Fandom français de Kingdom Hearts


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fexatsyn Miroï
Disciple de l'Ombre et Rêveuse à temps plein


Messages : 425
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 23
Localisation : A la fois nulle part et partout.

MessageSujet: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Ven 2 Nov - 22:05

Table des matières :

Thème 1 : Rien
Participants :
=> Laemia
=> Mia Suzuki-sama
(Liens à venir...)

Thème 2 : Ange
Participants :
(A venir...)

_________________
« L'univers tout entier te voit comme un héros. Mais tu sais ce que je vois, moi ? Un lâche.
Quelqu'un qui n'a même plus le courage de retrouver les siens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fexatsyn Miroï
Disciple de l'Ombre et Rêveuse à temps plein


Messages : 425
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 23
Localisation : A la fois nulle part et partout.

MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Ven 2 Nov - 22:06

Thème 1 : Rien

***********

Texte de Laemia

Parfois, Axel avait la désagréable impression qu’au bout de la route, il n’y avait rien.

Ca défilait trop vite, si vite, et il ne comprenait pas. Pas tout. Juste assez pour souffrir.

Il y avait eu ses premiers instants en tant que Simili. Les premiers jours où il voyait Saïx, et qu’il pensait « Isa ». Mais Saïx était si différent, si autre que le meilleur ami de son original ! Tout comme lui n’était pas Lea, même s’ils avaient davantage en commun que Saïx et Isa. Durant un certain temps, il avait appris, fait la connaissance de sa nouvelle vie, de l’Organisation, des missions, des Sans-Cœurs. Tout allait très vite, mais il pouvait le gérer.

Le but. Le but des Simili. Avoir un cœur. Vraiment ? Ils n’avaient pas de sentiments, n’éprouvaient rien. Pour de vrai ? Lorsqu’il observait Saïx, il se disait que c’était facile de s’en apercevoir. Et pourtant, tout au fond, il y avait cette pointe de mélancolie, cette impression amère de trahison qu’il avait su faire taire avec le temps, qui disparut au fil des années pour se rouvrir peu de temps avant sa mort.

Pendant des années, ce fut très calme. Routine. Ses vagues relents d’émotions avaient pour la plupart disparus. Il était un Simili. Il exécutait sans ressentir.

Et puis, Roxas. Xion, après lui. Et tout s’accéléra. Il ne comprit pas tout de suite que le train avait démarré, qu’il fonçait droit dans le mur. Les journées s’enchaînaient, précieuses, une routine plus agréable, mais déjà filée de brèches. Les doutes s’immiscèrent vite, un peu trop vite, au beau milieu des glaces, du crépuscule et des rires.

Roxas le Simili de l’Elu, Xion la marionette. Et lui, Axel, au milieu, juste un Simili, un banal Personne, qui tentait de limiter les dégâts. Pourquoi ? Pourquoi s’il n’avait pas de cœur ? Pourquoi, si cela ne servait à rien, même pas à retarder l’échéance.

Il n’y comprenait rien, mais il essayait d’amortir la chute. Il n’y avait que du vide dans son esprit, même pas de questions. Il fonçait sans réfléchir. Droit dans le mur, avec eux. Parce qu’il les aimait. Est-ce que ça rimait à quelque chose pour un Simili ? Dans sa poitrine, il était censé n’y avoir que du vide. Rien. Rien du tout !

Xion disparut. Roxas disparut. Plus rien ne comptait – ah, il y avait quelque chose, avant ? – et il marchait sur une route de rien, avec aucun but, pour rien, et vers rien.

Il s’éteignit à son tour.


_________________
« L'univers tout entier te voit comme un héros. Mais tu sais ce que je vois, moi ? Un lâche.
Quelqu'un qui n'a même plus le courage de retrouver les siens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fexatsyn Miroï
Disciple de l'Ombre et Rêveuse à temps plein


Messages : 425
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 23
Localisation : A la fois nulle part et partout.

MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Ven 2 Nov - 22:07

Thème 1 : Rien

***********

Texte de Mia Suzuki-sama


Elle n’était pas rien.

Elle était moins que rien. Pire qu’une abomination. Pire qu’un Simili, qui déjà ne devrait pas vivre.

C’est un peu comme être l’ombre d’une ombre. Elle n’était pas rien. Pas moins que rien ; c’est bien pire que cela. Marionnette ? Une pauvre poupée de porcelaine dont on tirait les ficelles. Elle était maintenant prête à briser ses chaînes. Mais pas encore à s’écraser sur le sol. Elle n’était pas encore prête à se laisser mourir. Mais, de toute façon, ce n’est pas comme si elle avait réellement eu le choix.

On a toujours le choix. Mais aujourd’hui, elle ne l’avait pas. Elle ne l’avait plus. L’avait-t-elle déjà eu ?

Elle n’avait pas choisi de naître. Elle n’avait pas choisi d’être relié à Sora d’une quelconque manière. Elle n’avait pas demandé à être … Rien. Simplement rien.

Naminé s’était montrée plus rassurante, elle avait tentée d’être plus douce. Naminé.

Elle était jolie, Naminé. Bien jolie. Xion avait sentie quelque chose, au fond de son corps qui n’en est pas vraiment un. Un corps qui n’était rien. Elle avait sentie quelque chose en quittant le manoir – il fallait arrêter Axel. Elle devait être forte. Quitter ce monde. Personne n’était sensé souffrir. Parce qu’elle n’était rien. Une moins que rien. Pire ; abomination.

Mais, il y avait bien cette chose, ce quelque chose qui enflammait son cœur, son presque cœur, son pas de cœur, elle ne savait comment dire, comment exprimer ; c’était quelque chose de spéciale, de chaud et douloureux à la fois. Quelque chose qui la déchirait de l’intérieur.

Naminé avait de jolis yeux, aussi. Des yeux un peu comme les siens. Mais ce n’était pas des yeux-rien, c’était de beaux yeux bleus, grands, teintés de tristesse, teintés de chagrin. Naminé. Ce prénom qui résonnait dans sa tête. Elle ne la connaissait pas pourtant, ou à peine, pas réellement. Elle aurait voulut comprendre ce qui se passait, avant de disparaitre. Peut-être n’aurait-elle pas le temps d’y resonger, d’y repenser, d’y réfléchir d’avantage.

Oh, et après, après ; ce terrible combat contre Roxas. Elle qui n’était rien, elle ne voulait plus manier une arme, elle ne voulait plus attaquer. Elle n’avait pas le choix. Elle voulait en finir, mais elle ne pouvait pas.

« Je suis contente de te connaître. »

Mais il y avait cette phrase. Cette phrase qui résonnait. Alors elle s’est battue. Elle s’est battue autant qu’elle le pouvait. Elle voulait revoir Naminé. La revoir une dernière fois ; revoir ses yeux qui n’étaient pas des yeux-rien, revoir les dessins qu’elle prenait du temps à faire. Réentendre sa voix rassurante – Naminé aussi l’oublierait ? Même elle ne se souviendrait plus de son existence ? C’était douloureux d’y penser.

Existence-rien. Pas besoin de penser à une existence-rien. A une marionnette ratée aux ficelles coupées.

En mourant, la seule imagine qui est venue, c’était le visage pâle. Quelque chose s’était alors brisé, quelque part. Ce qu’elle ignorait, c’est que Naminé s’était mise à pleurer.

Elle n’était pas rien. Elle n’était pas moins que rien. Et quand elle regardait au fond de ces beaux yeux teintés de tant de nuances, Xion devenait quelqu’un.


_________________
« L'univers tout entier te voit comme un héros. Mais tu sais ce que je vois, moi ? Un lâche.
Quelqu'un qui n'a même plus le courage de retrouver les siens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Ven 2 Nov - 23:00

Thème 2: Ange

Texte de Xialdene

Pour Zexion, Sixième Fondateur, membre de l'organisation XIII et assistant scientifique d'Ansem le Sage, les phénomènes surnaturels comme les anges et les démons n'existaient pas.

Dans les nombreux mondes qu'il avait visité en tant qu'éclaireur, il n'avait jamais vu une seule de ces créatures d'exception, et pensait, blasé, que les humains s'inventaient des choses pour essayer d'être parfait.

Un sourire amer étira ses lèvres, alors que, assit dans un fauteuil du manoir Oblivion, il songeait que ces créatures faiblardes étaient pathétiques. Jamais ils ne seraient des anges. Leurs cœurs recelaient tous d'une noirceur cachée. Sauf les princesses de cœur, mais elles aussi perdraient leurs pouvoirs, un jour ou l'autre ... On ne pouvait rien contre le Destin.

Non, les humains se trompaient lourdement, s'ils pensaient qu'une vie vertueuse leur permettrait d'être pur. Le cœur était très souvent tenté par le pouvoir, la luxure, la cupidité, la haine ... Leur âme était si versatile ... si ... imprévisible ...

Il soupira.

Le Conspirateur Ténébreux aimait réfléchir de temps à autre sur des choses philosophiques, mais là, depuis que Marluxia l'avait confiné dans les sous-sols avec Lexaeus pour l'écarter de ses conspirations contre Xemnas, le jugeant trop proche de lui, il s'ennuyait comme une ombre morte.

Le jeune homme se leva de son siège, puis décida d'aller se promener aux étages supérieurs. Du moins, au premier. Marluxia et Larxène seraient trop préoccupés par Sora pour voir qu'il leur avait désobéit. Le dernier Fondateur eut un reniflement méprisant. A quoi pensait donc Xemnas en nommant cet hurluberlu aux cheveux roses Seigneur de ce manoir ? D'accord, c'était un traître, mais il aurait put donner le commandement de la seconde base à lui, Zexion ! Il était fin stratège, Kingdom Hearts tout puissant !

Décidant que la logique de Xemnas échappait à tout être normal, le sixième ignora pour le moment ses réflexions sur le jeune chef de la confrérie. Une fois rendu au premier étage, il se figea en entendant des pleurs.

Qui pouvait bien pleurer ici ? Et ces sanglots ... étaient féminins ! Intrigué, il chercha la pièce où semblaient émaner les pleurs, et regarda à travers le trou de la serrure, avant d'écarquiller son œil visible. Allongée sur un lit, recroquevillée sur elle-même, il vit la plus belle créature que le Kingdom Hearts n'ait jamais créée. Une chevelure blonde un peu claire, des yeux bleus océans qui pouvaient vous faire rêver, une peau pâle, limite lunaire et qu'il pensait être douce et le tout, vêtue d'une simple robe blanche avec des sandalettes ...

Naminé.

Quelque chose battait dans sa poitrine.

Papam, Papam, Papam ...

Continuant son observation du joyau qu'il regardait, il serra les dents. Sa vue étant excellente, il vit une trace ce morsure sur le cou, trop grande pour être causée par un sans-coeur.

Marluxia.

Il avait osé.

Il avait osé profaner la simili de Kaïri.

Il avait osé outrepasser les ordres de Xemnas, qui spécifiaient pourtant que la jeune fille ne devait pas être maltraitée.

Il allait périr.

Sachant ses forces et ses faiblesses, Zexion savait qu'il ne serait pas de taille contre Marluxia dans un combat à la régulière.

Il devait se montrer aussi fourbe que lui. Encore plus que lui ...

Riku.

Il devait utiliser Riku pour contrer Marluxia, qui utilisait Sora pour en faire sa marionnette en modifiant ses souvenirs par le biais de Naminé.

Mais il savait que la Sorcière obéissait par crainte de se retrouver à nouveau seule, avant qu'ils ne la trouvent.

La Solitude était un bien lourd fardeau ...

Il fixa une dernière fois Naminé, qui enfouissait son visage dans son oreiller afin d'étouffer ses pleurs.

Pour une fois, ses certitudes étaient bousculées.

Une lueur de détermination brilla dans son regard bleuté, emplit de soif de connaissances et de mystères.

Il allait se battre.

Jusqu'à la fin.

Pour cet Ange.

_________________


Dernière édition par Laemia le Ven 2 Nov - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Laemia
Vincent-Jean-Hubert


Messages : 714
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans ton C... Cauchemar. Je suis un Avale-Rêve, coucou.

MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Ven 2 Nov - 23:03

Thème 2: Ange

Texte de Mia


Il était une fois, dans un petit monde…

Il étouffait ses sanglots. Quelques larmes coulaient le long de ses joues.

On dit que la pluie, c’est les pleures des anges.

A chaque fois que Roxas pleurait, il se mettait à pleuvoir. Axel trouvait ça étonnant, il n’en croyait pas ses yeux ; et quand il sanglotait trop fort, un coup de tonnerre par-ci, un coup de tonnerre par-là.

C’était flippant parfois.

Le soleil ne se lève jamais, il ne se couche jamais, ici. Un perpétuel crépuscule. Pas de nuages, dans le ciel orangé, ô grand jamais. Sauf quand Roxas pleurait. Et Roxas pleurait pas souvent. Roxas pleurait presque jamais, même. Mais tout ça, y’avait qu’Axel qui le savait. Parce qu’Axel, c’était mon meilleur ami et bien plus.

Le blondinet, les rares fois où il chialait, c’était à cause de lui. Parce qu’Axel avait été violent – rare, ça. Bien rare, mais ça laissait des marques sur son corps, des traces sur son âme. Quand y’a une évidence qui venait, qui lui arrivait en pleine face : Axel ne l’aimait pas. Il ne le voyait que comme un ami. Alors Roxas se mettait à pleurer. Et dehors, ça pleuvait. Le rouquin savait donc bien quand il était triste, l’autre ; il savait bien, il avait à peine besoin de regarder par la fenêtre, d’écouter les gouttes qui tombaient sur le monde.

Pourtant, il avait pas d’ailes. Pas d’auréole. Il avait rien, mais c’était comme un ange. Car, comme dit le proverbe, quand il pleut, c’est les anges qui pleurent.

Et, Axel, il avait beau avoir vu ça, il a pas été foutu de voir que son pote, son soi-disant meilleur copain. Il a pas vu qu’il l’aimait, qu’il en crevait – il savait juste que l’autre avait mal. Alors il consolait. Mais en savait pas plus que ça. Au fond, il cherchait pas trop à l’aider. Le phénomène était un peu trop fascinant à son goût. Trop étrange. Egoïste.

Il était une fois, un monde où le soleil ne se levait jamais, un monde il ne se couchait jamais.

Un monde où, dès que les anges pleurent, il pleut.

Un jour, Axel traversait la route, banal.

Cadavre sur la route.

Il a fallut du temps pour que la nouvelle parvienne aux oreilles de Roxas.

Il s’était mit à pleurer. Pleurer toutes les larmes qu’on peut pleurer. Sangloté, sangloté et hurlé, à s’en déchirer les cordes vocales.

Depuis, ce n’est plus la cité où le coucher de soleil est perpétuel, mais la cité où la pluie est éternelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/2311538/Laemia
Plume d'Eau
Papillon des Rêves


Messages : 194
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Sam 3 Nov - 0:23

Thème 3 : Citadelle de Béton

Texte de Mia Suzuki-sama


A cause d'une mise en page un peu spéciale, ce texte là demande un peu plus de temps à être posté.
Merci de votre patience... =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012   Aujourd'hui à 7:41

Revenir en haut Aller en bas
 

Nuit d'écriture du 2 au 3 Novembre 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mode Jour/Nuit
» Et soudain il fit nuit
» [Refusé] Postulation Simag rogue elfe de la nuit
» [Résolu]Possibilité d'écriture en italique
» Une nuit magique. Ou pas. [PV: Roy & Aï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fandom français de Kingdom Hearts :: Fanmade :: Events, défis & concours :: Fanfictions-