Fandom français de Kingdom Hearts


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fanfiction] Une toute autre destinée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ignie
Procrastinator


Messages : 17
Date d'inscription : 31/05/2015
Age : 20
Localisation : Ma chambre

MessageSujet: [Fanfiction] Une toute autre destinée.   Mer 3 Juin - 10:02

Titre : Une toute autre destinée.
Monde : Semi-canon/UA
Genre : Friendship/Adventure/Action
Personnages : Ienzo et Lea
Pairing : Pas de pairing.
Statut : En cours
Disclaimer : KH, ainsi que tout les personnages apparaissant dans cette histoire sont la propriété de Square Enix et Disney, et ne sont pas à moi.
Rating : K+
Résumé : Grâce à l'intervention miraculeuse d'Even, Ienzo et Lea réussissent à échapper à leur cruelle destinée de Simili, et atterrissent dans un monde qui leur est totalement inconnu. Âgés de 10 et 15 ans, les deux garçons vont devoir survivre et se serrer les coudes. Mais sont ils vraiment en sécurité, loin des plans de Xehanort?

Note: Hallo Everybody! (Ouh la ouf, elle mélange allemand et anglais la thuuuuuug.) Je suis ici pour publier une fanfic KH de plusieurs chapitres, ma première! (larmes de fierté) Donc voilà... je n'ai rien d'autres à dire à part... Profitez, et surtout, laissez un commentaire, voili voilou.
Et aussi que vous pouvez commenter là: Oui, ici, là.
Donc, bonne lecture!

Even avançait à toute vitesse. Il se tenait la poitrine d’une main et traînait le jeune garçon de l'autre, tenant son poignet comme un étau pour qu'il ne s'échappe pas. Il devait retrouver Ienzo. Il n'avait pas laissé le petit venir et il avait eu raison. Les ténèbres auraient sûrement eu raison de lui autrement. Il devait faire vite, mais le rouquin qui trébuchait derrière lui – ce qui faisait tinter les breloques qui pendaient au capuchon du manteau noir qu'il portait – en se débattant contre sa prise n'aidait pas.

Lea, l'un des cobayes qu'ils avaient utilisés. Il l'avait sorti de sa prison et amené sans donner d'explication. Il aurait voulu sortir l'autre, Isa, aussi, mais les ténèbres avaient déjà trop d'emprise sur lui… comme sur eux. Tout ça avait été de la folie. Xehanort avait dit que c'était pour le bien de la science et il l'avait écouté, avare de connaissance. Ils avaient laissés les ténèbres prendre leurs cœurs  et maintenant, la Porte des Ténèbres s'était ouverte et ne se refermait plus. Il avait été touché gravement par l'onde ténébreuse qui en avait jaillit et n'allait pas tenir longtemps.

« Lâchez-moi ! », s'écria Lea en tirant sur son poignet endolorit. « Vous me faites mal ! Et où est-ce qu'on va !? »

Sans un mot, Even le tira vers l'avant pour le faire suivre. Il arriva à la chambre d'Ienzo et ouvrit la porte. Le garçonnet était assis sur son lit, une peluche de chocobo dans un bras et un gros livre dans l'autre main. L'enfant aux cheveux violacés leva les yeux vers lui avant de regarder Lea. La surprise était claire dans ses yeux, mais il ne dit pas un mot.

Le vieil homme souffla, « I-Ienzo… J-Je… Pas le temps de t'expliquer. » Il poussa Lea vers Ienzo d'un mouvement brusque du bras. « Toi. Prends Ienzo et partez loin tous les deux ! »

Le cobaye sembla surpris, la bouche ouverte. Il cligna des yeux, puis s'exclama, « Quoi ? », il lui donna alors ce regard mauvais qu'il connaissait bien en serrant les poings. « Je ne vais nulle part sans Isa ! »

Even se frustra, grinçant les dents, « Tu ne vois pas ce qui se passe !? Vous devez fuir, vite ! »

Un air inquiet apparut sur le visage d’Ienzo et le garçon se leva en abandonnant la peluche et le livre, « Even ? »

L'homme s'accroupit devant lui et posa sa main sur sa joue, « Tu vas suivre ce garçon. Il va t'amener loin d'ici, d'accord ? On a fait des bêtises… de grosses bêtises, mais tu n'as pas à payer pour ça… aucun de vous deux. Alors… fuyez. »

La panique remplaça l'inquiétude d'Ienzo, « Qu-Qu'est-ce qui se passe ? Où est Aeleus ? ...Even ? »

« Je suis désolé, Ienzo. »

« M-Mais… Et Isa ? », Demanda Lea.

« C'est trop tard pour lui. Vous devez partir maintenant ! »

« Quoi ? Mais – »

Le château en entier fut secoué, les déstabilisants tous les trois.

Even tomba au sol et eut de la misère à se redresser sur ses coudes. Il regarda Lea avec sérieux, « Prends Ienzo et va-t-en. » Il se tourna vers Ienzo, « Pars avec lui et fuit sans te retourner. Tu cours jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de ténèbres. »

Lea ne comprenait rien à rien. Que diable se passait-il ici !? Il avait dit qu'il était trop tard pour Isa. Qu'est-ce qu'ils lui avaient fait ? Il regarda le scientifique, il avait l'air blessé et de la vapeur noir semblait s'échapper de lui. La même vapeur que les ténèbres auxquelles il avait été exposé. De plus, l'air était devenu plus lourde et menaçante. Quelque chose n'allait pas et même s'il détestait l'homme devant lui, il devrait l'écouter et sortir de là.

« D-D'accord... », Dit-il. Il prit la main d'Ienzo qui le regardant dans son œil visible derrière ses mèches, « Aller. »

« Hein ? », balbutia Ienzo. Il se tourna vers l'homme qui s'occupait de lui et étira l'autre main, « N-Non ! Even ! »

L'adolescent l'attrapa plus fort et le tira hors de la chambre pour fuir dans le couloir. Le jeune apprenti put enfin voir l'importance des dégâts. Du couloir d'où Even et Lea étaient venus, un nuage sombre semblait dévorer les murs. L'obscurité ne tarda pas à envahir sa petite chambre, emportant Even avec elle. Il ferma les yeux, ne voulant pas penser à ça et commença à courir aussi, accélérant leur course.

Ils réussirent à atteindre l'entrée du château, sortant par les grandes portes. Le néant tourbillonnait dans le ciel au-dessus du château et s’abattait sur ce dernier.

« Le château, » dit Ienzo en regardant la grande bâtisse derrière eux qui se faisait dévorer.

« Ce n'est pas juste le château. C'est toute la ville, regarde ! »

En effet, des nuages noirs envahissaient le Jardin Radieux et ces créatures – Xehanort les avaient appelés ''Sans-coeur'' – grouillaient de partout. Une explosion se fit entendre et des rubans de ténèbres sortirent du château, l'onde souffla les deux garçons.

Lea attrapa Ienzo dans ses bras alors qu'ils furent balayés au sol. Les cris se faisaient entendre dans toute la ville et des vaisseaux gummis s'envolaient alors que les gens fuyaient.

« On doit rejoindre les vaisseaux ! », s'exclama Lea.

« Mais les autres ! Even et Aeleus et, et Dilan et – »

« C'est fini ! Le château est complètement engloutit. Aller, faut trouver une route vers les vaisseaux ! »

Il prit la main d’Ienzo et le tira à travers les rues. Malheureusement, le néant avaient déjà engloutit une bonne partie de la ville et coupé toutes leurs échappatoires. En plus, les Sans-coeur les avaient vus et rampaient vers eux. Lea se plaça devant Ienzo pour protéger le plus jeune.

« On est coincé... »

Le garçonnet serra le manteau noir de Lea et ferma les yeux en enfonçant son visage dans son dos, « J-je ne veux pas me faire engloutir par les ténèbres ! »

Paniqué, Lea regarda partout, « Il nous faut une solution, viiite ! »

Ienzo se mit à sangloter derrière lui. Le rouquin regarda par-dessus son épaule, puis les créatures noires qui s’approchaient. Dans une tentative désespérée, il tendit la main devant lui, espérant pouvoir leur donner des ordres comme il avait vu les apprentis le faire.

« Non ! Laissez-nous partir ! »

Mais à la place, une sorte de portail apparu au bout de ses doigts. C'était noir et vaporeux comme les ténèbres. Est-ce que c'était lui qui venait de faire ça ? Les expériences lui avait-il donné ces pouvoirs ? Regardant autour, ils n'avaient pas le choix. Ils allaient mourir comme les autres, sinon. Mais les ténèbres étaient dangereuses, devaient-ils prendre cette chance ? Les petites mains d’Ienzo se serrèrent plus dans la fabrique de cuir qu'il portait.

Le manteau noir ! Lui et Isa en avaient chacun un. D'après Braig, ils leur permettaient de résister aux ténèbres pendant les expériences. Ils pourraient peut-être traverser avec l'aide du manteau. Du moins, Ienzo.

Il défit la fermeture éclair et l'enleva pour le mettre sur Ienzo, « Enfile ça, vite ! »

Le jeune apprenti arrêta de pleurer et le regarda avec ses grands yeux bleus, « H-Hein ? »

« Fait juste ce que je te dis ! »

Le garçon obéit alors et enfila le manteau, bien qu'il fût trop grand. Il s’accrocha à la veste orange que Lea portait en dessous et l'adolescent mit sa main dans son dos pour le pousser vers le portail. Avant que les griffes des créatures puissent les attraper, ils coururent à l'intérieur du couloir ténébreux.

Note: Voilà, j'espère que ça vous à plus, surtout n'hésitez pas à me laisser des critiques, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, du moment qu'elles soient pertinentes. Merci à tous et au prochain chapitre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ignie
Procrastinator


Messages : 17
Date d'inscription : 31/05/2015
Age : 20
Localisation : Ma chambre

MessageSujet: L'aube   Sam 6 Juin - 9:40

Note: Chapitre 2 ! Bonne lecture! :3

Les deux garçons traversèrent ensemble le portail. Lea dû s'accrocher à Ienzo pour continuer à avancer, c'était comme si des milliers d'aiguilles le transperçait en même temps. Il connaissait cette sensation, l'ayant déjà ressenti quand on lui faisait subir une expérimentation. Malheureusement, ça ne rendait pas moins l'expérience douloureuse et désagréable.

En arrivant de l'autre côté, une légère brise souffla sur eux et ils furent baignés d'une lumière orangée.

Ouvrant les yeux, Ienzo retira la capuche et observa leur alentours, « Mais où sommes-nous ? »

Lea – qui était tombé à genoux en haletant – releva la tête et regarda autour.

Ils étaient au pied d'une immense tour décorée de cloches et d'une horloge. À côté se trouvait une gare et un chemin de fer surélevé traversait la ville. La ville était faite en pierre et les toits des maisons étaient rouges et verts. Le ciel était teinté d'orange, rouge et bleu alors que des nuages cotonneux et rose comme de la barbe à papa flottaient. C'était le crépuscule et ce, malgré que le soleil était encore haut dans le ciel. Par-delà la ville, une mer reflétant le ciel leur indiquait qu'ils étaient loin du Jardin Radieux. De l'autre côté, une forêt verdoyante s'étendait jusqu'à l'horizon.

« Je ne sais pas... », Répondit Lea en s'appuyant sur le plus jeune pour se relever. « Ailleurs, en tout cas. »

Un grondement derrière eux les fit se retourner et ils virent le portail par lequel ils étaient venus se dissiper doucement.

« Non ! », s'exclama Ienzo.

Il s'échappa de Lea et courut vers le portail, mais ce dernier disparu avant que le garçon ne puisse rentrer dedans. Alors, il se retourna vers le rouquin.

« C'est toi qui a fait ça, non ? Alors refait-le ! »

Lea cligna des yeux, surpris, « Quoi ? »

« Tu as ouvert ce portail avec les ténèbres que tu contrôlais ! » Il posa ses poings sur ses hanches, autoritairement, « Refait-le. Tout de suite ! »

Lea tendit la main et se concentra pour reproduire l'événement, mais rien ne se passa. Les résidus de ténèbres des expérimentations s'étaient dissipés et il ne pouvait plus utiliser ce ''pouvoir des ténèbres''.

« Je ne peux plus. »

« Mais si, tu peux y arriver ! », poussa Ienzo. « Tu dois le faire pour que je puisse retourner là-bas ! »

« On ne va pas y retourner ! », dit Lea, perplexe. « Tu as vu ce qui s'est passé !? »

« Si, je ne suis pas aveugle ! Mais on doit retourner pour Aeleus et Even… Et Dilan, Braig et Xehanort ! »

« On ne peut pas ! Le château, non, tout le Jardin Radieux a été détruit ! Il ne reste plus rien. »

« Je m'en fiche. Je dois aller les chercher ! », S’écria Ienzo en tapant du pied et serrant les poings comme un enfant qui fait une crise.

« Even nous a sorti de là, ce n'est pas pour qu'on retourne se faire tuer là-bas. »

« C'est MA famille ! »

« Tu n'es pas le seul qui vient de tout perdre ici ! », craqua finalement Lea.

Ienzo ouvrit la bouche, mais il ne put rien répondre parce que Lea continua :

« Je me suis fait kidnapper, utiliser comme cobaye par ta ''famille'' ! Notre ville en entier vient d'être détruite, tout ça à cause de vous, et on ne sait pas où nous sommes ! J'ai laissé mon meilleur ami là-bas ! Et maintenant, je dois m'occuper de toi ! Je n'ai que 15 ans, je ne peux pas prendre soin d'un enfant ! »

Les grands yeux bleus d'Ienzo se remplirent de larmes et il baissa la tête en sanglotant. En le voyant pleurer, Lea se calma. Ce n'était pas le temps de crier sur un enfant. Ils s'en étaient sorti de justesse et maintenant ils devaient faire quelque chose.

« Je suis désolé, » dit-il en s'agenouillant devant lui. « Ça va aller, on est en sécurité ici. Il faut juste… trouver quoi faire, maintenant. »

Ienzo renifla et essuya ses yeux, « C-C'est la deuxième fois que j-je perds ma famille. »

« C'est dur, je le sais. Je suis orphelin, moi aussi... Aller, on va se débrouiller tous les deux, j'en suis sûr. »

Le garçon aux cheveux mauves le regarda curieusement, mais ne pressa pas le sujet, « D-D'accord... »

Regardant autour, Lea proposa, « Ne restons pas là. Aller, vient. »

Ienzo hocha la tête et retroussa ses manches trop longues pour prendre la main de Lea. L'adolescent regarda ses doigts se glisser dans sa paume avec un regard soucieux et les lèvres pressés dans une fine ligne. Il ne savait pas s'il pourrait vraiment prendre soin d'un enfant à son âge.

« ...On va faire quoi ? », demanda Ienzo.

« Euh… Commençons par trouver où nous sommes... »

Les deux enfants suivirent la rue en pierre jusqu'au centre-ville. Un vent chaud transportait l'odeur salé de l'océan et la lueur du crépuscule donnait un effet chaleureux.

Lea lâcha la main d'Ienzo et s'avança vers une jeune femme qui arrosait les fleurs près de sa maison.

« Bonjour. Hum, on est un peu perdu... » Il se tourna vers Ienzo pour le regarder, puis se retourna à nouveau. « Où sommes-nous ? »

La dame regarda les deux jeunes garçons d'un air interrogateur, « Eh bien, à la Cité du Crépuscule. Vous cherchez quelqu'un ? Vos parents, peut-être. »

L'adolescent roux se frotta la nuque nerveusement, « On, euh… On vient du Jardin Radieux. »

« Le Jardin Radieux ? », répéta-t-elle, étonnée.

« Vous connaissez ? », questionna Lea avec un peu d'espoir.

« Pas du tout. C'est une ville aux alentours ? »

Ienzo, pensant avoir compris ce qui se passait, s'approcha, « Non. C'est plutôt loin d'ici. On voulait simplement savoir dans quelle ville nous étions arrivés. Merci beaucoup. »

Il reprit la main de Lea et le tira ailleurs. La jeune femme les salua et retourna à son jardinage.

Lea le regarda, fronçant les sourcils, « T'a un idée d'où c'est par rapport au Jardin Radieux ? »

« Je crois que nous avons traversé dans un autre monde. »

« Un autre monde ? »

« Maître Ansem en parlait, parfois. L'univers serait séparé en millier de monde, comme une certaine légende qui se trouve dans un vieux livre, et chaque étoile dans le ciel serait un monde différent. Un ami à lui venait d'un autre monde. C'était une souris. »

Lea fut ébahi, « Une souris ? »

Ienzo hocha la tête, mais ne continua pas ses explications. Ils s'approchèrent d'un banc et Lea s'y assis, épuisé. Le jeune garçon grimpa à côté de lui.

« Donc. Ce portail nous a amené dans un autre monde… » Il regarda ses mains, « Comment vais-je pu nous faire traverser vers un autre monde ? »

« Je ne sais pas, mais puisque tu ne peux plus le faire je crains qu'on soit coincé ici. »

« ...Au moins, on s'en est sorti vivants... »

Ienzo leva ses jambes et joignit ses genoux contre sa poitrine en enroulant ses bras autour. Le manteau de cuir noir était trop grand pour lui et le recouvrait totalement, comme une couverture.

« Aujourd'hui, Aeleus a dit qu'il m'emmènerait manger une glace… et Even m'avait promis de m'acheter un nouveau livre... », Marmonna Ienzo en enfonçant sa tête dans ses genoux.

« ...Moi je... », Commença Lea avant de réalisé qu'il n'avait rien à dire.

Ses journées se résumaient à rester assis dans sa cellule où les apprentis le détenaient, à attendre et espérer ne pas servir de rat de laboratoire aujourd'hui. Parfois, il arrivait à parler à Isa qui se trouvait dans la pièce en face par la fenêtre à barreaux dans la porte. Il lui disait toujours qu'ils s'en sortiraient tous les deux et il le croyait. Mais il était libre et Isa était…

Le garde du château et le scientifique que Lea haïssait tant était pour ce petit garçon comme des parents de substitution. Lui, il avait eu son grand-frère, mais il s'était toujours moqué de ce qui pouvait bien lui arriver. Isa avait été la seule personne qui se préoccupait de son bien-être, même s'ils étaient comme le jour et la nuit. Mais maintenant, il n'avait réellement plus rien…

Il était fatigué, la traversée entre les deux mondes avait été très éprouvante. Ses yeux se fermèrent d'eux-mêmes…

Quand Ienzo releva la tête, Lea s'était endormi. Après tout ce qui s'était passé, il voulait aussi se reposer un peu. Il se rapprocha doucement de Lea pour ne pas le réveiller et se colla un peu contre lui, se servant de son épaule comme oreiller. Il fut étonné de la chaleur corporelle de Lea, le rouquin était si chaud. Il posa la main à côté de lui, voulant attraper sa peluche de Chocobo par habitude, mais se rappela qu'elle était restée sur son lit. À la place, il serra la veste orange de Lea et fini, lui aussi, par fermer les yeux et s'endormir. Avec de la chance, Aeleus le réveillerait bientôt et tout ça n'aurait été qu'un rêve étrange…

~(...)~

Lea se réveilla avec un sursaut. Une goutte d'eau s'était écrasée sur son nez et l'avait sorti de son sommeil. Confus, il chercha ses repères. Le ciel était couvert de nuages gris et une lumière orangée filtrait à peine à travers ceux-ci. Il ne reconnaissait pas du tout l'endroit où il était et c'est en voyant Ienzo endormit, la tête sur ses genoux et blottit dans un manteau noir, qu'il se rappela de tout.

Le ciel gronda et une autre goutte d'eau tomba, puis une autre et une autre. Bientôt, la pluie se mit à tomber.

Il secoua doucement l'épaule de garçon, « Ienzo, debout. Il faut se trouver un abri. »

Celui-ci marmonna quelques mots et finit par ouvrir les yeux, « A-Aeleus ? »

« ...Non, » répondit Lea. « Il s'est mis à pleuvoir, on ne peut pas rester là. »

Ienzo se frotta les yeux, regarda Lea avec un air plat et hocha la tête avant de descendre du banc.

L'adolescent regarda tout autour. Il n'y avait personne, mais ils semblaient se trouver dans un coin un peu tranquille de la ville. La pluie s'intensifia, Lea essaya de se couvrir avec ses mains et Ienzo remonta sa capuche.

« Il doit bien y avoir un endroit où la pluie ne tombe pas dans le coin, » dit Lea à voix haute en cherchant aux alentours.

Ils se mirent à marcher et tout de suite, la main d'Ienzo prit celle de Lea. Il n'avait jamais été très sociable depuis qu'il était devenu orphelin. Il était plutôt silencieux et renfermé. Il n'avait aucun ami de son âge et il n'en voulait pas. Il préférait rester avec les autres et apprendre. Cependant, il avait encore perdu sa famille et il ne pouvait s'empêcher de s'accrocher à Lea. Il ne voulait pas que l'adolescent parte sans lui. On lui avait toujours dit qu'il était intelligent, mais il ne saurait jamais comment vivre par lui-même.

Les deux garçons réussirent à trouver un endroit couvert où ils purent se glisser. L'averse était froide et ils grelottaient déjà.

Ienzo serra ses manches autour de lui, « J-j-j'ai froid... »

« Ouais... », Approuva Lea, se frottant les mains et les bras pour se réchauffer. « J-je vais essayer quelque chose... » Il tendit les mains, paumes vers le haut, et se concentra. « ...Allez… Allez... »

De petites étincelles jaillirent et des flammes chaudes prirent vie dans les paumes du rouquin.
« Tu sais faire de la magie ? », s'étonna Ienzo.

« Non. Je n'ai jamais appris de sorts, c'est une faculté naturelle. Je suis un… pyrokinésiste. C'est le pouvoir de contrôler et créer le feu. Mais je ne suis pas encore très bon à ça. »

Le jeune garçon regarda les flammes danser. Il s’approcha un peu et tendit les mains, le réchauffant doucement. Ils restèrent accroupis près des flammes, tous les deux en silence.
« Dit, Lea. Tu as dit que tu étais orphelin, toi aussi. C'est vrai ? »
Lea hocha doucement la tête, son regard plongé dans le feu, « En fait, j'ai un grand frère. Je vivais avec lui, mais on ne s'entendait pas très bien »
«  Comment ça ? »
« Il n'était presque jamais à la maison et on se parlait rarement. Il traînait avec ses copains ou je ne sais pas quoi. Donc j'ai appris à me débrouiller tout seul pour la cuisine et les trucs du genre. La plupart du temps, il ne savait même pas où je trainais et quand je me mettais dans les em-brouilles, il me ramenait à la maison et me disait de plus recommencer, c'est tout. Je pouvais même rester toute la journée au lit et ne pas aller à l'école sans qu'il s'en préoccupe. Je me sen-tais très seul. Mais ça, c'était avant que je devienne ami avec Isa. »
Ienzo remarqua le petit sourire qui apparut sur les lèvres de Lea.
« J'étais en train de couler l'école, mes notes étaient les plus basses de la classe et je m'en fi-chais. Je faisais aussi un tas de mauvais coups, juste pour me faire remarquer. J'ignore pour-quoi, mais Isa est venu me voir et m'a dit que personne ne voudrait d'un cancre comme moi comme modèle et que je ne me ferai jamais d'amis comme ça. » Il haussa les épaules. « Je ne sais pas pourquoi, j'ai décidé de l'écouter. Mes notes sont montées exponentiellement, je suis passé du plus nul de la classe à un des meilleurs. Après ça, Isa et moi étions toujours ensemble. Même si on était comme le jour et la nuit, c'était mon meilleur ami. »
Il poussa finalement un soupire en fixant les flammes, son regard devenu triste et plein de re-mords. Mais son meilleur ami n'était plus et tout ça était de sa faute. Même si c'était Isa qui avait décidé qu'ils entreraient dans le château, c'est lui qui avait eu cette idée au départ. C'était juste histoire de s'amuser.
Ienzo le regarda brouiller du noir et baissa les yeux vers les flammes rougeoyantes,

« Mes parents, eux, travaillaient avec Maître Ansem. Quand ils sont morts, il m'a pris parmi ses apprentis. Il s'occupait bien de moi, mais il était souvent occupé. Alors c'est Even qui était avec moi ou Aeleus. Ils étaient très gentils. Even me montrait un tas de chose et Aeleus acceptait toujours mes demandes. Dilan a toujours été froid et stoïque, alors je ne lui parlais pas beaucoup. Et Braig… Je n'ai jamais vraiment aimé Braig... Xehanort semblait gentil, quand il est arrivé. Il voulait bien me laisser les aider, mais quand ils ont commencé à utiliser des gens, je n'ai plus eut le droit d’assister aux expériences, Aeleus disait que j’étais trop jeune, et Even approuvait. »

« Ils ont pris des centaines de gens et les ont utilisés comme des rats de laboratoires. C'est à cause d'eux que les Sans-coeur ont envahi le Jardin Radieux. Isa et moi, on faisait que s'amuser… Et ils nous ont pris... » Il fronça les sourcils et serra les dents. « C'est à cause d'eux que notre monde a été détruit ! »

Les flammes s'intensifièrent avec la colère de Lea et Ienzo recula un peu. Le rouquin vit sa réaction et laissa les flammes mourir. Ils étaient réchauffés, de toute façon.

« Pardonne-moi, je ne voulais pas te faire peur ! », s'excusa Lea. « Ce n'est pas de ta faute, je le sais et… je ne veux pas être comme mon grand-frère. Je ne vais pas te laisser tomber, je te le promets. On va s'en sortir, ensemble. »

Ienzo fixa le sol, puis jeta un coup d'oeil à Lea, « Vraiment ? »

Il hocha la tête, « De toute façon, on n’a pas trop le choix. »

« Oui... »

Le jeune pyrokinésiste leva la tête, regardant la pluie couler au bord du petit toit qui les abritait, « Ça ne sera pas facile. Il faudra se trouver un endroit pour vivre tous les deux, en espérant que quelqu'un voudra bien nous donner un endroit. Puis il faudra des munnies pour tout payer… Il nous faut de la nourriture et des vêtements… Je n'ai que 15 ans, mais je devrais pouvoir me trouver un petit boulot. Si ce n'est pas assez, j'en aurai deux. Ça ne doit pas être si compliqué que ça de travailler, non ? »

« Tu penses que je pourrais travailler aussi ? »

« Tu n'as que 10 ans, je ne crois pas. Tu devrais être à l'école. » Il fronça alors les sourcils, pensif. « Au fait, je ne t'ai jamais vu à l'école. »

« Non. Je ne voulais pas aller à l'école alors ils m'ont tout appris au château. C'est que… je ne suis pas très sociable… »

La pluie qui frappait le sol dans un rythme régulier fut le seul son qu'ils entendaient alors que les deux garçons tombèrent silencieux.

« Je vais être un bon grand frère, » marmonna doucement Lea.

Ienzo leva la tête et le regarda, « Pardon ? »

« ...Rien du tout. »

« D'accord... »

Il se rapprocha et Lea enroula un bras autour de ses épaules. L'enfant aux yeux bleus posa sa tête contre  son torse et regarda devant lui.

« Je ne veux plus être tout seul... »

« Moi non plus. »

« On va s'en sortir, hein ? On ne va pas… avoir de problèmes ? »

« Mais non. Et si on n'en a, je sais quoi faire, » répondit le rouquin avec un sourire espiègle. « J'étais souvent dans les problèmes. »

Ienzo s'octroya un petit sourire, « Okay. Alors tout va bien aller. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ignie
Procrastinator


Messages : 17
Date d'inscription : 31/05/2015
Age : 20
Localisation : Ma chambre

MessageSujet: Chapitre 3: 4 murs et 1 toit   Dim 21 Juin - 10:49

La pluie continua, même après que le soleil se soit couché, et ils n’eurent pas d'autre choix que de dormir sous le petit toit qu'ils s'étaient trouvés.

Le lendemain, Lea fut réveillé par une sensation humide sur sa veste et des toussotements enfantins. Il ouvrit les yeux pour trouver Ienzo le front perlé de sueur contre son torse.

« Ienzo. Tu vas bien ? », Demanda-t-il, inquiet à la vue du teint anormalement pâle du garçon.

Il ouvrit ses grands yeux bleus et se redressa de sa position. Il fut immédiatement pris d'une quinte de toux sec et désagréable.

« Ne me dit pas que cette pluie t'a rendue malade, » dit Lea en le serrant dans le manteau noir qu'il portait pour le garder au chaud.

Ienzo essuya son nez coulant avec le rebord de sa manche, « J-je crois bien que oui. Je tombe facilement malade. »

« Ce n'est pas bon, alors. On doit absolument te trouver un lit pour te reposer. » Il leva les yeux au ciel et observa celui-ci. « C'est étrange, je jurerais que c'est le matin, mais on dirait que c'est le soir. »

L'autre leva aussi les yeux au ciel, notant que Lea avait raison, « L'ami de Maître Ansem avait dit que certains mondes étaient dans les ténèbres et d'autres, dans la lumière. J'imagine que plus un monde se trouve près des ténèbres, moins la lumière à d'effet sur celui-ci. Ce qui expliquerait le crépuscule permanent pendant le jour... »

Lea, toujours étonné des talents d'analyse d'Ienzo, se gratta la tête, « Eh bien. La Cité du Crépuscule, là où le crépuscule y est éternel. Ça explique tout. »

Ienzo hocha la tête et toussa à nouveau, mettant sa main couverte par la longue manche devant sa bouche.

Le rouquin se leva, « Tu peux marcher ? Je peux te porter. »

Le garçon secoua la tête, « Je suis un grand garçon. »

« D'accord. Mais si tu ne te sens pas bien, tu me le dis tout de suite. »

Ienzo se leva et suivit Lea à travers la ville.

« ...On ne doit pas s'attendre à avoir une grande maison, » dit Lea. « Un appartement, tout au plus. »

« Tant qu'on a un vrai toit et quatre murs... »

Ils piquèrent un journal afin de savoir où aller grâce aux annonces et commencèrent alors leur recherche pour une maison où vivre à partir d'aujourd'hui. Se retrouver dans la ville inconnue était un peu difficile pour s'y repérer et ils prenaient des pauses dans leur marche souvent pour Ienzo.

Pendant des heures, ils allèrent d'endroit en endroit. Lea suppliait presque les gens de leur donner une chance, mais étant sans argents et mineurs, les gens les chassaient sans aucune considération.

Ils ne pouvaient même pas se payer une chambre dans une auberge, ni quelque chose à manger alors qu'ils étaient affamés. Ils n'avaient que les vêtements sur leur dos et aucun munnies.
Puis, le miracle frappa. Alors que Lea était forcé de transporter un Ienzo endormit sur son dos, celui-ci beaucoup trop malade pour marcher tout seul, il réussit à obtenir une toute petite maison dans une ruelle. La vieille femme les avaient sans doute prit en pitié en voyant le jeune garçon enrhumé sur ses épaules.

Elle leur dit tout de même qu'elle ne pouvait pas se permettre de payer pour deux endroits à la fois et Lea lui assura qu'il paierait pour tout. Elle accepta tout de même qu'ils payent un peu en retard s'ils ne pouvaient pas se le permettre. Donnant les clés à Lea, il la remercia et s'en alla tout sourire.

C'était une petite maison dans une ruelle où les voitures ne pouvaient pas passer, écrasée entre deux autres maisons. Elle était toute petite, faite pour une personne et encore là, on pouvait s'y sentir coincé.

Lea ouvrit la porte avec les clés et entra. Ienzo était toujours endormit, alors il le déposa doucement sur le divan juste à côté et visita un peu.

L'entrée se trouvait plus ou moins dans le salon. Le divan était sur la droite de la porte et une fenêtre était juste au-dessus, offrant de la lumière. Une vieille télévision était dans le coin en face, sur un vieux meuble en bois. La cuisine était à gauche de l'entrée. Il y avait un comptoir, un robinet, un frigo et une petite cuisinière. Des armoires se trouvaient au-dessus et en dessous du comptoir et une autre fenêtre sur le même mur que la porte, au-dessus du robinet. La vue donnait principalement sur le mur de l'autre côté de la ruelle.

Un couloir s'enfonçait un peu dans la maison. Il y avait une porte de chaque côté. À gauche, une petite salle de bain : un lavabo avec un miroir, une toilette et un bain-douche. À droite, une chambre unique avec un lit simple, une table de chevet et une garde-robe. C'était petit, en effet, mais ils pouvaient au moins se le permettre. Et ce n'était pas décrépit. On pourrait même dire que c'était très propre.

Il alla jeter un coup d’œil sur Ienzo. Le petit dormait toujours, complètement anéanti par la fatigue et son rhume. Il s'approcha et le prit doucement dans ses bras sans le réveiller, puis l'amena dans la chambre pour l'installer dans le lit, bien au chaud sous les couvertures.

Quand il le couvrit avec les couvertures, Ienzo entrouvrit ses yeux et regarda autour, « Où est-ce qu'on est ? »

Lea esquissa un sourire, « À la maison. Je crois qu'on t'a pris en pitié, mais on a réussi. »

Le garçon hocha la tête en souriant, puis enchaîna les toussotements. Le rouquin se leva et alla à la cuisine. En fouillant un peu, il trouva de la vaisselle. Il prit un verre et le remplit d'eau fraîche qu'il ramena à Ienzo.

« Tiens. Boit ça, tu te sentiras mieux. »

Le garçon se redressa et prit le verre dans ses mains pour boire le contenu goulûment. Après s'être désaltéré, il se recoucha.

« Repose-toi. Je serai juste à côté si tu as besoin de moi. »

« ...Okay. »

Lea se leva et retourna au salon. Il fignola avec la télévision et une image apparue. Le silence se dissipa avec les voix de l'émission qui jouait présentement. C'est tout ce que Lea voulait, il n'aimait pas quand tout était silencieux. Ça lui rappelait les longues heures où il restait assis dans sa cellule à attendre. Il regarda sans trop porter attention la télévision pendant presque une heure et la vieille femme revint avec deux gros sacs de provisions. Lea fut confus, en prenant les grands sacs.

« Vous aurez besoin de nourriture, » lui a-t-elle dit. « Et il y a des médicaments pour ton petit frère. »

Lea rougit. Il aurait voulu lui dire que ce n'était pas son petit frère, mais à la place il balbutia un simple, « Merci beaucoup. »

La vieille dame repartit par après. Lea rangea les courses et prit une bouteille de sirop qui était pour Ienzo. Il alla dans la chambre et trouva Ienzo assit sur le bord du lit. Il avait retiré le manteau, sa blouse et ses chaussures et les avait posés à côté de son lit, les vêtements pliés proprement.

« Tu es réveillé, » dit l'adolescent, légèrement surpris.

« Oui. Je n'ai plus sommeil. »

« J'ai ce truc qui devrait t'aider, » dit-il en montrant la bouteille.

« C'est du sirop contre la toux ? »

« Ouais. Le genre qui goûte horrible. »

L'enfant grimaça, « Je n’ai pas vraiment le choix ? »

« Non. Ça va te faire du bien. » Il en versa un peu dans une cuillère et la tendit. « Aller. »

Ienzo avala le liquide rougeâtre :

« Urkh ! »

Il prit le verre d'eau que lui donnait Lea en ricanant et bu pour retirer le goût.

« Je suis affamé, pas toi ? », proposa Lea avec un sourire.

« Oui ! J'ai très, très faim ! »

« On n'a qu'à faire bouillir de l'eau et manger des nouilles. Ce sera vite fait. »

Ienzo approuva et se leva, « Je vais t'aider. »

« D'accord. »

Ils se rendirent à la cuisine. Ienzo sortit les ustensiles et Lea fit bouillir de l'eau. Ils mangèrent des nouilles au poulet, heureux d'enfin remplir leurs estomacs.

Ienzo dévora rapidement ses nouilles à coup de fourchette, « C'est bon. J'avais tellement faim. »

« Mmh-mh ! »

Le jeune garçon poussa un bâillement et Lea l'observa.

« Si tu veux, tu peux dormir dans le lit. Je peux prendre le canapé. »

« Oh non. Tu dormiras dans le lit, aussi. »

Le rouquin leva un sourcil, « Tu crois qu'il y aura la place ? »

« Si on se serre un peu, oui. »

« Si tu le dis. Mais tu vas prendre un bain avant. Je n'ai pas envie d'avoir tes microbes partout si je dois travailler. »

« Ce n'est pas de ma faute si je tombe malade facilement ! »

« C'est parce que tu n'es pas allé à l'école et que ton système immunitaire ne s'est pas renforcé. »

Le garçon baissa la tête et fixa le sol avec ses yeux bleus, « Je ne veux pas aller à l'école... »

Lea poussa un soupire, « D'accord. J'essaierai de t'apprendre ce que je sais et de te trouver des bouquins d'école, si tu veux. De toute façon, je ne crois pas qu'on pourra t'envoyer à l'école... »

Après un bon repas bien mérité, ils nettoyèrent les bols et les fourchettes pour les ranger à nouveau. Lea fit couler un bain chaud et aida Ienzo en lui savonnant les cheveux.

« Tu n'aimerais pas qu'on coupe tes cheveux ? Ils sont toujours dans tes yeux, » proposa-t-il en frottant la mousse dans ces derniers.

« Non. J'aime beaucoup mes cheveux comme ça... »

« Si tu le dis. Penche ta tête, je vais rincer. »

Ienzo obéit et Lea versa de l'eau pour retirer toute la mousse qui coula dans la baignoire. Il les frotta ensuite avec une serviette pour les sécher du mieux qu'il pouvait pour éviter que Ienzo ne se couche la tête toute trempée.

Après le bain, il renfila son t-shirt noir et ses jeans bleus. Ils devraient vraiment se trouver d'autres vêtements, mais pour l'instant c'est tout ce qu'ils avaient. Lea rangea la blouse blanche et le manteau noir dans la garde-robe et retira au moins sa veste orange pour dormir. Ils se couchèrent dans le lit, chacun de leur côté.

« Demain, il faudra que je cherche un boulot pour pouvoir tout payer. Le loyer et la nourriture. »

Ienzo se retourna et regarda Lea, « Donc demain, quand je vais me réveiller, tu seras déjà parti ? »

« Mais non. Je nous ferai à déjeuner et après, tu pourras rester ici et dormir. Tu es encore malade, tu as besoin de beaucoup de repos. »

« Oui, je sais. »

« Si tu t'ennuies, la télévision fonctionne. Tu pourras l'écouter. Trouver un boulot ne sera sans doute pas aussi difficile que la maison. »

« Okay. »

Le garçon flamboyant sourit, « Aller, il faut dormir maintenant. Bonne nuit, Ienzo. »

« Oui. Bonne nuit et… merci, Lea. »

« Ne t'en fait pas, ce n'est rien. »

Ienzo se rapprocha doucement et se colla contre Lea. Il ferma les yeux, « Tu es un super grand frère. »

Lea resta silencieux et regarda Ienzo s'endormir. Il enroula son bras autour du petit garçon et le serra doucement avant de fermer les yeux à son tour. Le sommeil l'emporta, sa dernière pensée à tout ce qu'il avait perdu au Jardin Radieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ignie
Procrastinator


Messages : 17
Date d'inscription : 31/05/2015
Age : 20
Localisation : Ma chambre

MessageSujet: Chapitre 4: Le calme   Dim 21 Juin - 10:51

La lumière du jour filtra à travers le rideau tiré sur la fenêtre et la lueur matinale eut pour effet de réveiller Ienzo. Le petit garçon ouvrit doucement les yeux et se redressa sur le lit. Il se frotta les yeux et regarda à coté de lui. La place qu’occupait habituellement Lea était vide, et Ienzo soupira. Il devait à nouveau être parti sans le réveiller.

Depuis que Lea avait trouvé du travail comme plongeur dans un restaurant, c’était le quotidien d’Ienzo. Il se réveillait, Lea était déjà parti pour travailler, laissant de quoi déjeuner pour Ienzo, ainsi qu’une note lui rappelant ce qu’il devait manger le midi et ne revenait que le soir pour préparer le repas qu’ils partageaient entre eux. Le reste de la journée, il faisait ce qu’il voulait, tant qu’il n’allait pas s’éloigner, qu’il était revenu le soir et qu’il ne faisait aucune bêtise. Après tout, au château, Aeleus et Even le laissait se promener autant qu’il voulait dans la ville, du moment qu’il restait sage.

Le garçon se leva donc et alla dans la cuisine, toujours dans le pyjama noir que Lea lui avait acheté avec sa paye. Sur la petite table trônaient un bol avec du lait dedans et un paquet de céréales, le petit déjeuner habituel d’Ienzo ces derniers jours. Un post-it était accroché sur le frigo, indiquant qu’il y avait de la nourriture congelée qu’il pourrait réchauffer pour son déjeuner, et la promesse qu’ils mangeraient tout les deux des tacos pour le soir. Après avoir décroché le post-it, le garçon fit réchauffer son lait, versa les céréales dans le bol chaud, et commença à manger.

Lea faisait beaucoup pour eux deux. Il payait le loyer, lui apprenait le plus de choses qu’il savait pour remplacer l’école et travaillait afin de pouvoir leur payer à manger, et lui avait aussi acheté des vêtements neufs, il ne pouvait définitivement pas porter sa blouse et son t-shirt noir pour toujours. Mais lui, il était encore trop petit pour travailler et ne pouvait donc pas aider Lea. Il posa ses coudes sur la table et enfouit ses joues dans ses petites mains. Il voulait vraiment l’aider, faire en sorte qu’il soit moins fatigué, mais il ne savait pas comment faire. Even, Aeleus et Maître Ansem disaient toujours qu’il était un garçon très intelligent, alors il arriverait à trouver une solution.

Il fixa longtemps le frigidaire sans vraiment réfléchir lorsqu’un éclair de génie le traversa. Ce soir, Lea avait promis à Ienzo qu’il lui cuisinerait des tacos, mais c’était la fin de semaine et Lea allait probablement être très fatigué. Alors tout ce qu’Ienzo avait à faire c’est de cuisiner lui-même le repas pour eux deux. Cela ferait du travail en moins pour Lea. Il fallait qu’il apprenne la recette et qu’il achète de quoi les faire, une fois qu’il serait lavé. Il se leva donc et nettoya tout ce qu’il habituellement Lea était vide, et Ienzo soupira. Il devait à nouveau être parti sans le réveiller.

Depuis que Lea avait trouvé du travail comme plongeur dans un restaurant, c’était le quotidien d’Ienzo. Il se réveillait, Lea était déjà parti pour travailler, laissant de quoi déjeuner pour Ienzo, ainsi qu’une note lui rappelant ce qu’il devait manger le midi et ne revenait que le soir pour préparer le repas qu’ils partageaient entre eux. Le reste de la journée, il faisait ce qu’il voulait, tant qu’il n’allait pas s’éloigner, qu’il était revenu le soir et qu’il ne faisait aucune bêtise. Après tout, au château, Aeleus et Even le laissait se promener autant qu’il voulait dans la ville, du moment qu’il restait sage.

Le garçon se leva donc et alla dans la cuisine, toujours dans le pyjama noir que Lea lui avait acheté avec sa paye. Sur la petite table trônaient un bol avec du lait dedans et un paquet de céréales, le petit déjeuner habituel d’Ienzo ces derniers jours. Un post-it était accroché sur le frigo, indiquant qu’il y avait de la nourriture congelée qu’il pourrait réchauffer pour son déjeuner, et la promesse qu’ils mangeraient tout les deux des tacos pour le soir. Après avoir décroché le post-it, le garçon fit réchauffer son lait, versa les céréales dans le bol chaud, et commença à manger.

Lea faisait beaucoup pour eux deux. Il payait le loyer, lui apprenait le plus de choses qu’il savait pour remplacer l’école et travaillait afin de pouvoir leur payer à manger, et lui avait aussi acheté des vêtements neufs, il ne pouvait définitivement pas porter sa blouse et son t-shirt noir pour toujours. Mais lui, il était encore trop petit pour travailler et ne pouvait donc pas aider Lea. Il posa ses coudes sur la table et enfouit ses joues dans ses petites mains. Il voulait vraiment l’aider, faire en sorte qu’il soit moins fatigué, mais il ne savait pas comment faire. Even, Aeleus et Maître Ansem disaient toujours qu’il était un garçon très intelligent, alors il arriverait à trouver une solution.

Il fixa longtemps le frigidaire sans vraiment réfléchir lorsqu’un éclair de génie le traversa. Ce soir, Lea avait promis à Ienzo qu’il lui cuisinerait des tacos, mais c’était la fin de semaine et Lea allait probablement être très fatigué. Alors tout ce qu’Ienzo avait à faire c’est de cuisiner lui-même le repas pour eux deux. Cela ferait du travail en moins pour Lea. Il fallait qu’il apprenne la recette et qu’il achète de quoi les faire, une fois qu’il serait lavé. Il se leva donc et nettoya tout ce qu’il avait utilisé pour manger et retourna dans la chambre qu’ils partageaient à deux pour prendre ses affaires.

Il y a une semaine, alors que Lea venait de gagner sa première paye, il avait emmené Ienzo dans un magasin de vêtements afin de lui acheter, à lui et à Ienzo, de nouveau habits. Le petit apprenti avait choisi un t-shirt bleu foncé, avec un gilet bleu et mauve qui le couvrait jusqu’au nombril, et un pantalon de la même couleur. Quant à Lea, il avait choisi une veste à capuche sans manche, orange et noire avec un pantalon tout blanc.

Une fois ses vêtements choisis, il retourna dans la salle de bain et se doucha totalement, afin d’être tout propre et de pouvoir sortir et aller chercher tout les ingrédients nécessaire à la préparation des tacos.
Une fois habillé, il prit un peu d’argent de poche, que Lea lui donnait régulièrement et sortit.

D’abord un peu déroutés par le crépuscule permanent régnant sur ce monde, Lea et Ienzo étaient maintenant habitués à cette lueur orangée qui faisait leur quotidien. Ce monde étaient surtout pleins de petites ruelles où seuls pouvaient passer des piétons. Mais, une fois arrivé sur la place centrale, il y avait des rails où le train passait à des horaires fixes qu’Ienzo connaissait maintenant par cœur.

Il arriva à une des supérettes de la grande place et sortit sa liste avec tous les ingrédients. Il prit un panier de courses et alla prendre tout ce dont il avait besoin.

Lorsqu’il arriva à la caisse et déposa les ingrédients, la caissière lui sourit, « Bonjour, mon petit. ».

Ienzo rougit et baissa les yeux, trop timide, « Bonjour, madame. »

La jeune femme regarda le garçon tout en scannant les articles, « Tu as quel âge ? »

« 10 ans, madame. »
La caissière leva alors un sourcil, « 10 ans seulement ? Mais… Tu ne devrais pas être à l’école ? »

Ienzo rougit de plus belle et chercha rapidement une excuse à donner à la jeune femme, « Euh… En fait, j’apprends tout à la maison, avec mes… parents et mon grand frère. ».

Aeleus lui aurait dit que ce n’était pas bien de mentir comme ça, mais il n’avait pas envie d’expliquer qu’il vivait seul avec une personne qui n’est pas du tout liée avec lui, après que sa maison ait été détruite à cause des expériences de sa ''famille''.

« Oh, d’accord, » répondit la jeune femme.

Une fois les articles scannés, Ienzo paya les articles et sortit avec un gros sac plastique rempli de nourriture. Maintenant, il devait rentrer, et préparer le repas de ce soir.

En rentrant vers leur maison, Ienzo s’arrêta et regarda un grand bâtiment avec une plaque dorée sur l’entrée. Il s’approcha, curieux et lu clairement : ''Bibliothèque''. Le petit garçon regarda à nouveau la bâtisse et haussa les épaules. Après tout, il avait le temps avant que Lea ne rentre.

Il poussa la grille noire et entra. La bibliothèque de la Cité du Crépuscule était immense. Presque autant que la bibliothèque du château. Il sourit un peu et alla vers le comptoir où un bibliothécaire semblait trier un nouvel arrivage de livres.

Ienzo s’approcha et se mit sur la pointe des pieds afin d’être à la hauteur du comptoir.

« Hum… Monsieur ? »

L’homme se retourna et regarda le petit garçon devant lui, « Oui, que puis-je faire pour toi ? »


Ienzo rougit de plus belle et chercha rapidement une excuse à donner à la jeune femme, « Euh… En fait, j’apprends tout à la maison, avec mes… parents et mon grand frère. ».

Aeleus lui aurait dit que ce n’était pas bien de mentir comme ça, mais il n’avait pas envie d’expliquer qu’il vivait seul avec une personne qui n’est pas du tout liée avec lui, après que sa maison ait été détruite à cause des expériences de sa ''famille''.

« Oh, d’accord, » répondit la jeune femme.

Une fois les articles scannés, Ienzo paya les articles et sortit avec un gros sac plastique rempli de nourriture. Maintenant, il devait rentrer, et préparer le repas de ce soir.

En rentrant vers leur maison, Ienzo s’arrêta et regarda un grand bâtiment avec une plaque dorée sur l’entrée. Il s’approcha, curieux et lu clairement : ''Bibliothèque''. Le petit garçon regarda à nouveau la bâtisse et haussa les épaules. Après tout, il avait le temps avant que Lea ne rentre.

Il poussa la grille noire et entra. La bibliothèque de la Cité du Crépuscule était immense. Presque autant que la bibliothèque du château. Il sourit un peu et alla vers le comptoir où un bibliothécaire semblait trier un nouvel arrivage de livres.

Ienzo s’approcha et se mit sur la pointe des pieds afin d’être à la hauteur du comptoir.

« Hum… Monsieur ? »

L’homme se retourna et regarda le petit garçon devant lui, « Oui, que puis-je faire pour toi ? »

« Je voudrais m’inscrire à la bibliothèque. »

« Tes parents savent que tu es ici ? Tu devrais être à l’école. »

Ienzo soupira, « Oui, Monsieur, mais j’apprends tout chez moi. Et mes parents sont d’accord pour que j’aille m’inscrire à la bibliothèque. »

Le bibliothécaire sembla gober l’histoire et sortit une carte vierge, « Ton prénom. »

« Ienzo. »

« Voilà, » dit l’homme en gribouillant sur la carte. « Tu pourras emprunter trois livres à la fois, et tu dois les rendre dans une délai d’un mois, sinon on peut te retirer ta carte. Tu as compris ? »

Oui, je ne suis pas bête, pensa Ienzo, mais il se contenta d’hocher la tête et de murmurer un « Oui » en prenant la carte et donnant l’argent pour s’inscrire.

Il emprunta ensuite le maximum de livres avant de repartir vers chez lui. Il avait emprunté un livre de cuisine, pour trouver une recette de tacos qu’il pourrait faire à la maison. Une fois rentré, il déposa ses affaires et alla dans la cuisine ou il sortit tout les ustensiles dont il aurait besoin et essaya de se rappeler la dernière fois que Lea avait préparé des tacos. Il essaya de refaire exactement tout pareil et une fois fini, il sembla satisfait du résultat, il n’avait plus qu’à attendre Lea. Il alla donc s’asseoir sur le canapé et prit un des deux autres énormes livres qu’il avait du porter à bout de bras et commença à le lire.

~(…)~

Lorsque Lea rentra dans l’appartement, il était à bout de force. Il était fatigué par toute une semaine de travail. Il se traîna dans le salon sans faire attention à Ienzo et manqua de trébucher sur un livre au beau milieu de la pièce.
« Fais attention, » fut la seule réponse qu’il obtenu d’Ienzo, plongé dans un livre. Lea le regarda d’un air interrogateur, et le jeune apprenti se contenta de répondre, « J’ai trouvé une bibliothèque dans la ville. J’ai pris la carte et emprunté des livres. »

Lea regarda la couverture. Contrairement à ce qu’il aurait imaginé, Ienzo lisait un livre de contes et de légendes urbaines. Le rouquin aurait plus imaginé le garçon lire des livres très scientifiques, comme il vivait avec Even.

Ienzo le regarda et dit, comme si il avait lu dans ses pensées, « J’ai beau être très intelligent, je ne lis pas que des livres compliqués. J’aime beaucoup les histoires. »

Lea roula des yeux et se leva pour aller vers la cuisine, mais avant d’y entrer, il fut interrompu par la voix d’Ienzo, « J’ai fait les tacos moi-même, Lea. Il faut juste préparer la table et le pain. » Il ferma son livre. « Je vais t’aider. »

« Tu as… préparé le repas ? Tout seul ? », dit Lea en levant un sourcil.

« Oui, » répondit le garçon en passant devant lui. « Comme ça, tu as moins de travail à faire. Tu es déjà fatigué quand tu rentres du travail, alors je n’allais pas t’imposer ça en plus. Et comme ça, ça m’occupe et je ne m’ennuie pas. »

Lea resta un moment sur place, cligna des yeux et sourit. Il sortit les assiettes et aida Ienzo à mettre la table. Le jeune garçon sortit ce qu’il avait préparé et Lea eut un sourire malicieux, « Et bien, ça a l’air mangeable en plus. »

Ienzo fit une mine boudeuse et lui tira la langue, ce qui fit rire le rouquin qui lui ébouriffa les cheveux, « Allez, mangeons. »

Les deux enfants commencèrent donc à déguster leur repas, Lea aidant Ienzo à garnir son tacos. Le petit apprenti mangea avec appétit son repas et finit rapidement. En le regardant, Lea roula des yeux. « Tu es un cochon en fait. Tu t’en es mis partout. »

« Ah bon ? », dit Ienzo et se touchant la bouche.

Lea ricana alors et prit une serviette avec laquelle il essuya la frimousse du garçon.

« H-Hé ! », protesta Ienzo dont les joues rougirent. « Je peux le faire tout seul ! Je suis… »

« Un grand garçon, je sais. », termina Lea en ricanant, ce qui fit bouder Ienzo. « Allez, aide moi à ranger que tu ailles te laver avant d’aller au lit. »

« Quoi ? Mais il est encore tôt ! Je ne vais pas aller au lit. »

« Et bien si. On a beau être que tout les deux, tu restes un enfant de 10 ans qui a besoin de bien dormir pour grandir. » Il eut un sourire blagueur. « A moins que tu veuilles rester un tout petit garçon. »

« Non ! Je veux grandir ! »

Lea rigola, « Alors à la douche, Monsieur Ienzy. »

Ienzo rougit, « Je ne suis pas Ienzy ! Je suis IenzO ! Avec un –O ! »

« Oui, je sais, mais Ienzy, c’est plus marrant, parce que tu te mets en colère quand je le dis. »

Ienzo lança à Lea un regard faussement boudeur et se leva pour aller se doucher, mais fut arrêté par Lea qui lui ébouriffa les cheveux.



« Ah bon ? », dit Ienzo et se touchant la bouche.

Lea ricana alors et prit une serviette avec laquelle il essuya la frimousse du garçon.

« H-Hé ! », protesta Ienzo dont les joues rougirent. « Je peux le faire tout seul ! Je suis… »

« Un grand garçon, je sais. », termina Lea en ricanant, ce qui fit bouder Ienzo. « Allez, aide moi à ranger que tu ailles te laver avant d’aller au lit. »

« Quoi ? Mais il est encore tôt ! Je ne vais pas aller au lit. »

« Et bien si. On a beau être que tout les deux, tu restes un enfant de 10 ans qui a besoin de bien dormir pour grandir. » Il eut un sourire blagueur. « A moins que tu veuilles rester un tout petit garçon. »

« Non ! Je veux grandir ! »

Lea rigola, « Alors à la douche, Monsieur Ienzy. »

Ienzo rougit, « Je ne suis pas Ienzy ! Je suis IenzO ! Avec un –O ! »

« Oui, je sais, mais Ienzy, c’est plus marrant, parce que tu te mets en colère quand je le dis. »

Ienzo lança à Lea un regard faussement boudeur et se leva pour aller se doucher, mais fut arrêté par Lea qui lui ébouriffa les cheveux.

« Merci Ienzo. »

Le petit garçon se retourna et donna à Lea un regard interrogateur.

« De m’avoir préparé ce bon repas. C’est très gentil. »

Ienzo donna à Lea un grand sourire, « De rien, Lea. Après tout, tu t’occupes de moi. »

Et il quitta la pièce pour aller à la douche. Lea regarda le petit apprenti sortir de la pièce et esquissa un sourire avant de ranger la vaisselle qui restait sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ignie
Procrastinator


Messages : 17
Date d'inscription : 31/05/2015
Age : 20
Localisation : Ma chambre

MessageSujet: Chapitre 5 : Avant la tempête   Dim 21 Juin - 10:52

Ienzo avait fini de lire son livre. Il jeta un regard vers l’horloge et soupira en faisant une mine boudeuse. Pourquoi le temps passait aussi lentement ? Et surtout, pourquoi aujourd’hui ?
Lea ne rentrait pas avant deux heures, et Ienzo avait déjà lu tous les livres qu’il avait empruntés. Trois fois. Maintenant, il était capable de les réciter par cœur, même si pour lui, ce n’était pas très difficile, avec sa mémoire photographique.
Il se leva du sofa et alluma la télé. Peut-être qu’il y aurait quelques choses d’intéressant à regarder.
Malheureusement, les dessins animés qui passaient semblaient bien ennuyeux pour le petit garçon et il n’avait aucune envie de regarder autre chose pour l’instant. Il se leva et marcha de long en large dans tout le petit appartement, ce qui ne prit pas très longtemps avant qu’il ne trouve cette activité lassante. Il s’assit en tailleur sur le canapé et poussa un long soupir qui raisonna dans tout l’appartement, puis, il relança un regard vers l’horloge.
Encore une heure et demie…
~(…)~
Lorsque Lea eu enfin fini de travailler, il s’échappa à toute vitesse du restaurant. Il en avait marre d’essuyer encore et encore des assiettes sales, et il avait juste envie de rentrer, de retrouver Ienzo et qu’ils aillent profiter de la ville tous les deux. Avec son petit boulot, Lea n’avait pas le temps de se balader en ville. Il était trop épuisé pour faire quoi que ce soit et même si Ienzo voulait l’aider comme il le pouvait, ça ne changeait rien à son épuisement.
Cependant, il avait fini sa semaine de travail et il n’était pas obligé de se coucher tôt ce soir. Et en plus, il avait reçu sa paye, donc il allait emmener Ienzo manger une glace et se promener en ville.
Il arriva enfin devant la petite maison et frappa deux coups normaux suivit trois coups rapides à la porte. C’était le « code secret » qu’il avait convenu avec Ienzo afin que le petit sache exactement que c’était l’adolescent qui frappait à la porte.
Il entendit la serrure se déverrouiller et tomba nez à nez avec Ienzo, qui avait enfilé son manteau et avait déjà son sac rempli sur le dos.
« Alors ? On y va ? », dit le petit garçon impatiemment. « Allez ! »
Lea cligna des yeux, puis reprit ses esprits, « Tu es prêt depuis combien de temps ? »
« Une heure et dix minutes, » répondit précisément Ienzo.
Lea soupira, « Attends un peu, je vais déposer mes affaires, me laver, puis me prépa --»
Le petit le coupa d’un ton autoritaire, « Alors dépêche-toi ! Je n’ai pas envie de m’ennuyer encore plus ! »
Lea le regarda un instant, puis éclata de rire, lui ébouriffa les cheveux et partit dans la salle de bain pendant que le garçon remettait en place sa mèche tout en grognant. Lea se prépara le plus rapidement qu’il put afin d’éviter la colère du petit génie qui faisait les cents pas devant la porte. Quand il sortit de la salle de bain, Ienzo ne l’attendait même pas, il ouvrit la porte et s’engouffra dans la ruelle en courant.
« Ienzo ! Attends-moi ! », râla l’adolescent en se saisissant des clés et en verrouillant la porte derrière lui alors qu’Ienzo courait déjà en direction de la bibliothèque.
Lorsque Lea le rattrapa, ils n’étaient plus loin de la bibliothèque.
« Il faut que je rende tous mes livres, je les connais par cœur et pourtant, je les ai emprunté il n’y a pas longtemps, mais ça se lit trop vite et je ne peux en prendre que trois à chaque fois, » dit Ienzo en faisant la moue. Puis, son visage s’illumina et il regarda le plus grand, « Leeeeea ? »
« Quoi, Ienzo ? »
« Dit moi, tu pourrais prendre une carte toi aussi ? Comme ça, je pourrais emprunter encore plus de livres, » proposa Ienzo en entrant dans le grand bâtiment.
« Hey, j’ai peut-être envie de lire des livres moi aussi… Donc de prendre la carte juste pour moi. »
Le petit garçon fit une moue tristement boudeuse et baissa la tête.
« Mais il se peut que je l’oublie sur la table de la cuisine, tu sais, quand je vais travailler et que tu es à la maison… »
Ienzo regarda Lea et sourit de toute ses dents, « Merci, Lea. »
Le jeune adolescent lui sourit alors qu’Ienzo rendit ses livres et entreprit de préparer la carte pour Lea. Une fois la carte payée, Ienzo prit Lea par la main et le tira dans les rayons de la bibliothèque pour qu’il puisse emprunter de nouveaux livres.
« Tu ne t’arrêtes donc jamais de lire ? »
« C’est intéressant de lire. Ça m’occupe en plus, » répondit le petit apprenti en prenant un livre sur les sciences et un autre de fables.
« Hey, tu vas pas choisir tous les livres. Moi aussi, j’ai le droit de choisir, » dit Lea en prenant quelques bandes dessinés. « Tiens, si tu lisais des trucs avec des images dedans pour une fois, petit génie ? »
Ienzo ne se retourna même pas, « Il faudrait déjà que tu apprennes à lire des livres avec plus de cinquante mots par pages. »
Lea s’arrêta en plein milieu de l’allée, la bouche entrouverte. Ienzo se retourna et les deux se fixèrent pendant plusieurs minutes avant que les deux n’éclatent de rire, se faisant réprimander par des « Chut ! » provenant de toutes parts de la bibliothèque. Une fois calmé, Lea essuya ses yeux larmoyants.
« La vache, tu as appris où à répliquer comme ça ? »
Ienzo haussa les épaules et prit les bandes dessinées de Lea. Une fois les livres empruntés, Ienzo les fourra dans son sac et tous les deux, ils sortirent de la bibliothèque.
« Maintenant, on fait quoi ? » S’exclama Ienzo.
Lea regarda autour de lui un moment et un sourire se dessina sur son visage. Il prit la main d’Ienzo et le guida jusqu’à un stand de glace.
« Tu veux quel parfum, Ienzo ? »
Le petit garçon regarda le stand avec attention, puis demanda d’une voix timide, « Vous auriez des glaces à l’eau de mer ? »
Le vendeur, un homme enrobé à l’air jovial, se mit à rire et dit, « Bien sûr, c’est notre spécialité. »
« Nous en prendrons deux alors. » Dit Lea en donnant un billet au marchand de glace qui le remplaça par deux bâtonnets glacés.
« Vous connaissez le principe, les enfants ? »
« Un bâtonnet gagnant… », commença Lea.
« Nous donne le droit à une glace gratuite, » termina Ienzo.
L’homme rit, « Vous avez de la suite dans les idées vous deux, allez, bonne soirée, les jeunes ! »
Les deux garçon le saluèrent et continuèrent leur route. Ienzo tenait la main de Lea et grignotait sa glace par petit bout. Lorsqu’il se retourna, il vit Lea manger sa glace de la façon la plus étrange, comme un lapin grignotant sa carotte, ce qui le fit rire.
Lea s’arrêta alors de manger et regarda Ienzo d’un air interrogateur, « Ben quoi ? »
« Tu manges bizarrement ? »
« Comment ça ? »
« On dirait un lapin quand tu manges ! »
« Même pas vrai ! »
« Si ! »
« Non ! »
« Si ! »
« Tu vas voir ! »
À ces mots, Lea attrapa Ienzo sous les bras et commença à chatouiller le petit apprenti, qui commença à se tortiller tout en riant.
« A-Arrête ! Ahahah ! »
« Naaaaaah ! »
Ienzo réussit finalement à se libérer de l’emprise de Lea et s’enfuit pendant que l’adolescent le poursuivait. Malheureusement, avec le sac rempli de livres d’Ienzo, ce fut facile pour Lea de le rattraper. Il le souleva en l’air, Ienzo bâtit des pieds dans le vide un petit moment puis abandonna, et adopta un visage boudeur.
« Allez, Ienzy, ne boude pas, ce n’est pas de ta faute si tu es lent. »
« Je ne suis pas lent ! C’est mon sac à dos qui est trop lourd ! »
Lea roula des yeux et retira le fardeau du dos d’Ienzo et le mis sur le sien. Les deux reprirent la route. Enfin ils arrivèrent à un parc de jeux pour les enfants. Lea déposa son sac et vit qu’Ienzo ne décollait pas du banc où ils s’étaient posés.
« Ienzo ? Tu ne veux pas aller jouer ? »
« Je… je n’ai pas envie, » dit Ienzo en regardant l’aire de jeu remplie d’enfants.
« Comment ça, « pas envie » ?... Oh, je vois. »
« Je suis désolé, mais… ce n’est pas de ma faute… je n’aime pas me mêler aux autres enfants… y… y a qu’avec toi que j’y arrive… »
Lea s’assit à côté d’Ienzo et lui frotta les cheveux, « Hé. C’est pas grave, tu sais. On a tout notre temps comme on a pas de parents pour nous dire quoi faire… On peut attendre que les autres soient partis… »
« Vraiment ? »
« Oui. Et comme ça, on aura l’aire de jeu à nous tout seul ! »
Ienzo sourit à Lea et les deux attendirent quelques heures que les enfants décident de s’en aller. La nuit tomba et que le parc n’était plus éclairé que par les lumières des lampadaires. Ienzo et Lea commencèrent alors à s’amuser sur les structures maintenant vides. Ienzo n’avait jamais vraiment joué dans les parcs, il y avait toujours des enfants et même si Aeleus voulait bien l’accompagner, il préférait rester avec des adultes. Mais avec Lea, il s’amusait bien. L’adolescent était marrant. Il avait toujours le sourire, même si c’était dur pour eux deux, et il faisait son possible pour qu’ils vivent bien. Alors, quand Lea lui sourit, Ienzo sourit en retour. Lea sauta de la structure et tendit les bras vers Ienzo pour qu’il saute dedans. Le petit apprenti se leva et se jeta dans les bras de l’adolescent en riant.

Lea sourit et le déposa par terre, « Bon, Ienzo, il va falloir rentrer maintenant, il commença à se faire tard. »
Ienzo hocha la tête et les deux se dirigèrent vers le banc où était posé le sac à dos. Mais alors qu’Ienzo tendit la main pour attraper son sac, une vague de ténèbres recouvrit son bras et Lea eut juste le temps d’attraper le petit garçon avant qu’elle ne l’engloutisse entièrement. Le temps qu’Ienzo reprit ses esprits, les deux étaient entourés de Sans-Cœurs.
« H-Hein ? M-Mais…. »
« Des Sans-Cœurs ! Mais qu’est-ce qu’ils font là ?! J-Je croyais qu’il y en avait que dans le Jardin Radieux ! »
Lea attrapa le bras d’Ienzo et essaya de trouver une échappatoire, mais les créatures ténébreuses les encerclaient.
« L-Lea ! Qu’est-ce qu’on fait ?! »
Lea ne sut quoi répondre. Ils n’avaient pas d’arme, pas de portail ténébreux pour s’en sortir. Il faisait nuit, ils étaient seuls et encerclés par des Sans-Cœurs. C’était un cauchemar qui se répétait.
Lorsque les premiers Sans-Cœurs se jetèrent sur eux, le seul réflexe qu’eut Lea fut se couvrir Ienzo avec tout son corps dans l’unique but de le protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fanfiction] Une toute autre destinée.   Aujourd'hui à 22:13

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fanfiction] Une toute autre destinée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Lion légendaire saison 1: L'autre Monde(chapitre 9 dispo !)
» [Fanfiction] Dragon Ball Terra: the time out of the space.
» Jouer avec une sauvegarde d'un autre PC
» [Didactitiel] Coller précisément un objet à un autre
» toute nouvelle passionnée des pullip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fandom français de Kingdom Hearts :: Fanmade :: Fanfiction :: Les fictions-