Fandom français de Kingdom Hearts


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [OS] Au fond des Ténèbres [Défi Crackpairing 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amestri
Tueuse de M&M's


Messages : 2100
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 18
Localisation : Paumée quelque part entre Twilight Town et Destiny Islands

MessageSujet: [OS] Au fond des Ténèbres [Défi Crackpairing 2]   Mer 31 Oct - 13:50

Titre : Au fond des Ténèbres
Monde : Canon
Genre : Romance
Personnages : Demyx, Néo-Riku et mention d’autres personnages
Pairing : Néo-Riku/Demyx (Yaoi)
Statut : Complet
Disclaimer : Est-il vraiment utile de le préciser ?
Raiting : K
Résumé : Un… Deux… Trois… Trois petites notes de musique et de l’eau. De l’eau ?!
Remarque : Pour éviter tout problème de repérage, disons que ce texte se déroule environ depuis la mort de Demyx jusqu’à une certaine partie de Dream Drop Distance (Je n’en dis pas plus de ce côté là)
C’est assez court, mais j’espère au moins ne pas avoir fait les personnages trop OOC et cet OS vous plaira (=
Bonne lecture !


Au fond des ténèbres

Froid. Froid et obscur. Ce sont les deux seuls adjectifs qui lui viennent à l’esprit chaque fois qu’il contemple ce lieu. Les ténèbres sont froides, elles vont très bien avec son cœur rongé par l’obscurité. Il ne sait plus exactement depuis combien de temps il erre ici. Peut-être des semaines, des mois ou même des années, peut-être depuis seulement quelques jours , il ne sait pas et il s’en fiche : le résultat est le même. Tous, tous sans exception, ils l’avaient manipulé pour parvenir à leurs fins, trompé, menti… qui se soucie de ce que peut bien ressentir un clone après tout ? Il y avait bien eu Namine pour le laisser en paix, mais au final elle ne valait pas mieux qu’eux. Elle avait préféré aider ce maudit porteur de Keyblade, allant jusqu’à lui briser le cœur pour cela.

Quelles pensées obscures. Se dit-il avec ironie. Ce monde était probablement fait pour lui.

Des sans-cœurs se dressèrent sur son chemin, ni puissants ni nombreux. D’un geste mécanique, il dégaine cette arme qui n’est même pas la sienne. Une preuve de plus de ses « origines ». Comme si son apparence ne suffisait déjà pas. Les ombres sont rapidement éliminées et il reprend son chemin, sans savoir s’il aboutira quelque part un jour.

Il s’arrête soudain de marcher, tous ses sens en éveil. C’était infime et pourtant… un bruit, un son autre que celui de ses pas et des battements irréguliers qui lui martèlent les côtes à cet instant. Il ferme les yeux et se concentre davantage. Un… Deux… Trois… Trois petites notes de musique et de l’eau… De l’eau ?!

Il se met à courir, manquant de trébucher à chaque foulée. Le chemin s’élargit, dévoilant une sorte de plate-forme sur laquelle se tient une personne des plus… singulière.

C’était un homme plutôt grand, les cheveux blonds ou châtain clair – il ne savait pas vraiment – à la coupe étrange, et les yeux bleus d’après ce qu’il pouvait en voir. Il s’attarda ensuite sur ce que l’homme tenait à la main. Ca ressemblait à un instrument de musique du même type qu’une guitare, même s’il n’en avait jamais vu de semblable. Des clones aqueux se mouvaient au rythme de la musique, achevant d’éliminer les sans-cœurs qui menaçaient leur maître. Ils disparurent en même temps que la dernière ombre quand la musique cessa.

L’homme poussa un long soupir et se tourna vers lui. Un silence épais s’en suivit, durant lequel il remarqua quelque chose qui aurait dû lui sauter aux yeux : l’inconnu portait le manteau des membres de l’Organisation XIII.

- « Ben ça alors ! Si on m’avait dit que je croiserais quelqu’un ici, je me serais attendu à tomber sur Marluxia ou même Vexen. »

une colère sourde l’envahit à la mention des deux noms. Il assassina littéralement son interlocuteur du regard et le blond eut un mouvement de recul. Il fit volte-face et repartit sans se retourner. Hors de question de rester avec l’un des alliés de ces fous furieux, aussi inoffensif soit-il.

Il sursauta quand une main se referma fermement sur son poignet, l’obligeant à s’arrêter.

- « Ne pars pas ! Je ne sais pas ce que j’ai dit mais je suis désolé, ok ? Ne me laisse pas seul ici s’il te plaît. »

- « Tu t’en sers tout le temps pourtant, non ? »

- « Me servir de quoi ? »

- « Des ténèbres. Je ne vois pas pourquoi rester seul ici te dérangerait. »

- « Etre un simili ne veut pas forcément dire vivre dans les ténèbres. Moi, je ne les aime pas. »

- « Tu parles comme si tu avais un cœur. »

- « On a un cœur, soyez pas méchants ! »

- « … »

- « Au fait, moi c’est Demyx ! Et toi ? »

Bonne question. Il était le clone de Riku, un double presque parfait, mais il refusait de porter ce nom. Il repensa à une conversation épiée entre Larxene et Vexen, et au nom que le scientifique avait employé.

- « Néo. »

- « Ok Néo, tu sais où on est exactement ? »

- « Pas vraiment, probablement dans les Ténèbres. » Il réfléchit quelques instants. « Si tu es là c’est que tu es… mort, non ? »

L’expression de Demyx s’assombrit considérablement.

- « Ouais, et ça doit bien arranger mes supérieurs. Ils savaient très bien que j’en étais pas capable. »

- « De ? »

- « Battre Roxas… ou plutôt Sora. »

- « Sora est vivant ? »

Il essayait de paraître le plus détaché possible, mais il était dévoré par la curiosité.

- « Oui, et j’espère bien qu’il bottera les fesses du Supérieur ! » s’exclama Demyx en retrouvant le sourire. « Mais au fait, tu connais Sora ? »

Néo se renfrogna.

- « Pas vraiment, c’est… une longue histoire. »

Il n’avait pas envie d’en parler, encore moins avec un parfait inconnu et ex-membre du XIIème Ordre par-dessus le marché.

- « Je vois. Parles-en un jour si tu en as envie, je t’écouterais. »

Drôle de type, et d’une gentillesse désarmante en plus ! Néo ne savait plus trop quoi penser. Pour lui, les similis étaient soit manipulateurs comme Marluxia, soit cruels et sans pitié comme Larxene. Le cas « Demyx » l’obligeait à revoir quelques points de son jugement.

- « C’est pas tout ça mais… on y va ? »

- « Et pour aller où ? »

- « Bah, on verra bien ! Ce chemin doit finir par aboutir quelque part, non ? »

- « Si tu le dis. »

Néo n’avait pas le cœur à rabattre l’optimisme de son nouveau compagnon de route. Quelle idée perturbatrice. Au fond, un peu de compagnie ne pouvait pas lui faire de mal, n’est-ce pas ?

Ce qu’il n’avait pas prévu, c’était que Demyx était ce que l’on appelle plus communément un véritable moulin à paroles. Il n’arrêtait pas de parler de la pluie et du beau temps, en passant par la canicule et sans oublier la tempête de neige bien sûr. L’autre chose qu’il n’avait pas prévue, c’est que l’attitude du simili, loin de l’agacer, ne le dérangeait absolument pas. Il trouvait même agréable d’entendre parler de banalités après tout ce temps passé seul. Petit à petit, il se surprit à prendre plaisir à participer aux monologues de Demyx, comme le feraient de vieux amis. Le plus âgé avait un nombre incalculable d’anecdotes plus ou moins loufoques à raconter au sujet des différentes personnes qu’il avait pu côtoyer.

- « Je t’ai déjà raconté la fois où Axel s’est risqué dans la bibliothèque ? »

- « Non. »

- « Personne ne sait précisément ce qu’il était venu y faire, mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’on s’en est souvenu longtemps ! Apparemment il se baladait dans les rayons quand une souris lui a sauté dans les cheveux et s’est mis à lui courir sur la tête ! Il a été tellement surpris qu’il a fichu le feu à un livre ! Une minute plus tard, c’est moi qu’on est venu chercher pour maîtriser l’incendie qui avait déjà détruit un bon quart des bouquins ! Mais le meilleur dans tout ça, c’est la réaction qu’a eue Zexion ! Il a poursuivi Axel dans toute la Citadelle en hurlant comme un possédé pendant des heures ! »

Demyx se tourna vers Néo qui avait une drôle d’expression. Sans prévenir, l’argenté éclata de rire. Imaginer Axel fuir en courant face à un danger imminent avait quelque chose d’assez comique. Il finit par se clamer avec la sensation d’être plus léger qu’auparavant.

- « Néo ? »

- « Mmh ? »

- « T’es vraiment mignon quand tu ris, tu devrais le faire plus souvent ! »

Néo sentit ses joues chauffer de plus en plus, jusqu’à devenir brûlantes. Il pouvait clairement imaginer la belle couleur rouge qu’elles avaient prise.

- « N- Non je ne suis pas… »

- « Si si je t’assure ! Tu as l’air vraiment plus serein et détendu ! »

Alors c’était ce qu’il entendait par « mignon » ? Il se sentit soulagé mais aussi… déçu ? Non ce devait être autre chose, pourquoi serait-il déçu d’ailleurs ?

- « Néo… Tu entends ? »

Il tendit attentivement l’oreille. Au-delà de l’épais silence qui régnait en ce lieu, il parvenait à distinguer quelque chose. C’était apaisant et régulier. Avant qu’il ait le temps de se demander où avait-il déjà entendu quelque chose de semblable, Demyx avait saisi sa main dans la sienne et l’entraînait à sa suite.

- « Demyx ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda-t-il entre deux enjambées.

- « La mer ! C’est la mer ! »

- « Hein ? »

Demyx n’ajouta rien d’autre et continua à courir comme si sa vie en dépendait. Néo faillit percuter son dos de plein fouet quand il interrompit brutalement sa course.

- « Sérieusement qu’est-ce qu’il- Oh. »

Ils étaient arrivés sur une plage plus lumineuse que ce à quoi ils étaient habitués, mais ils sentaient bien qu’ils étaient toujours dans les Ténèbres. Devant eux, la mer s’étendait à perte de vue, de petites vagues s’échouant de temps à autres jusqu’à leurs pieds.

- « Tu vois ? Je t’avais bien dit qu’on finirait par arriver quelque part ! »

- « C’est toujours mieux que rien, je suppose. »

- « Y’a pas à supposer, on aurait pas pu mieux tomber ! » s’exclama Demyx en se laissant tomber sur le sable, heureux comme un enfant.

Néo l’imita et vint s’asseoir près de lui.

- « Cette passion pour l’eau, c’est uniquement à cause de ton pouvoir ou bien il y a autre chose ? »

- « Je pense plutôt que c’est l’inverse, j’ai passé ma vie au bord de la mer après tout. Enfin, Myde. Celui que j’étais avant. » précisa Demyx face à l’air perdu de Néo.

- « Tu t’en souviens ? »

- « Un peu. Parfois la nuit, il m’arrivait d’en rêver. J’en parlais à personne bien sûr : ils m’auraient soit traité de menteur, soit affirmé que c’était impossible, que je devais me tromper. Pourtant je sais que c’est vrai, je le sens au plus profond de moi. »

Demyx parlait avec tellement de conviction que Néo s’interrogea. Les similis étaient peut-être capables de ressentir quelque chose après tout.

- « Je peux ? »

Néo se tourna vers Demyx qui caressait le manche de son Sitar – nom appris auprès du blond – l’air rêveur.

- « Fais ce que tu veux. »

Il écouta avec attention la mélodie jouée par le musicien. La seule chose qu’il avait entendue à présent était les trois notes de musiques auxquelles les clones réagissaient. Le simili n’avait guère besoin de plus contre des ombres.

Il commença par quelque chose de lent et calme, ses longs doigts glissant avec dextérité sur le manche. La musique envahissait autant d’espace qu’elle le pouvait et se répercutait sur les rochers, brisant agréablement le silence de la plage.

Néo se laissait bercer par la mélodie, oscillant de droite à gauche les yeux fermés. Il se sentait dans un état de plénitude total, comme si Demyx et sa musique étaient les seules choses dont il avait besoin pour le reste de sa vie. Sans vraiment se rendre compte de ce qu’il faisait, il posa la tête sur l’épaule du plus âgé. Contrairement à ce qu’il pensait, le simili dégageait une chaleur corporelle rassurante qui l’incitait à se rapprocher davantage. Demyx ne semblait pas gêné outre mesure et continuait à jouer imperturbablement, variant le rythme et le thème de temps à autre.

- « Dis Demyx, ton monde, à quoi est-ce qu’il ressemble ? »

Le regard de Demyx se fit vague, comme s’il était le seul à voir quelque chose de magnifique et merveilleux.

- « Eh bien, je n’en connaissais pas grand-chose à part le village d’où je venais et ses environs mais, ça me convenait. Tout le monde était gentil et agréable avec tout le monde, et il suffisait de marcher cinq minutes pour arriver sur la plage. Tous les matins on pouvait voir le soleil se lever sur l’océan pendant que les mouettes jacassaient à n’en plus finir. Parfois on jouait de la musique avec des amis pour les entendre un peu moins, même si ça ne servait pas à grand-chose au final. J’étais… heureux, c’est le cas de le dire. Et puis un jour, des sans-cœurs sont arrivés. J’étais con, j’ai pas fait attention. La suite on la connaît. »

Demyx ne jouait plus. Quand Néo se redressa, il se rendit compte qu’une larme coulait discrètement sur la joue du simili.

- « Tu… pleures ? »

Il rit sans joie.

- « Un comble pour un simili, n’est-ce pas ? Même ça je ne sais pas le faire correctement. Au fond, Myde était un sacré bon à rien dans son genre, je ne vois pas pourquoi son simili serait différent. »

- « Non, c’est faux ! »

Néo avait parlé avec une force qui le surprit lui-même. Entendre Demyx parler de lui de cette manière le mettait en colère sans qu’il ne sache vraiment pourquoi.

- « Non c’est faux, tu n’es pas qu’un empoté bon à rien ! Regarde ce que tu es capable de faire rien qu’avec ton sitar par exemple : créer des clones sans aucune source d’eau à proximité, ou ta musique ! Juste avec, tu transmets quelque chose, des émotions. Un simili, et alors ? Je ne suis bien qu’un clone moi. »

Sa voix avait tremblé sur les derniers mots sans qu’il ne parvienne à l’en empêcher. Il sursauta quand il sentit quelque chose de chaud le ceinturer et fut surpris de constater qu’il s’agissait des bras de Demyx.

- « Merci Néo. » chuchota le simili. « Moi aussi je me fiche que tu sois un clone ou quoi que ce soit d’autre. Tu es toi et ça me suffit amplement. »

Ils restèrent longuement ainsi sans bouger, profitant chacun de la chaleur de l’autre.

- « Demyx… tu entends ? »

- « Quoi donc ? »

- « Ce léger ‘Boum Boum’ »

Néo pressa la main du simili sur sa poitrine, là où rien n’aurait du se faire entendre.

- « Ca fait mal… Mais ce n’est pas si désagréable que ça. »

- « Mais comment ? C’est impo- »

Une douce lumière baignant le simili l’interrompit dans ses réflexions. Demyx se releva et observa tout son corps avec stupéfaction.

- « Tu es… en train de disparaître. »

C’était vrai. Plus la lumière s’intensifiait et plus il devenait transparent.

- « Je les entends… les mouettes. »

Un éclair de lucidité traversa son regard. Il tendit brusquement la main en direction de son compagnon.

- « Prends-la. »

- « Pour quoi faire ? »

- « C’est une surprise. » sourit Demyx.

Néo prit la main qui lui était tendue sans plus de questions. Une douce chaleur envahit la moindre parcelle de son être tandis que la lumière se communiquait à lui.

- « Ferme les yeux. » souffla Demyx.

Il obéit.

Ils avaient à la fois l’impression de ne pas avoir bougé et celle de se déplacer à une vitesse vertigineuse loin de cet endroit. La sensation disparut aussi vite qu’elle était apparue, ne laissant qu’un sol semblable au précédent sous leurs pieds. L’air marin vînt leur fouetter le visage et le soleil réchauffer leur peau. Alors, ils ouvrirent les yeux, embrassant du regard le soleil qui se levait au-dessus de la mer. Ils se tournèrent l’un vers l’autre et se sourirent, leurs mains toujours jointes telle une promesse muette.

Une seconde chance leur était offerte à chacun et ils comptaient bien en profiter.

Ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4018151/Amestri
 

[OS] Au fond des Ténèbres [Défi Crackpairing 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Votre fond d'écran du moment
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Prologue.
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» fond d'écran sarko
» Le fond bleu autour des textures qui veut pas être transparent sur DoomBuilder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fandom français de Kingdom Hearts :: Fanmade :: Fanfiction :: Les fictions-