veut qu'on le trouve, alors il fera tout pour qu'on y parvienne, je pense, argua la jeune femme. Et si nous sommes préparés, nous devrions nous en sortir. Je parlerais à Yen Sid.

-Et si on échouait ?

-Mickey... soupira Aqua. Autrefois, tu n'aurais pas hésité à braver les dangers pour sauver tes amis.

-Justement. Je ne tiens pas à en perdre d'autres, répliqua le Roi. Nous nous jetons tout droit dans le piège de Xehanort.

-Je sais bien... Seulement, je pense que c'est mieux que de ne rien faire et d'attendre qu'il ne vienne nous chercher. Nous avons un sérieux désavantage par rapport à lui, mais nous pouvons combler ça par le nombre. Il est seul, non ? Nous n'avons qu'à dépêcher le plus de guerriers possibles à la rescousse.

-C'est une idée, acquiesça Léon. Sauf qu'il nous faut des combattants ici au cas où une autre fusion se produirait, ou si Ienzo tentait quelque chose...

-Alors seuls les Porteurs de Keyblades partiront, décida Aqua. Nous sommes les plus à même de réussir.

-Non, je veux partir aussi » intervint alors Néo.

Vanitas leva les yeux au ciel.

« Tu n'en a pas marre, de faire des caprices comme ça ? lui lança-t-il.

-J'en ai marre de rester là sans rien faire ! protesta le clone. Et puis, il n'y en a que pour les Porteurs. Pourquoi ce serait toujours à eux de récolter tout le mérite ?

-Le p'tit marque un point... fit observer Cid.

-Mais c'est dangereux, dit Aerith.

-Je sais me battre » lui rétorqua Néo d'un ton acerbe.

Aqua observa le garçon quelques instants. On lui avait un peu expliqué qui il était. Une simple réplique, créée par un Simili dans un but égoïste. Il semblait déterminé. Et elle savait d'expérience que lorsqu'on contraignait une personne, celle-ci finissait par s'enfuir... Eraqus avait interdit à Ventus de quitter la Contrée du Départ, pour son propre bien, et le résultat avait été... catastrophique.

« Je ne vois pas d'objection à ce qu'il nous accompagne, fit-elle. La possession d'une Keyblade n'est pas forcément un signe de supériorité.

-Dans ce cas, déclara Mickey, je ferais mieux d'en parler à Donald et Dingo également.

-Ce serait bien, sourit son amie. On a besoin de toute l'aide nécessaire.

-Alors, la question est réglée ?

-Je pense, oui. Je vais devoir en parler à Yen Sid.

-T'as besoin d'un vaisseau ? questionna Cid.

-Je pense que je peux me débrouiller sans » répondit-elle.

Elle sortit en même temps que les autres, évita de croiser le regard de Vanitas. Elle était prête à croire à son histoire, au final, par égard pour Ven. Cela ne voulait pas dire qu'elle lui pardonnait, ni que sa haine à son encontre diminuait. Elle aurait aimé être capable de passer outre tout ça, mais ce n'était pas possible. Même lorsqu'elle se disait que Ventus s'était sacrifié pour lui, pour qu'il vive, que cela voulait dire qu'il le méritait sans doute... Peine perdu. Elle éprouvait de la rancune envers lui pour tant de choses ! En sortant d'ici, elle avait cru retrouver son meilleur ami, et à la place elle tombait sur ça.

La jeune femme soupira tristement en arrivant dehors. Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser aller encore une fois. Lorsque que Xehanort serait vaincu, lorsque Terra serait là, elle pourrait s'autoriser à pleurer à nouveau. Pas avant.

Elle leva le nez vers le ciel sans nuages. Elle ne savait pas ce qui était advenu de son armure, mais si elle se trouvait encore en l'état, elle devrait répondre à son appel. Logiquement. En priant pour que ça fonctionne, elle actionna la plaque de métal qui ceignait son bras gauche.

Bon sang, elle avait oublié à quel point cette armure était lourde ! Une fois habituée, elle finit par lancer sa Keyblade en l'air, qui prit l'apparence d'un vaisseau et s'arrêta à ses pieds. Au moment où elle s'asseyait dessus, prête à démarrer, elle vit du coin de l'oeil que Riku la fixait avec une admiration à peine dissimulée.

« Il va falloir que tu nous apprenne à faire ça ! » déclara-t-il.

La guerrière eut un sourire qu'il ne put pas voir à son cause du casque et hocha la tête, avant de s'envoler vers la tour du magicien Yen Sid. Un peu trop tard, elle se dit que l'atlas des mondes devait avoir bien changé, depuis le temps, étant donné que les orbites des différents territoires changeaient sans cesse. Eh bien, comme ça, elle ferait un petit tour de repérage...

-_-_-

Le Sorcier avait tenu à lui dire à quel point il se trouvait désolé. Aqua avait balayé ses condoléances d'un revers de la main, oubliant pour une fois la politesse due au rang du vieux magicien. Elle s'était reprise bien vite, avait expliqué son plan d'un air déterminé, faisant tout pour qu'il ne puisse pas réfuter son idée. Enfin, elle conclut par le fait qu'elle était Maître de la Keyblade et que, si elle menait l'expédition avec le Roi Mickey, leurs chances de prendre Xehanort à son propre jeu devenaient plus fortes. Elle n'aimait pas jouer de l'argument de son rang, mais la situation s'avérait critique.

Yen Sid l'écouta sans broncher, attendant qu'elle ait fini.

« Le problème, intervint-il ensuite, c'est que nous ne savons pas ce que manigance Xehanort. Si un Porteur expérimenté comme Sora a pu tomber entre ses mains aussi facilement, ainsi que Kairi et Lea, cela veut dire qu'il est préparé et qu'il nous attend au tournant.

-Il a un avantage sur nous, admit calmement Aqua. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas gagner contre lui, ou au moins délivrer ceux qu'il a capturé. »

Elle se souvenait de Sora et Kairi, lorsqu'elle les avait croisé des années plus tôt. Ils étaient enfant, à l'époque, et à présent... Elle ne permettrait pas qu'on leur fasse du mal à eux aussi.

« Et si vous échouiez ? argua Yen Sid sur le même ton. Le monde se retrouverait sans défense, sans Porteurs de Keyblades, et totalement à la merci de Xehanort.

-Pas forcément. Il y a des guerriers puissants et expérimentés, même chez ceux qui n'ont pas le don de manier la Keyblade. Et dans le pire des cas... »

Dans le pire des cas, ce serait mieux comme ça, se dit-elle sans oser formuler sa pensée. Ils parviendraient à défaire Xehanort sans l'aide de Keyblades, et alors il n'y aurait plus de Porteurs... Cela valait peut-être mieux ainsi. Elle commençait à se dire que le don se présentait plus comme une malédiction. Sans cela, beaucoup d'ennuis aurait pu être évités à tout le monde. Voilà pourquoi elle n'avait pas voulu transmettre le pouvoir de la Keyblade à Sora, lorsqu'elle l'avait vu dix ans auparavant. Ca ne l'avait pas protégé d'en hériter d'une, malheureusement...

Le magicien sembla comprendre ce qu'elle sous-entendait. Après tout, lui même avait renoncé à son titre. Il ferma les yeux, l'air grave.

« Très bien. Je vais tout préparer pour que vous partiez demain dans les meilleures conditions. Soyez prudents. Avec un groupe de cette envergure, il n'est pas rare qu'un ou deux se perdent... »

La jeune femme sentit son cœur cogner dans sa poitrine. Il acceptait ! Elle s'inclina devant son aîné, puis commença à partir.

« Oh, encore une chose, l'interpella le sorcier avant qu'elle ne franchisse la porte. J'ai appris que les princesses de Coeurs séjournaient au Jardin Radieux. »

La jeune femme ne les avait pas croisé, mais elle avait cru comprendre ça en effet. Une histoire à propos d'un scientifique qui pourrait les mettre en péril. Elle hocha la tête.

« Ce serait bien qu'elles viennent ici également, lui dit-il. Kairi a pu trouver comment s'ouvrir à certains pouvoirs et je pense que les autres en sont capables également. J'aimerais voir ça avec elles.

-Entendu » acquiesça la guerrière.

Sur le chemin, elle songea à Cendrillon, Blanche-Neige et Aurore, qu'elle avait rencontré autrefois. Elles, des pouvoirs ? Elles paraissaient plutôt faites pour une vie paisible, loin de tout souci. Elles avaient réalisé leurs rêves, menaient une existence heureuse auprès de leurs princes, et on les dérangeait à nouveau en les mêlant à ces histoires ? Les pauvres. Enfin, Aqua supposait que cela faisait partie de leur destin. Plutôt injuste, le destin. Surtout envers les cœurs les plus purs...

Elle rentra au Jardin Radieux, informa Léon et les autres des décisions prises par Yen Sid, et qu'il fallait donc se préparer en conséquences, puis commença à se diriger vers sa chambre, pensant y passer le reste de la journée, paisiblement. Elle se sentait comme une étrangère, ici, dans ce futur ayant continué d'avancer sans elle.

« J'ai la Keyblade de Ventus. »

Aqua se retourna vers la voix presque agressive derrière elle et dévisagea Vanitas d'un regard furieux. Comment osait-il seulement se présenter devant elle et lui parler de Ven ?

« Et alors ? » rétorqua-t-elle.

Il haussa les épaules.

« Rien. Mais si tu la veux, tu peux. Elle ne me sert à rien. »

La jeune femme serra les dents.

« Non, garde-la, répondit-elle. Elle t'appartient. »

Sur ce, elle tourna les talons et poursuivit sa route, sans rien ajouter de plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 14 Sep - 14:32

33- Admettre

Ils atterrirent à la Ville de Traverse. Encore. Vanitas commençait à en avoir assez de ce monde, vraiment. Combien à parier qu'ils s'y perdraient à nouveau ?

« C'est ridicule, s'exaspéra-il. Sora et les autres ne se trouvent pas dans le coin, on le sait.

-Nous sommes obligés de démarrer d'ici, d'après Yen Sid, lui rétorqua Aqua d'un ton froid. Normalement, il devrait y avoir des espèces de Portails pour nous mener à d'autres mondes endormis.

-Ouais, encore faut-il les trouver » bougonna le brun.

Il se sentait d'humeur à râler à propos du moindre petit détail. Sur les nerfs, oui, on pouvait dire ça.

Le groupe envoyé pour sauver Lea, Kairi et Sora des griffes du vilain Xehanort se composait de lui-même, ainsi que de Riku, Aqua, Néo, Mickey, Dingo et Donald. Autant dire qu'ils n'étaient pas sortis de l'auberge... Non, sérieusement, ils ne possédaient aucun autre plan que « on fonce dans le tas et on voit ce qui se passe », alors comment pouvaient-ils espérer que cela marcherait ? D'un point de vue objectif, on pourrait dire que rien ne servait d'élaborer un plan, puisqu'ils ne savaient presque rien de leur ennemi, mais Vanitas n'avait aucune envie de se montrer objectif.

Le pire ? Il savait très bien ce qui le mettait dans cet état. Tout ça, c'était de la faute de Riku, comme d'habitude. Il lui tapait sur les nerfs, aussi bien quand il se trouvait là que lorsqu'il ne le voyait pas. C'était insupportable. En plus, ils ne se parlaient plus depuis que l'argenté s'était interposé entre lui et Aqua, la veille. Et même avant, d'ailleurs... Il ne comptait visiblement pas, lui parler du baiser qu'ils avaient échangés quelques jours auparavant. Alors quoi, ils faisaient comme si rien ne s'était produit ? Ils oubliaient ? Pff... Franchement, des fois Vanitas se disait qu'il haïssait cordialement l'autre.

… Sauf que non, voilà tout le problème. Quelle connerie, vraiment, que les sentiments ! Finalement, les Similis devaient mener une vie bien simple. Il les enviait un peu, sur le coup.

Le brun suivait donc le groupe, en pestant mentalement contre la vie et songeant presque à retourner vivre en ermite dans les Ténèbres. Mais il ne pouvait pas, parce qu'il ne serait alors séparé d'un certain argenté. Dont il ne supportait plus la présence, mais pas l'absence non plus. Frustrant.

« Mais où est-il, ce Portail ? soupira Donald au bout d'environ une demi-heure.

-Ce monde est vaste, répondit Riku. Il nous faudrait une carte des lieux...

-Ouais, et tu veux la trouver où, ta carte ? rétorqua Vanitas en levant les yeux au ciel. Dans une pochette surprise ? Et même, je doute que l'emplacement du Portail y soit gentiment indiqué avec une jolie croix rouge.

-Je disais ça comme ça.

-Tu sers à rien.

-Mais c'est quoi ton problème, à la fin ? s'emporta l'argenté. T'es insupportable, sérieusement ! »

C'était lui, le problème, justement. Mais ça évidemment, le brun ne pouvait pas lui dire, alors il ne répondit pas. Néo observa l'échange, avant de demander le plus innocemment du monde :

« Vous vous êtes disputés, tous les deux ?

-C'est pas ton problème, merde ! répondit Vanitas. Puis pourquoi tout le monde pense ça ?

-Oh, parce que vous en donnez l'air...

-Eh bien, mêle-toi de tes affaires. »

D'abord Naminé, et maintenant lui ? Ils n'allaient pas tous tenter de jouer les psychologues, si ? Ca ne les regardaient pas, en plus. Ce fut ce moment que choisit Aqua pour s'arrêter, soupirer, puis se tourner vers eux :

« Bon, annonça-t-elle, je comprends qu'il y ait des... tensions, entre certains d'entre nous. Sauf que nous sommes là pour sauver les autres. Vos règlements de comptes devront attendre. S'il vous plaît.

-Elle a raison, intervint Mickey. Nous devons travailler en équipe ! »

Vanitas ne répondit rien. Il voulait juste que tout redevienne normal -enfin, aussi normal que cela puisse être – et ne plus ressentir de trucs aussi stupides, mais ça ne se pouvait pas, alors il allait devoir faire avec et mettre ses foutues émotions de côté. Tiens, il n'avait pas pensé à demander à Naminé si ce genre de choses pouvait passer avec le temps. Ni s'il y avait un moyen que ça s'arrête. Parce que là, son cœur faisait n'importe quoi et il l'aurait bien arraché de sa poitrine pour le piétiner et qu'il arrête de ressentir des sentiments débiles.

-_-_-

Les Avale-Rêves ne tardèrent pas à se montrer, suffisamment nombreux pour leur donner du travail à tous les sept. Riku sortit son arme sans se soucier de ce que faisaient les autres. Ca irait, ils étaient tous de bons combattants et ces monstres étaient plutôt faciles à battre. Plus vite ils se débarrasseraient de ces créatures, plus vite ils pourraient continuer leur route.

Bien évidemment, c'était sans compter sur sa chance du moment. Oh, le combat se déroula bien. Malgré le nombre de combattants, plutôt important, ils ne se gênèrent pas dans leurs mouvements, et les sorts lancés par Donald aidaient à réduire considérablement le nombre d'ennemis. Mais bien sûr, il fallait que cela tourne au désastre d'une manière ou d'une autre...

Il ne restait plus qu'un seul Avale-Rêve, plutôt en retrait des autres. Riku aurait pu laisser quelqu'un d'autre s'en charger, ou bien décider de le détruire d'un coup de Keyblade, mais non. A la place il lança un sort. Sauf que ce qu'il sortit de sa paume ouverte, et qui tua la créature sur le coup, ce ne fut pas une magie ordinaire.

Il ne s'en rendit compte qu'en voyant les mines choquées des autres. Merde... Les Ténèbres en lui venaient de frapper, encore. Et devant eux. Non !

Son visage se décomposa spécialement lorsqu'il vit l'air peiné du Roi Mickey, qui l'avait pourtant aidé, quelques années auparavant, à combattre l'obscurité en lui. Et maintenant... Maintenant, il le décevait.

Il fallait qu'il dise quelque chose, n'importe quoi, leur dire qu'il ne s'agissait que d'un malentendu, qu'il ne savait pas pourquoi sa noirceur revenait à la surface.

« Je... J'ai pas voulu... »

Il soupira, se rendant compte qu'il ne savait pas vraiment comment leur expliquer ceci... Et il avait honte, aussi. Surtout ça.

« Mais je croyais que tu n'avais pas plus de Ténèbres en toi, déclara Dingo, perplexe.

-C'est vrai, tu as dépassé ça depuis longtemps, non ? demanda Mickey. Qu'est-ce qui...

-C'est super d'essayer de faire culpabiliser les gens, intervint alors Vanitas, sauf que tout le monde possède des Ténèbres en soi, non ? Certains plus que d'autres. Excepté les Princesses de Coeur, mais je ne pense pas que Riku en soit une, alors quel est le problème ? »

Il semblait presque contenir sa joie. L'argenté serra les poings et décida de l'ignorer. Il s'adressa aux autres.

« Je le croyais aussi, répondit-il, mais... Je les sens plus présentes, en ce moment, et je ne sais pas à quoi c'est dû. Vraiment, je n'en sais rien, je... »

Un silence pesant s'en suivit, avant qu'Aqua ne se décide à le briser.

« Bon... Nous avons autre chose à faire pour le moment, mais une fois sortis d'ici, nous trouverons sans doute un moyen de t'aider. »

Elle ponctua sa phrase d'un sourire rassurant. Riku se força à sourire en retour, même s'il se sentait plus misérable qu'autre chose. Ils continuèrent la route, néanmoins dans un silence plutôt gênant. Dire qu'il pensait être enfin sorti de cet enfer, et...

Il aperçut l'air moqueur de Vanitas, devant lui, qui se retenait visiblement de sourire. Oh, qu'il pouvait l'énerver, parfois ! Il ne comprenait vraiment pas, hein, quand on lui disait quelque chose ? Riku lui avait déjà dit à quel point ce pouvoir l'effrayait – alors qu'il n'était pas vraiment du genre à confier ce genre de choses, d'ordinaire – et pourtant...

Il s'approcha de lui pour lui glisser discrètement :

« Ca n'a rien de drôle, tu sais... »

Le brun leva les yeux vers lui, son demi-sourire s'agrandissant.

« Oh, mais je n'ai jamais dit que ça l'était.

-Ca te fait rire, pourtant...

-Non, je ne ris pas, répondit le brun. Je suis satisfait.

-Pourquoi ? T'es vraiment cruel à ce point ? »

Pour le coup, Vanitas parut surpris des mots de l'autre.

« Cruel ? Hm, oui, peut-être, mais là... non, ce n'est pas ça. C'est juste que je me disais que tu vas peut-être enfin voir que les Ténèbres ne sont pas forcément mauvaises. Tout dépend de leur utilisateur.

-Je t'ai déjà dit pourquoi j'en doutais, rétorqua Riku après s'être assuré que personne ne les écoutait. Pendant que j'étais sous leur emprise, j'ai fait des choses...

-Mais ça, le coupa Vanitas d'un ton soudain sec, c'est de ta faute. Ce ne sont pas les Ténèbres qui t'ont poussés à faire ça, c'est ton propre égoïsme. Mais t'es tellement indulgent envers toi-même que tu ne le vois même pas. Maintenant, si tu veux pleurnicher que c'est pas vrai et que je suis qu'un méchant qui ment, c'est pas à moi qu'il faut le dire. Cette conversation est finie. »

Un coup de poing dans l'estomac ne lui aurait pas fait plus mal. Il se stoppa même dans sa marche pendant quelques secondes, regardant le brun s'éloigner avec les autres. Il finit par se ressaisir et rejoindre le groupe, mais les paroles de l'autre ne voulurent pas sortir de son esprit.

Indulgent envers lui-même ? Oh, pourtant, s'il savait comme il s'en était voulu, à l'époque, d'avoir cédé à l'obscurité ! Mais... S'il avait raison, malgré tout ? C'était bien possible, après tout... A l'époque, il était tellement... détestable, en fait. Et puéril. Ces réflexions ne le firent pas se sentir mieux, bien au contraire.

Il continua d'y réfléchir en suivant les autres, pendant que Donald et Néo se battaient sur la route à emprunter. L'un prétendait qu'ils étaient déjà passés par là, l'autre pas du tout. Comment savoir, hein, avec ces rues qui se ressemblaient toutes ?

Ce ne fut qu'à un tournant qu'il releva les yeux, et ce qu'il vit le pétrifia sur place, l'électrisa littéralement de l'intérieur. Deux corps étendus là, par terre, un garçon et une fille, couverts de sang et immobiles. Qu'il connaissait bien. Ils semblaient pâles, bien trop pour aller bien. Kairi. Sora. Il ne lui en fallu pas plus pour se précipiter vers eux.

-_-_-

Vanitas et les autres virent Riku se diriger vers une sorte de carré bleuté au sol, qui ne disait qui vaille... Le brun fronça les sourcils. Qu'est-ce qu'il faisait, cet imbécile ? Ce truc puait le danger à plein nez et lui, il fonçait dedans ?

Mickey tenta de l'interpeller, mais visiblement l'argenté ne l'écoutait pas. Vanitas le rattrapa alors et lui saisit le poignet pour l'arrêter, mais trop tard. Ils se retrouvèrent tous les deux sur ce qui s'avéra être une sorte de portail, apparemment, puisque le décor changea du tout au tout.

Il faisait toujours nuit, mais il se trouvaient à présent sur une espèce de place goudronnée entourée d'immeubles. Et voilà, génial...

« Mais t'es malade ou quoi ? s'exclama Vanitas. C'est de naissance ou bien tu t'entraînes à être con ? Non mais sérieusement, je sais que t'es pressé de sauver tes amis, mais là c'est carrément de l'idiotie ! Alors, Monsieur vois ce qui semble être un Portail et fonce dedans ! Réfléchir, ça t'arrive ? »

Mais l'autre ne semblait même pas faire attention à ses insultes, pâle comme jamais. Finalement, il sortit, d'une voix faible :

« Ils étaient là, pourtant...

-Qui ça ? demanda le brun. La seule chose que j'ai vu, c'est que tu fonçais bêtement vers sur une chose qui avait l'air d'un Portail.

-Quel Portail ? Il y avait Sora et K... Oh.

-Je crois que tu t'es fait avoir comme un bleu... Enfin du coup on est deux dans la galère. »

Vanitas soupira, puis regarda autour de lui. Bon, puisque les autres n'arrivaient pas, il supposait que l'accès avait dû se refermer derrière leur passage. Le monde, plutôt sinistre, était éclairé de quelques néons accrochés aux immeubles d'une ville déserte et morte. Chouette.

« Pardon, fit soudain Riku. On dirait qu'on est tombé dans un piège de Xehanort.

-Je ne comprends pas pourquoi tu es le seul à avoir vu ça... »

L'argenté garde le silence un moment, pensif, puis :

« Tu te souviens de la dernière fois où il nous a attiré dans le monde des Rêves ? Je crois qu'il en a après moi et que ça a un rapport avec ce qui m'arrive en ce moment. Sauf que je ne vois pas pourquoi...

-Laisse tomber, on s'en fiche, répondit Vanitas. On n'a qu'à continuer d'avancer et avec un peu de chances on parviendra à libérer les autres.

-Tous les deux ? Ca me paraît peu probable, si Kairi et Lea n'y sont pas parvenus...

-Tu as peur ? se moqua le brun.

-Dans tes rêves. C'est juste que... Aqua et les autres vont peut-être trouver un moyen de nous rejoindre.

-Ca m'étonnerait. Xehanort voulait t'isoler et si je ne t'avais pas rattrapé, tu... Bon, on y va ? »

Il passa devant sans attendre de réponse de la part de l'autre, qui le suivit sans broncher. Le début du trajet se déroula dans un silence que le brun trouva insupportable. Il se rendit compte qu'il s'agissait là de la première fois qu'il se retrouvait seul avec Riku depuis... Ah, mais zut à la fin !

« Tu crois que les autres vont bien ? questionna soudainement l'autre.

-Non.

-T'es rassurant, comme garçon... soupira l'argenté. Je peux savoir ce qui te fait dire ça ?

-Facile. Xehanort ne veut pas être retrouvé par eux, donc ils ne risquent pas d'y arriver, ce qui veut dire qu'ils tournent en rond depuis tout à l'heure, qu'ils sont fatigués, qu'ils en ont marre, que Donald s'énerve et que Néo doit sûrement faire un caprice d'ado en crise. Pendant ce temps, Mickey leur répète de sa voix infâme qu'ils ne doivent pas perdre espoir, ce qui ne fait que les fatiguer encore plus, surtout Aqua, même si elle ne dit rien car elle est trop gentille pour ça. Ca te va comme réponse ? Remarque, ils n'ont pas à te faire la conversation, donc ils s'en sortent plutôt bien, dans le fond.

-Oui, et ils n'ont pas non plus à supporter ta langue de vipère, donc forcément, ça leur enlève un poids » répliqua Riku.

Puis il soupira.

« C'est vraiment pas le moment de se disputer... Et si on faisait une pause, cinq minutes ? »

Vanitas ne répondit pas, mais stoppa sa marche et ferma les yeux. Tout ceci ne mènerait à rien... Il en avait assez de se sentir comme ça en permanence, mais il ne pouvait pas s'empêcher de rejeter Riku. Parce que c'était de sa faute, non ? Mais il agissait stupidement, là, il s'en rendait compte. Un peu. Et s'ils mourraient aujourd'hui, des mains de Xehanort ?

« Pourquoi tu ne m'en parle pas ? » finit-il par sortir.

Il pouvait quasiment voir l'air interloqué de l'autre sans regarder dans sa direction. Ca le ferait presque sourire, tiens...

« De quoi ?

-Tu sais très bien. De ce qu'il s'est passé.

-Ah. »

A nouveau, un silence. Le brun se tourna vers l'autre, adossé contre un mur, qui regardait partout sauf dans sa direction.

« C'est que je pensais que tu allais m'en parler d'abord, répondit-il enfin. Et puis... Je ne savais pas quoi te dire.

-Moi non plus, avoua Vanitas.

-Alors pourquoi tu as fait ça ? »

Il allait lui répondre qu'il n'en savait rien, mais ce n'était pas tout à fait exact. Il ne voyait pas quoi dire d'autre. Comment expliquer ça, au juste ? Oh, il n'aimait vraiment pas devoir se justifier ! Et si Ventus n'avait pas eu l'idée conne de se sacrifier à sa place, il n'aurait pas besoin de le faire !

« Parce que je pensais que j'aurais pas à répondre à cette question, ni à me la poser, répliqua-t-il un peu plus sèchement qu'il ne l'aurait voulu. Parce que sur le moment ça me paraissait... Tu sais quoi, laisse tomber ! Je voulais qu'on en discute, mais je ne sais même pas ce que j'espérais. J'ai raison en disant que ça mènera à rien, hein ? »

Voilà, c'était sorti. Et l'impression d'être vraiment stupide se renforçait à chaque seconde que Riku prenait pour trouver ses mots, trouver quoi lui répondre. Tout ça pour finalement déclarer :

« Ecoute... C'est compliqué, tout ça. »

Compliqué ? Compliqué, vraiment ? Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Vanitas en avait assez que tout soit compliqué. Et pourquoi ça ne pourrait pas être simple, pour une fois ? Simple et instinctif, exactement comme ce qui lui venait en tête à l'instant.

Sans prévenir, il saisit l'autre par les épaules et le plaqua davantage contre le mur, avant de s'emparer avidement de ses lèvres. Riku eut une exclamation de surprise étouffée mais ne le repoussa pas, contre toute attente. Vanitas s'autorisa à aller plus loin, le mordant sans douceur, assouvissant des jours de frustration contenue. Il crut mourir lorsque l'autre posa ses mains sur sa taille, l'attirant plus près et répondant enfin à son baiser. Il était attentif à la moindre sensation, sentait tout son être le brûler.

Compliqué, hein... ? Pas tant que ça, apparemment.

« Tu veux qu'on discute de ça aussi, ou bien... ? chuchota l'argenté lorsqu'ils se séparèrent, à bout de souffle.

-Hm... Pas la peine » répondit le brun avec un léger sourire, avant de l'embrasser à nouveau.

A ce stade-là, il n'y avait plus rien à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 21 Sep - 14:24

34- Parcourir

Riku ne savait pas quoi penser de tout cela, pour changer. Mais pour être honnête, il n'avait pas trop envie de réfléchir. Peu importait ce qu'il y avait entre eux, ils verraient bien à quoi cela mènerait, non ? Et puis pour l'instant... Ils avaient autre chose à faire.

Il repoussa doucement Vanitas, espérant que celui-ci ne se vexe pas pour si peu – on ne savait jamais, avec lui... - et son regard croisa deux iris ambrées, qui ne lui évoquaient que les Ténèbres et la destruction autrefois. Alors que maintenant...

« On devrait y aller, suggéra-t-il. Les autres comptent sur nous. »

Le brun hocha la tête.

« Pas faux. Si on pouvait mettre un terme aux projets de ce vieux sénile une bonne fois pour toute, ça ne me dérangerait pas.

-Tu as l'air bien joyeux, tout à coup, constata Riku.

-Oh, ta gueule...

-Sans indiscrétion, insista tout de même l'argenté, je peux savoir ce qui te mettait d'humeur si insupportable, ces derniers jours ?

-Devine.

-Ce ne serait pas de me faute, quand même ? »

La question eut pour effet de faire ricaner l'autre, alors qu'ils poursuivaient leur route dans le monde d'Illusiopolis.

« Ah, Riku, si tu savais... »

Le concerné se douta qu'il n'obtiendrait pas de réponse plus claire de sa part et décida de prendre ça pour une confirmation. Pourquoi est-ce qu'il pressentait que le brun n'avait pas fini de le rendre dingue ? Oh, il pourrait survivre, sans doute. Après tout, Sora était plutôt chiant aussi dans son genre, parfois. Ok, la comparaison n'était sans doute pas très pertinente... Il ne s'agissait pas du même genre de chieurs. Le constat le fit sourire malgré lui, et puis il se souvint que Sora, ainsi que Kairi et Lea, se trouvaient toujours en danger, et sa bonne humeur s'effaça aussitôt.

Il s'efforça de se rassurer. Avant qu'ils ne partent, Naminé lui avait dit que Kairi était toujours en vie. Elle pouvait le sentir, puisqu'il s'agissait de sa moitié – dans tous les sens du terme. En vie, oui, mais dans quel état, ça...

-_-_-

Assise sur les marches de la tour Mystérieuse, Belle réfléchissait à ce qu'elle allait faire. Yen Sid avait demandé aux Princesses de Coeur de venir le voir, aujourd'hui, et leur avait tenu un discours plutôt... Perturbant.

Bien entendu, il les avait informé en détails sur ce qu'il se passait dans les mondes, aussi bien pour l'histoire de Xehanort que celle de la fusion des mondes... Cette dernière, d'ailleurs, les concernait plus que de raison, ayant été déclenchée par deux Princesses de Coeur – Kairi et Alice.

Le vieux Sorcier leur avait demandé à toutes si elles ne pouvaient pas trouver un moyen – en sondant leur cœur, peut-être – de stopper le processus. Malgré ses airs stoïques, il semblait presque désespéré d'arrêter tout cela.

Elles avaient essayé, tout l'après-midi ou presque, mais rien n'y faisait. La fusion avait été créé par un véritable désir de liberté de la part de deux cœurs, alors forcer les choses pour défaire tout ceci ne mènerait à rien. Pourtant, Belle et les autres avaient vraiment essayé de souhaiter de stopper le phénomène. Rien de concluant, visiblement.

En revanche, il leur avait également demandé de réfléchir à autre chose. Cela concernait leurs autres dons. Elles savaient déjà toutes que Kairi avait su s'affirmer en tant que guerrière et que sa condition de Princesse avait fait naître des pouvoirs offensifs plutôt puissant. Yen Sid leur avait donc dit que, si elles souhaitaient défendre les mondes par tous les moyens possibles, un entraînement leur serait fourni.

Belle ne savait pas quoi faire. Elle voulait aider du mieux qu'elle le pouvait, mais en serait-elle capable ? Elle n'était pas sûre.

Après avoir parlé avec certaines de ses camarades, elle savait déjà que certaines d'entre elles refuseraient. Elles voulaient bien aider, évidemment, mais pas en se battant. Déjà que la plupart d'entre elles ne désiraient que retourner à leur vie calme et tranquille... Belle, elle, avait toujours rêvé d'aventure. Certes, elle en avait déjà vécu une, mais son conte de fée étant passé, elle devait avouer qu'elle s'ennuyait un peu, même si elle aimait beaucoup son prince. Et elle en avait un peu assez qu'on ne l'implique dans les affaires des mondes qu'en tant que roue de secours, comme si elle ne servait qu'à cela... Et puisque Kairi y arrivait, pourquoi pas elle ?

Elle songea aux autres Princesses. Blanche-Neige et Aurore allaient décliner l'offre, c'était certain. Jasmine, elle, semblait vouloir tenter l'expérience. Quant à Cendrillon et Alice, Belle n'en savait rien, mais concernant cette dernière, qui n'avait qu'une dizaine d'années... Bien qu'elle paraisse plutôt aventureuse, ce serait risqué. Peut-être une fois qu'elle serait un peu plus âgée.

Et puis, le souvenir de son enlèvement par les scientifiques ne demeurait que trop présent dans l'esprit de Belle. Visiblement, Ienzo tenait les Princesses de Coeur responsables de la fusion des mondes... S'il s'en prenait de nouveau à elles, il faudrait qu'elles puissent se défendre, pas vrai ? Elle ne souhaitait plus se sentir si vulnérable...

Elle décida de rentrer chez elle quelques jours, et de prendre sa décision après coup. Elle pouvait prendre son temps, non ?

Cependant, lorsqu'elle se leva pour rejoindre les autres jeunes femmes à l'intérieur, elle se sentit prise d'un vertige qui l'obligea à se rasseoir, la tête entre les mains. Oh, non... Elle connaissait cette sensation. Ca arrivait toujours, pour les prévenir d'une nouvelle fusion...

Comme d'ordinaire, des flashs qui l'amenèrent près de la nausée la submergèrent. Mais ceux-ci n'étaient pas habituels... Elle vit les deux mondes concernés, bien sûr, mais ce ne fut pas tout. Un homme, qu'elle connaissait bien, en blouse blanche, dégageant une aura plus effrayante que jamais. Un autre, dans un manteau noir, qui semblait plus jeune et qu'elle ne connaissait pas. Les Nescients. Et du sang, beaucoup de sang.

Une fois qu'elle fut en état de se lever, elle se rendit aussi vite qu'elle le put dans le bureau de Yen Sid. Une fois qu'elle en ouvrit la porte, elle vit les autres Princesses, la mine pâle, les yeux encore un peu troublés de leur vision, et se dit qu'elle-même devait avoir le même air. Elles savaient déjà.

-_-_-

Aqua soupira. Cela faisait des heures qu'ils arpentaient ce monde, sans trouver aucun Portail. Plus personne ne se sentait d'humeur à rassurer les troupes, à présent.

La disparition de Riku et Vanitas les avaient tous pris au dépourvu, tout à l'heure. Ils ne savaient pas exactement ce qui avait provoqué cela, mais il s'agissait sans doute d'une des machinations de Xehanort. Pourquoi ces deux-là en particulier ? Quoique, Vanitas n'avait fait que suivre l'autre... Cela aurait un rapport avec le fait que Riku semble avoir acquérit le pouvoir des Ténèbres sans comprendre d'où celui-ci venait ?

La jeune femme grimaça. Cette situation lui rappelait beaucoup trop Terra. Non, elle ne laisserait pas ça arriver une seconde fois, surtout pas à Riku. Mais voilà, ils ne savaient pas comment le retrouver. Et elle ne faisait toujours pas confiance à Vanitas, malgré ce qu'on lui disait à son sujet. Peut-être n'était-il pas totalement étranger à ce qui arrivait à l'argenté ces derniers temps ? Hum... De toute façon, là, ils ne pouvaient rien y faire !

N'ayant plus le courage d'avancer, Aqua se laissa tomber contre un mur. Ses compagnons en firent tous plus ou moins de même, épuisés eux aussi.

Elle en avait assez. Pourquoi, à chaque fois qu'on lui confiait une mission, les choses tournaient de cette manière ?

« Qu'est-ce qui leur est arrivé, à votre avis ? demanda soudainement Néo.

-Bonne question... répondit Dingo.

-On les retrouvera » assura Aqua du mieux qu'elle le pouvait.

Oh, elle commençait elle-même à en douter, mais elle ne pouvait tout de même pas leur faire part de ses doutes !

Ce fut à ce moment qu'une voix claire se fit entendre au-dessus d'eux, légèrement moqueuse :

« Retrouver qui ? »

La jeune femme, ainsi que certains de ses compagnons, bondirent sur leurs pieds, regardant en direction des toits. Un adolescent se trouvait perché là et les examinait pensivement, jambes croisées.

« Qui es-tu ? » questionna alors Mickey.

L'inconnu attarda son regard sur lui, puis sur chaque d'entre eux.

« Une souris, deux humains, un canard et un... Hum, bref, énuméra-t-il. Vous formez un groupe bien peu conventionnel. Sans indiscrétion, je peux savoir ce que vous faites ici ?

-Nous te retournons la question » lui lança Aqua.

Il ne paraissait pas de mèche avec Xehanort, mais valait mieux se méfier, on ne savait jamais.

« Oh, j'habite ici... lui répondit le garçon. Plus ou moins. Je m'appelle Joshua. Puisque vous êtes là, j'imagine que vous êtes des Rêveurs.

-Euh, j'imagine qu'on en est, oui, déclara Dingo. Mais tu veux dire que tu n'en es pas un ?

-Pas... vraiment, non. C'est plutôt compliqué à expliquer. Ce qui m'intrigue, c'est que beaucoup de Rêveurs semblent passer par ici, ces derniers temps...

-Que veux-tu dire ?

-Voyons voir, il y a d'abord eut ce type étrange en manteau noir, puis Sora. Ensuite, deux rouquins que je n'ai fait que voir passer, un garçon et une fille. Et il y a quelques jours de cela, Riku et un autre garçon... Puis, maintenant, vous. Quelque chose me dit que tout ceci est lié, non ? »

Le groupe échangea des regards perplexes. Un homme en manteau noir ? Se pourrait-il que... ?

« Joshua, commença Aqua. La première personne que tu as vu ne s'appellerait pas Xehanort, par hasard ?

-Franchement, je n'en sais rien. Il n'était pas très aimable, ni bavard... C'est un ami à vous ?

-Non, mais nous avons de bonnes raisons de penser qu'il détient prisonnières les autres personnes que tu as vu. Tu ne saurais pas où il est parti ?

-Hum... »

L'adolescent fit mine de réfléchir, les yeux clos, avant d'annoncer :

« Je peux détecter le monde où il se trouve, oui, mais ça va prendre un certain temps, puisqu'il est passé ici il y a longtemps. Et s'il ne se trouve plus dans la Dimension des Rêves, ce ne sera pas possible. Si ça ne vous dérange pas d'attendre, je peux vous rendre ce service, et même vous ouvrir un Portail jusque là-bas. »

Il s'agissait de la meilleur option qui se présentait à eux pour le moment. Néanmoins... Aqua se demandait s'ils pouvaient vraiment faire confiance à Joshua. Il prétendait savoir ouvrir des Portails et retrouver la trace de quelqu'un. Comment s'y prenait-il, au juste ? Et pourquoi savait-il tant de choses concernant la dimension onirique ? D'après Yen Sid, leurs habitants n'avaient pas conscience d'être plongés dans un rêve, alors...

« Qui es-tu, au juste ? redemanda Aqua. Je veux dire...

-C'est compliqué, répéta l'adolescent. Je ne doutes pas que vous puissiez comprendre, mais ce sera long et vous êtes pressés, non ?

-Ce n'est pas faux...

-On lui fait confiance ? demanda Néo, sidéré.

-Je ne pense pas qu'on ait le choix.

-Oh, si, vous l'avez, répliqua Joshua. Je peux vous indiquer le Portail qui mène au monde suivant, et vous devrez tous les explorer pour tomber sur celui que vous cherchez, ce qui vous prendra un temps considérable. Alors, partants ?

-Pourquoi tu nous aiderais ? » répliqua Néo, toujours suspicieux.

L'autre se tourna vers lui, pas impressionné pour deux sous.

« Comme ça. Je m'ennuie un peu, à vrai dire. Est-ce qu'il faut vraiment une raison pour aider les gens ?

-Hum...

-Au fait, tu ne serais pas le frère de ce Riku ? Tu lui ressemble beaucoup. »

Le clone lui envoya un regard noir.

« N'importe quoi ! Ne me compare pas à lui.

-Pas besoin d'être désagréable... »

Aqua soupira. S'ils se disputaient avec leur seul espoir de trouver Xehanort... Ca n'allait pas le faire.

« On te fait confiance, Joshua, intervint-elle. Est-ce que tu peux t'y mettre, s'il te plaît ? C'est assez urgent...

-Mais pas de problème, répondit celui-ci en lui souriant. Mettez-vous à l'aise, ça risque de prendre quelques minutes. »

-_-_-

Riku et Vanitas marchaient en silence depuis une bonne dizaine de minutes.

Le brun ne savait pas trop quoi dire, en fait. L'autre affichait une mine grave. Est-ce qu'il s'inquiétait pour ses amis ou est-ce qu'il regrettait ce qui venait de se passer ? Peut-être les deux...

Non, c'était stupide. Pourquoi est-ce qu'il regretterait, hein ? Il ne l'aurait pas fait, s'il n'avait pas voulu. N'empêche que ce silence était plutôt propice au doute.

Ils traversaient un passage plutôt étrange, qui ressemblait à un immeuble renversé sur le côté et qui donnait sur un toit, qui lui même menait à un autre bâtiment couché sur le côté. On aurait presque dit que le chemin avait été tracé exprès. Pour mener où exactement ? Ca, ils ne pouvaient pas encore le savoir.

« A quoi est-ce que tu penses ? demanda soudainement Vanitas.

-Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ?

-Parce que ça m'intéresse. »

L'argenté glissa un regard perplexe dans sa direction.

« C'est ironique ou bien t'es sincère ?

-J'essaie juste de savoir ce qui se passe dans ta tête, déclara le brun en haussant les épaules.

-Pourquoi ?

-Pourquoi pas ? »

La réplique eut au moins pour effet de lui arracher un sourire.

« Quel raisonnement pertinent...

-Dis donc, depuis quand tu donnes dans le sarcasme, toi ? questionna Vanitas.

-J'en sais rien. Si ça se trouve, tu déteins sur moi.

-Peut-être » acquiesça-t-il.

Ce ne fut qu'à ce moment qu'il réalisa que Riku tentait de changer de sujet. Bien essayé, mais cela ne fonctionnait pas.

« Plus sérieusement, tu n'as vraiment pas envie de me dire à quoi tu penses ?

-T'es chiant.

-Je sais. Alors ? »

Le regard de l'autre s'assombrit aussitôt tandis qu'il soupirait.

« Je me demandes vraiment si on réussira... On ne sait même pas ce qui nous attend.

-Si, on sait, décréta le brun. Xehanort nous attend. On lui met une raclée, on retrouve les autres - pas forcément dans cet ordre, d'ailleurs – et on sort d'ici. Je trouve ça plutôt simple, non ?

-Comment tu peux être sûr qu'on y arrivera ?

-Ce n'est pas toi qui m'a dit d'arrêter d'être pessimiste ? répliqua Vanitas.

-Tu te souviens vraiment de ça ? s'étonna l'autre.

-Evidemment. »

Riku ne répondit rien, mais afficha une expression étrange pendant un moment, que le brun ne parvint pas à déchiffrer. Ca s'apparentait à de la surprise, mais pas tout à fait.

Ils avancèrent encore un moment avant d'apercevoir l'immense Citadelle blanche flottant dans le ciel d'encre. Une volée de marches transparentes y menaient, comme si Xehanort les attendait. Vanitas ne pouvait pas s'empêcher d'appréhender, mais n'en laissa rien paraître. Ce serait périlleux, mais il fallait qu'ils s'y rendent.

Ils étaient bien loin de se douter de ce qui les attendaient là-bas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 28 Sep - 9:34

35- Lutter

La Citadelle ressemblait à un labyrinthe de couloirs blancs et de formes géométriques inutiles. Malgré cela, le chemin à emprunter était plutôt évident, presque tout tracé.

Non, vraiment, ils ne devraient pas y aller. C'était ce que voulait Xehanort, alors ce ne pouvait qu'être mauvais. C'était bien beau de se dire qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de se jeter dans la gueule du loup, mais... A l'époque, Ventus, Aqua et Terra avaient fait la même erreur. Vanitas se souvenait d'avoir trouvé la stratégie de son ancien Maître brillante, autrefois, malgré tout le dégoût qu'il éprouvait envers lui.

Mais à présent, ils pouvaient difficilement reculer. Et Riku refuserait d'abandonner ses amis, évidemment. Bon, d'accord, Vanitas devait admettre que lui aussi voulait les voir revenir en vie. Surtout Kairi, en fait, puisqu'il n'avait pas vraiment eu le temps de connaître les autres. Il ne l'avouerait même pas sous la torture mais, bizarrement, la princesse de Cœur avait été la première à vraiment lui faire confiance - malgré tout ce qui s'était passé – et ce n'était pas rien.

Les deux garçons continuèrent d'avancer en silence – mais un silence moins étouffant que tout à l'heure – et en demeurant alertes au moindre signe de la présence de leur ennemi. Ce serait idiot de tomber dans un piège aussi près du but.

Ils finirent par prendre un tournant qui menait à une volée de marches blanches. Alors qu'ils approchaient du sommet, ils finirent par distinguer sur celui-ci deux étranges sphères semi-transparente, mais pas suffisamment pour qu'ils puissent voir à travers de là où ils se trouvaient.

« C'est quoi, à ton avis ? demanda Riku.

-Aucune idée, mais ça ne me dit rien qui vaille. »

Ce ne fut qu'une fois arrivés sur la plate-forme qu'ils purent distinguer deux silhouettes rousses  enfermées dans les bulles, les yeux clos. La réaction de l'argenté ne se fit pas attendre. Il accourut vers la chose qui retenait Kairi, lui saisit le poignet pour la libérer ou la faire réagir, mais rien n'y fit.

Vanitas se dirigea plus lentement vers la sphère de Lea et l'observa.

« On dirait qu'ils dorment. »

Vu l'expression tourmentée qu'ils affichaient, il ne devait pas faire de très beaux rêves... A bien y regarder, on pouvait distinguer des images floues sur les parois des bulles, des scènes que le brun ne comprit pas. Est-ce qu'il s'agissait de ce qu'ils voyaient, enfermés là-dedans ? Mais comment les libérer ? Et il ne voyait Sora nulle part...

Riku tentait toujours de faire réagir son amie, mais cela ne servait évidemment à rien.

« Arrête, c'est inutile, lui fit l'autre.

-Mais il faut bien les sortir de là !

-Je sais, mais ça n'a pas l'air de marcher.

-Tu as une autre idée, peut-être ?

-Non. On pourrait essayer de les attaquer.

-Oh, je vous déconseille de faire cela... » fit une voix sortie de nulle part.

Les deux garçons se mirent en garde, alors qu'un couloir obscur s'ouvrait devant eux et révélait le Jeune Xehanort, dans son manteau noir, un rictus froid collé sur les lèvres.

« Ils sont pris dans un cauchemar sans fin, voyez-vous, leur expliqua-t-il avant qu'ils ne puissent réagir. Oh, ce ne doit pas être très agréable, mais ne vous en faites pas. Nous déciderons de leur sort une fois que le vôtre sera réglé. »

Aussitôt sa phrase achevée, l'atmosphère changea subitement. Lea et Kairi disparurent, tandis que des Ténèbres pures se mirent à envahir la plate-forme, les aveuglant au passage. Lorsqu'elles se dissipèrent, ils se trouvaient dans un autre endroit.

Vanitas se releva en observant les sièges surélevés disposés en rond tout autour de la salle, presque tous occupés par des personnes en manteau noir dont le visage était encapuchonné. Deux d'entre eux seulement se trouvaient à proximité du sol. Le premier était vide et sur l'autre reposait nul autre que Sora, inconscient.

Sitôt qu'il vit son ami, Riku se précipita vers lui sans réfléchir et, bien entendu... fut projeté trois mètres en arrière par le jeune Xehanort, qui apparut entre lui et le châtain pour le repousser grâce à une barrière de Ténèbres. Il atterrit près de Vanitas avec une exclamation de douleur.

« Bas les pattes ! siffla leur ennemi. Ne t'en fais pas, tu pourras bientôt le rejoindre... Nous avons une place qui t'es réservée à toi aussi. »

L'argenté se releva, serrant toujours sa Keyblade dans son poing.

« Que veux-tu dire ?

-Patience, tu ne vas pas tarder à le savoir. »

Il invoqua sa propre Keyblade. Sans attendre qu'il se décide à attaquer, Vanitas passa à l'offensive, comptant asséner un coup horizontal à Xehanort. Tout se passa très vite. A peine son ennemi eut-il esquissé un regard vers l'un des sièges en hauteur que l'une des silhouettes sombres se mit à bouger. Le brun se sentit heurter violemment le sol et sa main lâcha son arme.

Il eut juste le temps de tourner suffisamment la tête pour voir un homme qui ressemblait assez à Terra – hormis pour la couleur des cheveux et des yeux qui rappelait plutôt Xehanort, avec néanmoins une aura différente qu'eux, plus froide... vide - avant que le poids d'une botte ne s'abatte sur sa nuque, le maintenant au sol, proche de la suffocation. Eh merde ! Il pouvait toujours voir ce qui se passait devant lui, tout de même, mais était incapable de se dégager de là !

Il vit Riku accourir vers lui, mais se faire bloquer par une autre silhouette, dotée de cheveux plus long. Celui-ci, en revanche, sentait les Ténèbres à plein nez. Un Sans-Coeur ?

« Laisse-le où il est pour l'instant, Riku... fit le jeune Xehanort. Mon futur moi ne va pas tarder à arriver. »

Il désigna un siège que Vanitas ne pouvait pas voir, de l'endroit où il se trouvait, mais vu la tête que faisait son coéquipier, cela ne signifiait rien de bon.

Et de quoi parlait l'autre ? Son « futur lui » ? Il ne comprenait pas... Il avait bien senti que ce type dégageait la même aura de Xehanort, mais avait supposé qu'il s'agissait juste de son nouveau réceptacle, comme Terra autrefois...

« Tu parais confus » sortit le jeune Xehanort d'un air satisfait.

Mais il s'adressait à Riku, pas à lui.

« Laisse-moi t'expliquer, poursuivit-il. Les voyages dans le temps ne sont pas une chose facile... Vois-tu, l'homme que je deviendrais dans le futur m'a donné la mission de rassembler les treize versions de nous-même aujourd'hui, afin qu'il puisse revenir... Même si quelques détails m'ont donné du fil à retordre. »

Mais ce qu'il racontait n'avait aucun sens ! Treize versions... Qui ça, au juste ? Vanitas ne l'avait jamais entendu parler de ça. Riku ne semblait pas comprendre plus que lui.

« Tu veux dire... ?

-Il s'agissait là du véritable but de l'Organisation XIII, reprit la voix grave de celui qui immobilisait le brun. Treize réceptacles vides pour accueillir un cœur et un esprit commun.

-Treize... Xehanort ?

-En effet. Mais les membres que nous avions choisi en premier lieu étaient pour la plupart... Inadéquats. Nous avons dû les remplacer. Cela a pris du temps, il nous a fallu récupérer plusieurs corps presque perdus et oubliés. Et au final, les treize ne sont toujours pas au complet... »

Alors c'était ça, le plan ? Quel délire de mégalomane... Mais alors, Sora ? Visiblement, Riku eut la même pensée que lui puisqu'il se tourna vers le siège occupé par son ami.

« Eh oui, acquiesça le jeune Xehanort. C'est une histoire pleine de rebondissements, d'ailleurs. Roxas aurait été parfait pour remplir ce rôle, mais il nous a filé entre les doigts, donc nous sommes allés chercher Sora. Au départ, nous avions pensé à toi, il y a longtemps... Avant que tu ne développe une certaine résistance aux Ténèbres. Mais ce n'est plus un problème, n'est-ce pas ? »

Il ponctua sa tirade d'un rictus satisfait. Riku serra les dents.

« Alors c'est vous qui m'avez ça !

-Oh, non... Nous n'avons fait que saisir l'occasion qui se présentait. Vois-tu, il nous reste un siège vide à cause d'une certaine personne, la même qui a provoqué cette réaction et ouvert ton cœur aux ténèbres sans même que tu ne t'en rendes compte. Oh, ne lui en veux pas trop, il ne le fait pas exprès. »

Il désigna Vanitas, toujours à terre. Le visage de Riku se décomposa. Le brun lança un regard haineux à Xehanort.

« Je n'ai rien fait ! »

Le pied qui le maintenait appuya contre sa nuque, le forçant baisser le regard contre terre et à contenir un gémissement de douleur. Il bouillonnait intérieurement de se sentir aussi faible. Et l'autre mentait ! Pour une fois, il n'avait strictement rien à voir dans tout ça.

« Pas consciemment, lui répliqua sèchement Xehanort. Mais ça reste de ta faute. »

Puis il se tourna vers Riku pour poursuivre son explication :

« Tu ne t'en es même pas aperçu. Aucun de vous, d'ailleurs. Ce sont ses Ténèbres à lui qui ont alimenté les tiennes, tout simplement. C'est idiot, n'est-ce pas ? Au fur et à mesure que vous vous rapprochiez, l'obscurité en toi grandissait. Une aubaine, pour nous. D'un côté, cette erreur s'est rattrapée, car il était sensé être le douzième réceptacle, au départ. Il aurait dû disparaître, ce jour-là, lorsqu'il a affronté sa moitié lumineuse. Nous avons tout fait pour garder une trace de lui quelque part, dans les Ténèbres, en attendant le moment venu. Puis, il nous a filé entre les doigts, à cause de ton amie Kairi. Il n'est qu'une erreur que nous n'aurions jamais dû commettre. Autant s'en débarrasser, à présent... »

Vanitas frissonna. S'il vivait encore... C'était uniquement grâce à Xehanort ? Il sentit une légère nausée le saisir et tenta de se dégager comme il put de l'emprise du Simili, mais il ne fit que manquer de s'étouffer dans l'entreprise. Il sentait la rage monter en lui, mais ne pouvait rien faire pour s'en sortir. Puis il entendit la voix froide de son ennemi.

« Fait disparaître ce déchet, Xemnas. »

Le brun ferma les yeux, attendant le coup décisif sensé mettre fin à son existence. Et puis, le poids qui le maintenait au sol s'envola alors que des cliquetis métalliques résonnaient dans le silence. Il se releva lentement, confus, avant d'observer la scène.

Non loin de là, Riku se battait avec le Sans-Coeur de Xehanort. Et Xemnas... affrontait Aqua. Vanitas en resta coi pendant un moment. Est-ce qu'elle venait de le sauver ? Décidément...

Mickey se dirigea vers lui en courant.

« Tu vas bien ? »

Le brun acquiesça, avant d'invoquer sa Keyblade. A présent, Donald et Dingo venaient en aide à Aqua et Riku, tandis que la silhouette de Néo apparaissait derrière le jeune Xehanort... Qui fit apparaître son arme et donna un coup violent dans le torse de son assaillant. Le dos de celui-ci cogna violemment l'un des sièges blancs avant qu'il ne tombe au sol, inerte.

Vanitas se dirigeait vers l'endroit de l'affrontement, prêt à en découdre, lorsque soudain les combats cessèrent. Une sorte sifflement se fit entendre en hauteur, alors que le jeune Xehanort affichait un petit sourire satisfait.

« Il arrive... » chuchota-t-il d'un air presque admiratif.

Et en effet. Sur le plus haut siège de la salle, se tenait maintenant assis la version plus âgée de Xehanort, détaillant la scène d'un air amusé. Son regard ne s'attarda même pas une seconde entière sur Vanitas, comme s'il ne méritait pas son attention. Il semblait néanmoins légèrement immatériel, presque transparent, un peu comme un hologramme.

« Maître Xehanort ! s'exclama Mickey. Nous ne nous étions pas trompés à ton sujet ! Pourquoi fais-tu cela ?

-Ah, tout ceci était prévu, commença celui-ci. Les douze versions de moi-même devaient se réunir en ce jour, afin que je redevienne complet. Mais il y a eu des complications. A cette heure, il me manque encore un réceptacle... Et un autre me résiste encore. »

Il eut un vague geste vers Sora.

« C'est de ma faute. J'ai fait des erreurs, qui ont eu des répercussions. Le cœur de ce garçon avait presque cédé aux Ténèbres, lorsque Ventus lui est venu en aide. En se sacrifiant, il a réussi à protéger Sora. Du moins, temporairement. Ce n'est plus qu'une question de temps avant qu'il ne cède. En attendant, je pensais récupérer le réceptacle qu'il me manquait. Ah, mais ce ne sera pas possible. Pas aujourd'hui... Notre temps est presque écoulé, et nous prévoyions de le faire venir seul. Quel dommage. Ce n'est que partie remise. »

En même temps, Vanitas était tenté de lui faire remarquer qu'il perdait beaucoup trop de temps à parler...

« Mais qu'est-ce qui te pousse à faire tout ça, à la fin ? » s'emporta Mickey.

Aqua, elle, ne bougeait pas. Sans doute que l'envie de se venger de Xehanort la démangeait, mais elle n'était pas idiote. Elle devait savoir qu'ils n'avaient aucune chance, si un combat se lançait, alors que les réceptacles étaient si nombreux par rapport à eux... Ce devait être pour cette raison que Lea et Kairi s'étaient fait avoir.

« Il y a bien longtemps, poursuivit Xehanort du haut de son siège, on pensait que la Lumière était un don offert par un lieu invisible appelé Kingdom Hearts. Mais Kingdom Hearts était protégé par son homologue, la X-Blade. Les guerriers convoitaient cette précieuse Lumière et c'est alors qu'éclata la Guerre des Keyblades. La X-Blade fut brisée en vingt morceaux : treize fragments de Ténèbres et sept de Lumière. Quand au Kingdom Hearts originel, il fut englouti par les Ténèbres. J'ai bien essayé de créer moi-même la Lumière et les Ténèbres pures pour forger la X-Blade, mais dans mon empressement, j'ai commis des... erreurs navrantes. J'ai agi sans réfléchir, je dois l'admettre. »

Ce ne fut que là qu'il daigna jeter un regard à Vanitas, ainsi qu'à Aqua.

« Tu parles beaucoup, pour quelqu'un qui a si peu de temps, fit observer le brun.

-Oh, mais ce ne sont pas des bavardages inutiles. Je veux que vous puissiez vous tenir prêts. Pendant que je prépare mes réceptacles, j'espère bien que vous réunirez les sept gardiens de la Lumière. Ce ne sera qu'alors que pourra avoir lieu la Grande Guerre des Keyblades ! »

Il eut un sourire tordu.

« Sept gardiens... répéta Aqua, soudain pensive comme si elle cherchait de qui il pouvait bien s'agir.

-Certains candidats sur la liste m'appartiennent désormais, renchérit Xehanort. Et un autre a... disparu définitivement, si je puis dire. La chose qu'il a laissé derrière lui ne pourra jamais protéger la Lumière. »

Vanitas faisait de son mieux pour garder son calme, se répétant que ce serait du suicide d'attaquer son ancien Maître de plein fouet. Son poing se crispa sur sa Keyblade.

« Ne vous en faîtes pas, poursuivit leur ennemi. Toutes les pièces sont destinées à apparaître. Et leur rencontre m'octroiera enfin ce que je cherche... La X-Blade ! »

C'était du grand délire, pire encore encore que son plan précédent... Vanitas ne savait pas du tout quoi en penser, mais en tout cas, ils n'avaient visiblement pas d'autre choix que de suivre la volonté de Xehanort. Ca devenait une habitude...

Ce ne fut qu'alors que Sora et les autres réceptacles se mirent à devenir plus translucides et de plus en plus flous, comme s'ils disparaissaient. Le jeune Xehanort, ainsi que Xemnas et Ansem avaient repris place sur leur siège.

« Ah, mais notre temps est écoulé... Ne vous en faîtes pas, nous viendrons chercher le réceptacle qu'il nous manque... Et une fois ceci fait, les choses sérieuses pourront enfin commencer. »

Sans plus attendre, Riku et Dingo, qui se trouvaient les plus près de Sora, accoururent pour le récupérer avant qu'il ne disparaisse. Seulement, un Sans-Coeur Gardien leur barra la route, fonçant vers eux en une attaque qui les envoya au sol, avant de les maintenir immobile dans ses énormes mains.

Avec surprise, Vanitas sentit la main d'Aqua s'abattre sur son épaule.

« Attaque-le, je vais récupérer Sora.

-Je comptais le faire de toute façon » rétorqua-t-il en s'élançant.

Les attaques de Ténèbres ne serviraient à rien, aussi opta-t-il pour un coup vertical, en faisant attention de ne pas blesser les captifs du Gardien. Celui-ci esquiva rapidement en glissant sur le côté, mais fut projeté en avant par un sort Glacier qui venait de derrière, envoyé par Donald. Vanitas en profita pour repartir à l'attaque, touchant cette fois sa cible. Le Gardien lâcha alors Riku, qui toucha le sol avec un bruit inquiétant.

Le brun n'eut pas le temps de regarder s'il allait bien, jusqu'à ce que Mickey n'attire l'attention du Sans-Coeur dans sa direction. Vanitas se risqua donc à aller vérifier l'état de santé de l'argenté, essayant tout de même de ne pas paraître trop concerné.

« Tu ne vas pas mourir d'une chute d'un mètre cinquante, tout de même ? »

L'autre se releva en grimaçant.

« Pourquoi, tu t'inquiètes ?

-Pff, même pas. »

Entre temps, les autres étaient venus à bout du Gardien, qui commençait à disparaître... Ainsi que les réceptacles, qui ne furent bientôt plus qu'un souvenir. Vanitas jeta un œil vers le siège de Sora. Vide. Et puis il vit Aqua non loin de là qui portait le châtain endormi sur son dos. Néo gisait non loin de là, inconscient également. Mickey se dirigea vers lui pour évaluer les dégâts.

« Il va bien, déclara-t-il. Enfin... En apparence. Il respire, en tout cas. »

Ils n'eurent pas le temps de parler de ce qui venait de se produire que déjà le décor changeait.

Le cabinet de Yen Sid les entoura. Lea et Kairi se trouvaient là également, bien réveillés et en vie. Le vieux mage semblait encore plus pâle que d'ordinaire.

« Je vous ait localisé dès que j'ai pu, les accueillit-il. Ce ne fut pas une tâche facile de vous libérer de ce monde tous en même temps. »

Ils mirent leurs informations en commun.

Lea et Kairi avaient été conduits à Illusiopolis par Roxas, d'après leurs dires, celui-ci voulant certainement les conduire à Sora avant qu'il ne soit trop tard. Seulement, les réceptacles de Xehanort les avaient attaqué et vaincus.

« Isa... Enfin, Saïx était parmi eux, avoua Lea. Je m'en doutais un peu, à vrai dire, mais... »

Il secoua la tête. Son visage était totalement fermé, une fois n'étant pas coutume. Kairi poursuivit, avec un regard vers Aqua :

« Il y avait Terra, aussi. Enfin...

-Ce devait être Xemnas.

-Non. Ce n'était pas Xemnas. Je pense qu'il s'agissait de Terra, mais il a changé. »

La guerrière resta silencieuse après cette nouvelle.

Ensuite, les deux roux leur annoncèrent qu'ils ne se souvenaient de rien, hormis d'avoir été piégés dans un cauchemar qui leur parut durer une éternité. Aucun des deux ne souhaitait parler de ce qu'ils y avaient vu. Vanitas restait en dehors de la conversation. Ils avaient appris beaucoup de choses, aujourd'hui, et il n'était pas sûr de les apprécier. Il se sentait épuisé et ne voulait qu'oublier tout ça pour le moment.

« J'ai une autre grave nouvelle à vous annoncer » déclara alors Yen Sid.

Putain, non, pas encore...

« Une autre fusion des mondes aura lieu sous peu. D'après les Princesses de Coeur, cela ne se produira pas avant demain. Vous feriez mieux d'aller vous reposer. »

C'était déjà ça. Vanitas soupira. Trop de choses se bousculaient dans sa tête pour qu'il puisse faire un tri.

Le trajet en vaisseau Gummi se déroula en silence, chacun plongé dans ses réflexions. Le brun de demandait à quoi ils pouvaient bien penser. Aqua, certainement à Terra. Ou bien à des souvenirs d'avant que tout ne dérape. Kairi devant songer à ses retrouvailles avec Naminé. Quant à Riku... Pas bien difficile de savoir à quoi il réfléchissait au juste.

Vanitas s'approcha de lui, hésitant un peu à lui parler de ça, mais... Ah, foutu Xehanort. Il fallait toujours qu'il gâche tout ! Mais il ne le laisserait pas faire, pas cette fois.

« Pour ce que l'autre vieux sénile a dit... commença-t-il.

-J'ai pas envie d'en parler, l'interrompit Riku sans le regarder.

-Ce n'est pas ma faute, cette fois, se vexa-t-il. Je ne pouvais pas savoir...

-C'est bon. Je sais, ne t'inquiète pas. Je ne t'en veux pas, mais j'ai juste besoin de réfléchir, d'accord ? »

Mais malgré ses paroles, il semblait tout de même lui en vouloir. En constatant cela, Vanitas eut soudainement envie de frapper un mur ou quelque chose du genre. A la place il s'éloigna de l'argenté sans rien dire. Décidément, à chaque fois que les choses semblaient redevenir vivable, il fallait que tout s'effondre.

-_-_-

Effectivement, les retrouvailles entre Kairi et Naminé furent... larmoyantes. Vanitas sentit le besoin pressant de s'éloigner de cette guimauve écoeurante, qui l'exaspérait plus que de raison. Il commença à se diriger vers sa chambre, avant d'entendre une voix claire l'appeler.

« Attends ! »

Il s'agissait d'Aqua, qui se dirigeait vers lui d'un air impassible. Le brun haussa un sourcil.

« Si tu veux tenter de me tuer, tu pourrais attendre que j'ai dormi un peu ? Ce serait bien... »

Et puis, il se souvint qu'elle l'avait sauvé de Xemnas, tout à l'heure. Pourquoi avait-elle fait cela ? Elle détestait, non ? Par égard pour Ventus, sans doute...

« Je voulais te donner ça, lui répliqua-t-elle en lui lançant l'Eclaireuse de Ventus.

-Pourquoi ? demanda-t-il en la regardant bêtement.

-Parce que... J'ai fait cette Eclaireuse pour Ven, et que tu es tout ce qu'il reste de lui. Je pense qu'elle te revient. »

Vanitas ne put empêcher un minuscule sourire d'apparaître sur ses lèvres.

« Je n'en ai pas besoin...

-Ce n'est pas pour toi que je le fais, c'est pour moi. Pour me sentir mieux. Alors accepte, s'il te plaît. Et ne la perds pas. »

Oh, il pouvait bien lui faire ce plaisir, après tout... Qu'est-ce que cela lui coûtait, au fond ? Et puis... Il sentait encore un peu la présence de Ventus dans son cœur. De façon trop faible pour qu'il soit conscient ou même récupérable, certes, mais tout de même.

« D'accord.

-Merci. »

Elle s'éloigna alors et le brun baissa les yeux vers l'Eclaireuse. Il faillit lâcher l'objet de surprise. La couleur verte de l'étoile avait désormais prise une teinte rouge sombre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 5 Oct - 9:15

36- Poursuivre

Ils ne savaient toujours pas comment arrêter les fusions et, cette fois-ci, ils n'avaient pas eu le temps d'établir un plan de sauvetage des habitants comme l'autre fois. Néanmoins, Ils étaient susceptibles de croiser Ienzo et les autres scientifiques, puisqu'ils s'intéressaient de près au phénomène. Oh, bien sûr, Vanitas avait exprimé aux autres son envie de faire payer à ce sale rat, mais on lui avait dit d'essayer de l'amener vivant, s'ils le croisaient. Pff... Il ne pouvait pas garantir qu'il y parviendrait.

Les deux mondes touchés, cette fois-ci, n'étaient autres que le Colisée de l'Olympe et Atlantica. Etant donné le nombre assez restreint de Maîtres de la Keyblade en bonne santé, ils n'étaient que deux envoyés dans chaque monde. Lea et Kairi devaient se reposer de leur périple et Sora dormait toujours. Quant à Néo, il fallait qu'il se remette de ses blessures.

Mickey et Aqua avaient été envoyés à Atlantica, avec pour ordre de rentrer dès que les premières secousses se feraient sentir. Quant à Vanitas et Riku, ils se retrouvaient au Colisée. D'ailleurs, les révélations de Xehanort, la veille, avaient jeté un léger froid entre eux.

Lorsque Cid les déposa sur le monde concerné – étant donné qu'il ne voulait pas courir le risque en perdant un autre vaisseau Gummi, n'en ayant plus qu'une dizaine à tout casser, ils repartiraient via Couloir Obscur – ils se retrouvèrent seuls pour la première fois depuis l'altercation avec Xehanort.

« Où est-ce qu'on est censés aller, au juste ? questionna Vanitas en regardant la place où ils avaient atterri.

-Un peu partout, je suppose... répondit l'argenté. On n'a pas vraiment de consignes spéciales, à part de voir si on trouve Ienzo quelque part.

-Génial... Qu'est-ce qu'on fait, alors ? On se sépare pour aller plus vite ? »

L'autre grimaça.

« Il ne vaut mieux pas. Si la fusion a lieu plus tôt que prévu, ou bien si on ne se retrouve pas...

-Je ne vois pas le souci, objecta le brun. J'ai mes Couloirs Obscurs... Et toi aussi, tu peux en invoquer. »

Il n'était pas sûr de la réaction de Riku en évoquant cela. Est-ce qu'il lui en tiendrait rigueur ? Même s'il se disait que celui-ci ne serait qu'un imbécile de lui en vouloir pour quelque chose qui n'était pas volontaire. Et quant au fait qu'il ne souhaitait plus utiliser les Ténèbres... Ils avaient déjà eu cette discussion. Néanmoins, malgré tout cela, il appréhendait un peu ce que lui dirait l'autre. Tout cela à cause de Xehanort. Tss...

« Ce n'est pas faux, se contenta de répondre l'argenté avec tout de même une certaine tension dans la voix. Mais quand même. Ils sont trois, après tout.

-Pff, tu parles... Il n'y a que Dilan qui puisse faire office d'adversaire à la hauteur. Les deux autres ne sont que des lâches.

-Je ne parierais pas là-dessus, à ta place. Mais on ferait mieux de ne pas perdre de temps. »

Ils se mirent à arpenter la ville. Les habitants semblaient se porter plutôt bien, sans savoir que bientôt leurs vies seraient réduites à néant. Mais d'après les autres, il y aurait toujours un moyen que les mondes détruits refassent surface d'une manière ou d'une autre. Après, la méthode à adopter, ça... Personne ne semblait le savoir. Vanitas trouvait cela stupide. Puisque les cœurs des mondes avaient disparus, ils ne pouvaient pas revivre. A moins que... Que quoi ? Qu'ils ne deviennent des Simili-Mondes ? Oh, ridicule. Et même si ça se pouvait... Hum, il divaguait, là.

« Au fait, commença-t-il. Tu as décidé d'accepter tes Ténèbres, finalement ? »

Riku se tourna vers lui, puis soupira.

« Je n'en sais rien... »

Ah ? C'était déjà mieux que le refus catégorique d'autrefois.

« Eh bien, on progresse, dis donc, fit remarquer le brun.

-Oui, mais visiblement Xehanort tiens à ce que je lui serve de réceptacle... Et si je parviens à canaliser les Ténèbres, peut-être qu'il me laissera tranquille.

-Sauf que tu ne peux pas. »

En fait, si, il pouvait, d'après Xehanort... En s'éloignant de Vanitas. Mais s'il prenait cette décision, le brun ne savait pas vraiment comment il réagirait, honnêtement. Mal, c'était sûr. Il préférait ne pas trop y penser.

« C'est vrai, acquiesça Riku. Mais je ne sais pas encore... comment je me sens par rapport à tout ça.

-Je vois. »

Il y eut un silence, puis le brun reprit :

« En tout cas, ne t'inquiète pas trop pour Xehanort. Ca m'étonnerait que son plan réussisse. Il va devoir se trouver un autre pigeon. »

Zut, il ne savait même pas pourquoi il disait cela à l'autre. Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes.

« Vanitas ?

-Quoi ?

-Je rêve ou bien t'essayes de me réconforter ?

-Bien sûr que non, ne sois pas stupide. Je relativise, nuance. »

Eh merde. L'autre ne sembla pas le moins du monde convaincu, puisqu'un sourire s'étira sur ses lèvres avant qu'il ne sorte :

« Merci.

-Je vois pas de quoi tu parles.

-Bien sûr. »

Le brun ne répondit rien, légèrement vexé pour il ne savait quelle raison. Mais il n'eut pas le temps de s'en soucier, qu'il sentit une « odeur » familière... et pas dans le bon sens du terme. Il stoppa Riku dans sa marche.

« Qu'est-ce qu'il y a ?

-Ienzo est près d'ici.

-Comment tu sais ça ? s'étonna l'argenté.

-Tu rigoles ? Ce type pue la Lumière à plein nez. Ce serait dur de ne pas le repérer.

-Ah... Si tu le dis. Et tu arriverais à pister sa trace à l'odeur ?

-Je ne suis pas un chien, Riku ! rétorqua Vanitas.

-Tu peux, oui ou non ?

-... Ce doit être faisable, avoua-t-il. Mais emploie d'autres mots, la prochaine fois.

-Oh, pardon... soupira l'autre en levant les yeux au ciel. Dépêche-toi, on va perdre leur piste.

-Tais-toi. »

Il se concentra pour saisir d'où venait la présence du scientifique, puis entraîna l'autre à travers les ruelles de la ville, jusqu'à arriver dans un cul de sac presque désert, mis à part les trois hommes qui s'y trouvaient. Vanitas se dirigea pour les attaquer de front, mais Riku le stoppa.

« Attend un peu, lui chuchota-t-il. Regarde... »

Le brun observa, et vit que les apprentis d'Ansem se tenaient devant un Portail. Pas un Couloir Obscur, ni lumineux... Une autre sorte de passage. Ils semblaient se disputer. En tout cas, Even et Ienzo. Ce dernier d'ailleurs était doté d'un bras tout neuf, mécanique, que l'on pouvait voir dépasser de la manche de sa blouse de chercheur.

« C'est de la folie, enfin ! pérorait Even. Non mais vraiment, c'est contre nature !

-Il s'agit de la volonté du Kingdom Hearts, rétorqua son cadet.

-La volonté du... Ridicule ! Si seulement tu t'entendais parler ! C'est insensé !

-Tu as de la chance que j'ai encore besoin de toi, déclara Ienzo. Ceci dit, si tu te mets en travers de ma route, je n'hésiterait pas à t'éliminer. On y va, que ça te plaise ou non. »

Même de là où il se trouvait, Vanitas pouvait voir les poings du plus âgé se crisper avec rage. En plus de cela, il crut déceler quelque chose comme de la crainte dans ses yeux – mais à cette distance, difficile de l'affirmer clairement. Finalement, il finit par céder et ils se dirigèrent tous les trois dans le Portail. Ah, ils n'auraient pas dû attendre et les laisser filer !

« Dépêche-toi, on les suit. »

C'est ce qu'ils firent, s'immisçant dans le passage avant qu'il ne se referme et débouchant dans un endroit beaucoup froid que là d'où ils venaient, et aussi beaucoup plus sombre. A vue de nez, il s'agissait d'une très longue grotte, ou d'un endroit souterrain. Quelques torches de flammes bleues brûlaient ici et là, à proximité des parois de pierre. Vanitas n'avait encore jamais vu cet endroit. Est-ce qu'ils se trouvaient encore à proximité du Colisée, ou pas du tout ? Ce qui était sûr, c'était que les scientifiques étaient déjà partis.

« Je crois qu'on est aux Enfers, annonça soudain Riku en observant les alentours.

-Le Royaume d'Hadès ? s'étonna le brun. Qu'est-ce que ces abrutis viennent faire ici ?

-Aucune idée, mais certainement rien de bon... On ferait mieux de les chercher. »

Ils se remirent en route. Vanitas se demanda s'ils risquaient de croiser des âmes ou d'autres choses étranges dans le royaume des morts, mais les couloirs étaient déserts. Même pas un petit démon ou autre chose d'intéressant. Dommage, il était curieux de savoir comment cet endroit fonctionnait, au juste. Peut-être qu'il s'y rendrait durant son temps libre... S'ils parvenaient à sauver ce monde. Il était sûr que le Dieu des Morts pourrait lui apprendre des tas de choses. Enfin... Tant pis.

Ils finirent par retrouver les retrouver au beau milieu d'un tournant, discutant encore une fois.

« Il n'acceptera jamais de te rendre ce service, reniflait Even. Ce n'est qu'un immature, égoïste et cruel. Et puis franchement, tu crois vraiment qu'en lui annonçant que son royaume sera détruit sous peu, tu...

-Salut ! On vous dérange ? » leur lança Vanitas.

Le regard d'Ienzo s'assombrit en les reconnaissant.

« Décidément, tu es toujours dans nos pattes... pesta-t-il en direction du brun. Tu as de la chance, je n'ai pas le temps de m'occuper de vous aujourd'hui. J'ai une petite affaire à conclure avant que ce monde ne tombe en ruine.

-Dommage pour toi, tu vas avoir du mal à t'y rendre si je te brises tous les os » répliqua Vanitas avec un sourire glacial plaqué sur les lèvres.

Il invoqua sa Keyblade, prêt à en découdre. Oh, comme il détestait ce type ! Tant pis pour les consignes qu'on leur avait donné, sa haine se ravivait à l'approche du scientifique et il se ferait une joie de le réduire à néant.

« Je n'ai pas le temps pour ces inepties, soupira son ennemi. Dilan ? Peux-tu te charger de les retarder ? Voire de les éliminer, cela m'importe peu. »

Celui-ci hocha la tête, invoquant ses lances de combats, qui flottèrent autour de lui tel des oiseaux dangereux. Ienzo et Even commencèrent à s'éloigner dans la direction opposée. Oh, non, Vanitas n'allait pas les laisser s'enfuir comme ça ! Il tenta de les suivre, mais fut bloqué par l'une des lances du scientifique, qui manqua de l'embrocher. Un rictus de rage déforma son visage. Il se tourna vers son adversaire.

« Ca ne te dérange pas, d'être le larbin de ce frimeur ? le questionna-t-il. Je suis sûr qu'il ne te remercie même pas.

-Je ne suis pas un traître comme Aeleus. Nous avons promis aux parent d'Ienzo de le protéger quand il était jeune. Je n'ai pas rompu cette promesse.

-Imbécile, ricana le brun. Il y a prescription, depuis le temps, non ? Et je ne pense pas que ses parents seraient fiers de le voir devenir un tel monstre.

-Tu peux parler » contra Dilan d'un air impassible.

Ce fut ce moment que Riku choisit pour attaquer l'ennemi dans le dos, profitant de sa distraction. Celui-ci se retourna trop tard et se prit un coup à l'épaule, qui le força à reculer. En contrepartie, il envoya trois de ses lances en direction de l'argenté, et le reste vers Vanitas. Celui esquiva assez difficilement, mais s'en sortit. En revanche, il ne parvint pas à approcher Dilan, ses lances se mettant toujours en travers du chemin. L'argenté n'en menait pas large non plus, de son côté. Ils ne tiendraient pas longtemps comme ça, à moins de se débarrasser des armes du scientifique – qui, lui, paraissait plutôt tranquille, à laisser ses cure-dents faire tout le travail.

Le brun tenta un sort des Ténèbres à distance, mais l'autre l'esquiva, semblant s'être préparé à cette éventualité. Ca ne marcherait pas. Il faudrait qu'ils puissent l'attaquer en même temps... Vanitas tenta de jeter un regard à Riku, espérant qu'il comprenne, mais ce n'était pas facile de le fixer tout en esquivant les assauts de trois lances qui venaient de tous les côtés et revenaient sans cesse. Il finit finalement par se tourner vers lui, le temps d'une seconde, et brandit sa Keyblade en direction de Dilan. Vanitas en fit de même et ils lancèrent le sort en même temps.

Le Glacier de l'argenté toucha le scientifique, le perturbant dans sa maîtrise des lances, qui laissèrent assez de répit aux deux garçons pour qu'ils se rapprochent afin de lui lancer des attaques physiques. Dilan finit par s'écrouler à genoux sur le sol, haletant, alors que ses armes s'écroulaient au sol avec un cliquetis qui résonna dans la caverne.

Riku désinvoqua sa Keyblade. Le scientifique, toujours à genoux, gronda :

« Vous me le payerez...

-Je ne pense pas » déclara Vanitas d'un ton froid.

Avec un calme tout aussi glacial, il leva sa Keyblade, puis la planta dans le dos de Dilan sans plus de pitié. Celui-ci poussa un dernier cri d'agonie, avant qu'un cœur ne s'envole de sa poitrine et que son corps ne disparaisse. Le brun soupira. Ce n'était pas Ienzo, mais au moins ça eut le mérite de lui passer les nerfs.

Puis il releva les yeux vers Riku, qui le dévisageait avec une mine plus ahurie que jamais.

« Qu'est-ce qu'il y a ?

-Tu me demandes ce qu'il y a ?! s'étrangla l'autre. Vanitas, tu viens de tuer quelqu'un, au cas où tu n'aurais pas remarqué !

-Difficile de ne pas le remarquer, répondit celui-ci en haussant les épaules. Ah, oui c'est vrai qu'on devait l'amener au Jardin Radieux, zut... Bon, tant pis hein. »

Visiblement, ce n'était pas cela qui ennuyait son coéquipier...

« Oh, mais c'est pas le prob- Tu ne vois vraiment rien de choquant dans ce que tu viens de faire ? De sang-froid, en plus ! »

Il ne comprenait vraiment pas pourquoi l'argenté s'énervait ainsi... Il ne s'agissait que d'un scientifique stupide, et même pas innocent, alors quoi ?

« Il était notre ennemi, fit-il remarquer. Et il nous aurait fait subir le même sort.

-Ce n'est pas une raison, enfin ! On ne tue pas les gens comme ça ! J'arrive pas à croire que je vienne de dire ça, je devrais pas avoir besoin de te l'expliquer !

-Mais... Je ne comprends pas pourquoi tu te met dans un état pareil pour si peu.

-Si peu ? répéta Riku, incrédule, avant d'être pris d'un rire nerveux. On parle d'une vie humaine, je ne sais pas si tu te rends compte. C'était cruel, ce que tu as fais là.

-Eh bien, c'est ma nature, je n'y peux rien, rétorqua Vanitas d'un sec. Et si ça ne te plaît pas... »

Pourtant, l'argenté aurait dû s'en douter, non ? Qu'est-ce qu'il croyait, hein ? Qu'il avait changé tant que ça ?

« Et puis, poursuivit le brun. Je te signales que toi aussi, ainsi que Sora, vous avez abattus pas mal de Simili. C'est ce qu'on m'a dit, en tout cas. »

La colère de l'autre retomba, pour faire place à un mélange de surprise et d'autre chose. Remords ?

« Ce n'est pas pareil... se défendit-il faiblement. On ne savait pas...

-Vous ne saviez pas que quoi ? Qu'ils avaient une conscience ? Et ne me sort pas l'excuse de l'absence de cœur, parce que je suis sûr qu'il y a quelque temps de cela, vous n'auriez pas hésité à me supprimer, si j'étais encore votre ennemi. J'ai raison ? »

Il aurait espéré que l'autre nie, mais il garda le silence.

« Ou alors, vous ne me considériez pas humain, comme les Simili ? continua-t-il. Vous me voyiez comme un monstre, c'est ça ? Alors que lui, l'autre là, il est normal donc c'est un crime de l'abattre ? T'es vraiment un hypocrite, en fait !

-C'est pas ce que je voulais...

-Non, ta gueule, le coupa Vanitas. Juste, ta gueule. On doit rattraper l'autre connard. »

Il s'avança à leur poursuite d'un pas rapide, entendant les pas de l'autre le suivre plus lentement. Quel abruti, décidément ! Lui faire la morale pour un truc aussi idiot, alors qu'il ne valait pas bien mieux dans le fond. Il voulait quoi, qu'il éprouve des remords pour avoir éliminer ce type ? Il n'en était pas capable. Pourquoi en aurait-il, d'ailleurs ?

Pourquoi, à chaque fois que les choses commençaient à tourner bien, il se trouvait déçu ? Qu'est-ce qui ne collait pas, à la fin, bordel ?

Ce ne fut qu'au bout de quelques minutes à suivre un chemin tout tracé et où ils ne croisèrent pourtant pas Ienzo que Riku osa prendre la parole, ayant peut-être réfléchi, ou bien jugeant que la colère du brun était retombée.

« Bon... commença-t-il. Peut-être que j'ai réagi un peu excessivement. A l'extrême limite, j'aurais fait pareil. Mais ça ne t'as vraiment fait ni chaud ni froid, de l'abattre comme ça ?

-Non, déclara le brun. Pourquoi ? Ca te fait quelque chose, à toi, quand t'es obligé de tuer un de tes adversaires ?

-Oui, un peu quand même. Et là, tu n'étais pas obligé de le faire. »

Vanitas soupira, agacé. Le pire ? Il savait que Riku avait raison, qu'il aurait certainement dû ressentir une certaine gène à l'idée de tuer Dilan... parce que c'est ce que les gens normaux ressentent. Ils ont des états d'âme pour tout et n'importe quoi. Mais il ne pouvait pas, lui. Il ne ressentait ce genre de choses qu'envers des gens qu'il estimait un minimum. Et l'autre scientifique ne représentait rien pour lui.

« Oh, il aurait très bien pu se relever et nous attaquer en traître, rétorqua-t-il.

-Hum, pas faux... admit l'argenté. N'empêche que je ne comprend pas.

-Quoi ?

-Comment tu fais pour ne pas te sentir coupable.

-Et moi je ne comprends pas comment tu fais pour te sentir tout le temps coupable. »

Riku garda le silence, soudainement pensif.

Ils arrivèrent finalement à un embranchement qui présentait deux chemins différents. Aucun indice sur celui qu'avaient pu emprunter les deux autres.

« Où est-ce qu'on va, à ton avis ? demanda l'argenté. A droite ou à gauche ?

-Les deux. Toi à droite, moi à gauche.

-Euh... Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

-Pourquoi ? s'agaça Vanitas. Ils ne sont que deux, et ils sont faibles, il n'y a pas de risque. A moins que tu aies peur. »

Et aussi, il se sentait toujours un peu furieux contre Riku, alors il préférait prendre ses distances. Il espérait tout de même tomber sur Ienzo en premier, histoire de pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce.

L'argenté hésita longuement, une once de doute brillant dans ses iris turquoise, puis finit par soupirer.

« Sois prudent quand même...

-Moi ? Toujours, ironisa le brun.

-Je suis sérieux...

-Oh, tu t'inquiètes ? se moqua-t-il. Comme c'est mignon. »

Mais il ne s'attendait pas à la réponse qu'il reçut.

« Evidemment que je m'inquiète, idiot » avoua Riku sur un ton exaspéré, comme si cela relevait de l'évidence.

Le sourire narquois de Vanitas disparut aussitôt. Il ne sut pas quoi ajouter après cela, mais n'en eut de toute façon pas le temps puisque l'autre l'embrassa brièvement sur les lèvres avant de lui tourner le dos et de prendre le chemin de droite. Une fois la surprise passé, le brun en fit autant en soupirant. Décidément, il ne savait plus quelle humeur adopter... Mais bon, ça ne lui déplaisait pas pour autant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Sam 12 Oct - 10:56

37- Se perdre

Au bout d'un moment, le chemin plutôt étroit se transforma en caverne, au fond de laquelle se dressait une énorme porte en pierre décorée de motifs plutôt rudimentaires. Elle semblait infranchissable, et on ne pouvait certainement pas l'ouvrir à mains nues, mais Vanitas se douta que la serrure disproportionnée qui s'y trouvait devait pouvoir se débloquer à l'aide de sa Keyblade.

N'empêche qu'il doutait, finalement, de trouver les scientifiques aient pu franchir cette porte... A moins qu'ils ne soient attendus par le dieu des Enfers. Sauf que ça étonnerait fortement le brun qu'Ienzo ait pu négocier un entretien avec Hadès en personne. Pourquoi ce dernier accorderait son temps à un crétin lumineux et illuminé dans son genre ? Remarque, s'il s'ennuyait, cela représenterait une certaine distraction...

Il fallait qu'il en ait le cœur net. S'il ne trouvait rien au delà de cette porte, il rebrousserait chemin. Décidé, il brandit sa Keyblade, dont un faisceau s'échappa en direction de la serrure scellée. Au début, il ne se passa rien, puis la porte s'ouvrit lentement, avec un bruit de tous les diables, faisant légèrement trembler le sol de la caverne.

Vanitas s'avança alors dans la petite salle, qui devait certainement être le bureau d'Hadès... Ou bien sa salle du trône. Il ne savait pas trop comment appeler cela. Le Dieu trônait sur son siège de pierre sombre , au fond de la pièce dépourvue de fenêtres à proprement parlé – deux grands trous dans le murs, plutôt rustiques, en faisaient office. Il s'entretenait avec Ienzo et Even, quoi que ce dernier semblait rester plutôt en retrait.

Ils se tournèrent tous les trois vers le Porteur des Ténèbres à son arrivée. Le plus jeune des scientifiques fronça les sourcils. Hadès ne semblait même pas surpris, juste blasé.

« Oh, mais qui voilà ? sortit-il d'un air faussement intéressé. Un ami à vous ?

-Non... Pas du tout, non.

-Je vois... soupira le Dieu. Bon, revenons à nos affaires. On s'occupera du gêneur plus tard. Ou pas, ah ah. Je m'en fiche en fait, vu que ce monde est voué à disparaître dans... combien de temps, déjà ?

-Alors, vous acceptez ? insista Ienzo sans daigner répondre à la question.

-Euh, non. »

Le visage du scientifique se décomposa. Vanitas se demanda si ce serait judicieux d'interrompre l'entretien. Il n'aimait pas vraiment être ignoré de la sorte. D'un autre côté, il préférait ne pas se prendre une colère divine à la figure. Ce ne serait pas très intelligent, même pour lui.

« Mais enfin, Seigneur Hadès ! balbutia Ienzo. Je pensais que vous aviez de l'ambition... »

Le Dieu des Enfers se leva de son siège, lentement.

« Bon écoute, mon gars, commença-t-il. T'es très sympathique et tout, mais tu me fais rire. Je ne vois pas comment un simple mortel comme toi pourrait m'aider. Et puis, les âmes de l'Enfer, non, je ne peux pas te les confier. Zeus me foudroierait sur place, si je le faisais. Je vais laisser ces choses couler en même temps que ce monde, ce sera mieux. Ah, ah, je serais enfin débarrassé d'Hercule, tiens. Bon, je vais légèrement me retrouver à la rue, comme les autres Dieux, ce qui est moins drôle. D'un autre côté, je pourrais en profiter pour...

-Mais je fais ça pour servir le Kingdom Hearts ! » s'emporta Ienzo.

Et il n'aurait pas dû. Le visage d'Hadès, ainsi que ses cheveux enflammés, prirent une teinte cramoisie alors que ses yeux s'exorbitaient et qu'il hurlait :

« Et moi je m'en CONTREFOUS du Kingdom Hearts ! »

Les scientifiques reculèrent devant la rage du Dieu – et très certainement à raison. Vanitas ne retint pas un sourire satisfait, se demandant s'ils allaient se faire réduire en cendres. Mais quelque chose le perturbait tout de même. Que voulaient-ils faire des âmes, au juste ?

Soudain, une secousse fit trembler le monde. Le plafond menaça de leur tomber dessus alors que des gravats s'en détachaient. Hadès se calma aussitôt.

« Oulah, je ferais mieux de filer, moi, constata-t-il. Allez, à un de ces jours, si vous survivez ! »

Et il disparut sans plus de cérémonies, laissant les humains seuls tous les trois. Ienzo tentait visiblement de contenir sa rage. Décidément, son petit passage côté Lumière l'avait beaucoup changé... Avant, il se contentait d'être froid, calculateur et mesquin. A présent, il paraissait perdre de plus en plus le contrôle sur ses émotions. Il finit finalement par tourner un regard plein de colère froide vers Vanitas, qui ne se départissait toujours pas de son air moqueur.

« Dilan... siffla-t-il. Où est-il ?

-Mort, déclara simplement le brun.

-Non... Tu mens ! »

Tiens donc ? La nouvelle semblait tout de même l'affecter un minimum, de même qu'Even. Serait-il possible qu'il éprouve encore de la compassion pour autrui ? Déjà lorsqu'il était « normal » ce n'était pas ça...

« Eh non. Et bientôt, ce sera ton tour, affirma Vanitas en se mettant en position de combat.

-Où est Riku ? s'enquit alors Even. Oh, se pourrait-il qu'il ait été...

-Du tout, le coupa le brun. Mais ce ne sont pas vos affaires. »

Il n'insista pas. Ienzo se tourna vers le blond.

« Laisse-moi m'occuper de lui. C'est une affaire personnelle. »

Le plus âgé n'insista pas, se reculant dans un coin sombre. Ienzo retroussa alors l'une des manches de sa blouse, dévoilant complètement sa nouvelle prothèse mécanique. Les mains se terminaient par ce qui s'apparenterait plus à des griffes qu'à des doigts. Quand au reste, il semblait composé d'un ensemble de morceaux que d'une plaque uniforme. Vanitas se demanda brièvement si, tordu comme il était, son adversaire avait songé à y ajouter des fonctions plus ou moins douteuses. Il vaudrait mieux qu'il s'en méfie, en tout cas. Son bras semblait être son arme de combat, à présent.

« Dis-moi, avant qu'on ne commence, lança le Porteur. Qu'est-ce que vous comptiez faire avec les âmes détenues aux Enfers ?

-Rien en particulier. Des expériences plus ou moins définies. Cela ne te concerne en aucun cas.

-Oh, tu dois êtres tellement déçu...

-C'est juste un léger contretemps, se défendit l'autre. Nous trouverons bien des âmes humaines ailleurs... Oh, pas la tienne, bien entendu, puisqu'elle doit être pourrie de l'intérieur.

-Pas plus que la tienne.

-Ah, ne me fais pas rire ! s'exclama Ienzo. Les Ténèbres sont une plaie. Une plaie nécessaire au fonctionnement du monde, certes, mais tout de même. Je sers une cause bien plus noble.

-Bien sûr...

-C'est le Kingdom Hearts qui m'a confié ma mission. Je dois punir ses ennemis et il me conduira à la connaissance infinie ! »

Quel espèce d'illuminé... Fatigué d'entendre de telles idioties, il fonça vers son ennemi, pressé d'en découdre. Celui-ci para son attaque à l'aide de sa prothèse, beaucoup plus résistante qu'elle en avait l'air. Vanitas fut contraint de se reculer et vit qu'il n'avait même pas endommagé le métal. Il lança une salve ténébreuse facile à éviter pour voir comment réagirait Ienzo. Les lames de métal se déployèrent en un petit bouclier du diamètre de l'avant bras de son propriétaire. Ce fut suffisant pour stopper le sort. Le brun haussa un sourcil.

Pas trop mal, comme nouveau jouet, il devait l'admettre. Néanmoins, ça l'étonnerait fortement que son ennemi ne soit devenu un combattant hors-pair pour autant, même avec ce machin à la place du bras. Il restait frêle et peu entraîné.

Vanitas tenta une feinte rapide, sensée prendre l'autre à revers en se glissant derrière lui. Ca faillit fonctionner... Mis à part qu'il sentait soudain une légère douleur sur son côté droit, qui le força à dévier son coup. Il se retourna, pour faire face au Nescient qui l'avait attaqué et l'élimina avec rage. C'était de la triche ! Ienzo n'avait-il vraiment pas de fierté, ou trouvait-il drôle d'employer les créatures du brun contre lui ?

« Tellement faible que tu dois compter sur eux pour te sauver la mise ! pesta-t-il en direction du scientifique.

-Oh, mais c'est tout à fait dans les règles... Ils font partie de moi, après tout, non ?

-Fumier... »

Il tenta à nouveau plusieurs assauts, plus violents que les précédents, faisant à attention à éliminer les Nescients qui venaient l'attaquer dans le dos, mais... Il devait se rendre à l'évidence, Ienzo avait légèrement gagné en agilité depuis la dernière fois, bien qu'il n'ait encore rien d'un guerrier. Il ripostait par des attaques de ses griffes mécaniques, dont une érafla Vanitas au visage. Ce dernier ne ralentit pas la cadence, déversant toute sa haine dans ses coups.

Il parvint également à toucher Ienzo au flanc, mais celui-ci para en lui lançant un jet de Lumière pure que le brun ne vit pas venir, trop occupé à se débarrasser d'un Nescient particulièrement encombrant. Il fut touché de manière juste assez forte pour basculer à terre. Il amorça de se relever, mais le scientifique déploya une autre technique de sa prothèse. Des sortes de fléchettes en fusèrent, que Vanitas tenta d'esquiver tant bien que mal d'une roulade sur le côté.

En ignorant la douleur, se releva, repartit à l'attaque et... rata sa cible. D'un ou deux bons mètres. Sa vision se fit soudainement floue. Ses jambes cédèrent sous lui, l'obligeant à mettre ses bras devant lui pour ne pas s'écrouler complètement. Son estomac protesta violemment et un liquide lui remonta dans la gorge, avant de se déverser sur le sol. Tremblant et confus, il tenta de demander à Ienzo ce qu'il avait fait, mais aucun son ne sortit. Merde... Qu'est-ce que c'était que ça, encore ?

Il sentit le scientifique le saisir par les cheveux pour le forcer à contempler son sourire triomphant.

« Eh oui, c'est du poison, l'informa-t-il d'un air ravi. Inspiré de l'un des Nescients que le Kingdom Hearts m'a remis, d'ailleurs... Mais en plus puissant. J'ai accéléré sa vitesse de propagation dans l'organisme et ajouté quelques symptômes amusants. »

Il se releva, avant de donner un coup de pied méprisant dans l'épaule du brun, qui s'étala sur le côté, trop faible pour bouger un muscle, secoué de spasmes.

« Tu sais... poursuivit Ienzo. Je voulais que tu meures de ma main, au début, mais... Finalement ce sera tout aussi bien de te laisser ici. Ce monde ne va pas tarder à s'écrouler, et toi... Tu seras anéantit par la Lumière, comme tu aurais dû l'être depuis longtemps. »

Vanitas ne trouva pas la force de rétorquer, la douleur du poison le clouant sur place. Néanmoins, il pensait encore clairement et savait très clairement ce qu'il ressentait : de la haine pure à l'égard d'Ienzo. Et de la peur, aussi, un peu. Beaucoup. Un flash lui revint en mémoire, un événement s'étant produit longtemps auparavant, presque dans une autre vie – la X-Blade qui lui échappe des mains, le bleu déterminé des yeux de Ventus, tous ses espoirs qui se brisaient en mille morceaux, et cette terreur, cette peur de mourir, de l'après – sauf que cette fois il ne serait pas sauvé, pas ramené dans les Ténèbres contre son gré.

Il entendit vaguement le bruit d'un Portail qui s'ouvrait, permettant aux scientifiques de filer alors qu'une troisième secousse se produisit, violente. Les Nescients, tâches floues et informes, s'agitaient devant ses yeux alors que la Lumière envahissait l'endroit. Il crut apercevoir et entendre des gouttes d'eau, aussi, coulant du plafond de l'Enfer, comme de la pluie. Le monde d'Atlantica serait-il déjà si près ? Il espérait seulement que Riku s'en irait sans prendre la peine de le chercher...

Quatrième secousse, qui ne s'arrêta pas cette fois. Vanitas tentait de protester contre le poison qui le brûlait de l'intérieur, tentative désespérée. Qu'allait-il lui arriver, au juste ? Il ne voulait pas mourir, pas maintenant, c'était trop idiot et surtout pas le bon moment ! Ce ne serait jamais le bon moment.

Il sombra dans l'inconscience alors que le monde sur lequel il se trouvait se désagrégeait jusqu'à la plus petite parcelle et fut emporté avec elles. Sombrant dans la Lumière.

-_-_-

« Comment ça, il n'est pas revenu ? »

Riku sentit une angoisse sourde lui creuser l'estomac, en même temps que sa gorge s'asséchait. Non, quand même pas...

Il venait de rentrer via Couloir Obscur au Jardin Radieux. Lorsqu'il avait senti les premières secousses annonçant la fusion des mondes, il avait rebroussé chemin et cherché Vanitas, mais, ne l'ayant pas trouvé, avait simplement déduit qu'il était déjà parti. Pourquoi aurait-il fait autrement, de toute façon ?

Léon et Aerith échangèrent un regard inquiet.

« Vous n'étiez pas ensembles ?

-On a décidé de... »

Merde. C'était sa faute. Il n'aurait pas dû le laisser partir seul, il aurait dû insister, il aurait dû le chercher plus longtemps, aller plus vite, il aurait dû...

« Riku ? Est-ce que ça va ?

-Non » parvint-il à articuler sans savoir lui-même s'il répondait à la réponse d'Aerith ou s'il refusait ce qu'on lui disait.

Léon lui ordonna de s'asseoir et d'expliquer ce qui s'était produit aux Enfers. L'argenté fit du mieux qu'il put pour lui détailler l'histoire. Une fois cela finit, le guerrier à la Gunblade hocha la tête.

« Calme-toi. Si tu ne l'as pas trouvé, peut-être qu'il se trouve avec Ienzo et Even en ce moment. »

Cette perspective le détendit un peu. Cela ne sonnait pas comme une bonne nouvelle, mais ça valait mieux que l'autre option.

« Vous n'auriez jamais dû vous séparer.

-Je sais. »

Il s'en voulait. Terriblement. Quelle bêtise, que de suivre des chemins différents !

« Il faut qu'on le cherche, décréta-t-il en se levant. S'il est encore vivant, s'il se trouve avec Ienzo, il est en danger.

-On ne peut pas, Riku, lui annonça Aerith d'un air désolé. Pas tout de suite. Les Princesses de Coeur sont parties au sous-sol du château, ouvrir la serrure des Ténèbres. »

Il mit à moment à comprendre ce qu'on lui disait.

« Quoi ? Mais pourquoi ?

-Kairi pense que c'est le seul moyen d'arrêter tout ça. Elles feront leur possible pour que les Sans-Coeur ne s'en échappent pas, mais elles comptent tenter d'accéder au Kingdom Hearts.

-C'est trop risqué, protesta-t-il.

-On a bien essayé de l'en empêcher... soupira la guérisseuse. Mais elle a rallié les autres Princesses à sa cause. Naminé les accompagne.

-J'y vais aussi, dans ce cas.

-Ce n'est pas utile. Repose-toi. Elles sauront gérer cela. On pourra chercher après Vanitas demain, mais pour l'instant, va récupérer un peu de sommeil. »

Comme s'il pouvait, en ne sachant pas ce qui était advenu du brun, tiens...

Une autre question lui vint à l'esprit.

« Et Sora ?

-Il dort toujours. Yen Sid dit qu'il va se réveiller, ce n'est qu'une question de temps... Par contre, il ignore dans quel état il se sentira, après ce que Xehanort lui a fait subir. »

Riku hocha la tête, ne parvenant plus à digérer toutes ces informations alarmantes. Sans même dire un mot, il se leva et rejoignit sa chambre, certain de ne pas réussir à se reposer.

Quand il eut quitté la pièce, Aerith et Léon échangèrent un autre regard perplexe.

« Tu crois qu'il est...

-Non, il s'en sortira » affirma Léon.

La jeune femme soupira tristement.

« Au fait, c'est étrange, la réaction de Riku... Quand on pense à la méfiance qu'il éprouvait à son égard, au début. »

Son compagnon haussa les épaules sans répondre, ce qui signifiait chez lui qu'il était sous aussi surpris qu'elle de l'avancement des choses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Dim 20 Oct - 13:44

38- Finir

Il ne savait pas si la mort ressemblait à cela. Si c'était le cas, eh bien c'était cruel. Et sinon, où se trouvait-il ?

Ca ne faisait pas mal, non. C'était pire, bien pire que la douleur, à ce stade. Chaque cellule de son corps demandait à ce que cela cesse et il avait l'impression que son cœur se déchirait de part en part.  Quant à son âme, il s'agissait de la seule chose qui lui permettait de garder une once de conscience. Pas forcément une bonne chose, d'ailleurs. Il voulait juste que ça s'arrête, peu importe ce que « ça » était.

Il ne voyait pas où il se trouvait, ne sentait rien autour de lui. Rien et tout à la fois, en fait. Des Ténèbres et de la Lumière, bien sûr, mais aussi du Néant, et en même temps rien de tout cela. Le Chaos. Ou bien l'Ordre, trop propre, où il n'avait pas sa place.

Il se souvenait de ce qu'il s'était passé, mais ne parvenait pas à y penser tant il souffrait. Il ne pouvait même pas hurler, pas non plus se débattre, rien du tout.

Et puis quelque chose tenta de communiquer avec lui. L'entité n'employait pas de mot à proprement parlé, mais il la comprenait, étrangement. La « voix » venait de partout et nulle part à la fois, résonnait dans son esprit et au creux de ses os.

Il comprit où il se trouvait et ne put s'empêcher de trouver la chose ironique. Le Kingdom Hearts l'avait recueilli, lui, l'Etre des Ténèbres, et l'avait empêché de se dissoudre en même temps que le cœur de l'Olympe. Ah, il n'aurait pas put le laisser disparaître, tout simplement ? Ce serait moins douloureux...

L'entité l'informa qu'il se trouvait ici pour une bonne raison. L'image d'Ienzo s'imposa à l'esprit de Vanitas. Il était dangereux, il allait détruire les mondes, il fallait l'arrêter. Il ne comprit pas. Cela contredisait ce que le scientifique prétendait, au sujet du Kingdom Hearts et de sa mission... Le Royaume des Coeurs fut obligé d'employer des mots dans un langage compréhensible, ne pouvant sans doute pas exprimer une notion pareille autrement. La voix raisonna sèchement dans son esprit.

Il se trompe de voie. C'est autre chose qui l'a sauvé.

Autre chose, mais quoi ? L'entité ne répondit pas à cette question, se contentant de lui faire passer son sentiment de détresse. Ah, Vanitas en aurait rit, s'il le pouvait encore...

« Désolé, mais je ne pense pas être la bonne personne pour ça. »

Il ne savait pas s'il l'avait prononcé à voix haute ou non, mais le Kingdom Hearts comprit puisqu'il répondit :

Je n'en sais rien.

Mais n'était-il pas supposé tout savoir ? Que ce soit, l'avenir, le passé ou le présent ? C'est ce qu'on racontait, qu'il s'agissait d'un lieu omniscient, qui abritait le cœur de tous les mondes...

Il n'eut pas de réponse.

Au bout d'une attente qui lui parut interminable – littéralement – il sentit la douleur disparaître peu à peu de son être, lentement. Il sentit également son cœur en lambeau se rétablir un peu, avant de percevoir une légère hésitation.

Le Kingdom Hearts lui demanda dans son langage s'il voulait qu'il modifie sa nature. Qu'il rende son cœur... normal. Un mélange de Ténèbres et de Lumière, comme tous les autres. Vanitas hésita un peu. A présent, il parvenait à penser un peu plus clairement. L'image de Riku s'imposa à lui. Qu'en penserait-il ?

Il ne trouva pas la réponse, pas tout à fait, mais une autre vérité s'imposa à lui. S'il acceptait, il deviendrait quelqu'un d'autre, sa nature serait changée... La chose lui paraissait singulièrement déroutante. Et révoltante, un peu. Sans compter qu'avec tout ce qu'il avait commis, il serait assailli par les remords, au point de sombrer définitivement. Mieux valait qu'il reste ainsi. Et puis, autant l'admettre, il aimait bien être spécial.

« Je crois que je m'en passerais » répondit-il simplement.

L'entité ne broncha pas, se contentant de le reconstruire comme avant. Cela lui parut durer des jours, des mois. Les secondes s'étiraient à l'infini et Vanitas ne pouvait s'empêcher de se demander si, lorsqu'il serait complet à nouveau, tout ce qu'il connaissait aurait disparu. Encore une fois. Rien que l'idée lui donnait envie de rester là, tiens, bien au chaud. Il ne voulait pas tout recommencer. Pas alors qu'il avait trouvé quelque chose qui valait le coup, et pas comme ça...

Ce serait trop bête.

Néanmoins, il se sentait de plus en plus conscient, bien qu'il ne voyait toujours pas ce qu'il y avait autour de lui – sans doute rien – et que l'atmosphère qui régnait en ce lieu immatériel le malmenait toujours autant. Enfin, ce devait être normal. Il se trouvait dans l'essence de toute chose, après tout. Il ne devrait même pas être capable de le supporter.

Et puis à un moment donné, il sentit une main prendre la sienne et frissonna. Même s'il ne distinguait rien, il sentit de qui il s'agissait.

« Kairi ? »

La voix de la jeune fille résonna dans son esprit.

Vanitas, qu'est-ce que tu... ? Oh ! C'est endroit, il- C'est insupportable.

« Ah, oui, je sais, crois-moi... » répondit-il avec un sourire dans la voix.

Que faisait-elle ici ? Comment ?

Le Kingdom Hearts accueillit la Princesse de Coeur dans son langage dépourvu de mots, comme s'il l'attendait. Kairi mit un moment avant de reprendre la parole.

La fusion... commença-t-elle.

Une succession d'images prit alors forme derrière les rétines des deux humains. Une histoire, en fait, passée en accéléré. Un univers où la fusion des mondes n'aurait jamais eu lieu, où Kairi serait resté coincée sur son île, à attendre que Sora et Riku reviennent. Ces deux-là auraient passé leur examen de maîtrise ensemble, Riku aurait sauvé Sora de Xehanort. Ventus n'aurait pas eu besoin de se sacrifier. Vanitas serait resté dans les Ténèbres, jusqu'à ce que Xehanort vienne le trouver et en fasse un de ses réceptacles. Néo serait toujours là-bas également, oublié de tous. Kairi aurait finalement été entraînée à manier la Keyblade, en tant que Princesse de Coeur. Naminé ne serait jamais sortie de son cœur. Les scientifiques n'auraient pas agi de la sorte, à cause d'un tas de minuscules détails. Effet papillon. La Guerre des Keyblades aurait eu lieu, opposant les sept gardiens de Lumières aux treize Ténèbres. Un avenir différent...

Et puis ils comprirent. Il s'agissait de l'Histoire qui aurait dû se tracer, du Destin qui aurait dû leur revenir à tous. Sauf que Kairi, avait bouleversé tout cela. Kairi et Alice, en fait. Leur volonté de changer le cours des choses, ainsi que leurs pouvoirs de Princesses de Coeur, avaient altéré le Destin tracé depuis l'aube des temps. Le Kingdom Hearts lui-même ignorait ce qui se déroulerait à l'avenir, puisque celui-ci ne suivait plus une ligne toute tracée.

Kairi poussa un hoquet de surprise. Etrangement, Vanitas pouvait ressentir les émotions de la jeune fille. Surprise et culpabilité. Lui, égoïstement, se sentait plutôt heureux que les choses n'aient pas suivi le cours du Destin...

Le Kingdom Hearts n'exprima aucune forme de courroux, pourtant. Contrairement à ce qu'Ienzo prétendait, d'ailleurs.

Est-ce que nous avons déclenché la fin de l'univers ? questionna la Princesse de Coeur.

Je l'ignore, répondit le Kingdom Hearts.

Mais, les cœurs des mondes... Il doit y avoir un moyen...

Les Serrures.


L'entité leur expliqua alors sans utiliser de mots. Les Serrures de chaque monde allaient être scellées, pour éviter que leurs cœurs ne s'affrontent en entrant en contact. Les fusions se poursuivraient cependant, sous une forme différente. Rien ne changerait cela. Quand aux mondes détruits, ils remonteraient la surface, ainsi que tous leurs habitants qui reprendraient leur vie comme si rien ne s'était produit. Le temps y reprendrait son cours ordinaire.

C'était tout ce que pouvait faire le royaume des Coeurs pour limiter les dégâts.

Ce n'est pas gratuit, exprima-t-il ensuite dans leur langage, cette notion de marchandage n'existant sans doute pas dans sa méthode de communication. Vous devrez tous les deux faire quelque chose.

« Pourquoi nous ? » demanda alors Vanitas.

Parce qu'ils représentaient respectivement les Ténèbres et la Lumière. Bien sûr. Les deux opposés, hein ? Vanitas ne put s'empêcher de penser que ça aurait dû être à Ventus de se trouver là avec lui.

L'image d'Ienzo s'imprima dans son esprit, avec un ordre bien clair : le détruire. Pas lui prendre son cœur, car son Simili reviendrait et il y aurait un risque qu'Ienzo refasse surface par ce biais. Il représentait une menace pour les mondes. La folie s'était emparé de lui au moment où il avait atterri dans cette brèche. Mais comment ? Vanitas ne possédait que sa Keyblade pour se battre, et celle-ci ne pouvait que retirer ou sceller le cœur des gens...

Tu récupéreras le pouvoir qu'il t'a volé...

S'il l'avait pu, il aurait souri.

« Enfin une bonne nouvelle. »

Kairi reçut ses ordres également, qui ne s'adressaient pas qu'à elle, d'ailleurs.

Toi et tes semblables devront prouver votre utilité dans l'Ordre des Choses.

Mais comment ? demanda la Princesse de Coeur. Que devons-nous faire ? A quoi servons-nous ?

C'était vrai, les Princesses de Coeur n'avaient pas une grande utilité, lorsqu'on y regardait de plus près. Pas en tant que personnes, en tout cas. Depuis des temps immémoriaux, les jeunes filles au cœur pure, au nombre de sept, protégeaient la Serrure du Kingdom Hearts... Par le seul fait d'exister. Et rien d'autre. Mis à part cela, elles ne prenaient pas vraiment part au bon fonctionnement des choses.

Et puis, tout s'accéléra. Vanitas se sentit expulsé à toute vitesse, sans savoir dans quelle direction exactement. Ce fut violent, et il eut à nouveau la sensation de se disloquer en morceaux. Et puis, il percuta le sol.

Il lui fallut un temps pour s'adapter à l'atmosphère normale – quoiqu'un peu trop lumineuse – du Jardin Radieux. Il se trouvait dans un endroit qu'il n'avait encore jamais visité, sans doute dans le Château. Les sept Princesses de Coeur étaient là, ainsi que Naminé qui soutenait Kairi, visiblement aussi perturbée que lui.

Il se releva tant bien que mal. Naminé finit par se tourner vers lui, les yeux pleins de surprise.

« Qu'est-ce que... ?

-J'aimerais le savoir aussi, la coupa le brun. Depuis combien de temps ai-je disparu, au fait ? Ca m'a paru... très long, mais visiblement je ne me suis pas absenté si longtemps que ça. »

Les deux jeunes filles échangèrent un regard.

« Comment ça, disparu ? Tu es parti au Colisée avec Riku ce matin.

-Oh... Tant mieux, alors. Hm... Il est déjà rentré ?

-Sans doute... acquiesça Kairi. Mais je ne comprends pas. Qu'est-ce que tu faisais dans.. Là-bas ?

-Oh, c'est une longue histoire. On verra ça avec les autres tout à l'heure, ok ? J'ai un truc à faire avant. »

Il devait s'assurer que Riku était rentré. Cet abruti aurait bien été capable de le chercher jusque la dernière minute.

-_-_-

Il avait une petite idée d'où se trouvait l'autre. En tout cas, il espérait. S'il y était, au moins Vanitas n'aurait pas à s'aventurer en ville et à croiser quelqu'un – qui lui demanderait automatiquement des explications. Et il n'avait pas envie de perdre de temps avec ça, surtout que l'histoire était assez longue à expliquer.

Et en effet, il trouva Riku perché sur les remparts de la ville, lui tournant le dos. Il ne devait pas l'avoir entendu arriver. Vanitas se demandait ce qui pouvait bien lui passer par la tête, à ce moment précis. Le connaissant, sans doute pas des pensées très joyeuses. Il décida de tenter un truc, tiens. Après tout, il avait récupéré son... don, non ?

Effectivement, ce fut assez facile, de faire apparaître le Nescient bleu nuit – et bien ténébreux, celui-ci. La créature se dirigea vers Riku, le dévisageant de son regard pourpre, attendant patiemment. L'argenté l'aperçut et failli tomber dans le vide, de stupeur. Le brun se retint de laisser échapper un rire.

« Il ne t'attaquera pas, va. »

Il se tourna enfin vers lui. Vanitas ne savait pas exactement ce à quoi pensait l'autre, mais en tout cas il n'avait jamais vu cette expression chez lui. Sans même avoir eut le temps de comprendre ce qui lui arrivait, il se retrouva enlacé de force.

Il ne put s'empêcher de grimacer, au début. L'autre l'avait pris par surprise et... il n'avait pas l'habitude. Peut-être était-ce même la première fois que quelqu'un le prenait dans ses bras. Bon, puisqu'il s'agissait de lui, ça passait... et il ne trouvait pas ça désagréable, au fond. Il finit donc par lui rendre son étreinte, un peu maladroitement. Bizarre, comme situation, vraiment.

« Mais t'étais où, merde ? lui lança l'argenté après l'avoir relâché. J'ai crû que...

-Que ?

-On s'en fout, éluda Riku. Alors ? Si tu me dis que t'as trouvé drôle d'aller te balader ailleurs, je te frappe. Je te jure. »

Le brun fit ce qu'il put pour cacher son amusement, mais ne pouvait pas retenir un sourire narquois devant l'inquiétude de l'autre. Il aimait le fait qu'il se soit fait du souci pour lui. Il devrait disparaître plus souvent, tiens.

« C'est compliqué. A vrai dire, je ne suis pas sûr d'avoir tout compris moi-même, déclara-t-il.

-Raconte quand même. »

Son ton s'était radouci. Vanitas soupira, puis s'assit au bord du rempart, bientôt rejoint par l'argenté. Il prit soin de faire disparaître son Nescient avant de commencer.

« C'est à cause de ce sac à merde d'Ienzo » commença-t-il.

Il fut de son mieux pour expliquer ce qu'il avait vécu, et eut d'ailleurs un peu de mal à avouer sa défaite face au scientifique. Ce qui fut vraiment étrange, cependant, c'était de raconter ce qu'il s'était passé ensuite, dans le Kingdom Hearts... Il resta vague, se contentant de rapporter les informations qu'il avait appris là-bas.

« Pardon, finit par dire Riku après avoir écouté. J'aurais pas dû te laisser partir et...

-Ah non, tais-toi. T'es chiant quand tu fais ça. Je suis en vie et j'ai récupéré mes bestioles, c'est ce qui compte, non ?

-C'est vrai. »

Un silence s'installa pendant quelques instants, avant que Vanitas ne sente un regard turquoise posé sur lui et ne relève la tête vers l'autre. Il se laissa embrasser, pas vraiment surpris par le geste de l'argenté, et se rapprocha même de lui pour approfondir leur échange. Il ne comprenait pas tout à fait cette sensation de chaleur qui l'envahissait chaque fois que l'argenté le touchait, mais il ne voulait pas que ça s'arrête.

Le baiser finit tout de même par prendre fin. La main de Riku trouva la sienne.

« Qu'est-ce que tu penses qu'il va se passer, maintenant ? questionna l'argenté.

-Bonne question. Les Fusions ne poseront plus de problèmes, si j'ai bien compris. Et ça m'étonnerait qu'Ienzo refasse surface de sitôt. »

A présent, le scientifique ne pourrait plus prendre avantage des Fusions pour arriver ses fins. Cela ne voulait pas dire qu'il renoncerait à vouloir jouer les prophètes. Ridicule... En plus, ce n'était pas le Kingdom Hearts qui l'avait sauvé et lui avait donné ces pouvoirs. Mais qui, alors ? Ou quoi ? Vanitas fronça les sourcils. En réfléchissant, il se mit à jouer avec les doigts de Riku sans s'en rendre compte. Celui-ci haussa un sourcil, mais ne broncha pas. Le brun détestait le contact physique, mais avec lui c'était différent.

« Le seul ennemi qui va nous poser problème, pour le moment, c'est Xehanort...

-Il va falloir qu'on se prépare, mais à mon avis il attendra qu'on ait réunis nos sept gardiens, répondit Riku.

-Hum... Il y en a combien, pour l'instant, déjà ?

-On n'a pas encore fait le compte, il me semble, déclara l'argenté. Mais parmi ceux qui sont déjà Maître, il n'y a que Mickey et Aqua. Ensuite, je pense qu'il y a moi, Lea... Sora, je n'en sais rien, après ce que Xehanort lui a fait. Kairi est une Princesse de Coeur, donc ça m'étonnerait qu'elle puisse regrouper ces deux fonctions. Après... Tu as une Keyblade aussi et tu ne fais pas partie des réceptacles de Xehanort, mais... »

Il hésita. Vanitas ricana.

« Laisse tomber, c'est pas pour moi, décréta-t-il. Je vous aiderais, mais certainement pas en tant que gardien de la Lumière. »

Il ne fallait pas pousser, non plus. Jamais il ne conviendrait à ce rôle ! Il aurait l'impression de trahir sa nature, et... Non. Juste non.

« Et l'Examen de Maîtrise ? questionna l'argenté. Tu comptes le passer ? »

Il n'y avait pas pensé. Lui, Maître de la Keyblade, au lieu de simple Porteur ? Pourquoi pas, dans le fond... Même s'il ne voyait pas ce que ce titre pourrait lui apporter de plus.

« Bof. Ca ne me dit rien. »

Maintenant qu'il y pensait, il n'allait peut-être même pas rester au Jardin Radieux, tiens. Puisque les choses semblaient se tasser pour le moment, il en profiterait peut-être pour trouver un endroit où il se sentait plus à l'aise. Oh, dans l'absolu, il préférait se trouver ici plutôt que d'errer dans les Ténèbres, mais certains détails le dérangeaient encore. La Lumière de ce monde, trop aveuglante pour sa nature. On s'habituait, à la longue, mais ça l'agaçait un peu. Et puis... Il appréciait quelques habitants, mais il supportait moyennement d'être entouré de tant de monde. La vie en communauté, ce n'était pas trop son truc. Enfin, il verrait cela en tant et en heure.

« Hum, il faudrait que j'aille prévenir Léon et les autres que je suis vivant, tu ne crois pas ? lâcha-t-il soudain. Enfin, Kairi a dû s'en charger, mais...

-Parce qu'ils ne sont pas encore au courant ?

-Je voulais te voir avant, expliqua Vanitas. Te connaissant, je me serais presque attendu à te voir pleurnicher, en arrivant. »

Riku soupira, ne relevant pas la provocation.

« On ferait mieux d'y aller, alors... »

-_-_-

Ils sortaient du repaire du Comité, lorsqu'un boulet de canon aux cheveux châtains se précipita sur Riku, manqua de le faire tomber au sol. Sora. L'argenté cligna des yeux, surpris par le câlin.

Vanitas, à côté, ne put retenir un sifflement agacé, mais contint la menace qui lui vint à l'esprit. Pour qui il se prenait, ce gosse, à sauter sur les gens comme ça ? D'accord, il venait d'échapper de peu à un sort pas très enviable, mais ça ne lui donnait pas tous les droits. Non, il n'était pas jaloux, mais bordel, il ne supportait pas ça. Surtout en sachant que Sora et Riku avaient été ensemble. Et si jamais l'argenté changeait d'avis, sur son compte, hein ?

Il s'éloigna un peu, laissant les deux amis fêter leurs retrouvailles, fulminant intérieurement. Ca s'apparentait plus à de la possessivité qu'à de la jalousie, à ce stade, il en avait conscience... mais c'était plus fort que lui. Décidément, il n'apprécierait jamais ce type.

Kairi arriva et se jeta dans les bras du châtain, soulagée de le voir réveillé et visiblement en pleine forme. Il ne semblait pas présenter de séquelles de son enlèvement et de sa presque « Xehanortification ». Riku en profita pour s'apercevoir que Vanitas s'était détaché du groupe, et se douta de la raison en voyant son expression fermée. Il se rapprocha et lui glissa, comme pour s'excuser :

« C'est mon meilleur ami, et il est très tactile, je n'y peux rien. En plus, il a failli...

-Je m'en fous, coupa le brun. Dis-lui d'arrêter. »

L'argenté haussa un sourcil.

« Non, répondit-il simplement.

-Pourquoi ? »

Riku soupira devant le ton agressif de l'autre. Il y avait des choses que Vanitas semblait ne pas saisir.

« Parce que c'est normal, d'avoir ce genre de geste entre amis, expliqua-t-il. Je me doute que, à toi, ça ne te viendrais pas à l'esprit, mais... Hm, comment expliquer ça ? C'est juste... T'inquiète pas, ce sera jamais pareil qu'avec toi, tu vois ? Enfin, voilà... Et dis quelque chose, parce que là, ça commence à être gênant. »

Le brun ne put retenir un petit sourire - peu crédible pour ce qu'il s'apprêtait à dire, d'ailleurs – devant les hésitations de l'autre, et sa révélation qui le rassurait tout de même un peu.

« J'aime pas ça quand même, insista-t-il.

-Je sais. Mais tu vas devoir faire avec.

-Je sais. »

Heureusement, personne n'écoutait leur conversation. Ils retournèrent vers le groupe, où Sora se désolait à présent de ce qu'il s'était passé.

« J'imagine que j'ai loupé mon examen, du coup... soupira-t-il. Et en beauté.

-Tu peux toujours te rattraper » lança la voix d'Aqua derrière eux.

Sora la fixa sans comprendre. Il venait de se réveiller, après tout, et n'avait pas encore été mis au courant des derniers événements. Il ne savait pas que la jeune femme se trouvait parmi eux. Pour Ventus, en revanche, il devait l'avoir senti dans son sommeil.

« Tu as échoué à l'examen de Yen Sid, poursuivit-elle. Cependant, je suis Maître également. Je peux t'en faire passer un à ma manière. Je tiens celle-ci de mon propre Maître, sauf qu'à défaut d'affronter un de tes camarades, c'est contre moi qu'il te faudra te battre. »

Le châtain se mit à réfléchir, avant de sortir avec entrain :

« Hum, pas tout de suite. Si je suis tombé dans le piège de Xehanort, je ne suis pas encore prêt, je pense. Mais pas de souci, je vais m'entraîner, et une fois que je serais suffisamment puissant, je compte bien réussir ! »

La guerrière lui sourit. Vanitas aperçut comme un éclat de nostalgie dans ses yeux. Bien sûr. Sora devait lui rappelait Ventus, avec son éternel optimisme... A moins qu'il ne s'imagine des choses.

Puis Aqua se tourna vers Riku :

« D'après Yen Sid, tu devais passer ton examen de Maîtrise également, non ? lui annonça-t-elle. Je pense que ça ne le dérangerait pas que ce soit moi qui te mettes à l'épreuve.

-Là, maintenant ? fit l'argenté, surpris.

-Oui, maintenant. Je sais que je te prends de court, mais un guerrier doit toujours être prêt à se battre. Bien sûr, tu as le droit de refuser.

-Non, je... J'accepte ! »

Il se sentait un peu pris de court, en effet, mais il n'en espérait pas tant. Kairi et Sora semblaient heureux pour lui. Vanitas avait surtout hâte de voir ce qu'un affrontement entre ces deux-là pouvait bien donner.

Ils allèrent sur la place de la ville, déserte à cette heure, histoire d'avoir assez de place pour se battre correctement. Les autres suivirent, pour observer ça.

« Vous pensez qu'il va réussir ? demanda Naminé.

-Evidemment ! s'exclama Sora. C'est de Riku, qu'on parle, là !

-Hum, je n'en serais pas si sûr, à votre place, intervint Vanitas.

-Comment ça ?

-Tout dépend de ce qu'Aqua prendra en compte comme critère de réussite.

-C'est à dire ? s'enquit Kairi. Je croyais qu'il devait juste la vaincre.

-C'est plus subtile que ça, en fait, répondit le brun. Tout dépend de ce qu'elle juge important pour un Maître de la Keyblade. »

Néo les avait rejoint en silence, s'étant remis de ses blessures contre Xehanort. Il affichait une expression étrange, sans doute encore perturbé d'avoir été éjecté du combat aussi facilement. En même temps, quand on était si faible, il ne fallait pas s'étonner... Surtout contre un adversaire de cette trempe. Enfin, Vanitas s'abstint de tout commentaire moqueur puisque le combat allait débuter.

Les deux combattants se tenaient en position de défense, se jaugeant silencieusement du regard.

« N'oublie pas, Riku, lui dit doucement Aqua. Ce n'est pas un test de force, mais un test de cœur. »

L'argenté hocha la tête. La jeune femme ouvrit les hostilités avec une attaque simple que l'autre para aisément. Le combat se fit néanmoins plus complexe et rapide par la suite, les deux adversaires employant toutes les techniques qu'ils connaissaient. A un moment donné, ne réfléchissant pas dans le feu de l'action, Riku employa une technique des Ténèbres qui atteignit la guerrière, l'obligeant à se ressaisir. Le jeune homme grimaça.

« Ouille... commenta Kairi.

-Vous pensez que ça va le pénaliser ? Qu'il ait employé les ténèbres ? »

Personne ne répondit à Sora. Vanitas fronça les sourcils. Exactement comme Terra, autrefois... Sauf que l'obscurité de ce dernier avait été provoquée par Xehanort pour mieux le manipuler. Là, il s'agissait de la seule force de Riku.

Celui-ci, déstabilisé par l'attaque qu'il venait d'exécuter – il devait penser que ce geste signifiait qu'il venait d'échouer – ne vit pas la prochaine attaque d'Aqua venir, celle-ci ayant eut le temps de se remettre. Il esquiva au dernier moment. La bataille se poursuivit encore un bon moment, avant que la guerrière ne parvienne à projeter l'autre à terre, le désarmant. Elle s'en approcha, le menaçant de sa Keyblade... et puis lui sourit et lui tendit une main pour l'aider à se relever.

« Tu t'es bien battu, le complimenta-t-elle.

-Mais j'ai échoué quand même... souffla Riku en détournant le regard.

-Tu ne penses pas que c'est à moi d'en juger ? » lui rétorqua Aqua alors que les autres s'approchaient pour suivre l'échange.

L'argenté la dévisagea, confus.

« Mais j'ai... J'ai perdu, et en plus j'ai employé une attaque... »

La jeune femme soupira.

« C'est aussi ce pourquoi Terra a échoué, lorsqu'il se trouvait à ta place, expliqua-t-elle. Eraqus était très... Je me demande s'il n'était pas corrompu, lui aussi. Par la Lumière, je veux dire. Il fut un excellent Maître, mais il avait une peur irraisonnée de l'obscurité. En y repensant, je me demande si ce n'est pas ça, entre autres, qui a guidé Terra vers le chemin qu'il a emprunté. Les Ténèbres ne sont peut-être pas toujours mauvaises. De toute façon, tu as également de la Lumière dans ton cœur. De plus, même si tu ne m'a pas battu, tu es resté concentré et tu as su m'étonner. Alors, pour moi, c'est bon. »

Voyant qu'il ne réagissait pas, elle précisa :

« Je te sens digne d'être Maître de la Keyblade. »

Contre toute attente – ou pas, d'ailleurs – ce fut Sora qui se mit à trépigner de joie, comme si c'était lui qui avait réussi l'examen.

« Mais c'est génial, ça, Riku ! » s'exclama-t-il.

Le concerné n'en revenait toujours pas.

« Moi, Maître ? répéta-t-il. C'est...

-C'est génial » s'enthousiasma Kairi.

Vanitas préférait attendre que la vague de félicitations soit passée avant de s'approcher. Mais bon, Aqua remontait un peu dans son estime, pour avoir accepté les Ténèbres qui traînaient en Riku. Avant, il doutait qu'elle se montre aussi tolérante... Mais bon, cela ne voulait pas dire qu'elle était prête à le tolérer, lui. Jamais ils ne seraient amis. Alliés, tout au plus.

Néo restait en retrait également, l'air presque dégoûté. Vanitas ne parvint pas à s'empêcher d'aller l'ennuyer.

« Alors, tu n'es pas content pour lui ? » commença-t-il.

L'argenté lui lança un regard noir.

« Pourquoi je le serais ? cracha-t-il. Je me fiche de Riku.

-Oh, si tu t'en fichais, tu n'aurais pas l'air si accablé. Pourquoi est-ce que tu lui en veux, au juste ?

-Fiche-moi la paix, d'accord ?

-Oh, tant de haine... répliqua le brun d'un ton amusé. Ce serait presque mignon.

-Arrête.

-T'es jaloux, en fait, poursuivit-il. Oh, monsieur est en manque d'attention, c'est pour ça ? »

Vanitas sut qu'il avait visé juste lorsque le clone s'éloigna sans un mot. Pauvre garçon...

Il secoua la tête et finit par rejoindre les autres, qui discutaient sur la place.

« Félicitations, Maître Riku, s'amusa-t-il. Ca ne te va pas du tout, comme titre, au passage.

-Bah voyons, répliqua l'autre. Comme si tu pouvais en juger.

-Hum, je me serais attendu à une répartie plus intéressante. Tu te ramollis, mon grand. »

L'argenté leva les yeux au ciel, mais ne put contenir un léger sourire. Sora les regarda sans comprendre.

« J'ai loupé un épisode ?

-Plein, répondit Kairi en riant. Ne t'en fais pas, on te racontera tout. »

Aqua se tourna alors vers le châtain.

« J'y pense, Sora, commença-t-elle doucement. Est-ce que tu sais, pour Ventus ? »

Le visage du concerné se ferma. Il ferma les yeux, hochant la tête.

« Je l'ai senti, oui... J'espérais que je me trompais, mais... On ne peut vraiment rien faire ? »

La jeune femme secoua tristement la tête.

« Il nous reste une chose à faire, intervint alors Vanitas sans savoir d'où lui venait cette idée. Ca ne le ramènera pas, mais ce sera déjà ça. »

-_-_-

La Nécropole des Keyblades abritait les armes des différents Porteurs s'étant succédés. La plupart dataient de la Guerre des Keyblades. Sora contempla les clés sans vie et froides, sentant soudain une certaine mélancolie l'envahir. Il ne put s'empêcher de se demander si la sienne aussi reviendrait ici, un jour. Il n'aima pas la réponse qui lui vint à l'esprit.

Vanitas et Aqua étaient avec lui. Dans l'idéal, Terra aurait dû se trouver là également pour rendre un dernier hommage à Ventus, mais tant pis.

L'atmosphère était pesante au sein du petit groupe. Le châtain trouva étrange de ne pas voir la meilleure amie du blond verser au moins une larme. Sans doute l'avait-elle déjà trop pleuré.

Ce fut Vanitas qui planta la Keyblade de son double dans la terre, en lisière des milliers d'autres, dont les cœurs devaient se trouver ensemble, au Kingdom Hearts. Ou ailleurs. Ils ne pourraient pas savoir avant que leur propre heure ne vienne.

Sora n'avait pas connu Ventus à proprement parler, mais il ne pouvait s'empêcher de se sentir étrange. Presque vide, en fait. Après tout, son cœur avait été connecté au sien pendant si longtemps, et... Il aurait vraiment aimé le connaître davantage. Dans une autre vie, peut-être ?

Le sacrifice du blond avait également libéré Roxas, il le savait. Il l'avait senti, du plus profond de son sommeil, lorsqu'il luttait contre les Ténèbres de Xehanort. Il avait aperçu une autre fille, également, qui ressemblait énormément à Kairi et Naminé. De qui pouvait-il s'agir ? Enfin, elle était partie également... Où ça ? Le châtain l'ignorait. Il espérait juste qu'ils allaient bien, tous les deux.

Ce n'était pas son cas. Pas vraiment. Il ne voulait pas inquiéter ses amis, alors il ne disait rien, mais... Après ce que Xehanort avait tenté de lui faire, il se sentait comme souillé. Comme si une tâche sombre et disgracieuse s'était imprimée dans son cœur. Il frissonna rien qu'en y pensant. Ce ne devait être qu'une impression. Pas de quoi s'en faire. Ca partirait.

Ils finirent par se détourner de la Keyblade à présent sans Porteur pour rejoindre le vaisseau Gummi, en silence. Sora ne put s'empêcher d'observer les traits fermés de Vanitas. Comment cela pouvait-il être, de perdre une partie de soi ? Le châtain se trouvait à présent séparé de Roxas mais il le savait en vie - une intuition dont il ne connaissait pas la provenance. Il se sentait curieux, mais ne voulait pas brusquer le brun, connaissant son tempérament.

« Euh, dis... commença-t-il doucement.

-Qu'est-ce que tu me veux ?

-Rien, juste.. Tu vas bien ? »

Un silence. Puis :

« Ne t'en fais pas pour moi. Je me suis fait à l'idée. »

Le ton employé ne laissait pas de place à la discussion, même si Sora ne se sentait pas totalement convaincu. Enfin, ça irait.

Demain, il partirait s'entraîner avec les autres Porteurs dans le but de passer son examen de Maîtrise sous peu. Il se demandait comment se serait. Sans doute difficile, mais il avait hâte ! De ce qu'il avait compris, Vanitas ne souhaitait pas les accompagner.

-_-_-

Le lendemain, Vanitas hésita à se rendre sur la place de la ville. Ils partaient tous aujourd'hui.

Aqua avait décidé de remettre la Contrée du Départ dans son état d'origine. Elle et Riku entraîneraient Sora, Kairi et Lea afin qu'ils deviennent Maîtres. Certaines Princesses de Coeurs seraient susceptibles de se joindre à eux, d'après Kairi. Elles devaient toujours « faire leurs preuves », même si la plupart d'entre elles refusaient catégoriquement, ne se sentant pas capables de se battre. Aqua avait demandé à Vanitas s'il ne voulait vraiment pas les accompagner, mais comme à contrecoeur. Il avait décliné la proposition. Il changerait peut-être d'avis un jour, mais pour le moment ça ne l'intéressait pas.

Sauf que Riku partait également. Et Vanitas, comme un abruti, hésitait à se rendre près du vaisseau Gummi. Il n'aimait pas beaucoup les au revoir. Il trouvait ça beaucoup trop larmoyant à son goût. Oui, mais... Mais il s'agissait tout de même de Riku. Il ne pouvait pas le laisser filer comme ça, si ?

Si ça se trouvait, il était déjà parti... Merde.

Le brun sortit rapidement de sa chambre, se traitant d'imbécile sur tout le trajet qui menait à la place.

-_-_-

Riku soupira, déçu. Pourquoi est-ce que l'autre ne venait pas ? Il savait pourtant qu'il partait aujourd'hui ! Qui savait quand ils pourraient se revoir, au juste ? Mais ils ne pouvaient plus attendre, le vaisseau devait partir.

Dire qu'au début, il avait détesté Vanitas... Ou en tout cas, s'en était méfié. Quoi de plus légitime, après tout, vu ses erreurs de parcours ? A présent encore, il n'avait pas tant changé que ça, même s'il se montrait plus humain. Il tuait toujours de sang-froid, n'éprouvait que peu de compassion, ou de remord, mais... Il avait changé, depuis sa venue au Jardin Radieux, tout de même.

Et puis, bien qu'il ne puisse pas expliquer pourquoi, Riku devait admette que l'autre le fascinait depuis un moment, déjà. Au fond, il faisait ce qu'il pouvait pour devenir quelqu'un, pour ne pas seulement être une erreur commise par un cinglé, ou bien un fantôme de Ventus... Ce devait être plus dur pour lui que pour n'importe qui.

Alors, au fil des jours, du temps où il apprenait à le connaître, le cœur de l'argenté avait finit par céder... Bien qu'il ne s'en soit pas rendu compte avant que Vanitas ne l'embrasse une deuxième fois, à Illusiopolis. A présent, il était sûr de ce qu'il ressentait.

Cependant, le brun possédait un caractère tellement inconstant ! Et s'il avait changé d'avis sur eux, sur leur relation ? Ou alors, il lui faisait la tête pour une raison obscure ?

Enfin, il devait partir, là... Tout le monde attendait. Il se retourna donc en direction du vaisseau et s'y dirigea lorsqu'une main se referma sur son poignet. Il se retourna, surpris, et fit face au sourire sarcastique de Vanitas.

« Alors, tu ne me dis pas au revoir avant de partir ? »

Oh, il lui aurait collé des baffes ! Néanmoins, son agacement fondit comme neige au soleil lorsque le brun le saisit par le col pour l'attirer à lui et poser ses lèvres sur les siennes. Devant tout le monde, mais ce détail ne les perturba pas le moins du monde. Riku enserra la taille de l'autre pour le rapprocher encore plus.

« T'as intérêt à revenir me voir de temps en temps, murmura le brun contre ses lèvres.

-Promis. Et toi, pas de bêtises.

-Hum... Ca, je peux pas le garantir, répondit-il malicieusement.

-Toi alors... »

Kairi l'appela pour lui signifier que le Gummi allait partir et ils furent contraints de briser leurs étreinte. Riku se dirigea vers le vaisseau en ignorant les regards intrigués que lui lançait les autres.

Il soupira. L'entraînement lui prendrait sans doute beaucoup de temps... mais il pourrait bien trouver quelques moments de pause pour revenir au Jardin Radieux, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]   Aujourd'hui à 22:09

Revenir en haut Aller en bas
 

[fanfiction] Quand il pleuvra en Enfer [yaoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...
» Upgrade Gilet D'Enfer
» Canon feu d'enfer / batterie tonnerre de feu
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fandom français de Kingdom Hearts :: Fanmade :: Fanfiction :: Les fictions-